Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une reprise de l'activité industrielle

De
2 pages
L'activité industrielle a enregristré un rebond en 2004, après la contraction de l'an passé. Son ampleur est variée, avec parfois des différences marquées à l'intérieur même des cinq secteurs qui composent l'industrie. Pour 2005, les entreprises font preuve de prudence et anticipent un ralentissement de la progression de leur chiffre d'affaires.
Voir plus Voir moins

ACTIVITÉS
Une reprise de l'activité industrielle
Les effectifs salariés de l’industrieL’activité industrielle Reprise variable
se sont érodés de 0,1 %. Dans lea enregistré un rebond en 2004, selon les secteurs
même temps, la part des intérimai-
après la contraction
res a progressé de 1 point, pour at-Si la reprise de l’activité est géné-
de l’an passé. teindre 7,0 %. L’automobile (avecrale, elle revêt néanmoins une am-
Son ampleur est variée, pleur variable à plusieurs niveaux. 12,2 %) et les biens de consomma-
Les biens de consommation béné- tion (avec 6,1 %) sont les deux sec-avec parfois
ficient de la hausse la plus élevée, teurs qui comptent la plus forte pro-des différences marquées
tout en se caractérisant par des portion d’intérimaires.
à l’intérieur même
différences importantes, selon
des cinq secteurs que les entreprises appartiennent Repli de l’investissement
qui composent l’industrie. au sous-secteur de la parfu-
merie-pharmacie ou à celui des Après la forte contraction de l’in-Pour 2005,
biens de consommation durables. vestissement, survenue en 2003les entreprises
Les biens intermédiaires et l’auto- dans un contexte de recul du chiffrefont preuve de prudence
mobile connaissent des progres- d’affaires, la tendance 2004 reste
et anticipent un ralentissement sions comparables. Le secteur des baissière, mais le repli est moins
de la progression industries agricoles et agroalimen- marqué (-5,8 %). Dans un environ-
taires est marqué par les difficultés nement caractérisé par la persis-de leur chiffre d’affaires.
des boissons, confrontées à un été tance de l’incertitude sur l’ampleur
peu porteur et à une modification et la durée de la reprise de la de-
du comportement des consomma- mande, de nombreuses entreprises
teurs. Enfin, les biens d’équipe- ont préféré prolonger leur décisionn 2004, selon l’enquête menée
ment professionnel tirent partie de de report.E auprès d’entreprises alsacien-
la bonne tenue des exportations,nes, les entreprises de l’industrie ont
obtenu une progression de leur dont la hausse atteint 6,8 %, contre Le taux d’utilisation des capacités
seulement 3,5 % pour le chiffrechiffre d’affaires de 6,6 %, conforme de production, calculé mensuelle-
d’affaires.aux prévisions réalisées lors de l’en- ment, s’inscrit systématiquement
en progression par rapport à 2003,quête précédente. Leurs exporta-
année marquée par un recul detions se sont accrues de 8,8 %.
Progression du chiffre d’affaires et des exportations des 5 secteurs industriels
Principales variations annuelles (en %)
Excédent brut
Effectifs Chiffre d’affaires Exportations Investissement
d’exploitationSecteurs d’activité
2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004 2003 2004
Industries agricoles et alimentaires 0,1 0,2 -0,7 4,4 -4,0 5,8 0,3 -22,5 -2,6 -2,6
Industries des biens intermédiaires -3,5 -0,2 -1,4 7,3 -3,3 7,3 -21,6 1,0 -6,4 11,3
Industrie des biens d’équipement -3,3 -0,4 1,2 3,5 2,6 6,8 -12,9 7,4 5,4 11,5
Industrie automobile -0,4 0,5 -7,7 6,7 -8,9 6,2 -30,6 -43,3 3,2 -15,2
Industrie des biens de consommation -3,1 -0,4 1,5 12,3 1,9 18,6 -2,9 5,1 1,5 14,3
Ensemble Industrie -2,7 -0,1 -1,9 6,6 -3,3 8,8 -21,5 -5,8 -0,7 3,2
Avertissement : les variations mentionnées pour 2003 sont celles recueillies lors de l’étude précédente et ne s’appliquent donc pas à un échantillon constant
22
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : Banque de FranceACTIVITÉS
l’activité. En 2004, la moyenne des chiffre d’affaires, qui devrait at-
Pour en savoir plus
taux d’utilisation des capacités de teindre 3,8 %.Enfin, l’automobile et,
production s’est établie à 77,7 %, dans une moindre mesure, les Ces données sont extraites d’un
contre 75,7 % un an auparavant. biens d’équipement professionnel document publié, chaque début
d’année, par la Banque defont état d’un mouvement de
France.Après l’effritement de 2003, l’ex- hausse plus soutenue.
Cette étude est réalisée à partir
cédent brut d’exploitation est reve- d’une enquête auprès des chefs
nu sur une tendance haussière en Les prévisions d’évolution de l'in- d’entreprises de l’industrie, du
2004. Les entreprises alsaciennes vestissement, pour 2005, s’élèvent BTPetdusecteurdestransports.
Elleviseàfournir,danslesdélaisdémontrent leur capacité d’adapta- à 13,4 % et mettent en évidence un
les plus brefs, des estimationstion. En effet, la progression de leur mouvement de rattrapage lié à la
chiffrées portant à la fois sur l’ac-
activité est intervenue dans un réalisation de programmes qui
tivité économique de l’exercice
contexte de tensions sur les mar- avaient été suspendus ou reportés. écoulé et sur les prévisions pour
ges : hausse du prix des matières Comme en 2004, les investisse- l’année à venir. Les résultats pu-
bliés émanent des réponses ob-premières et de l’énergie, accrois- ments restent soumis à la réalisation
tenues auprès de 530 entrepri-sement de la concurrence, et fai- des hypothèses de croissance et à
ses industrielles, représentant
blesse du dollar. la confirmation de l’amélioration de
72 % des effectifs de l’industrie
l’environnement économique géné- alsacienne.
ral. La prudence manifestée par les Cet ouvrage est disponiblePour 2005,
entreprises demeure forte, puisque auprès du :des prévisions d’activité
Service des Affaires Régionales61,0 % d’entre elles prévoient de
prudentes de la Banque de Franceréaliser leurs investissements au
3 place Broglie
La forte ouverture internationale deuxième semestre 2005. En 2004, 67000 STRASBOURG
de l’Alsace, couplée à la persis- ce chiffre était de 64,8 %. Tél. : 03.88.52.28.82
tance d’interrogations sur des élé-
ments exogènes (hausse des prix
des matières premières, évolution Romain FUSS
de l’économie allemande qui repré- Banque de France
sente environ un tiers des exporta-
tions…) conduit les entreprises à se
montrer réservées sur leurs pers-
pectives d’activité.
Dans l’industrie, un retour conditionnel de l’investissement
Principales prévisions d'évolution pour 2005 (en %)Néanmoins, comme en 2004, les
situations demeurent hétérogènes Effectifs moyens
Secteurs Chiffre
entre les secteurs, comme en leur (y compris Exportations Investissement
d’activité d’affaires
intérimaires)sein. Les biens de consommation
Industrieanticipent une contraction de leur -2,7 3,5 3,2 13,4
Bâtimentchiffre d’affaires, dont l’origine est -0,4 2,6 15,0 10,1
Transportsconcentrée dans l’imprimerie et les 0,7 3,2 3,1 -8,0
biens de consommation durables.
Les industries agroalimentaires de-
vraient connaître une stagnation de
leur activité. Les biens intermédiai-
res prévoient un ralentissement du
rythme de progression de leur
23
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : Banque de France

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin