Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Tableaux de léconomie bas-normande. Agriculture-Pêche

De
16 pages
En 2006, la Basse-Normandie consacre 77 % de son territoire à l'agriculture, contre 81 % en 1990. Cette forte proportion, qui demeure inégalée en France, est sensiblement égale pour les trois départements composant la région. La surface agricole utilisée, 1 370 milliers d’hectares, a perdu près de 10 hectares par jour depuis 1990. Les terres arables gagnent chaque année du terrain. Dédiées essentiellement aux céréales et aux cultures fourragères, elles occupent 53 % du territoire agricole. Seul le département de la Manche compte plus de prairies que de terres cultivées.
Voir plus Voir moins

AGRICULTURE - PÊCHE
En 2006, la Basse-Normandie consacre 77 % de son territoire à l'agriculture, contre 81 % en
1990. Cette forte proportion, qui demeure inégalée en France, est sensiblement égale pour les
trois départements composant la région. La surface agricole utilisée, 1 370 milliers d’hectares,
a perdu près de 10 hectares par jour depuis 1990. Les terres arables gagnent chaque année du
terrain. Dédiées essentiellement aux céréales et aux cultures fourragères, elles occupent 53 % du
territoire agricole. Seul le département de la Manche compte plus de prairies que de terres
cultivées.
Exploitations : moins nombreuses mais plus vastes
Fin 2005, la Basse-Normandie comptait 27 000 exploitations agricoles. Depuis 2000, année
du dernier recensement agricole, la région a perdu près de 1 800 fermes chaque année. Les
petites et moyennes structures s’effacent au profit des plus grandes. Exploitations
professionnelles et exploitations dites « de complément » coexistent toujours dans le paysage
agricole, et cette dualité caractérise la Basse-Normandie. Cependant, le poids économique de
l’agriculture régionale repose essentiellement sur les premières, qui valorisent 92 % des terres.
La surface moyenne des exploitations professionnelles augmente au fil des ans. De ce fait, les
exploitations individuelles laissent peu à peu la place aux formes sociétaires (GAEC et EARL)
même si elles dominent toujours.
L’élevage avant tout
Bien que sa suprématie s’estompe, la production laitière demeure la toile de fond de
l’agriculture bas-normande. Une exploitation professionnelle sur deux est un éleveur laitier. La
primauté de l’activité laitière ne se discute pas à l’ouest de la région mais sa prédominance
s’affaiblit graduellement à l’est , du Pays d’Auge vers les plaines. Si les exploitants professionnels
essaient de développer une activité céréalière ou oléoprotéagineuse, les non
optent essentiellement pour l’élevage de bovins et d’ovins à destination bouchère. Au total
cependant, l’élevage domine dans huit exploitations sur dix.
2006 : un revenu en croissance
En 2006, et pour la seconde année consécutive, le revenu des agriculteurs bas-normands s’est
fortement redressé. Il reste inférieur de 46% au niveau national, et ne place la Basse-Normandie
equ’au 20 rang des régions françaises. En 2006, les prix bien orientés ont compensé très
largement le recul de la plupart des productions; d'où des recettes en progression significative (à
l’exception notable cependant de la production laitière). La hausse des aides est venue amplifier
cette embellie conjoncturelle. Mais la flambée des prix du pétrole , elle, a grevé les coûts de
production. Au final, le revenu par actif est le meilleur depuis huit ans.
Pêches maritimes : des coquillages avant le poisson
Les ventes des pêches maritimes ont atteint près de 96 millions d’euros en 2006, soit 12 % de la
valeur des transactions métropolitaines. La Basse-Normandie se distingue surtout par sa
production de coquillages, qui devance légèrement celle de poissons. Plus de la moitié des
tonnages de coquilles St-Jacques, moules et coques vendus en France provient de la région.
Tableaux de l’économie bas-normande -2008 17915 AGRICULTURE - PÊCHE
Quelques définitions
Étangs en rapport : enclos à poissons utilisés pour la Surfaces toujours en herbe : surfaces enherbées,
pisciculture, la pêche non labourées depuis au moins six ans.
Terres arables : terres labourées sur lesquelles se
Jachères : terres non mises en culture ou portant des succèdent les cultures.
cultures non destinées à être récoltées. Les jachères
Territoire agricole non cultivé : comprend les landes
portant des cultures industrielles sont exclues car fi-
non productives, friches, terres incultes, landes nongurant dans les cultures correspondantes.
pacagées, exploitations abandonnées, cultures per-
manentes abandonnées, chemins d’exploitation
Peupleraies en plein : plantations régulières de plus non stabilisés.
de 10 m de largeur et de superficie égale ou supé-
Territoire non agricole : comprend toutes les eauxrieure à 0,05 ha. Elles peuvent être associées à des
intérieures (étangs en rapport exclus), les terres stéri-productions agricoles. Sont englobés les boque-
les, carrières, rochers, parcs, jardins d’agrément,teaux et cordons ; les peupliers d’alignement sont
sols des propriétés bâties (y c. fermes), routes, etc.exclus.
Utilisation du sol : représente l’occupation princi-
Superficie Agricole Utilisée (SAU) : notion norma- pale des surfaces totales. Ces valeurs sont cadrées
lisée dans la statistique agricole européenne qui sur les données de l’Institut géographique national ;
comprend, non seulement les terres arables et les les cultures secondaires n’apparaissent pas.
cultures permanentes, mais aussi les prairies, les pâ-
turages permanents et les jachères.
Pour en savoir plus ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Utilisation du sol, DRDAF de Basse-Normandie - Agreste, 2008
Superficies cultivées, DRDAF de - Agreste, 2008
Graphagri France - Edition 2008, Ministère de l'agriculture et de la pêche - Agreste, 2008
Lee (Alexandre) et Slak (Marie-Françoise), "Les paysages français changent entre 1992 et 2002 :
artificialisation et fermeture des paysages aux dépens du mitage ou de la déprise des zones agricoles" in
Agreste cahiers n° 3, Ministère de l'agriculture et de la pêche, novembre 2007
Fiches thématiques "L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007" Insee Références, Insee, janvier 2007
180 2008 -Tableaux de l’économie bas-normandeRépartition du territoire 15.1
Utilisation du sol en 2006 Unité : hectare
Basse- France
Calvados Manche Orne
Normandie (métropole)
Surface totale (IGN) 560 454 599 156 614 361 1 773 971 54 908 687
Surface agricole utilisée 444 300 467 960 457 650 1 369 910 29 501 852
Exploitations agricoles 390 900 445 800 407 400 1 244 100 27 599 387
Autres 53 400 22 160 50 250 125 810 1 902 465
Territoire agricole non cultivé 3 000 9 100 17 400 29 500 2 544 341
Surface boisée 48 650 39 150 103 500 191 300 15 322 517
Peupleraies en plein 1 800 1 430 2 300 5 530 234 573
Territoire non agricole (sauf étangs en rap-
200 200 500 900 153 497
port)
Etangs en rapport 62 504 81 316 33 011 176 831 7 151 907
Source : Agreste - statistique agricole annuelle
Superficies cultivées des exploitations agricoles en 2006 Unité : hectare
Basse- France
Calvados Manche Orne
Normandie (métropole)
Surface agricole utilisée 390 900 445 800 407 400 1 244 100 27 599 387
Terres arables(y compris prairies) 214 315 213 305 227 960 655 580 18 338 644
Céréales (y compris semences) 103 250 54 000 112 350 269 600 9 048 072
Oléagineux (y compris semences) 18 150 3 750 20 400 42 300 2 117 542
Légumes secs et protéagineux (y compris
9 700 655 5 550 15 905 339 377
semences)
Cultures florales 42 53 15 110 7 916
Autres terres arables 12 843 6 452 13 285 32 580 1 268 343
Jachères 70 330 148 395 76 360 295 085 5 557 394
Cultures permanentes 1 985 1 095 1 140 4 220 1 114 967
Cultures fruitières 1 705 975 1 070 3 750 201 021
Vignes 00 0 0 888 482
Autres cultures permanentes 280 120 70 470 25 464
Surface toujours en herbe 174 600 231 400 178 300 584 300 8 145 776
Source : Agreste - statistique agricole annuelle
Tableaux de l’économie bas-normande -2008 18115 AGRICULTURE - PÊCHE
Quelques définitions
Actifs agricoles permanents : ce sont les actifs fami- Exploitation agricole :est définie, au sens de la sta-
liaux et les salariés permanents. Les actifs familiaux tistique agricole, comme une unité économique ré-
comprennent les chefs d’exploitation et les membres pondant simultanément aux quatre conditions
de leur famille ayant une activité agricole, quelle suivantes :
que soit sa durée : conjoints actifs, co-exploitants
- elle produit des produits agricoles ;dans les exploitations en société et aides familiaux
- elle atteint ou dépasse une certaine dimension(enfants, collatéraux, parents, etc.). La famille active
(superficie, nombre d’animaux, production, etc.) ;agricole des co-exploitants est comptée parmi les
aides familiaux, la quasi-totalité de ses membres - elle est soumise à une gestion courante person-
étant apparentée au chef d’exploitation. nalisée et indépendante ;
- elle est localisée en un lieu géographique précis.
Chef d’exploitation : personne qui assure la gestion
courante et quotidienne de l’exploitation. Elle peut Unité de travail annuel (UTA) : quantité de travail
être différente de la personne considérée comme d’un équivalent temps complet : 2 200 heures par
"exploitant agricole" du point de vue juridique et ré- an. Une UTA peut être constituée par la quantité de
glementaire. À une exploitation correspond un chef travail d’une personne à temps complet ou par celle
et un seul. de deux personnes à mi-temps, etc.
Pour en savoir plus ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Graphagri France - Edition 2008, Ministère de l'agriculture et de la pêche - Agreste, 2008
Fiches thématiques "L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007" Insee Références, Insee, janvier 2007
Rattin (Solange), "Enquête Structure 2005 - Actifs familiaux professionnels : les deux tiers sont des
exploitants" in Agreste cahiers Spécial Structure - n° 4, Ministère de l'agriculture et de la pêche, décembre 2006
Rattin (Solange), "Enquête Structure 2005 - Le travail s’intensifie dans des exploitations professionnelles
toujours agrandies" in Agreste cahiers Spécial Structure - n° 4, Ministère de l'agriculture et de la pêche,
décembre 2006
Rattin (Solange), "Les femmes accèdent lentement à des statuts plus avantageux - En agriculture, la parité
n’est pas de mise" Agreste primeur, n° 175 , Ministère de l'agriculture et de la pêche, mars 2006
182 2008 -Tableaux de l’économie bas-normandePopulation agricole 15.2
Main d’œuvre des exploitations agricoles Unité : nombre
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Chefs d' exploitation et coexploitants 31 976 657 446 40 207 764 457
Conjoints non coexploitants 9 075 193 228 13 781 250 400
Autres actifs familiaux 2 329 102 298 4 294 142 506
Salariés permanents non familiaux 6 231 147 496 6 490 155 647
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillon).
Structure par âge des chefs d’exploitation et coexploitants Unité : %
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0
Moins de 40 ans 18,5 21,3 22,3 26,2
De 40 à 49 ans 26,3 29,1 24,5 27,0
De 50 à 59 ans 32,9 31,5 27,6 26,4
60 ans et plus 22,3 18,1 25,6 20,4
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillon).
Nombre d’unités de travail annuel (UTA) Unité : UTA
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Chefs d' exploitation et coexploitants 22 467 480 503 26 231 538 266
Conjoints non coexploitants 4 710 92 890 7 185 126 973
Autres actifs familiaux 875 40 221 1 638 54 724
Salariés permanents non familiaux 5 008 123 185 5 051 129 965
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillon).
Tableaux de l’économie bas-normande -2008 18315 AGRICULTURE - PÊCHE
Quelques définitions
Exploitation agricole : est définie, au sens de la sta- Faire-valoir direct : superficie qui est la propriété de
tistique agricole, comme une unité économique ré- la personne, physique ou morale, pour le compte
pondant simultanément aux quatre conditions de laquelle elle est exploitée. Cette personne dis-
suivantes : pose librement de ses terres qui ne donnent pas lieu
à paiement effectif d'une redevance.- elle produit des produits agricoles ;
- elle atteint ou dépasse une certaine dimension
(superficie, nombre d’animaux, production, etc.) ; Fermage : superficie exploitée par une personne
- elle est soumise à une gestion courante person- autre que par son propriétaire. Elle donne lieu au
nalisée et indépendante ; paiement d'une redevance et fait l'objet d'un contrat
- elle est localisée en un lieu géographique précis. écrit (bail) ou verbal.
Pour en savoir plus ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Couret (Michel) - DRAF - SRISE, "Les prix du blé et du lait flambent, le prix de la viande en berne" in Bilan
2007 - L'année économique et sociale, Insee Basse-Normandie, juin 2008
Annequin (Jean-Michel), "L'agriculture en 2007 en Europe et en France" Insee Première, n° 1199, Insee,
juillet 2008
Graphagri France - Edition 2008, Ministère de l'agriculture et de la pêche - Agreste, 2008
Fiches thématiques in L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007, Insee Références, Insee, janvier 2007
Lesdos-Cauhapé (Claire), "Les comptes prévisionnels de l'agriculture pour 2007 - Envolée des prix des
céréales et hausse du revenu agricole" Insee Première, n° 1168, Insee, décembre 2007
Le Rey (Éliane) et Saadi (Tayeb), "Les comptes prévisionnels par catégorie d’exploitations en 2007 - Fortes
disparités entre grandes cultures et élevage" Agreste Primeur, n° 204 , Ministère de l'agriculture et de la pêche ,
décembre 2007
Chassard (Mélanie) et Chevalier (Bernard), "Un large éventail de revenus agricoles" in L'agriculture,
nouveaux défis - Édition 2007, Insee Références, Insee, janvier 2007
184 2008 -Tableaux de l’économie bas-normandeExploitations agricoles 15.3
Nombre d'exploitations agricoles selon la taille Unité : nombre
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Ensemble 26 942 545 347 35 759 663 742
Moins de 20 hectares 12 020 236 661 18 552 325 095
De 20 à 50 hectares 4 763 109 096 7 118 138 478
De 50 à 100 hectares 6 772 112 796 7 321 121 993
De 100 à 200 hectares 2 957 69 786 2 443 63 895
200 hectares et plus 430 17 008 325 14 281
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillo
Nombre d'exploitations agricoles selon le mode de faire valoir Unité : nombre
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Faire-valoir direct 19 737 409 249 29 127 561 234
Fermage 18 219 359 662 22 481 405 987
Autres modes de faire-valoir n.s. 25 076 n.s. 36 016
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillon).
Nombre d'exploitations agricoles selon le statut juridique Unité : nombre
Enquête structure 2005 Recensement agricole 2000
Basse- France Basse- France
Normandie (métropole) Normandie (métropole)
Ensemble 26 942 545 347 35 759 663 742
Exploitant individuel 21 475 407 226 30 818 537 751
Société 5 448 137 449 4 883 125 154
GAEC 2 129 43 037 2 108 41 683
EARL 2 570 67 318 2 026 56 830
Autres 749 27 093 749 26 610
Autre statut 19 672 58 837
Source : Agreste - Enquête structure 2005 et recensement agricole 2000 (même échantillon).n).
Tableaux de l’économie bas-normande -2008 18515 AGRICULTURE - PÊCHE
Quelques définitions
Comptes de l'agriculture : les nouveaux concepts de pour lui permettre de compenser l’insuffisance de
la base 2000 retracent l'ensemble de la production certains produits normaux ou de faire face à certai-
agricole, y compris l'intraconsommation. Celle-ci nes charges normales de l’exercice.
étant reprise dans les consommations intermédiai-
Superficie Agricole Utilisée (SAU) : notion norma-res n'influe pas sur la valeur ajoutée ni sur le revenu.
lisée dans la statistique agricole européenne quiLes consommations intermédiaires sont évaluées au
comprend, non seulement les terres arables et lesprix d'acquisition hors subventions et TVA déduc-
cultures permanentes, mais aussi les prairies, les pâ-tible. La production est évaluée au prix de base,
turages permanents et les jachères.c'est-à-dire avec les subventions sur les produits. Le
principal indicateur de revenu est le résultat agricole
Valeur ajoutée : en comptabilité nationale, elle dé-moyen par unité de travail annuel (UTA).
signe la valeur créée par chaque unité de produc-
Revenu net d'entreprise agricole : c'est un nouveau tion. Au prix de base, elle est mesurée par la
concept retenu par le SCEES (Service central des en- différence entre la valeur de la production de biens
quêtes et études statistiques) et l'Insee division agri- et services y compris subventions sur les produits,
culture. Le revenu d'entreprise agricole est un nette des impôts sur les produits, et celle des
concept proche du résultat comptable de la comp- consommations intermédiaires. Au coût des fac-
tabilité privée. Il est obtenu en retranchant au résul- teurs, elle est égale à la valeur ajoutée au prix de
tat agricole net la rémunération des salariés, les base déduction faite des autres impôts à la produc-
charges locatives (fermage) et les intérêts sur em- tion et augmentée des subventions d’exploitation.
prunts. La valeur ajoutée peut être brute (avant déduction
des amortissements) ou nette. La valeur ajoutéeSubventions d’exploitation : sommes accordées à
nette au coût des facteurs s’appelle aussi le résultatl’entreprise à titre gratuit par l’Etat, certaines collec-
agricole.tivités publiques, ou éventuellement d’autres tiers,
Pour en savoir plus ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Graphagri France - Edition 2008, Ministère de l'agriculture et de la pêche - Agreste, 2008
Fiches thématiques in L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007, Insee Références, Insee, janvier 2007
De Lapasse (Benoit) et Desriers (Maurice), "Les petites exploitations agricoles en France - Une importance
humaine plus qu’économique " Agreste Primeur, n° 191 , Ministère de l'agriculture et de la pêche , février 2007
Desriers (Maurice), "L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux
droits à paiement unique" in L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007, Insee Références, Insee, janvier 2007
Grivaux (Joël) et Rattin (Solange), "Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2005 -
L’agrandissement va de pair avec l’essor des formes sociétaires", Agreste Primeur, n° 181 , Ministère de
l'agriculture et de la pêche, juillet 2006
Nunes-Vais (Patricia), "La valeur vénale des terres agricoles en 2006 - Conjoncture favorable aux achats
des agriculteurs" Agreste Primeur, n° 199 , Ministère de l'agriculture et de la pêche , octobre 2007
186 2008 -Tableaux de l’économie bas-normandeRevenus agricoles 15.4
Revenus nets d'entreprise agricole Unité : euro
Basse-Normandie France (métropole) France
2006 2005 2006 2005 2006 2005
Revenu net d'entreprise agricole par hectare de
256 227 454 390 466 403
SAU en valeur courante (euros)
Revenu net d'entreprise agricole par actif non
11,4 9,7 20,9 17,5 20,8 17,5
salarié en valeur courante (milliers d'euros)
Revenu net d'entreprise agricole global (millions
318,2 282,5 12 524,0 10 771,2 12 891,8 11 174,3
d'euros)
Source : Agreste - comptes départementaux provisoires de l'agriculture
Les comptes départementaux de l’agriculture en 2005 Unité : million d’euros
Basse-
Calvados Manche Orne
Normandie
Production hors subventions 691,59 1 094,33 665,95 2 451,87
Subventions sur les produits 107,24 117,28 116,22 340,74
Production au prix de base 798,83 1 211,61 782,17 2 792,61
dont produits végétaux 321,62 269,20 274,00 864,82
dont : céréales 113,14 46,34 116,47 275,95
plantes industrielles 62,54 1,83 37,77 102,14
cultures fourragères 97,18 151,54 108,66 357,38
dont produits animaux 419,93 856,52 450,46 1 726,91
dont : gros bovins 141,99 203,65 163,77 509,41
veaux 18,16 57,32 10,96 86,44
ovins 4,55 9,83 3,90 18,28
porcins 17,59 79,44 20,67 117,70
lait de vache 205,69 448,72 209,69 864,10
dont produits de service 57,28 85,89 57,71 200,88
Consommations intermédiaires (-) 481,09 714,78 486,47 1 682,34
dont engrais 48,83 50,34 47,80 146,97
dont produits phytos 28,39 25,20 33,62 87,21
dont aliments bétail achetés 67,43 179,81 80,84 328,08
Valeur ajoutée brute 317,74 496,83 295,70 1 110,27
Consommation capital fixe (-) 122,27 185,36 114,82 422,45
Valeur ajoutée nette 195,47 311,47 180,88 687,82
Subventions d'exploitation (-) 14,29 17,73 13,85 45,87
Impôts (-) 22,05 28,66 19,49 70,20
Résultat agricole global 187,71 300,54 175,24 663,49
Charges salariales (-) 56,68 55,76 41,86 154,30
Intérêts (-) 22,52 44,40 25,65 92,57
Charges locatives (-) 38,10 41,43 33,98 113,51
Revenu net d'entreprise 70,41 158,95 73,75 303,11
Source : Agreste - comptes départementaux provisoires de l'agriculture
Tableaux de l’économie bas-normande -2008 18715 AGRICULTURE - PÊCHE
Quelques définitions
Caprins : chèvres, chevreaux, boucs, autres caprins. la ponte, les poulets de chair (animaux en cours
d’engraissement, y compris les coquelets).
Cheptel : ensemble des animaux fermiers. De façon
Ovins : agneaux, brebis, béliers, autres ovins.générale, ne sont recensés ici que les effectifs des
exploitations agricoles. Vache laitière : vache, quelle que soit sa race, dont
le lait est principalement destiné à la commerciali-
Gallus : l’espèce “Gallus” comprend les reproduc-
sation.
teurs mâles et femelles (y compris les poulettes pour
ponte d’œufs à couver), les poules pondeuses Vache nourrice : vache destinée à produire et à
d’œufs de consommation, les poulettes destinées à nourrir essentiellement les veaux.
Pour en savoir plus ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Graphagri France - Edition 2008, Ministère de l'agriculture et de la pêche - Agreste, 2008
Fiches thématiques in L'agriculture, nouveaux défis - Édition 2007, Insee Références, Insee, janvier 2007
Effectifs animaux (PDF : 77.8 ko), DRDAF de Basse-Normandie - Agreste, 2008
Gabrysiak (Jeanne), "1 % de la collecte laitière pour le bio en 2006 - Le marché du lait bio peine à se
développer" Agreste Primeur n° 205, Ministère de l'agriculture et de la pêche, janvier 2008
Erhel (Antoine), "Les exploitations de bovins-viande : une tendance à l’extensification in Notes et études
économiques n° 29 , Ministère de l'agriculture et de la pêche, février 2008
Erhel (Antoine), "Les exploitations laitières : des situations régionales contrastées in Notes et études
économiques n° 29 , Ministère de l'agriculture et de la pêche, février 2008
188 2008 -Tableaux de l’économie bas-normande