Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Panorama 2004 de l'Aveyron : Regards n° 18

De
8 pages
Ce numéro annuel spécial présente en 8 pages un panorama complet du département de l'Aveyron selon les thèmes suivants : équipements et emploi dans les bassins de vie ruraux, population, logements, revenus (revenus fiscaux des ménages, salaires et prestations sociales), emploi et chômage, industrie, commerce et services, tourisme, agriculture.
Voir plus Voir moins

Regards sur l’Aveyron
Numéro 18-12 : avril 2005
Panorama du département
Démographie, équipement et emploi dans les bassins de vie ruraux
Bassin de vie
Mur-de-
Département
Barrez
Cahors
Rodez
Saint-Amans-
des-Cots Montauban
AlbiEntraygues- Laguiole
sur-Truyère Auch Toulouse
Decazeville
Espalion
Saint-Capdenac- Marcillac- Tarbes
Bozouls Geniez-Gare Vallon
Sébazac- Foixd'Olt
ConcourèsRignac
Sévérac-Villefranche- RodezBaraqueville le-de-Rouergue
Luc ChâteauRieupeyroux
Cassagnes-
Principales agglomérationsBégonhèsNaucelle
er Millau 1 profil : déclin démographique et
Réquista bon niveau d'équipement
e 2 profil : population et emploi stables et
Saint-AffriqueSaint-Sernin- bon niveau d'équipement
sur-Rance e 3 profil : dynamisme démographiqueBelmont-
et de l'emploi, bon équipement concurrentiel,sur-
faible équipement non concurrentielRance Camarès
e 4 profil : stabilité démographique,
faible équipementSource : Rapport établi en 2003 pour la Datar par l'Inra, le Scees et l'Insee,
Insee, recensements de la population de 1990 et de1999, inventaire communal 1998.
Un bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel s’organise l’essentiel de la vie quoti-
Insee Midi-Pyrénéesdienne des habitants d’un secteur géographique donné : travail et accès aux principaux
36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4services publics et privés. On compte en Midi-Pyrénées 123 bassins de vie ruraux (centrés
Téléphone : 05 61 36 61 36 - Télécopie : 05 61 36 62 00
sur des villes de moins de 30 000 habitants), dont 25 ont leur pôle dans l’Aveyron.
Directrice de la publication : Magali Demotes-Mainard
On peut classer les bassins de vie ruraux de Midi-Pyrénées selon leur dynamisme démo- Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plaux
Maquettiste : Monique Galougraphique et l’évolution de l’emploi entre 1990 et 1999, puis leur équipement en services
Ce document est téléchargeable à partir du site Internet
concurrentiels et non concurrentiels. Sur un axe nord-sud, les bassins dont le pôle www.insee.fr/mp
à la rubrique « Publications »
est situé en Aveyron perdent des habitants durant la décennie 90 mais bénéficient
Imprimeur : Imprimerie Ménard 31682 Labègetous d’un bon niveau d’équipement. A l’est et à l’ouest du département, la population et le
Dépôt légal : avril 2005
ISSN : 1298-9495nombre d’emplois des bassins organisés autour des sous-préfectures de Millau et Villefranche-
SAGE : R12180476
de-Rouergue sont restés pratiquement stables entre 1990 et 1999. A proximité de Rodez, les
Prix au numéro : 1,5 €
Abonnement à l’ensemble des publicationsbassins de Bozouls, Luc et Sébazac-Concourès sont dynamiques démographiquement mais
pour l’année 2005 :
disposent d’un faible équipement en services non concurrentiels. - France : 85 €
- Étranger : 105 €
1Regards sur l’Aveyron
POPULATION Pyramides des âges en 1990 et 1999
er ÂgeAu 1 janvier 2003, la population de l’Aveyron est estimée à
90 1999266 940 habitants. Au recensement de 1999, le département
1990
en comptait 263 808 et a ainsi perdu 6 300 habitants au cours 80
de la dernière décennie soit une évolution annuelle de - 0,3 %. 70
Mais cette décroissance s’est ralentie par rapport à la décennie
Hommes 60 Femmes
précédente où elle atteignait - 0,4 % l’an.
50
40Entre 1990 et 1999, le solde migratoire est à nouveau légère-
30ment positif (+ 900 personnes) mais il ne compense pas le
déficit des naissances sur les décès. Il était déficitaire de 20
3 300 personnes lors de la décennie précédente. Hormis la 10
période 75-82, il n’y avait pas eu de solde migratoire positif
0
e depuis le début du XX siècle. Dans environ 60 % des commu- 2 000 1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500 2 000
nes, les arrivées sont plus nombreuses que les départs depuis Source : Inssee - Recensement de la population 1990 et 1999
1990. Le pouvoir attractif du département se concentre dans
les zones rurales situées en périphérie des aires urbaines de
Évolution de la population de 1901 à 1999Rodez et de Millau où les gains de population compensent
en millierles pertes observées dans les pôles urbains.
390
370En 2002, le solde naturel est encore déficitaire de plus
650 personnes. Ce déficit des naissances sur les décès pèse de 350
façon négative et déterminante sur l’évolution démographi-
330que du département depuis une trentaine d’années.
310
Entre 1990 et 1999, l’aire urbaine de Decazeville est celle qui a
290connu la plus forte diminution de population de la région
(- 1,2 % l’an). A l’inverse, l’aire urbaine de Rodez et dans une 270
moindre mesure celle de Millau ont connu une croissance
250annuelle positive, de respectivement 0,3 % et 0,1 % l’an. 1901 1911 1921 1931 1946 1962 1975 1990
1906 1926 1936 1954 1968 1982 1999
Variation annuelle de population
Source : Insee - recensements de la populationpar canton entre 1990 et 1999
Population selon les espaces
Population Taux de variation
Decazeville
sans doubles annuel 1990-1999 (en %)
comptes
Ensemble dû dû 1999
RodezVillefranche- au solde au solde
de-Rouergue naturel migratoire
en %
Aires urbaines
supérieure à 0,6 Millau
Rodez 65 267 0,3 0,3 0,0de 0 à 0,6
de - 0,6 à 0 Millau 28 005 0,1 - 0,1 0,2
inférieure à - 0,6 Decazeville 19 567 - 1,2 - 0,7 - 0,5
Villefranche-de-
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002 Rouergue 16 553 - 0,2 - 0,1 - 0,1
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Villes principales
Rodez 23 707 - 0,4 0,2 - 0,6
Millau 21 339 - 0,2 - 0,1 - 0,1
Villefranche-de-
Mouvement naturel de la population Rouergue 11 919 - 0,3 - 0,1 - 0,2
Onet-le-Château 9 922 0,2 0,7 - 0,5
Taux Nombre de Taux de Nombre de
Aveyron 263 808 - 0,3 - 0,3 0,0
de natalité naissances mortalité décès
Midi-Pyrénées 2 551 687 0,5 0,0 0,5(en ‰) domiciliées (en ‰) domiciliés
2001 2002 2001 2002 Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Aveyron 10,1 2 634 12,2 3 285
erEstimations de population au 1 janvier 2003Midi-Pyrénées 11,4 29 134 10,0 26 584
France 13,0 766 276 9,0 532 157
Aveyron 266 940 Midi-Pyrénées 2 637 957
Source : Insee - état civil et estimations localisées de population Source : Insee
2
POPULATIONRegards sur l’Aveyron
Parc de logements selon leur catégorie LOGEMENTS
en 1999
En 1999, le département de l’Aveyron compte environ 150 000
Midi-Pyrénées FranceAveyron logements, dont 73 % de résidences principales. Depuis 1975,
Nombre % % %
le nombre total de logements a augmenté de 30 %, soit
Résidences principales 110 043 73,5 81,1 83,0 35 000 logements supplémentaires. Sur la dernière décennie,
Résidences secondaires 26 205 17,5 10,5 9,2
le nombre de résidences principales a connu une croissanceLogements occasionnels 1 541 1,0 0,9 0,9
de 8 %, alors que la population a diminué de plus de 2 %.Logements vacants 12 044 8,0 7,5 6,9
Ensemble 149 833 100,0 100,0 100,0 Le parc de résidences principales a fortement augmenté
Logements dans l’aire urbaine de Rodez (+ 15 %) et dans une moindre
locatifs HLM dans les
mesure dans celles de Villefranche-de-Rouergue (+ 9 %) etrésidences principales 6 703 6,1 8,5 16,0
Millau (+ 8 %) alors qu’il a diminué dans l’aire urbaine de
Source : Insee - recensement de la population 1999 Decazeville (- 1 %).
Avec 26 200 résidences secondaires, l’Aveyron détient le parcÉvolution de la population et des logements
le plus important de la région. Il a doublé depuis 1975. EnBase 100 en 1975
140 moyenne, un logement sur cinq est une résidence secondaire.
Cette proportion dépasse 40 % au nord dans la Viadène etLogements
130 l’Aubrac, au centre autour des lacs du Lévézou, à l’ouest dans
la commune de Najac et enfin dans toute la partie sud pro-120
che de l’Hérault et du Gard.
110
Le nombre de logements vacants décroît légèrement, mais
100 de façon régulière depuis 1975. La part de ces logements ne
Population représente plus que 8 % de l’ensemble contre 13 % en 1975. On
90
en dénombrait 13 000 en 1975 contre 12 000 désormais.
80
19991975 1982 1990
Source : Insee - recensements de la population
Revenu fiscal des ménages en 2001 REVENUS
Aveyron Midi- France Revenus fiscaux des ménagesPyrénées
Nombre de ménages fiscaux 108 125 1 043 896 23 336 863 En 2001, le revenu fiscal moyen des ménages aveyronnais
Part des ménages imposés (%) 50,6 55,4 60,1 s’élève à 23 982 €. Il se situe parmi les plus faibles de la région
Revenu fiscal moyen
et de la métropole. Un ménage sur deux est imposé sur ledes ménages (€) 23 982 26 066 28 433
Part des traitements et salaires * 53,7 61,8 66,0 revenu dans ce département où la part des traitements et
Part des bénéfices * 13,1 8,9 7,6 salaires dans le revenu fiscal est une des plus faibles de la
Part des pensions retraites rentes * 28,1 25,0 22,4
région (54 % contre 62 %). La moitié des 108 100 ménages
Part des autres revenus * 5,1 4,3 4,0
fiscaux aveyronnais disposent d’un revenu annuel inférieur àRevenu fiscal médian
des ménages (€) 19 480 21 301 22 831 19 480 €. Dans ce département, 10 % des ménages perçoivent
* en % du revenu fiscal moins de 7 087 € alors que 10 % disposent d’un revenu supé-
Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2001
rieur à 44 351 €. Cet écart entre les hauts et les bas revenus
est l’un des plus faibles de la région. Les ménages les plus aisés
Revenu fiscal médian des ménages par canton sont concentrés dans les cantons périphériques de Rodez et
Millau.
Champ couvert : sont exclus les ménages concernés par
Decazeville
un mariage, un décès ou une séparation, les ménages cons-
titués de personnes n’ayant pas leur indépendance fiscale
Rodez-Nord ou vivant en collectivité.
Le revenu fiscal est la somme des ressources portées sur
la déclaration de revenus, avant abattements. Il ne com-
prend pas les revenus sociaux non déclarés (RMI …).Millau-Ouest
en millier d'euros Un ménage fiscal se compose de tous les foyers fiscaux
plus de 22,4
rattachés à une résidence principale.19,2 - 22,4
17,6 - 19,2 Le revenu médian partage la population en deux grou-
16,5 - 17,6 pes, la moitié des ménages dispose de revenus inférieurs à
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 200315,6 - 16,5
cette valeur et l’autre moitié de revenus supérieurs.14,7 - 15,6 Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2001
3
REVENUS LOGEMENTSRegards sur l’Aveyron
Salaire annuel net moyen REVENUS
par qualification et par sexe en 2002
Unité : euroSalaires
Aveyron Midi- France
En 2002, le salaire annuel net moyen preçu par les Aveyronnais Pyrénées (métropole) Femmes Hommes Ensemble
s’élève à 13 805 €. Il est inférieur de 9 % au salaire moyen ré-
Cadres 23 864 31 743 29 512 32 356 35 878gional (15 246 €). Les femmes reçoivent en moyenne un sa-
Professions
laire inférieur de 24 % à celui des hommes. Cet écart est moins intermédiaires 16 177 19 476 17 912 18 317 19 087
Employés 10 320 12 757 10 872 11 074 11 525important que dans la région (27 %). En Aveyron, les ouvriers
Ouvriers qualifiés 10 829 13 654 13 383 13 456 14 344
non qualifiés sont en moyenne mieux rémunérés que dans Ouvriers non qualifiés 8 902 11 182 10 462 9 308 9 774
Apprentis, stagiaires,la région (10 462 € contre 9 308 €). Dans cette catégorie,
emplois aidés 6 170 5 746 5 941 5 720 5 565les Aveyronnaises perçoivent un salaire moyen de 8 902 € Ensemble des salariés 11 804 15 496 13 805 15 246 16 282
contre 7 965 € dans l’ensemble de la région. Ce salaire est le
Source : Insee - déclarations annuelles de données sociales
plus élevé des départements de Midi-Pyrénées.
Champ couvert : ensemble des salariés résidant dans le
département à l’exclusion des salariés de l’agriculture, des
agents de l’État, des gens de maison et des apprentis.
Revenu salarial annuel moyen : salaire moyen perçu, net
de prélèvement à la source. Il comprend les primes, avantages
en nature et indemnités versés en complément de rému-
nération. Le salaire perçu prend en compte toutes les
périodes successives de travail dans l’année ainsi que les
activités complémentaires du salarié relevant de plusieurs
employeurs.
Part de la population
couverte fin 2002 Prestations sociales
par les cinq minima sociauxEn 2002, un peu plus de 8 % de la population aveyronnaise
(RMI, API, AAH, AS, ASS)bénéficie d’un des cinq minima sociaux contre près de 10 %
Limite cantonalepour l’ensemble de la région. La baisse du nombre d’alloca-
Aveyron : 8,3 %
taires des cinq minima sociaux (RMI, API, AAH, ASS et AS) Midi-Pyrénées : 9,7 % Decazeville
enregistrée en 2002 est plus forte qu’au niveau régional
(- 8 %). L’AS qui représente 45 % de l’ensemble des allocataires
Rodez
enregistre le plus fort recul (- 16 %). Les prestations servies Villefranche-
de-Rouergueau titre de l’AAH (33 % des allocataires) et du RMI (15 % des
Millauallocataires) restent stables.
La répartition cantonale des personnes couvertes par l’un % de la population cantonale
supérieur à 15des cinq minima sociaux a très peu varié en 2002 par rapport Saint-Affrique
11 à 15
9 à 11à celle de l’année précédente. Dans les cantons situés à l’est
6,5 à 9 GéoFLA® © IGN - INSEE 2004du département, la densité de population bénéficiaire est inférieur à 6,5
plus faible que celle observée dans la partie ouest. En 2002, Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - INSEE - MSA
sur un an, le nombre d’allocataires des cinq minima aug-
mente seulement dans cinq cantons : Rodez, Rodez-Ouest,
La population couverte par les cinq minima sociaux
Aubin, Camarès et Cornus. Tous les autres cantons enregis-
comprend les personnes appartenant à la famille d’un
trent une baisse plus forte (- 15 % et plus) à l’ouest et au nord
allocataire de ces minima.
du département.
Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) est une presta-
tion sociale destinée à permettre l’insertion sociale et
Allocataires des cinq minima sociaux
professionnelle.
fin 2002 (RMI, API, AAH, AS, ASS)
L’Allocation de Parent Isolé (API) est destinée à prému-
Aveyron Part de la Midi- Part de lanir les personnes seules avec enfant(s) à charge des consé-
populationPyrénées populationquences financières de leur situation d’isolement récente.
couverte couverte
L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est destinée à as- (en %) (en %)
surer un minimum de revenu aux personnes qui présen- Nombre d'allocataires 14 026 147 514
Revenu Minimum d'Insertion 2 142 1,6 46 632 3,4tent une incapacité permanente.
Allocation de Parent Isolé 297 0,3 6 128 0,6L’Allocation Supplémentaire (AS) est destinée à assurer
Allocation Adulte Handicapé 4 681 2,9 39 280 2,3
un minimum de revenu aux personnes âgées. Allocation Supplémentaire 6 288 3,1 39 178 1,9
L’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) assure un mi- Allocation de Solidarité Spécifique 618 0,5 16 296 1,4
Population couverte 22 083 8,3 252 130 9,7nimum de revenu aux personnes dont les droits à l’assu-
rance chômage sont arrivés à expiration. Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - INSEE - MSA
4
REVENUSRegards sur l’Aveyron
EMPLOI – CHÔMAGEÉvolution de l'emploi total
Base 100 au 01.01.1990
119 Emploi
Depuis 1996, l’emploi total aveyronnais connaît une progres-
114
Midi-Pyrénées sion constante qui tend à se stabiliser (+ 0,5 %) en 2002 alors
que la croissance régionale continue (+ 1,2 %). En 13 ans, la
109 France croissance s’est maintenue à un rythme de + 0,5 % par an
en moyenne, grâce au secteur des services. Début 2003,104
Aveyron l’Aveyron compte plus de 107 500 emplois, dont près de la
moitié sont dans les services. En 13 ans, plus de 6 700 emplois99
ont été créés dans le département.
94
Janv 91 Janv 93 Janv 95 Janv 97 Janv 99 Janv 01 Janv 03
Janv 90 Janv 92 Janv 94 Janv 96 Janv 98 Janv 00 Janv 02 L’emploi non salarié diminue de façon constante depuis 1990
Source : Insee - estimations annuelles à raison de 2,7 % par an en moyenne. La baisse semble se
stabiliser, puisqu’en 2002, elle s’établit à - 1,1 %. Ce retrait
provient essentiellement de l’agriculture, et dans une
Près d'un emploi sur deux dans les services moindre mesure des services. Parallèlement, les effectifs de
Emploi total en 2003 : 107 518 l’industrie et de la construction progressent.
Agriculture L’emploi salarié, par contre, progresse à un rythme de 1,6 %
par an en moyenne, depuis 1990. Début 2003, l’Aveyron compte
14 % 86 000 emplois salariés, ce qui représente 80,2 % de l’emploi
total du département, soit bien moins qu’en Midi-Pyrénées
Industrie17 % (87,4 %) malgré un rattrapage certain. En 1990, les emplois
Services 49 %
salariés en Aveyron représentaient 69,9 % de l’emploi total.
7 %
En 2002, environ 800 emplois salariés ont été créés, soit légè-Construction13 %
rement moins qu’en 2001. L’essentiel de ces créations provient
du secteur tertiaire qui représente 70 % des emplois salariéesCommerce
Source : Insee - estimations annuelles créés. Dans une moindre mesure, la construction contribue
aussi à la croissance.
Emploi total et emploi salarié début 2003
Emploi Emploi Évolution annuelle moyenne
de l'emploi total 1990-2003 (%) total salarié
Aveyron Midi-
Pyrénées
Agriculture 14 528 3 025 - 2,1 - 3,3
Industrie 18 131 17 109 0,0 - 0,3
Construction 7 706 5 834 - 0,7 0,0
Tertiaire 67 153 60 281 1,5 2,0
Ensemble 107 518 86 249 0,5 1,0
Source : Insee - estimations annuelles
Intérim
L'industrie regroupe plus de la moitié
En 2003, le volume de l’emploi intérimaire aveyronnais baissedes emplois intérimaires
pour la seconde année consécutive, et ce de façon plus soute-Répartition des emplois intérimaires en 2003
nue (- 4 % contre - 2 % un an plus tôt). Dans le même temps, il
Tertiaire progresse de 4,9 % dans la région. Le département compte,
16 % en 2003, près de 1 400 emplois intérimaires en équivalent
1 % Non renseignéConstruction 27 % temps plein dont plus de la moitié sont dans l’industrie. En
2003, tous les secteurs perdent des emplois intérimaires sauf
l’industrie où ils progressent de 2 %.
56 %
Industrie
Source : UNEDIC - Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale
5
EMPLOI - CHOMAGERegards sur l’Aveyron
EMPLOI - CHÔMAGE Évolution du taux de chômage trimestriel
en %13Chômage
12
Bien inférieur aux taux régionaux et nationaux (9,9 %), le taux
11de chômage aveyronnais amorce néanmoins une légère
Midi-Pyrénées 9,9 %10hausse fin septembre 2004 (+ 0,1 point en un trimestre) pour
9s’établir à 6 %. En un an, il a perdu 0,2 point, quand celui de
France 9,9 %la région baisse de 0,1 point et celui de la France reste stable. Le 8
taux de chômage de l’Aveyron reste le plus bas de Midi-Pyrénées. 7
Aveyron 6,0 %6
Fin septembre 2004, plus de 6 000 demandeurs d’emploi de
5
catégorie 1 sont inscrits à l’ANPE, soit - 5,7 % par rapport à fin 1T92 1T94 1T96 1T98 1T00 1T02 1T04
1T93 1T95 1T97 1T99 1T01 1T03septembre 2003, ce qui est la plus forte baisse de la région.
Source : Insee - séries trimestrielles corrigées des variations saisonnières
Cette diminution concerne surtout les hommes (- 7,7 % contre
- 3,8 % pour les femmes). Les femmes représentent 53 % de la
population des demandeurs d’emploi de catégorie 1.
Demandeurs d'emploi en fin de mois
Toutes les tranches d’âge bénéficient de cette baisse, mais elle au 30 septembre 2004
est plus marquée chez les 50 ans et plus (- 8 %). La baisse du
Chômeurs* Évolution annuelle en (%)
nombre de demandeurs d’emploi concerne la plupart des sept. 2003 à sept. 2004
catégories sociales. Seul le nombre de cadres et d’agents de Aveyron Midi-
Pyrénéesmaîtrise au chômage augmente. Parmi les employés, qui
Nombre de chômeurs 6 075 - 6 - 1
représentent plus de la moitié des demandeurs d’emploi, le Répartition en %
. par sexe :nombre de demandeurs d’emploi diminue de 8 %.
- Hommes 47 - 8 - 2
- Femmes 53 - 4 - 1
Les chômeurs de longue durée, au chômage depuis plus d’un . par âge :
- Moins de 25 ans 23 - 6 0an, représentent le quart des demandeurs d’emploi. De
- De 25 à 49 ans 63 - 5 - 1
septembre 2003 à septembre 2004, leur nombre diminue de - 50 ans et plus 14 - 8 - 2
. par qualification :9,3 % alors qu’il progresse de 2,2 % dans la région.
- Manœuvres, ouvriers 22 - 7 - 3
- Employés 58 - 8 - 1
Cependant la durée moyenne d’inscription au chômage - Techniciens 10 - 1 - 1
- Agents de maîtrise 3 9 1reste de 8 mois fin septembre 2004 tout comme un an plus tôt.
- Cadres 5 2 - 1
- Autres 2 30 - 9
Chômage de longue durée
(un an et plus) 25 - 9 2
* chômeurs de catégorie 1 : demandeurs d'emploi immédiatement disponibles
à la recherche d'un emploi à durée indéterminée, à temps plein.
Sources : DRTEFP - ANPE - Données brutes
Pour en savoir plus :
- « TEMP 2004 -Tableaux économiques de Midi-Pyrénées ». Insee Midi-Pyrénées, mai 2004.
- « Une approche de la précarité – données départementales 2001-2002 - Zoom sur la précarité en milieu rural ».
Dossier n° 120, Insee Midi-Pyrénées, avril 2004.
- « L’année touristique en Midi-Pyrénées - 2003 ». Dossier n° 122, Insee Midi-Pyrénées, juillet 2004.
- « Le rural en Midi-Pyrénées ». Dossier n° 124, Insee Midi-Pyrénées, décembre 2004.
- « Midi-Pyrénées : une région diversifiée mais des départements spécialisés ». 6 PAGES n° 60, février 2003.
- « Des salariés apparemment mieux payés en Midi-Pyrénées ». 6 PAGES n° 67, novembre 2003.
- « Un marché du travail en expansion continue en Midi-Pyrénées ». 6 PAGES n° 73, juin 2004.
- « Horizon 2015 : croissance et vieillissement des ressources en main d’œuvre ». 6 PAGES n° 74, septembre 2004.
Consultez notre site Internet : www.insee.fr/mp
6
EMPLOI - CHÔMAGERegards sur l’Aveyron
INDUSTRIE
Principales activités industrielles
Début 2003, le secteur de l’industrie en Aveyron compte
Activité S Nombre alariés en 1 860 établissements, soit 12,4 % du total régional. Il emploie
d'établissements début d'année
17 110 salariés. Ses effectifs sont en légère augmentation, endébut 2002 1990 2002
moyenne de 0,3 % par an depuis 1990, alors qu’ils sont en baisse
Industries agricoles et alimentaires 551 4 889 5 214
(- 0,2 %) dans l’ensemble de la région.Industrie automobile 22 1 688 2 236
Métallurgie et transformation des métaux 144 1 679 2 079
Industries des équipements mécaniques 196 1 148 1 530 C’est dans le secteur des industries agroalimentaires que
Iéquipements du foyer 247 1 455 1 460
l’emploi industriel est le plus important (5 000 salariés). SesIndustries du bois et du papier 101 1 041 1 012
effectifs ont légèrement augmenté depuis 1990.Edition-imprimerie-reproduction 109 732 734
Habillement-cuir 66 1 249 568
Chimie-caoutchouc-plastiques 37 307 443 Viennent ensuite les secteurs des industries de l’automobile
Industries des produits minéraux 132 498 419
(2 250 salariés), de la métallurgie et transformation des
métaux (2 180 salariés) et des équipements mécaniquesSource : Insee - SIRENE estimations annuelles d'emploi
(1 540 salariés). Ils connaissent tous trois de fortes hausses
d’effectifs depuis dix ans.
En revanche, depuis 1990, le secteur de l’habillement-cuir
Principales implantations industrielles
(520 salariés) a perdu la moitié de ses salariés.
Raison sociale Activité Communes Tranches
d'effectifs
salariés
Robert Bosch France Équipement Onet-le-Château 4 COMMERCE ET SERVICES
automobile
Aveyronnaise Fonderie Viviez 3 Début 2003, le secteur tertiaire (hors activités immobilières,
de métallurgie financières et administration) emploie 47 500 salariés. Ses
Blanc Aéro industries Visserie Villefranche- 3
effectifs ont augmenté en moyenne de 2,2 % par an depuisde-Rouergue
Cauval industries Fabrication de sièges Séverac-le-Château, 2 1990, moins rapidement qu’au niveau régional (2,5 %).
Millau
Sté fromagère Produits laitiers Onet-le-Château, 2 erAu 1 janvier 2003, près de 3 800 établissements commerciaux de Rodez Rivière-sur-Tarn
sont présents en Aveyron. Le commerce de détail regroupeSA Espalux expansion Meubles, Bozouls 2
cuisines intégrées près de 60 % de ces établissements.
Filtrauto Filtres à moteurs Marcillac-Vallon 1
SA Moly Industrie du pain Villefranche- 1
Le département est moins bien équipé en hypermarchésde-Rouergue,
(sept) que les départements de la région à forte densité deVailhourles
Umicore France Production zinc Viviez 1 population, comme la Haute-Garonne et le Tarn.
Forest Line Capdenac Fabrication machines, Capdenac-Gare 1 La surface de supermarchés par habitant (144 m² pour
outils métaux
1 000 habitants) est inférieure à la moyenne régionale.
Les services regroupent plus de 5 440 établissements (hors
Tranches d'effectifs salariés
activités immobilières, financières et administratives) pour1 - 100 à 249 3 - 500 à 999
2 - 250 à 499 4 - 1 000 à 1 999 plus de 32 870 salariés. En Aveyron, comme dans l’ensem-
ble de la région, le secteur marchand de l ‘éducation, laSource : Insee - SIRENE
santé, l’action sociale, se détache nettement ; avec près de
18 700 salariés, il emploie plus d’un cinquième des salariés
du département.
Secteur tertiaire début 2003
Aveyron Midi-Pyrénées
Hypermarchés et supermarchés en 2003Nombre Effectifs Part dans Part dans
les effectifs les effectifs d'établis- salariés
Aveyron Midi- Part du département salariés (%) salariés (%)sements
Pyrénées en Midi-Pyrénées
Commerce et réparation 3 788 11 905 13,8 13,7 (%)
Transports 497 2 726 3,2 3,9
Hypermarchés
Services aux entreprises 1 476 7 894 9,2 13,3
Nombre 7 51 13,7
Services aux particuliers 2 300 6 296 7,3 8,2 2 Surface (m pour 1 000 habitants) 97 114 ///
dont hôtels, cafés, restaurants 1 351 2 453 2,8 3,3
Éducation, santé, action 1 668 18 683 21,7 20,0 Supermarchés
sociale Nombre 42 411 10,2
2 Ensemble tertiaire* 9 729 47504 55,1 59,1 Surface (m 144 166 ///
*Secteur marchand (hors activités immobilières, financières et administration) /// sans objet
Source : Insee - SIRENE au 31/12/2002 estimations d'emploi Source : Points de vente, Panorama de la distribution 2003
7
COMMERCE ET SERVICES INDUSTRIERegards sur l’Aveyron
TOURISME
Capacité d'accueil fin 2003
Fin 2003, l’Aveyron compte 177 hôtels classés de 0 à 4 étoiles
pour plus de 3 600 chambres, soit 9 % des chambres offertes Aveyron Midi- Aveyron Midi-
Pyrénées Pyrénéesdans la région. La proportion d’hôtels 3 ou 4 étoiles est
plutôt faible : 17 % du parc contre 19 % en Midi-Pyrénées et 23 %
Hôtels Nombre d'hôtels Nombre de chambresdans l’ensemble de la France. 0 étoile 32 165 434 3 264
1 étoile 17 180 236 3 516
2 étoiles 98 708 2 031 18 861 Avec 122 campings pour plus de 9 000 emplacements, le parc
3 étoiles 28 226 901 13 417 aveyronnais représente 23 % des emplacements offerts en 4 étoiles et luxe 2 24 32 1 522
Midi-Pyrénées. Contrairement aux hôtels, la proportion de Total 177 1 303 3 634 40 580
campings 3 ou 4 étoiles (45 % du parc) est plus élevée que dans Campings Nombre de campings Nombre d'emplacements
1 étoile 22 76 746 2 628l’ensemble de la région (40 %) et qu’en France (36 %).
2 étoiles 45 281 2 562 14 882
3 étoiles 38 203 3 025 16 135
Dans les hôtels aveyronnais, le poids de la clientèle étrangère 4 étoiles 17 36 2 761 5 680
Total 122 596 9 094 39 325est plutôt faible : en 2003, elle représente 15 % des nuitées
Autres modes Nombre Part du département(contre 37 % dans les hôtels de la région).Dans les campings,
d'hébergement d'établissements en Midi-Pyrénées (%)
en revanche, la clientèle étrangère représente 32 % des Gîtes ruraux 528 4 641 11
nuitées en 2003 (contre 29 % dans les campings de la région). Chambres d'hôtes 314 2 521 12
Hébergements collectifs 87 380 23
Gîtes d'étapes et de séjour 45 248 18
Auberges de jeunesse 3 10 30
Sources : CDT - CRT- DRT - Insee
Répartition des nuitées étrangères en 2003 Fréquentation en 2003
(%)
Nombre de nuitées Part des nuitées
Hôtels Campings et durée de séjour étrangères (%)
Italie
Aveyron Midi- Aveyron Midi-Grande-Bretagne,
3 5 Pyrénées PyrénéesIrlande 117 14 9Belgique, 12 Hôtels
Luxembourg Nombre de nuitées (milliers) 732 9 236116
Allemagne 15 37 dont nuitées étrangères (milliers) 107 3 394
Espagne Durée moyenne de séjour (nuitée) 1,6 2,010
CampingsPays-Bas432 Nombre de nuitées (milliers) 1 035 4 463706 États-Unis
dont nuitées étrangèr 332 1 294 32 29
Autres Durée moyenne de séjour (nuitée) 6,7 5,8
Sources : CDT - CRT- DRT - Insee Sources : CDT - CRT- DRT - Insee
AGRICULTURE
Depuis le recensement de 2000, la surface agricole utilisée de Agriculture
l’Aveyron a légèrement progressé pour atteindre
532 000 hectares en 2003. Cette surface est mise en valeur
Aveyron Midi-Pyrénées
par un peu moins de 10 000 exploitations aux dimensions
2000 2003 2000 2003
variables, parmi lesquelles près de 7 700 exploitations
professionnelles. Les superficies se concentrent dans des Nombre d'exploitations 10 712 9 827 60 244 55 114
dont professionnelles 8 156 7 689 36 310 33 629exploitations plus grandes : le nombre des exploitations de
plus de 100 hectares a augmenté de plus de 60 % depuis le Part (en %)
de la surface agricole recensement de 1988.
utilisée en :
céréales 12,2 12,9 28,1 25,6
L’effectif des bovins se stabilise depuis 2000, celui des vaches colza, tournesol, soja 0,2 0,1 9,4 10,2
à viande plafonne aujourd’hui à 165 000 têtes. L’effectif des surface fourragère 86,4 86,2 53,1 53,4
brebis laitières se maintient. Le nombre de porcins croît, et vignes 0,2 0,1 1,7 1,7
vergers 0,1 0,1 0,8 0,7comme pour les autres productions, on assiste à une forte
autres (y c. jachères) 1,0 0,6 7,0 8,3concentration dans des élevages spécialisés.
Animaux (en milliers de têtes)
Exploitation professionnelle : exploitation agricole vaches laitières 65 60 180 175
vaches nourrices 178 165 504 467de dimension économique d’au moins 8 unités de dimen-
ovins 1150 1120 2 409 2 354sion européenne (U.D.E.) de valeur ajoutée standard (8 U.D.E.
porcins 230 249 552 553
équivalent à 12 hectares de blé) et utilisant un volume de équidés 6 6 38 38
travail au moins égal à trois quarts d’un équivalent temps nombre de ruches (milliers) 13 15 97 101
plein. Source : Service Régional de la Statistique Agricole
8
AGRICULTURE TOURISME

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin