Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sud Mosellan : émergence d'une économie résidentielle et touristique

De
10 pages
Le Sud Mosellan présente un caractère rural marqué, avec de vastes espaces agricoles et forestiers. Sa frange est, proche de l’Alsace, et sa partie ouest, proche de Metz, sont désormais gagnées par la périurbanisation et son corollaire, l’économie résidentielle. À l’heure où l’emploi industriel recule et où la pérennité du site militaire de Dieuze est menacée, l’arrivée de Center Parcs ouvre de nouvelles perspectives au territoire. Une attention et un soutien à la création et à la transmission d’entreprise, la résorption des besoins en maind’oeuvre dans quelques métiers en tension, le développement du tertiaire marchand sont autant de chantiers d’action pour maintenir un taux de chômage bas de longue date.
Voir plus Voir moins

173 SudMosellan:
Le Sud Mosellan présente un caractère rural marqué, avec de vastes
espaces agricoles et forestiers. Sa frange est, proche de l’Alsace,
et sa partie ouest, proche de Metz, sont désormais gagnées
par la périurbanisation et son corollaire, l’économie résidentielle.
À l’heure où l’emploi industriel recule et où la pérennité du site militaire
de Dieuze est menacée, l’arrivée de Center Parcs ouvre de nouvelles
perspectives au territoire. Une attention et un soutien à la création
et à la transmission d’entreprise, la résorption des besoins en main-
d’œuvre dans quelques métiers en tension, le développement du tertiaire
marchand sont autant de chantiers d’action pour maintenir un taux
de chômage bas de longue date.
La Maison de l’Emploi du
Sud Mosellan se doit d'être
un lieu de définition de pro-
jets et d'élaboration d'une Au sud-est du département, le Sud Mo- Le territoire est pour une grande partie couvertstratégie territoriale. Afin
d’orienter son action, elle a sellan correspond aux limites administratives par de vastes espaces naturels qui lui confèrent
demandé à l’Insee Lorraine des arrondissements de Château-Salins et de un caractère rural marqué. Sa superficie est
la réalisation en partenariat
Sarrebourg et à celles du Pays du Saulnois et du composée à 55% de terres agricoles, notam-
d’un diagnostic capable de
Pays de Sarrebourg. Ses 230 communes qui s’é- ment dans sa partie ouest, et à 30% d’espaceslui fournir une vision glo-
tendent sur une superficie de 1 967 km² sont, à boisés. La forêt est même omniprésente dansbale et dynamique de ce
territoire. l’exception de Phalsbourg, regroupées au sein sa pointe est, au pied du Donon, dans les com-
de huit communautés de communes. munes d’Abreschviller, Dabo, Saint-Quirin, Tur-
questein-Blancrupt et Walscheid.
Un espace très faiblement peuplé Une vocation résidentielle
qui s’affirme sur les franges
En 2006, le Sud Mosellan compte 92 754 habi-
tants, ce qui en fait le territoire le moins densé- Depuis 1999, le Sud Mosellan a gagné 2 200
ment peuplé de la Moselle, avec seulement 47 habitants, pour moitié à l’ouest dans l’arrondis-
habitants par km² (contre 167 pour le départe- sement de Château-Salins, notamment dans le
ment). Les communes de Sarrebourg, Phals- canton de Delme, proche de Metz, qui profite
bourg, Dieuze et Château-Salins assurent le de l’engouement des Lorrains pour l’installation
maillage urbain du territoire, mais celle de Sar- en zone périurbaine ; et pour moitié à l’est dans
rebourg, la plus peuplée, n'atteint pas 13 000 celui de Sarrebourg, proche de l’Alsace, notam-
habitants. À l’échelle du département, le poids ment dans la commune de Phalsbourg et les
démographique du Sud Mosellan est modeste. communautés de communes du Pays de Phals-
Il équivaut à peine à celui de la seule agglomé- bourg et de la Vallée de la Bièvre, ce qui com-
ration de Forbach et représente moins que celle pense la perte de 600 habitants enregistrée à
de Thionville. Sarrebourg même.La croissance de la population (+2,4% ral de la population. À l’horizon Attraction alsacienne
en sept ans) est supérieure à celle enre- 2020, les effectifs des 60 ans et sur les actifs
gistrée en Moselle (+1,3%)ouenLor- plus devraient s’élever à 26 000 per-
Fin 2004, la population active oc-raine (+1,1%). Elle est plus forte dans sonnes, contre 19 000 en 2006.
cupée* du Sud Mosellan est estiméel’arrondissement de Château-Salins
à 34 300 personnes, dont 15 000 (soitApports démographiques :(+3,8%) que dans celui de Sarrebourg
44%) habitent et travaillent dans leur(+1,8%). Dans le département, elle est migratoire à l’ouest, naturel
communauté de communes (CC),eten deçà de celle de l'arrondissement à l’est
8 400 (soit 24%) occupent un emploide Thionville-Est (+5,7%) et avoisine
L’évolution de la population dépend dans une autre CC du territoire. La CCcelles de Boulay-Moselle (3,1%)et
de deux facteurs : le solde naturel de l’agglomération de Sarrebourg estMetz-Campagne (+2,7%).
(différence entre les naissances et les le premier pôle d’emploi avec près de
Elle s’est accompagnée d’une accé-
décès) et le solde migratoire (écart 11 000 postes offerts.
lération de la construction neuve :
entre les arrivées et les départs). Dans Mais surtout, 10 900 actifs résidents450 nouveaux logements ont été le Sud Mosellan, ces deux éléments (soit 32%) travaillent hors du péri-commencés chaque année de 1999 divergent selon que l’on se situe à mètreduSud Mosellan(contre 25%à 2005 (contre 275 annuellement du- l’ouest ou à l’est.
en 1999 et 20% en 1990), ce qui tra-
rant la décennie 1990), 500 en 2006 et
Dans l’arrondissement de Châ- duit la réalité d’une économie dejusqu’à 850 en 2007. En 2008, le
teau-Salins, le solde naturel est à plus en plus résidentielle. Pour cessecteur enregistre toutefois, ici
peine positif, comme c’est le cas de- actifs, le premier pourvoyeur d’em-comme presque partout ailleurs en
puis 25 ans, mais l’excédent migra- plois à l’extérieur est l’Alsace oùLorraine, un net ralentissement
toire apparu dans la décennie 1990 3 600 personnes se rendent quoti-avec seulement un peu plus de 400
atteint désormais 140 personnes diennement, dont 2 100 dans l’ar-nouvelles constructions.
par an (670 arrivées pour 530 départs), rondissement de Saverne tout
Cette attractivité des franges ouest et constitue le moteur de la crois- proche, et 1 100 dans ceux de
et est du Sud Mosellan semble sance démographique. Au contraire, Strasbourg**. La région alsacienne
s’exercer sur les jeunes ménages dans l’arrondissement de Sarre- est ainsi plus attractive sur les actifs
avec enfant(s). Elle tombe à point bourg, le solde naturel soutient à lui que les arrondissements de Metz**
nommé car elle permet un renouvel- seul la croissance avec un excédent qui en attirent 2 100, de Forbach et
lement et un rajeunissement de sa annuel de 160 individus. Car si les Nancy 1 300 chacun, et de Sarre-
population, au moment où les scé- départs semblent être moins nom- guemines 740. Territorialement, l’at-
narios de projection de population breux ces dernières années, le défi- traction alsacienne concerne surtout
prévoient, ici comme ailleurs, une cit migratoire subsiste, malgré des les actifs de la CC de Phalsbourg qui
augmentation du nombre de person- arrivées plus amples (1 200 arrivées sont 30% à travailler de l’autre côté
nes âgées et un vieillissement géné- mais autant de départs chaque année). des Vosges ; alors que l’attraction
messine s’exerce sur 27% des actifs
du canton de Delme.
Seulement 47 habitants par km²
À l’inverse, 4 100 actifs n’habitant pas
Densité de population en 2006 (habitants / km²) dans le Sud Mosellan viennent y tra-
2 000à16000
vailler. Parmi eux, 1 200 viennentde800à2000
de 200 à 800 Arr. Château-Salins : 30 d’Alsace (dont 750 habitent l’arrondisse-
Arr. Sarrebourg : 64de 100 à 200
ment de Saverne), 600 viennent de l’ar-Sud Mosellan : 47
de 50 à 100
Moselle : 167 rondissement de Lunéville, 570 dede 25 à 50 Lorraine : 99
moins de 25 celui de Forbach, 380 de celui de
Nancy, 360 de ceux de Metz** et 250
de celui de Sarreguemines.
Metz
Des revenus plus faibles,
mais une pauvreté-
précarité moindre
Le Sud Mosellan tire une partie non
négligeable de ses ressources de l’ex-
Château-Salins térieur, tout en maintenant le clivage
est-ouest à l’intérieur du territoire.
Sarrebourg En 2006, le revenu médian annuel
par unité de consommation (UC) desNancy
ménages du Sud Mosellan s’établit
Strasbourg
* Hors personnels militaires et civils des
armées
Source : Insee, recensement de la population 2006 ** Ville et campagne
2
© IGN - Insee 2009à 16 050 euros, soit légèrement plus faibles) montre toutefois que la ans vivent sous le seuil de pauvreté.
moins que celui des ménages du population du territoire est globale- C’est le cas à Albestroff, Azoudange,
département (16 200). Mais il ment plus homogène. La dispersion Bréhain, Burlioncourt, Fleisheim, Fré-
masque un écart important entre les des revenus s’établit à 3,7, contre mery, Gerbécourt, Villers-sur-Nied et
ménages de l’arrondissement de plus de 4 partout ailleurs en Moselle Zommange.
Sarrebourg qui déclarent un revenu et jusqu’à8àMetz. Seulela CC de Par ailleurs, la moitié des 1 700 béné-
par UC de 16 300 euros, et ceux de l’agglomération de Sarrebourg fait ex- ficiaires du Revenu Minimum d’Inser-
l’arrondissement de Château-Salins ception à cette règle avec un rapport tion (RMI) vivent dans seulement
où il est inférieur de 700 euros. Les interdécile égal à 4,6. quatre communes (Sarrebourg, Phals-
ménages de la CC du Pays des deux
bourg, Dieuze et Château-Salins)alorsParmi les allocataires de la CaisseSarres avec un revenu médian de même que ces communes ne regrou-d’allocations familiales du Sud Mosel-16 950 euros sont nettement plus pent que 25% de la population totale.lan, 9 200 vivent avec des revenus (yaisés que leurs homologues des
compris prestations, mais avant impôt)in-cantons de Vic-sur-Seille (15 300 eu-
férieurs au seuil de pauvreté fin 2007 Des atouts pourros) et Albestroff (14 800 euros).
(871 euros par mois et par UC), ce qui un tourisme vert
La proximité avec l’Alsace et parti- représente 12% des habitants de
culièrement le Bas-Rhin, où le sa- moins de 65 ans. Cette proportion est À l’heure où l’urbanisation ne cesse
laire brut horaire moyen est de inférieure de trois points à celle re- de s’étendre, le Sud Mosellan béné-
15,80 euros (contre 14,10 euros dans levée en Moselle et en Lorraine, et ficie d’un patrimoine naturel préservé,
l’arrondissement de Sarrebourg), béné- très en dessous de celle observée à travers notamment la présence de
ficie à la partie est du territoire. dans l’arrondissement de Forbach nombreux étangs, dont ceux de Gon-
La dispersion des revenus (rapport (20%) et à Metz (21%). Cependant, drexange, Lindre (réserves ornitholo-
entre les 10% des ménages qui déclarent une pauvreté rurale existe dans quel- gique et Natura 2000), Mittersheim et
les revenus les plus forts et les 10% des ques petites communes où plus du du Stock, appréciés des pêcheurs,
ménages qui déclarent les revenus les quart des habitants de moins de 65 des amoureux des oiseaux, des cam-
Croissance à l'est de Sarrebourg et autour de Delme
DelmeDelmeDelmeDelmeDelmeDelmeDelmeDelmeDelme
Fénétrange
Dieuze Saint-Jean PhalsbourgGosselming Hilbesheim
-Kourtzerode Danne-et-
Viic-sur-Seille Réding Quatre-Ventsiii
HenridorfffSarrebourgf
HommartingHommartingHommartingHommartingHommartingHommartingHommartingHommartingHommarting
Maizières-lès-Vic
BrouderdorfffffRéchicourt
Lorquin-le-Château Dabo
Abreschviller
Taux d'évolution (%)
200 habitants14 ou plus Arr. Château-Salins : +3,8
de0à7 Arr. Sarrebourg : +1,8
SudMosellan:+2,4
de-7à0
Moselle : +1,3
moins de -7 Lorraine : +1,1
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2006
3
IGN - Insee 2009
©
© -peurs et des autres propriétaires de de fer forestier d’Abreschviller, le Toutefois, l’élément majeur du sec-
résidences secondaires. musée du sel de Marsal, celui teur est l’ouverture de Center
consacré à Georges de La Tour à Parcs qui, dès 2010, va venir bou-Cet environnement préservé ex-
Vic-sur-Seille, la chapelle des Cor- leverser et booster l’activité touris-plique entre autres le classement de
deliers et ses vitraux de Chagall à tique dans le Sud Mosellan.49 de ses communes dans le Parc
Sarrebourg, les fortifications deNaturel Régional de Lorraine, et de Le développement d’une économie
Vauban à Phalsbourg, le centre dePhalsbourg dans celui des Vosges résidentielle et les nouvelles opportu-
bien-être de Langatte et plusieursdu Nord, soit près du tiers du terri- nités dans le tourisme ne doivent pas
haltes fluviales.toire. Autant d’atouts pour un tou- pour autant faire oublier que le Sud
risme vert prisé des citadins à la Mosellan s’appuie toujours sur des
L’activité touristique a générérecherche d’espaces de détente. Et activités traditionnelles qui constituent
1 100 emplois en 2006, dont lesceux-ci sont nombreux dans un son socle identitaire : l’agriculture,
deux tiers dans la restauration etrayon proche : les agglomérations l’industrie et l’emploi public.
un quart dans l’hébergement. Ellede Forbach, Metz, Nancy, Stras-
se retrouve essentiellement dansbourg, mais aussi Sarrebrück, re- 23 600 emplois salariés
l’arrondissement de Sarrebourg.groupent ensemble près de deux
Mais pour la moitié des 850 sala- Début 2007, le Sud Mosellan offremillions d’habitants à une heure de
riés concernés, elle ne s’effectue près de 23 600 emplois salariésvoiture ou moins.
qu’à temps partiel. dans son périmètre (hors intérim et
Pour les accueillir, le territoire dis-
pose de 18 hôtels homologués et de
leurs 312 chambres. Les touristes Center Parcs : plus de 600 emplois directs en 2010
séjournent aussi dans les 13 cam-
èmeLe 4 Center Parcs de France, village de loisirs composé de 870
pings homologués qui offrent 2 200
cottages en bois regroupés autour d’une bulle tropicale, avec une ca-
emplacements à leur clientèle. Un
pacité de 4 080 lits, ouvrira en 2010 au Bois des Harcholins. D’une
nombre important de ces emplace-
superficie de 440 hectares, dont 3 lacs, il sera situé sur les commu-
ments, bungalows ou mobil-homes
nes de Hattigny, Niderhoff et Fraqueling. Un positionnement qui vise
loués à l’année, font partie des
notamment à attirer une clientèle allemande, belge, luxembourgeoise
5 200 résidences secondaires
et suisse, tout en bénéficiant de la proximité du TGV-Est européen
(source DRE) situées dans le Sud
pour les touristes parisiens, alors même que ces équipements cou-
Mosellan et appréciées notamment
verts permettent de gommer la saisonnalité.
des voisins allemands. L’arrondisse-
ment de Sarrebourg en compte à lui Sa réalisation représente un investissement de l’ordre de 240 mil-
seul 3 900, soit 13% de son parc de lions d’euros pour le Groupe Pierre et Vacances.
logements*. Dans la commune de
Center Parcs permettra la création de 620 à 670 emplois directsMittersheim, 500 résidences secon-
(équivalant à 470 emplois à temps plein) ainsi que de nombreux em-daires sont recensées, à Rhodes
plois indirects, et devrait favoriser la revitalisation d’un secteur mar-400, à Dabo 300, à Diane-Cappelle
qué il y a quelques années par la disparition de l’usine Bata.260, à Langatte 230, etc. En Lor-
raine, seuls les arrondissements de 285 places de formation en hôtellerie-restauration et réception
Saint-Dié-des-Vosges et de Com- sont ouvertes sur la Lorraine, auxquelles s’ajoutent 80 places de
mercy affichent une part de résiden- formation d’animateurs de loisirs (accrobranches, nautisme, etc.).
ces secondaires plus élevée Par ailleurs, 80 places supplémentaires en hôtellerie-restauration et
(respectivement 18% et 16%). réception seront ouvertes spécialement pour faciliter le recrutement.
Ces actions seront dispensées sur les territoires de Lunéville, Sarre-Le parc animalier de Sainte-Croix,
bourg et Saint-Dié-des-Vosges.créé en 1980, regroupe plus de
1 200 animaux, condensé de la
La Région y mène à ce titre des actions d’information et de sensi-
faune européenne, en semi-liberté,
bilisation auprès des publics jeunes sans qualification aux mé-
sur 120 hectares. En 2007, il a ac-
tiers proposés à Center Parcs. Elles visent à anticiper les difficultés
cueilli 193 000 visiteurs, et se situe
traditionnelles de recrutement dans les métiers de l’hôtellerie-restau-
devant le plan incliné de Saint-
ration par l’information précise des conditions d’exercice de ces mé-
Louis-Arzviller et ses 116 800 visi-
tiers sur le complexe touristique. La Région organisera également,
teurs, et tous deux se classent
via Inffolor, des rencontres territoriales pour l’ensemble des bassins
dans les onze sites les plus fré-
de Sarrebourg, Lunéville, Saint-Dié-des-Vosges, Nancy et le Bassin
quentés de Lorraine.
Houiller. Elle diffusera des informations sur les postes à pourvoir, où
la maîtrise de la langue allemande est un avantage à l’embauche, etLes touristes ont également à leur
sur les formations programmées dans les mois à venir. À l’automnedisposition une offre variée qui
2009, d’autres réunions d’informations seront organisées à Sarre-comprend notamment le chemin
bourg et le trajet en Métrolor-TER des personnes invitées aux entre-
tiens d’embauche sera pris en charge par la Région Lorraine (à partir
* Hors logements occasionnels ou va- de l’automne 2009).
cants
4militaires), soit 3,3% de l’ensemble té et l’action sociale, les services FRANCE à Château-Salins, spéciali-
des salariés travaillant en Lorraine. non marchands sont particulière- sé dans la fabrication de produits
Les 5 500 établissements du terri- ment bien représentés. laitiers. Parmi les grands établisse-
toire sont inégalement répartis : ments de ce secteur figure aussi
deux tiers d’entre eux sont locali- NICOLAIT, qui employait près deUne industrie
sés dans l’arrondissement de Sar- 130 salariés fin 2007. Mais, leencore importante,
rebourg et le reste dans celui de groupe LACTALIS, propriétaire demais peu diversifiée
Château-Salins. L’emploi est l’établissement de Sarrebourg de-
concentré : les dix plus grands éta- puis 2006, a décidé de délocaliserEn 2007, l’industrie emploie plus de
blissements regroupent 21% des une partie de la production à Li-6 200 salariés répartis dans un peu
emplois du territoire. sieux dans le Calvados fin 2008.moins de 400 établissements, et
Une soixantaine d’emplois seule-dans des activités assez peu diver-
Le Sud Mosellan possède encore, ment sont maintenus sur le site desifiées.
par rapport au reste de la région, Sarrebourg. Les industries agrico-
Le secteur de la métallurgie et deune forte spécificité agricole, no- les et alimentaires du Sud Mosel-
la transformation des métaux re-tamment dans le Saulnois. lan se caractérisent aussi par la
groupe 1 400 salariés, soit plus
présence de plus d’une centaineLe secteur industriel, marqué par d’un cinquième des effectifs in-
de petits établissements.une forte réduction de ses effec- dustriels du territoire. La pré-
Le territoire conserve une forte spéci-tifs entre 2000 et 2007 (-1 700 em- sence de FERCO INTERNATIONAL à
ficité dans les activités liées aux pro-plois), avec notamment la Réding, fabricant de serrures et
duits minéraux. Près de 1 000disparition de BATA, occupe néan- de ferrures, plus gros employeur
salariés travaillent dans ce secteur,moins une place encore impor- du Sud Mosellan et neuvième em-
ce qui représente 4,2% de l’emploitante aujourd’hui. Avec plus de ployeur privé de la région, con-
salarié total, contre seulement 1,1%6 200 salariés, il représente 27% tribue fortement à cette part non
en Lorraine. Aujourd’hui, trois établis-de l’emploi du territoire, contre négligeable.
sements, SCHOTT VTF, FICOMIRRORS21% en Lorraine.
Avec environ 1 300 emplois, les in- et HOLCIM, emploient 80% de cette
Le secteur tertiaire emploie 62% dustries agricoles et alimentaires main-d’œuvre.
des salariés, poids proportionnelle- occupent également une place de L’industrie du bois et du papier
ment moins important qu’au niveau choix sur le territoire. Plus de 200 emploie environ 900 salariés. Les
régional (71%). Avec plus de 28% salariés travaillent dans un établis- quatre grands établissements, dont
des emplois tertiaires dans la san- sement du groupe SENOBLE ALCAN PACKAGING, DEPALOR, JUNG
De grands établissements positionnés surtout autour de Sarrebourg
Établissements industriels de plus de 90 salariés en 2007
Industries agricoles et alimentaires
Habillement, cuir
Équipements du foyers mécaniques
Produits minéraux
Bois et papier
Métallurgie
Jung AlbertSenoble France Ficomirrors France
Ferco
SteelcaseAlcan
International
Packaging
Depalor
Glacier Garlock Bearings
Raffel
Effectifs
Rapid StaplesNicolait SA
1 000
BG Services
Holcim
Mephisto
180
Schott VTF
Attention :
- Nicolait SA : une partie de la production a été délocalisée à Lisieux (Calvados) fin 2008. Scieries réunies
Seuls 60 emplois sont conservés sur le site de Sarrebourg. d'Abreschviller
- Scieries réunies d'Abreschviller : deviennent Abreschviller Sciages en janvier 2009
et n'emploient plus qu'une soixantaine de salariés.
Source : Insee, Epure 2007
5
© IGN - Insee 2009ALBERT et les SCIERIES RÉUNIES biens intermédiaires. Ainsi, l’entre-Dépendance à des centres
D’ABRESCHVILLER, regroupent 80% prise FERCO INTERNATIONAL estde décision externes
des salariés. Toutefois, l’industrie du une entité du groupe allemand
bois et du papier est particulièrement À côté de sa dépendance structu- GRETSCH-UNITAS. L’usine de trans-
touchée par la crise économique sur- relle à certains secteurs de l’in- formation de verre plat, SCHOTT
venue en 2008, avec notamment le dustrie, le Sud Mosellan doit faire VTF, est détenue par un groupe al-
ralentissement du marché de la cons- face à une dépendance décision- lemand. Le fabricant de papier et
truction et la faiblesse de l’industrie nelle : celle des grandes entrepri- de carton, ALCAN PACKAGING,est
lourde en général (bois de calage). Ain- ses et des groupes nationaux et un établissement d’un centre de
si, les SCIERIES RÉUNIES avec plus étrangers. décision canadien. À l’inverse, les
d’une centaine de salariés, ont été activités de l’économie résiden-En effet, près de 46% des emplois
placées en redressement judiciaire tielle (construction, services aux parti-du secteur marchand non agricole
en octobre 2008. Elles deviennent culiers, commerce) sont plutôtdépendent d’entreprises ou de grou-
ABRESCHVILLER SCIAGES en janvier autonomes.pes dont le siège est implanté hors
2009, et n’emploient plus que 60 sa- du territoire. Cette part est de 51% Par ailleurs, près de 1 400 établis-lariés. sur l’ensemble de la Lorraine et at- sements ont leur siège social im-
teint même 54% en Moselle. La dé- planté dans le Sud Mosellan. Ils
Le secteur de l’habillement et du pendance à des centres de décision emploient au total 11 700 salariés,
cuir est le plus spécifique du terri- extérieurs peut être perçue comme dont un sur trois travaille hors du
toire. En termes d’emploi, l’activité une faiblesse de l’économie d’un territoire. Cette part est importante
est 6,5 fois plus importante dans le territoire, mais elle peut également comparée à la région, où seulement
Sud Mosellan qu’en moyenne lor- présenter des avantages. Le niveau un salarié des groupes lorrains sur
raine, et ce malgré la fermeture du de dépendance peut être un indica- dix travaille dans un établissement
site BATA à Moussey en 2002. L’u- teur de l’attractivité d’une zone pour extérieur à la Lorraine. À titre
sine MEPHISTO, employant 90% les entreprises extérieures. d’exemple, l’entreprise FM LOGISTIC
des 500 salariés du secteur, est
Dans le Sud Mosellan, l’économie à Phalsbourg dispose de nombreux
aujourd’hui l’établissement emblé-
productive (industrie des biens de établissements de transports rou-
matique du territoire.
consommation, des biens in- tiers de marchandises et de condi-
termédiaires, énergie, industrie des tionnement dans toute la France.
Les 1 100 autres emplois industriels biens d’équipement) est fortement
du territoire se répartissent dans les dépendante de centres de décision
Emploi tertiaire :industries des équipements mécani- extérieurs. Dans l’industrie des
dominante des servicesques (GLACIER GARLOCK BEARINGS à biens de consommation notam-
Dieuze, RAFFEL à Sarrebourg), des non marchandsment, le fabricant de meubles de
équipements du foyer (STEELCASE à bureau, STEELCASE, est détenu par
Sarrebourg), de la chimie-caout- un groupe américain. Les groupes Le secteur tertiaire emploie près
chouc-plastique (FLEXTAINER à étrangers du Sud Mosellan sont de 14 700 salariés dans le Sud
Schalbach) et de l’énergie. aussi présents dans l’industrie des Mosellan. Environ trois emplois
Une spécificité monopolistique dans la chaussure
Spécificité
7
Habillement, cuir
5
Produits minéraux
Agriculture Armée
3 IAA
Santé, action socialeBois-papier Commerce
Équipements de détail
du foyer
Construction
Poids dans l'emploi salarié total (en %)Hôtels
1
restaurantsCommerce et
Métallurgie
réparation automobiles
Transports
Éducation Administration
-1
0 510 15
Note de lecture : La surface des cercles représentant les activités est proportionnelle aux effectifs de ces secteurs en 2006 : 4 200 pour la santé et l’action sociale, 500 pour l’habillement-cuir, etc.
