Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Chine : retour en Afrique - 13- Chine : retour en Afrique Synthèse ...

2 pages

Chine : retour en Afrique - 13- Chine : retour en Afrique Synthèse ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 68
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

13
-
Chine : retour en Afrique
Synthèse commentée de Christile Drulhe d’après
. La Chine considère comme importantes ses relations avec l’Afrique, Huanqiu shibao, 24 novembre
2003, p. 7
L’article du journal d’actualité internationale rattaché au groupe de presse officiel publiant le
Quotidien du peuple constitue l’un des signes de
velléité de retour de la Chine en Afrique
. La
réactivation du Forum de coopération sino-africain fin 2002 en est un autre. Son second sommet
ministériel doit se tenir à Addis Abeba (Éthiopie) les 15 et 16 décembre 2003. Le précédent avait eu
lieu à Pékin en 2000.
1
La RPC n’a certes pas délaissé le continent africain dans sa rhétorique au cours des années
80-90.
2
Mais le maintien de son discours tiers-mondiste s’est accompagné d’un
désengagement
concret (Cf. Les Nouvelles de Chine, juin-juillet 2003, n°7 : « Que reste-t-il de la politique chinoise du
Tiers-Monde ? »). La Chine qui reprend le chemin de l’Afrique n’est cependant plus la même : elle se
présente désormais
davantage comme un partenaire commercial que comme un compagnon
d’infortune, prête à soutenir les luttes contre le néo-impérialisme de l’Occident
.
Les
priorités
du Parti communiste au pouvoir depuis cinquante ans se sont
inversées
avec la
fin de l’ère maoïste : l’aspiration au leadership idéologique a fait des concessions à la construction
d’une puissance économique.
La Chine n’entend pas se comporter en Afrique autrement que les
pays développés
. Elle vient essentiellement y chercher ses ressources naturelles et des alliés
diplomatiques. La stratégie chinoise de rapprochement des Etats africains est toutefois soucieuse de
se distinguer de l’Occident
. En favorisant son développement, ces derniers doivent comprendre
qu’ils soutiennent une puissance en germes qui leur est favorable. Europe, Etats-Unis et Japon se
voient attribués le rôle des ‘vilains’.
L’article reprend
deux arguments
sur ce thème.
D’une part,
l’Occident rabaisse l’image de
l’Afrique
en exagérant ses problèmes : « quand on évoque l’Afrique, beaucoup de gens pensent à la
pauvreté, à la guerre et au sida. En réalité, ce sont les médias occidentaux qui colportent cette image
partiale par une propagande partiale. » La Chine lui oppose le tableau plus gratifiant d’un continent où
la situation globale s’améliore et dont le potentiel de développement est sans égal dans le monde.
D’autre part
, l’ordre international défendu par l’Occident est fondamentalement inéquitable envers les
pays africains. Parmi les grands États de la planète, la Chine est pratiquement la seule à même de
promouvoir l’idée d’un «
nouvel ordre international
». Elle se distingue des puissances occidentales
en se présentant comme un «
grand pays en développement
(
fazhan zhong daguo
) ». Elle se
confère ainsi un statut suffisamment important pour être investie du rôle de
leader
tout en évitant
d’être assimilée à une puissance comme une autre.
Qu’attend donc la Chine de l’Afrique ?
Trois types d’objectifs
peuvent être distingués :
- objectifs économiques : il s’agit pour la Chine de développer ses débouchés et ses sources
d’approvisionnement ou, dans la terminologie officielle « les
deux marchés
, international et
domestique » ainsi que «
deux ressources
» (pétrole et minéraux). Malgré la reprise du commerce
avec l’Afrique, le volume des échanges reste faible : l’an dernier, il s’élevait à 12,3 milliards de yuan
selon l’article. La Chine représente 3,5% du commerce extérieur du continent. Selon le Huanqiu
shibao, les perspectives d’accroissement seraient toutefois favorables du fait de la
«
complémentarité
(
hubuxing
) » entre les deux types d’économie. Les réserves africaines
d’hydrocarbure représentent un axe en développement de la stratégie de sécurité énergétique
chinoise.
De janvier à septembre 2003, les importations chinoises de pétrole proviendraient
d’Afrique à hauteur de 24%.
1
China-Africa Cooperation Forum SOM opens in Addis Ababa, People’s Daily, November 25, 2002
2
Cf. Taylor Ian R., China's foreign policy toward Africa in the 1990s, Journal of Modern African Studies,
September 1998, vol. 36, n°3, p. 443-460
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin