//img.uscri.be/pth/17ff2322be693698634b45ab71b4bc99838ec265
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Zone d'emploi de Fécamp : Le commerce crée de l'emploi

De
1 page

Le nombre d'emplois créés à Fécamp en 2000 est relativement faible pour cette année de bonne conjoncture. dans un contexte de hausse générale, les effectifs de l'industrie (relativement peu présente sur la zone), de la construction et des services ont stagné.

Publié par :
Ajouté le : 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Signaler un abus

CARTE D’IDENTITÉZONE D’EMPLOI DE FÉCAMP
DE LA ZONE D’EMPLOI DE FÉCAMP
Le commerce crée de l’emploi
Population totale en 1999 40 081
Poids démographique
dans la région 2,3%
Part des moins de 20 ans 26,4%
Part des plus de 60 ans 21,7%
e nombre d’emplois créés à En Haute-Normandie, le littoral se Nombre de communes 37
Superficie (km2) 235LFécamp en 2000 est relativement distingue traditionnellement par un taux
Densité de populationfaible pour cette année de bonne de chômage plus élevé. La zone d’emploi
(habitants/km2) 170
conjoncture. Dans un contexte de hausse de Fécamp, bien que sensiblement
générale, les effectifs de l’industrie (rela moins touchée que Dieppe et Le Havre,-
tivement peu présente sur la zone), de la affiche toujours un taux de chômage re- Événements 2001
construction et des services ont stagné. lativement haut : 11,2% de la population
SDEL A LE VENT EN POUPE
L’emploi agricole a sensiblement plus active fin décembre 2001. Le chômage a
Née en 1935 à Fécamp, cette entreprise
reculé qu’ailleurs (-5% contre –3% dans progressé dans des proportions proches spécialisée dans l’électricité des réseaux est
un modèle de réussite familiale et rurale.
Malgré la concurrence, la rentabilité de l’en-ÉVOLUTION DE L’EMPLOI PAR GRAND SECTEUR D’ACTIVITÉ DANS LA ZONE D’EMPLOI DE FÉCAMP
treprise reste remarquable (9% en 2000). LeEffectifs 2000 Évolution 1999/2000 Part de l’emploi
chiffre d’affaires de la société se situe auxTotal Dont salarié Zone Haute-Normandie Zone Haute-Normandie
alentours de 6,5 millions d’euros (42,6 mil-Agriculture 581 302 n.s. -3,3 4,6 2,8
lions de francs), réalisé aux trois quartsIndustrie 2 130 2 029 +0,6 +1,1 16,8 22,6
Construction 828 744 +0,6 +4,1 6,5 6,3 dans l’électrification rurale, un secteur en
Commerce 1 555 1 323 +10,7 +2,5 12,3 12,3 plein développement. Filiale autonome
Services 7 565 7 156 +0,2 +3,4 59,8 56,0
depuis 1998 du groupe GTIE, SDEL investit
Ensemble 12 659 11 554 +1,2 +2,6 100,0 100,0
beaucoup dans la formation de son person-
Source : INSEE - Estimations d’emploi provisoires Unités : emploi, %
nel (8,5% du chiffre d’affaires) et dans l’em-n.s. : non significatif
bauche de jeunes diplômés. L’entreprise
compte actuellement une soixantaine de
LE CHÔMAGE DANS LA ZONE D’EMPLOI DE FÉCAMP salariés.
Évolution 2000/2001 Évolution 1997/2001
UNE FERME ÉOLIENNE ENDécembre 2001 Zone Haute-Normandie Zone Haute-Normandie
SEINE-MARITIMECatégorie 1 1 639 +0,0 +1,5 -30,2 -29,4
Catégorie 6 472 +8,0 -0,3 -29,1 -10,9 Dans le cadre du programme Eole 2005
Ensemble 2 111 +1,7 +1,2 -30,0 -26,4 lancé en 1989 par le Ministère de l’environ-
Taux de
nement, la ville de Fécamp et la commune
chômage 11,2 +0,3 +0,2 -4,6 -3,2
de Seinneville-sur-mer avaient été choisies
Source : DRTEFP Unités : demandeur d’emploi (données brutes), %
pour accueillir une ferme éolienne. La com-
mune de Seinneville ayant classé incons-
de la moyenne régio- tructible la zone prévue pour l’installation du
DEMANDEURS D’EMPLOI DE CATÉGORIES 1 ET 6 INSCRITS À L’ANPE
parc éolien, celui-ci devra se passer de lanale : +0,3 point. UnAU 31 DÉCEMBRE 2001 DANS LA ZONE D’EMPLOI DE FÉCAMP
moitié de ses éoliennes. Seules cinq éolien-% Haute- point un peu particu-
nes sur huit initialement prévues seront ins-Nombre % Normandie
lier caractérise l’évolu- tallées au Cap Fagnet à Fécamp (le préfetEnsemble 2 111 100,0 100,0
tion du chômage de ladont : de Seine-Maritime a signé le permis de
Catégorie 6 472 22,4 20,1 construire en octobre 2001). C’est la sociétézone. Seul le nombre
Femmes 1 124 53,2 50,0
Forclum Ingenierie qui installera ces cinqde demandeursMoins de 25 ans 577 27,3 25,1
machines, probablement à l’été 2002.
De 25 à 49 ans 1 296 61,4 62,1 d’emploi ayant exercé
50 ans et plus 238 11,3 12,7
LA SUCRERIE DE COLLEVILLEune activité réduiteInscrits depuis plus d’un an 599 28,4 34,0
MENACE DE FERMERdont : dans le mois (catégo-
Inscrits depuis plus de 3 ans 103 4,9 8,7 Fin octobre 2001, on apprenait l’éventuelle
rie 6) a augmenté.
Source : DRTEFP Unités : demandeur d’emploi, % fermeture de la sucrerie de Colleville. La
Ceci peut être lié à mise aux normes de l’usine et le coût de
l’énergie (l’augmentation du prix du gaz al’utilisation de plus en
fait passer la facture de5à10 millions dela région). En revanche, le commerce plus fréquente de formes précaires
francs, soit de 762 245 euros à 1,524 million
local se distingue par son dynamisme en d’emploi : intérim, CDD… Par grand
d’euros) seraient les principales causes des
termes de création d’emplois avec un groupe d’âge et par sexe, l’année aura ennuis de l’entreprise. 90 salariés perma-
solde positif de 150 personnes, soit une été particulièrement difficile pour les nents et une soixantaine de saisonniers se-
raient concernés par cette cessationhausse de 10,7%. Il est vrai que l’année hommes de plus de 50 ans et assez favo-
d’activité. Deuxième sucrerie de Seine-Mari-précédente n’avait pas été très bonne rable aux jeunes, hommes et femmes
time, la sucrerie de Colleville produit 45 000
pour ce secteur d’activité. confondus tonnes de sucre, 8 000 tonnes de mélasse
et 12 tonnes de pellets.
32 CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002