Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Transport fluvial de marchandises en France, un contexte favorable à la croissance.

De
8 pages

Minvielle (E). http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0057807

Ajouté le : 04 janvier 2007
Lecture(s) : 20
Signaler un abus
Transport fluvial de marchandises en France, un contexte favorable à la croissance Erwann Minvielle (SESP)
Les évolutions récentes du trafic fluvial français montrent une croissance soutenue. Pourtant le niveau atteint en 2005 est en net recul par rapport à celui observé trente ans plus tôt. Le transport fluvial ne représente que 3 % du trafic terrestre1qui est très largement dominé par le mode routier. Cette part modale de la voie d’eau est inférieure au niveau moyen européen, notamment aux parts modales belge (12 %), allemande (15 %) ou néerlandaise (43 %)2. Les voies navigables jouent toutefois un rôle majeur dans les régions qu’elles desservent.
En rupture par rapport à la période précédente, l’augmentation du trafic fluvial au cours de ces dix dernières années est très significative même si elle ne représente que 5 % de l’augmentation du trafic routier et le quart de la baisse du trafic ferroviaire pour la même période.
L’évolution des trafics par voies d’eau est marquée par plusieurs périodes distinctes : une forte baisse jusqu’en 1988, une faible décroissance entre 1998 et 1997 suivie d’une forte hausse de 1997 à 2000. Sur les dix années 1995-2005, les voies navigables ont la croissance annuelle moyenne la plus élevée des trois modes terrestres de transport de marchandises.
Sur longue période, entre 1980 et 2005, seul le transport routier montre une tendance régulière à la hausse(figure 1).
Figure 1 - Trafics selon les modes de transport 1980-2005 en milliards de tonnes-kilomètres (Md t-km) Taux Taux 19801995Écart dane ncureoli smsoaynecne  19952005Écart  de croissance 1980-1995 1980-1995 1995-2005 annuel moyen 1995-2005 (en %) (en %) Voies navigables 12,1 5,9 -6,2 -4,7 5,9 7,9 2,0 3,0 Fer 66,4 49,2 -17,2 -2,0 49,2 40,7 -8,5 -1,9 TRM 117,1 157,1 40,0 2,0 157,1 192,3 35,2 2,0 Source : MEDAD/SESP-SITRAM
L’évolution conjoncturelle favorable replacée dans une analyse rétrospective de plus long terme permet d’envisager la poursuite de la croissance du transport fluvial en l’absence même d’améliorations ou d’extension de réseau qui ne sont pas prises en compte dans la présente étude.
La création de l’établissement public Voies navigables de France (VNF) en 1991 intervient après une longue période de décroissance du transport fluvial dont le trafic à cette date était inférieur à 7 milliards de tonne-kilomètres (Md t-km) après avoir atteint 11 Md t-km en 1976. L’action de l’établissement public en faveur du renouveau de la voie d’eau en France a probablement contribué pour partie au redressement du trafic observé à partir de l’année 1994 qui constitue le point le plus bas.
1  Fer (trafic national et international, y compris le transit), route (trafic national et international du pavillon français ay ant un PTAC > 3,5 tonnes) et fluvial (trafic national et international hors transit rhénan). 2Rapport du Sénat, F. Grignon, juillet 2002 (référence 1). © Notes de synthèse du SESP N° 16517Avril-Mai-Juin 2007