Le poids est leur part dans l’emploi total du Sud Mosellan.
La spécificité est le rapport entre le poids d’un secteur dans le Sud Mosellan et le poids de ce secteur en Lorraine. Une spécificité de 1 indique qu’un secteur est aussi représenté dans le Sud Mosellan
qu’en Lorraine. Une spécificité supérieure à 1 indique que ce secteur est plus présent dans le Sud Mosellan qu’en Lorraine.
Exemple : habillement-cuir = 2% des emplois du Sud Mosellan et 0,3% de ceux de la région. La spécificité est donc de : 2 / 0,3 = 6,5, soit une activité 6,5 fois plus importante en termes d’emploi
qu’en moyenne lorraine.
Source : Insee, Clap 2006
6sur cinq appartiennent au secteur Avec plus de 2 900 emplois, le com- même été établi en 2007, avec 318
tertiaire non marchand. Avec plus merce n’est pas particulièrement dy- nouvelles entreprises, soit 4% de
de 4 100 emplois, le domaine de namique. Toutefois, l’implantation l’ensemble des entreprises créées
la santé et de l’action sociale est en 2006 d’un magasin de bricolage en Lorraine.
particulièrement important. L’hô- BRICO DÉPÔT à Sarrebourg et d’un Le territoire rattrape son retard
pital spécialisé de Lorquin et le supermarché MATCH à Château- Sa- par rapport au département ou à
centre hospitalier de Sarrebourg lins permet de maintenir le cap. la région, qui ont enregistré des
emploient, à eux deux, 1 500 per- Enfin, le bâtiment représente 8,6% taux de création élevés dès l’an
sonnes. La fonction publique de l’ensemble des salariés du terri- 2000. Malgré une légère baisse
d’État regroupe plus de 2 300 toire en 2007, contre 6,8% en Lor- en 2008, qui s’observe partout
agents. raine. Près de 500 établissements ailleurs, le nombre d’entreprises
emploient environ 2 000 salariés. créées se maintient à un niveau
Le secteur marchand emploie 3 500
Le Sud Mosellan n’a pas profité de élevé (275).
salariés en 2007. Ses effectifs sala-
la dynamique régionale du secteur Plus d’un entrepreneur sur quatreriés ont progressé de 8,3% entre
en termes d’emploi. Sur le terri- a créé son entreprise dans le sec-2000 et 2007, ce qui correspond à
toire, l’emploi dans la construction teur de la construction, contre unla création de près de 500 postes.
n’a progressé que de 3% entre sur cinq en Lorraine. Le commerceDepuis 2000, l’emploi dans l’hôtel-
2000 et 2007 (+7% en Lorraine). de détail a attiré 17% des créa-lerie et la restauration est en forte
teurs (15% au niveau régional). Seu-augmentation (250 emplois supplé-
lement 8% des créations ont étéDynamismementaires). Les services aux entre-
enregistrées dans les activités deprises, avec environ 250 emplois de la création
conseil et assistance (12% en Lor-créés, se sont fortement développés d’entreprises
raine). Les professionnels de lasur le territoire. Ces nouveaux em- depuis 2004
santé et de l’action sociale repré-plois appartiennent notamment au
sentent 8% des créateurs dans ledomaine des services opérationnels Depuis 2004, la création d’entrepri-
Sud Mosellan, comme en Lorraine.(sécurité, nettoyage, assainissement, ses est particulièrement dynamique
Le choix des autres créateurs d’en-gestion des déchets, etc.). dans le Sud Mosellan. Un record a
L'économie productive dépendante de l'extérieur
Dépendance forteDépendance faible
rayonnement fortrayonnement fort
Taux de contrôle
80
Transports
60 Services aux
entreprises
40
020 40 60 80Moyenne Sud Taux de dépendance
Mosellan
Industrie automobile
20 Industries des biens
Commerce
intermédiaires
Services aux
Industries des biens
particuliers
Activités Industries des biensd'équipement
de consommationimmobilières IAA
Construction
Activités financières Énergie0
Dépendance faible Dépendance forte
rayonnement faible rayonnement faible
Note de lecture : L'axe horizontal représente le taux de dépendance du Sud Mosellan, c'est-à-dire le rapport entre le nombre de salariés dépendant d'entreprises ou de groupes dont le siège
est implanté hors du territoire et le nombre de salariés total du Sud Mosellan. L'axe vertical représente le taux de contrôle, c'est-à-dire le rapport entre le nombre de salariés travaillant en dehors
du territoire, mais pour des centres de décision implantés dans le Sud Mosellan, et le nombre total de salariés de ces centres de décision.
Dans l'industrie des biens de consommation, le taux de dépendance est de 85% (85% des emplois de ce secteur dépendent d’entreprises ou de groupes dont le siège est implanté hors du territoire).
Le taux de contrôle est de 10% (10% des salariés des centres de décision de ce secteur implantés dans le Sud Mosellan travaillent dans un établissement situé hors du territoire).
Source : Insee, Clap - Lifi 2006
7treprise s’est porté sur les services Si la création d’entreprises pré- toire ou de dynamiser l’activité
personnels (soins de beauté, coif- sente l’avantage de développer existante, la reprise d’entreprise
fure) ou l’hôtellerie-restauration. de nouvelles activités sur un terri- permet d’assurer le maintien du
tissu économique, de l’emploi et
du savoir-faire. Au moins 930 en-
Créations d'entreprises en hausse depuis 2004 treprises* présentes sur le terri-
toire ont un dirigeant âgé de plus
Sud Mosellan de 50 ans, qui devrait prendre saIndice base 100 en 1998190
retraite dans les années à venir.Moselle
Ces entreprises emploient plus
170 de 2 200 personnes, soit 9% de
Lorraine l’ensemble de l’emploi salarié du
territoire. Le transport est particu-150
lièrement concerné par le pro-
blème de la transmission : 57%
130 des chefs d’entreprise ont plus de
50 ans, notamment dans le trans-
port routier de marchandises.110
90
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 * «Au moins 930», car l’âge du chef d’en-
treprise n’est disponible que pour 77%Source : Insee, Répertoire des Entreprises et des Établissements (Sirene)
des entreprises du Sud Mosellan.
Sud Mosellan : quatre grands enjeux
Maintenir et développer les aménités
Assurer la pérennité des entreprises
à la population (bourgs relais,
dont le dirigeant est âgé
résidences secondaires,
et de leurs emplois
transports collectifs,
Sarrebourgeois
garde d'enfants…) Maintenir le contact
et Castelsalinois, Accompagner
avec les dirigeants
Préserver mais aussi Savernois, la création
des grands groupes
le cadre de vie Messins et Nancéiens d''entreprises
Continuer
à tirer parti de l'attractivité Agir en direction
sur les ménages alsaciens, du tissu productif
messins et nancéiens
Continuer à bénéficierPasser le cap
d'une population activedes restructurations
très occupéemilitaires
RépondreSoutenir les initiatives Saisir les opportunités Monter des plans
aux attentesde reconversion de formationdans les services
des jeunesà Dieuze pour les métiersà la population
Faire émerger et des femmesen tension et les besoins(besoins des bi-actifs, Garantir
des activités de Center Parcsvieillissement, …) l'accessibilité
autour de l'arrivée aux marchés
de Center Parcs du travail extérieurs
Le site de Dieuze touché par la restructuration des armées
Avec plus de 3 000 militaires répartis sur trois sites (Dieuze, Phalsbourg et Sarrebourg), le Sud Mosellan détient encore une spécificité dans
l’armée. Le poids des est proportionnellement 3,6 fois plus important sur le territoire que sur l’ensemble de la région. La restructuration
ème
des armées, décidée en 2008, remet en cause ce schéma traditionnel et pèse sur le 13 Régiment de Dragons Parachutistes de Dieuze. Les
920 militaires du site seront transférés, mais l’emploi de la trentaine de civils du régiment est menacé. Sur la seule commune de Dieuze, 100 fa-
ème
milles et 200 enfants sont concernés. La réorganisation des armées va également entraîner la fermeture de la 15 Base de Soutien du Maté-
riel à Phalsbourg (75 militaires).
8Dans le commerce, un chef d’en- 53% des chômeurs (contre 48% en D’autres formations, préparant à
treprise sur deux a atteint la cin- Moselle et en Lorraine). La reconver- des diplômes de type CAP, BEP ou
quantaine, dont 165 dans le sion ou le reclassement difficile Baccalauréat professionnel, sont
commerce de détail. La moitié des femmes, salariées de l’usine également dispensées : services à
des entreprises des services opé- BATA, est une des explications fré- la personne (coiffure, esthétique),
rationnels (sécurité, nettoyage et quemment avancées. électricité et électronique, hôtel-
services divers aux entreprises) ont lerie et restauration, secrétariat,De même, les jeunes sont propor-
un dirigeant senior. Enfin, dans le travail du bois, sécurité des bienstionnellement plus affectés par le
domaine de la santé et de l’action et des personnes, mécanique, etchômage dans la zone d’emploi de
sociale, près de 47% des profes- travail du verre.Sarrebourg que dans les autres
sionnels (médecins, infirmiers, den- zones d’emploi de la région. Enfin, en 2007, le Conseil Régio-
tistes, etc.) pourraient partir en nal de Lorraine a permis à près de
retraite dans les dix prochaines 300 personnes de suivre une for-Formations courtesannées. mation dans la zone d’emploi de
et professionnalisantes
Sarrebourg.
Toujours le plus faible
Dans la zone d’emploi de Sarrebourg, Cette offre de formation répond
taux de chômage
les différentes formations proposées partiellement aux besoins de
de la région sont plutôt courtes et ont une voca- main-d’œuvre identifiés sur le terri-
Historiquement, la zone d’emploi tion professionnelle affirmée. toire. Entre 2005 et 2007, les of-
de Sarrebourg* a toujours affiché fres d’emploi durable pour lesLors de l’année scolaire
le taux de chômage le plus faible postes d’employé ou d’opérateur2007-2008, le Centre de Formation
de la région. Cette situation de- de l’informatique sont plus impor-des Apprentis, situé à Sarrebourg,
meure encore aujourd’hui avec tantes que le nombre de candi-a accueilli près de 230 élèves,
un taux de chômage qui se main- dats. Dans les zones d’emploidans des domaines aussi divers
tient à un niveau relativement bas voisines, d’autres métiers en ten-que l’hôtellerie, la restauration, l’a-
(6,5% au quatrième trimestre 2008, sion, qui pourraient être occupésgro-alimentaire, le commerce ou la
soit 1,5 point de moins qu’en Moselle par des actifs du territoire, sont dé-vente. Le lycée Mangin à Sarre-
et 1,6 de moins qu’en Lorraine). tectés entre 2005 et 2007 : les zo-bourg a formé 59 étudiants en BTS
Toutefois, entre février 2008 et nes d’emploi de Sarreguemines etde “Management et Unités Com-
février 2009, le nombre de de- de Metz manquent d’enseignants ;merciales” et 24 en BTS des “Sys-
mandeurs d’emploi a augmenté à Nancy, des emplois de techni-tèmes Électroniques”. À Dieuze,
de 26% (contre 19% en Moselle et cien des assurances ne sont pasune quarantaine d’élèves étaient
15% en Lorraine) et représente pourvus.inscrits en BTS “Assistant de Ges-
plus de 3 900 personnes. tion des PME-PMI”aulycée Her-
La part des chômeurs de longue mite. Par ailleurs, sur ce territoire
durée est particulièrement faible où l’agriculture est encore très pré-
(18% dans le Sud Mosellan, 22% en sente, le lycée agricole de Châ-
Philippe DEBARD
Moselle et 25% en Lorraine). Par teau-Salins comptait 340 élèves à
contre, les femmes représentent la rentrée 2008. Laurence LABOSSE
Un taux de chômage historiquement bas
Taux de chômage trimestriels (en moyenne trimestrielle - données CVS - en %)
9
Lorraine8
Moselle
7
Zone d'emploi
de Sarrebourg
6
5 * La zone d’emploi de Sarrebourg cor-
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
respond aux deux arrondissements de
Château-Salins et Sarrebourg, moins
Source : Insee
le canton de Delme.
9Savoir plus :
La Maison de l’Emploi du Sud Mosellan
- Économie de la Moselle-Est : un ap-
pareil productif en mutation accélérée,
Les objectifs des Maisons de l’Emploi - loi du 13 fé-Économie Lorraine n°131 - juin 2008
vrier 2008 - Art.L.311-10- Moselle : une économie plus diver-
sifiée, des territoires aux profils con-
Les maisons de l’emploi (…) concourent à la coordination des
trastés, Économie Lorraine n°100 -
politiques publiques et du partenariat local des acteurs publicsoctobre 2007
et privés qui agissent en faveur de l’emploi, de la formation, de- Pays de Sarrebourg : l’économie so-
ciale et solidaire contribue à la cohé- l’insertion et du développement économique.
sion du territoire, Économie Lorraine
n°81 - mars 2007 À partir d’un diagnostic partagé, elles exercent notamment une
- Moselle : une double dynamique mé- mission d’observation de la situation de l’emploi et d’anticipation
tropolitaine et transfrontalière, Éco- des mutations économiques. Elles contribuent à la coordination
nomie Lorraine n°44 - février 2006
des actions du service public de l’emploi et participent (…) :
Sites internet :
www.insee.fr * à l’accueil, l’information, l’orientation et l’accompagne-
www.moselle.cci.fr ment des personnes à la recherche d’une formation ou
d’un emploi ;
* au maintien et au développement de l’activité et de
l’emploi, ainsi qu’à l’aide à la création et à la reprise
d’entreprise.
En lien avec les entreprises, les partenaires sociaux, les cham-
bres consulaires et les branches professionnelles, elles contri-
buent au développement de la gestion territorialisée des
ressources humaines.
La Maison de l’Emploi du Sud Mosellan
Labellisé en juillet 2005, conventionné en décembre 2006, le
projet est porté par une association présidée par M. Alain
MARTY (député-maire de Sarrebourg) et pilotée par ses mem-
bres constitutifs : État-Pôle emploi-PAIO et les huit intercommu-
nalités du territoire sud mosellan. Son intervention s’organise en
respectant le niveau stratégique du bassin d’emploi de Sarre-
Ministère de l’Économie, bourg - Château-Salins, deux espaces ressources à Sarrebourg
de l’Industrie et de l’Emploi et Château-Salins munis d’espaces cyber-base emploi, et un ré-
Insee
seau de proximité à travers plusieurs points emploi.
Institut National de la Statistique
et des Études Économiques Les actions envisagées s’inscrivent dans les trois missions prin-
Direction Régionale de Lorraine
cipales assignées aux Maisons de l’Emploi :15, rue du Général Hulot
CS 54229
1- Observer, anticiper et s’adapter aux besoins du territoire54042 NANCY CEDEX
Tél : 0383918585
* mise en œuvre d’un observatoire dédié à la connais-Fax: 0383404561
www.insee.fr/lorraine sance de données liées à l’emploi, la formation, l’inser-
tion et le développement économique pour construireDIRECTEUR DE LA PUBLICATION
des plans d’actions adaptés aux besoins du territoire.Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
2- Favoriser l’accès et le retour à l’emploi
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA * organisation et professionnalisation du réseau des
Gérard MOREAU points emploi sur le territoire afin d’assurer des mis-
RESPONSABLE ÉDITORIALE sions d’accueil et d’accompagnement. Finaliser les
ET RELATIONS MÉDIAS centres de documentation et la programmation d’ate-
Brigitte VIENNEAUX
liers au sein des espaces cyber-base emploi.
RÉDACTRICE EN CHEF
3- Développement de l’emploi, gestion prévisionnelle des em-Agnès VERDIN
plois et des compétences, et création d’entreprise
RÉALISATION DE PRODUITS
ÉDITORIAUX * développer et organiser les relations avec les entrepri-
Édith ARNOULD ses. Promouvoir les clauses d’insertion dans les mar-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
chés publics et agir sur les gisements d’emploi dans le
ISSN : 0293-9657
domaine des services à la personne.
© INSEE 2009
10

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin