Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Roanne : les deux-roues font jeu égal avec les transports collectifs

De
6 pages
267 000 déplacements ont lieu chaque jour de semaine dans le Grand Roanne, soit 4,3 par personne. Les transports en commun sont relativement peu utilisés. Ce sont surtout les scolaires et les étudiants qui y ont recours. Les deux-roues, la marche à pied et surtout la voiture sont les modes de déplacement habituels.
Voir plus Voir moins

L A L E T T R E
I N S E E
RHÔNE
ALPES
267 000 déplacements Transports
ont lieu chaque jour de
semaine dans
Roanne :le Grand Roanne,
soit 4,3 par personne.
les deux-roues font jeu égalLes transports en
commun sont avec les transports collectifsrelativement
peu utilisés.
Ce sont surtout
pas quatre déplacements. Les transportsu lundi au vendredi, hors jours fériésles scolaires et en commun sont faiblement utilisés : ilsDet périodes de vacances scolaires, les
résidents de la communauté d'aggloméra- représentent seulement 5 % des déplace-les étudiants
tion du Grand Roanne âgés de 11 ans et ments, soit autant que les deux-roues, la
qui y ont recours. voiture étant loin devant avec 63 %. Telsplus, réalisent quotidiennement 267 000 dé-
sont les premiers enseignements de l'en-placements, soit en moyenne, 4,3 déplace-Les deux-roues,
ments par jour et par personne. Cette mobi- quête sur les déplacements quotidiens des
la marche à pied lité est plutôt élevée comparativement aux habitants de Roanne et de cinq communes
autres agglomérations, où elle ne dépasse limitrophes, réalisée par l'Insee en janvieret surtout la voiture
sont les modes de Des transports collectifs peu utilisés, excepté chez les scolaires
déplacement habituels.
(*part dans l'ensemble)
Daniel Rulfi
Scolaires
(*15 %)
Retraités
(*29,3 %)
Actifs
(*43,4 %)
Ensemble
0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
Voiture (conducteur ou passager) Transports collectifs Autres
Deux rouesMarche à pied
Source : Le Grand Roanne, INSEE Rhône-Alpes - Enquête déplacement auprès des résidents du Grand Roanne 2000
Numéro 74
Juillet 2001Voiture
(conducteur
+passager)
63,4 %
des déplacements des scolaires et étu-2000, à l'initiative du Grand Roanne. Avec
diants. Enfin, devant les loisirs, les achats71 000 habitants en 1999, la communauté
d'agglomération totalise près de 90 % de la motivent la moitié des déplacements
quotidiens des retraités.population de l'agglomération roannaise.Seuls 1,5 % des actifs
Réalisée auprès de 2 000 habitants, cette
Les transports en commun totalisent seu-enquête déplacements «légère» (voir enca-utilisent les transports
lement 5 % des déplacements. C'estdré méthodologique) est la première de ce
en commun. autant que dans d'autres agglomérationstype réalisée en France. Elle donne une
idée assez précise de la mobilité quotidienne de taille comparable mais deux fois moins
que dans les grandes. Plus de 80 % desde l'ensemble des résidents du Grand
résidents affirment ne pas utiliser le ré-Roanne en répondant aux questions : qui se
seau urbain STAR, ou seulement excep-déplace, pour quel motif, avec quel mode
tionnellement. Assurant la desserte desde transport, vers quelle destination et en
six communes du Grand Roanne, ce ré-combien de temps ?
seau est fréquenté quotidiennement
par 8 % des habitants de la communautéLes personnes qui ont un emploi sont cel-
d'agglomération, principalement les sco-les qui se déplacent le plus, avec 5,2 dépla-
laires et les étudiants : plus de la moitiécements effectués en moyenne chaque jour.
Elles sont suivies des demandeurs d'emploi des déplacements en transports collec-
tifs sont réalisés par cette catégorie. Eux-(4,7 déplacements), des étudiants et scolai-
mêmes effectuent près de 20 % de leursres (4,3) et des personnes sans activité pro-
déplacements avec ce mode de trans-fessionnelle (4,1). Les moins mobiles, les
port, voire plus pour ceux qui se dépla-retraités, réalisent quotidiennement en
cent peu.moyenne deux déplacements de moins que
Pour les scolaires et étudiants de plus deles actifs occupés et près d'un quart ne sort
16 ans, la fréquentation des transportspas de son domicile un jour donné de la
collectifs est plutôt contrainte : ils sontsemaine.
70 % (contre 51 % pour le reste de laLa mobilité plus élevée des actifs s'expli-
population) à ne pas être d'accord avecque avant tout par leurs déplacements quo-
l'idée selon laquelle «la voiture en ville,tidiens incontournables : les déplacements
professionnels sont à l'origine de 41 % de c'est dépassé».L A L E T T R E
Les actifs occupés sont incontestable-l'ensemble de leurs mouvements. La fré-
ment les plus faibles utilisateurs des trans-quentation d'un établissement explique
ports collectifs, réalisant seulement 1,5 %54 % de la mobilité des scolaires et desINSEE de leurs déplacements avec ce mode deétudiants.
Rhône transport. Cela peut s'expliquer par unePour les actifs, degré de mobilité et variété
Alpes méconnaissance du réseau ou une des-des motifs à se déplacer se conjuguent : ils
serte insuffisante, ce qui n'encourage passont les seuls à se déplacer autant pour
les actifs à délaisser la voiture, fortementaccompagner des tierces personnes que
enracinée dans leurs habitudes de dé-pour effectuer des achats ou pour leurs loi-
placement. A titre d'exemple, ceux quisirs. En particulier, pour les actifs à temps
partiel, plus disponibles, l'accompagne- ont pour seuls mouvements quotidiens
l'aller-retour domicile-travail et qui sement et les achats représentent chacun plus
déplacent en voiture représentent 25 %de 20 % de leurs déplacements. A l'inverse
du trafic des transports en commun.des actifs, après l'école (54 %), les loisirs
constituent logiquement le principal motif C'est entre Mably et Roanne que les
La voiture largement en tête devant la marche à pied
Mode de transport des résidents du Grand Roanne
un jour moyen de semaine (en %)
Autres
1,5 %
Deux-roues
4,5 %
Transports
collectifs
5 %
Marche à
pied
25,6 %
Source : Le Grand Roanne, INSEE Rhône-Alpes - Enquête déplacement auprès des résidents du Grand Roanne 2000liaisons en transports collectifs entre deux
communes sont les plus élevées avec 2 800 Une plus grande diversité des motifs de déplacement pour les actifs
déplacements quotidiens effectués, soit
13 % de l'ensemble des mouvements en- Part des principaux motifs (en %)
tre ces deux communes. Dans Roanne
60
intra-muros, les 5 000 déplacements en
transports en commun représentent moins 50
de 5 % de l'ensemble du trafic réalisé dans
la commune. 40 Actifs
30La part des déplacements réalisés avec un
deux-roues, motorisé ou non, est du même
20
ordre que celle des transports collectifs,
soit 4,5 %. Cette part est un peu plus 10
élevée que dans les autres agglomérations.
Mode de transport synonyme de plus 0
Travail Achats Accompagnement Loisirsd'autonomie chez les jeunes, il n'est pas
étonnant que les scolaires en soient les
Part des principaux motifs (en %)utilisateurs les plus fréquents. Ils réalisent
11 % de leurs mouvements avec un deux- 60
roues, ce qui représente 37 % de l'ensem-
50ble des déplacements accomplis avec ce
mode de transport. Pour les actifs ayant un
40 Retraitésemploi, l'utilisation des deux-roues, pour-
tant assez faible (3 % de leurs déplace- 30
ments), est deux fois supérieure à celle des
20transports collectifs. Le trafic des deux-
roues est le plus fortement représenté à
10Riorges et au Coteau, avec dans les deux
cas près de 10 % des liaisons infra-com-
0munales. Achats Loisirs
Part des principaux motifs (en %)A l'origine de près des deux tiers des dé-
60placements, la voiture se taille la part du
lion avec près de 170 000 déplacements
50accomplis quotidiennement. C'est souvent
davantage que dans les grandes agglomé-
40
Scolairesrations. La part de la voiture grimpe à 85 %
en considérant uniquement les modes mé- et étudiants30
canisés, c'est-à-dire hors marche à pied.
20Plus des trois quarts des ménages du Grand
Roanne ont au moins une voiture à dispo-
10sition. Un peu plus faible à Roanne et au
Coteau, le taux d'équipement automobile
0
dépasse 85 % à Riorges et Mably, et avoi- Ecole Loisirs
sine 95 % à Villerest et Commelle-Vernay,
des communes nettement plus pavillon-
Source : Le Grand Roanne, INSEE Rhône-Alpes - Enquête déplacement auprès des résidents du Grand Roanne 2000
naires. D'ailleurs dans ces deux commu-
nes, plus de la moitié des ménages dispo- nante sur les déplacements réalisés entre
sent d'au moins deux véhicules et 10 % en communes, la voiture est également majo-
possèdent même trois. Plus globalement, ritaire dans les liaisons au sein d'une même
double équipement automobile et bi-acti- commune, à l'exception de Roanne et du
vité vont de pair : dans les deux tiers des Coteau.
ménages disposant d'au moins deux Globalement, les automobilistes enchaînent
véhicules, deux adultes, et parfois trois, un peu plus de déplacements sans transiter
occupent un emploi. Si ce mode de trans- par leur domicile (deux sur dix) que les
port est majoritaire dans toutes les catégo- usagers des transports collectifs (un sur dix).
ries de population, les actifs occupés en L A L E T T R E
sont les plus grands adeptes. Ils effectuent Plus du quart des déplacements des rési-
plus des trois quarts de leurs déplacements dents du Grand Roanne sont réalisés à pied.
quotidiens en voiture, quel que soit leur Disposant de plus de temps libre, les retrai-
degré de mobilité. Plus de 80 % utilisent INSEEtés sont les plus grands marcheurs, avec
régulièrement leur véhicule pour se ren- 38 % de leurs déplacements quotidiens ac- Rhône
dre au travail. Ils sont logiquement les plus complis à pied, devant les scolaires (33 %). Alpes
préoccupés par le stationnement, bien que A l'inverse, les actifs, plus pressés, effec-
86 % affirment ne pas rencontrer de diffi- tuent seulement 16 % de leurs déplace-
culté pour parquer leur véhicule sur le lieu ments journaliers à pied. Souvent liée à des
de travail : quand ils n'ont pas de place déplacements de proximité, la marche à
réservée, ils déclarent disposer d'une offre pied fait jeu égal avec la voiture à l'intérieur
de stationnement importante à proximité. de Roanne et du Coteau, deux villes à l'ha-
Paradoxalement, les deux tiers pensent bitat dense.
que l'amélioration de la circulation en ville
passe par une limitation de l'usage de la Les déplacements réalisés sans changer de
voiture. Les retraités sont les seuls à penser commune sont les plus nombreux, 57 % de
majoritairement que «la voiture en ville, l'ensemble. 11 % ont lieu dans le seul cen-
c'est dépassé ». Logiquement prédomi- tre-ville de Roanne, en raison de sa fortedensité de commerces et de services. Les ponibilité immédiate de ce mode de trans-
liaisons entre les villes du Grand Roanne port contribue vraisemblablement à une
mobilité plus forte.représentent 36 % des mouvements. Na-
Qu'ils utilisent la voiture ou les transportsturellement, la ville-centre, attractive parLes déplacements vers en commun, les résidents du Grand Roanne,ses emplois et ses divers équipements, en
capte la plus grande partie, plus de 80 %. tous statuts confondus, sont plus mobilesLyon et Saint-Etienne
La commune de Commelle-Vernay se dis- quand ils intègrent aussi la marche à pied
représentent moins de tingue par sa position géographique : cou- dans leurs déplacements. Par exemple,
pés de Roanne par la Loire, ses habitants parmi les retraités, ceux qui combinent la1 % des déplacements
voiture et la marche à pied réalisent plus deeffectuent plus d'achats dans la commune
cinq déplacements en moyenne, soit deuxdes habitants voisine du Coteau que dans la ville centre.
Les liaisons avec l'extérieur du Grand de plus que les autres.du Grand Roanne. Roanne, souvent vers des communes pro-
Quelle que soit la commune de résidence,ches, ne représentent que 7 % de l'ensem-
les habitants du Grand Roanne sont occu-ble des déplacements et, là encore, elles
concernent majoritairement la ville cen- pés par leurs déplacements une heure en
tre. Quant au trafic quotidien vers les ag- moyenne chaque jour. Cela représente
L A L E T T R E
glomérations, assez éloignées, de Saint- 15 minutes par déplacement, c'est un peu
Etienne et Lyon, il est marginal, totalisant moins que dans une grande aggloméra-
tion. En fait, la zone étant de taille assezmoins de 1 % de l'ensemble du trafic.
réduite, plus de la moitié des déplacementsLes automobilistes exclusifs réalisent 4,7INSEE
n'excèdent pas 10 minutes et seulement 7déplacements en moyenne, soit près de
Rhône
deux fois plus que les utilisateurs exclusifs % dépassent une demi-heure, essentielle-
Alpes des transports collectifs. Sans compter des ment effectués en voiture, vers l'extérieur
besoins importants de déplacement, la dis- de l'agglomération. Globalement, les utili-
sateurs d'une voiture qui se déplacent dans
le Grand Roanne arrivent à destination deuxNavettes domicile-travail :
fois plus vite que les utilisateurs des trans-
les transports en commun moins utilisés à Roanne ports collectifs, respectivement un quart
d'heure et une demi-heure en moyenne.
Comme dans beaucoup d'agglomérations, les navettes domicile-travail sont en augmentation dans Cela explique aussi la faible fréquentation
l'agglomération roannaise, phénomène lié entre autres à la péri-urbanisation. Ainsi, en 1999 des transports collectifs dans le Grand
d'après les chiffres du recensement de la population, les actifs occupés qui résident dans l'agglo- Roanne, notamment sur les trajets domi-
mération sont 56 % à travailler dans une autre commune que celle de leur résidence contre cile-travail.
seulement 33 % en 1990. La ville de Roanne, pôle d'emploi de l'agglomération, attire le plus les
«navetteurs» (45 %). Les flux inverses représentent 15 % des navettes et les flux entre communes
périphériques 17 %. Enfin, 23 % travaillent à l'extérieur de l'agglomération essentiellement dans
des communes proches. Les agglomérations de Lyon et de Saint-Etienne totalisent seulement 3 %
des navettes.
Dans les agglomérations métropolitaines de plus de 20 000 habitants, la voiture particulière est
reine pour ce type de déplacement, loin devant les transports en commun, l'agglomération
parisienne faisant exception. Dans le bassin parisien, en raison d'un réseau dense et un trafic
automobile très chargé, plus d'un actif sur trois privilégie les transports en commun, soit presque
autant que la voiture particulière.
En moyenne, sur l'ensemble du territoire métropolitain, près des deux tiers des habitants utilisent
Pour en savoir plusce mode de transport pour se rendre sur leur lieu de travail, et souvent davantage dans les
agglomérations de taille moyenne telles que Roanne. Seuls 3 % des actifs roannais utilisent les
transports collectifs sur leurs trajets domicile-travail, soit deux fois moins que dans les agglomé-
rations de taille semblable. Dans l'agglomération roannaise, le moindre recours aux transports en Forte extension des navettes
commun est «compensé» par les deux-roues. Près de 8 % des actifs occupés optent pour ce mode domicile-travail - Robert Reynard.
de transport, contre seulement un peu plus de 4 % dans les agglomérations de même taille. La Lettre Insee Rhône-Alpes n°70, octobre
En 1999, le double équipement automobile est légèrement plus fort dans l'agglomération roannaise 2000.
que chez ses cousines de taille semblable, 28 % contre 26 %, et elle maintient cet écart depuis 1990.
L'utilisation quotidienne d'une voiture, notamment à des fins professionnelles, combinée à un
double équipement automobile élevé semblent laisser peu de place à la fréquentation d'autres
modes de transport dans l'agglomération.
INSEE Rhône-Alpes - 165 rue Garibaldi
69401 Lyon cedex 03
Le double équipement automobile et les modes de transport pour les navettes domicile-travail en 1999 Tel : 04.78.63.28.15 - Fax : 04.78.63.25.25
suivant la taille de l'agglomération Directeur de la publication : Etienne Traynard
Rédacteur en chef : Yvon RenduMode de transport utilisé pour se rendre sur le lieu de travail
(en %) Tarifs :Population sans
Part desdoubles-comptes - 2,3 € (15,10 F le numéro)Transports PlusieursVoitureménages ayant Marche à pieden 1999 Deux-roues en modes - Abonnement 10 numéros par an minimumdeux voitures particulièreuniquement
commun de transport(en %) (plus le bilan de l’année économique) :
France : 21 € (137,75 F)
Roanne (80 272 habts.) 28,1 9,8 7,6 72,8 2,9 6,9 Europe : 27 € (177,10 F)
Unités urbaines de Reste du monde : 29 € (190,20 F)
20 à 60 000 habitants 29,0 10,7 4,3 73,9 4,4 6,7 - Abonnement incluant INSEE Rhône-Alpes
60 à 100 000 habitants 26,4 10,4 4,4 72,3 5,8 7,1 Résultats :
100 à 200 000 habitants 26,5 8,8 4,2 72,9 6,8 7,3 France : 32 € (209,90 F)
200 à 500 000 habitants 24,7 9,1 3,9 68,7 9,9 8,4 Europe : 40 € (262,40 F)
Reste du monde : 43,5 € (285,35 F)500 000 et + sans Paris 26,3 8,0 3,7 70,2 10,3 7,8
Dépôt légal n°1004, mai 1993Paris 18,2 7,8 2,6 41,0 36,7 11,9
© INSEE 2001 - ISSN 1165-5534Ensemble 24,1 8,8 3,5 61,7 17,1 8,9
Imprimerie Auguste Cretin
Source : INSEE - Recensement de la population 1999N7
8,4 %
N7
Voie ferrée
5,8 %
N7
Av de Paris
Av
de Lyon
D9
N7
Pont du
Coteau
Les trois-quarts des déplacements des résidents du Grand Roanne concernent la ville centre
Répartition des déplacements dans le Grand Roanne
7,2 % des déplacements
sont effectués entre les
5 communes périphéri-
ques
6,6 % des déplacements 3,6 %
sont effectués entre inté-
rieur et extérieur de l’aire
d’étude. Mably
Riorges
42,2 %
Roanne
4,9 %
Le Coteau
5,0 %Villerest
0,6 %
1,0 %
Commelle-
Vernay
Ville de Roanne
7,0 %
Centre
Limite du Grand
Roanne11,4 %
Limite de la ville de
Roanne
7,6 %
Déplacements
à l’intérieur des zones
Déplacements
entre les zones
Source : Le Grand Roanne, INSEE Rhône-Alpes - Enquête déplacement auprès des résidents du Grand Roanne 2000
D9
9,7 %
Loire
D53
D53
7,4 %
Loire
3,0 %
3,4 %
D482
5,8 %
1,6 %
D482Méthodologie
Les enquêtes déplacements
Les enquêtes relatives aux déplacements des ménages existent depuis les années 70. Le Centre d'études sur
les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (Certu), service extérieur du ministère
de l'équipement, en est le concepteur. Elles constituent un outil indispensable à la réalisation et à l'évaluation
du plan de déplacements urbains (PDU), qui est obligatoire pour les agglomérations de plus de 100 000
habitants depuis la loi sur l'air de 1996. L'objectif de ce type d'enquête est le recensement de tous les
déplacements des résidents d'une zone plus ou moins grande, souvent une agglomération, un jour moyen
de semaine, hors périodes de vacances scolaires et jours fériés. Un déplacement est défini par un motif à se
déplacer, d'un lieu d'origine vers un lieu de destination, en utilisant un ou plusieurs modes de transport, y
compris la marche à pied.
L'enquête «ménages déplacements - standard Certu»
Dans les enquêtes «standard», mises au point dès l'origine, les personnes de 5 ans et plus des ménages
enquêtés sont toutes interrogées et l'enquête est réalisée en face-à-face au domicile des personnes. Identique
dans toutes les agglomérations, la méthodologie permet des comparaisons. En Rhône-Alpes, une telle
enquête a été réalisée à Saint-Étienne fin 2000 - début 2001 (résultats à paraître), à Lyon en 1995 et à Grenoble
en 1992. Avec l'étalement urbain, les périmètres d'études des enquêtes récentes sont de plus en plus vastes,
pouvant couvrir deux ou trois agglomérations.
L'enquête pilote de Roanne pour les villes de taille moyenne
Outre un coût souvent élevé, une enquête déplacements standard nécessite une organisation assez lourde,
difficilement accessible à des agglomérations de moins de 100 000 habitants. Pourtant, l'étalement urbain de
ces petites et moyennes agglomérations met aussi la question de la mobilité au cœur des politiques
d'aménagement. Une quarantaine d'agglomérations entre 60 000 et 100 000 habitants sont susceptibles d'être
intéressées par une enquête déplacements plus légère et mieux adaptée à leur taille. L'enquête ménages
déplacements de Roanne, réalisée du 10 janvier au 19 février 2000, s'inscrit dans cette optique. Elle a été
commanditée par Le Grand Roanne, l'Insee assurant la maîtrise d'œuvre. Afin de pouvoir comparer les
résultats avec ceux des grandes agglomérations, le cadre de la méthodologie standard a été conservé avec
des options plus légères. Ainsi, l'aire d'étude est réduite, ici à six communes, Roanne et cinq communes
limitrophes (Mably, Riorges, Le Coteau, Commelle-Vernay et Villerest), qui constituent la communauté
d'agglomération du Grand Roanne. Le questionnaire est allégé, les personnes sont interrogées à partir de
11 ans, et moins de personnes par ménage sont enquêtées : une chez les ménages de une ou deux personnes,
deux dans les ménages de plus grande taille. Après un découpage des communes en zones d'échantillon-
nage, on a tiré au sort les ménages à enquêter dans chaque zone, puis dans ces ménages le ou les deux
individus(s) à interroger. 2 000 personnes ont ainsi été enquêtées, réparties dans 1 670 ménages. Le téléphone
a été utilisé comme mode de collecte principal. Néanmoins, pour 27 % des personnes interrogées qui n'ont
pas pu être contactées par téléphone (liste rouge, impossible à joindre, téléphone portable uniquement)
l'enquête a été réalisée en face-à-face.
Précision des résultats
Les résultats de l'enquête sont issus d'un sondage. Ce sont donc des estimations plus ou moins proches des
vrais résultats, inconnus par définition, qu’on aurait obtenus en interrogeant tous les habitants du Grand
Roanne. Le tableau ci-dessous donne, à titre d'exemple, la précision de quelques données de cadrage.
Indicateur valeur précision Indicateur valeur précision
observée (en points) observée (en points)
-Nombre moyen Part des déplacements
de déplacements par personne 4,3 ± 0,1 réalisés à pied 25,5 % ± 1,4
-Part des déplacements Part des déplacements
réalisés en voiture 63,6 % ± 1,5 liés au travail 22,5 % ± 1,0
-Part des déplacements Part des déplacements
réalisés en transports collectifs 4,9 % ± 0,5 liés aux loisirs 25,0 % ± 0,9
-Part des déplacements réalisés en Part des déplacements
transports collectifs chez les scolaires 18,0 % ± 2 liés aux achats 20,7 % ± 1,0
-Part des déplacements Part des déplacements
réalisés en deux-roues 4,5 % ± 0,6 réalisés avec la ville de Roanne 75,5 % ± 1,2
Lecture : on observe que les résidents du Grand Roanne réalisent 63,6 % de leurs déplacements en voiture. La vraie valeur se situe entre
62,1 % et 65,1 %.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin