//img.uscri.be/pth/2720b141a483c08c8737eafc621a0efd5e973875
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

EXPÉRIENCES VÉCUES EN ENTREPRISE

De
4 pages
Niveau: Secondaire, Lycée

  • fiche - matière potentielle : support

  • exposé


1 Dossier professeur EXPÉRIENCES VÉCUES EN ENTREPRISE La rénovation de la voie professionnelle renforce la place des périodes de formation en milieu professionnel. En augmentant le nombre global de semaines de PFMP (22 semaines en 3 ans), la généralisation du Bac pro 3 ans institue une véritable formation en alternance. Il faut dès lors créer d'une part une réelle complémentarité entre la formation en milieu professionnel et celle au lycée et d'autre part un véritable partenariat de qualité avec les entreprises. CONSTAT EFFECTUÉ ? Les liens sont parfois insuffisants entre l'entreprise et le lycée. ? Les enseignants ont des difficultés à utiliser les expériences acquises par les élèves en entreprise. ? Les élèves reviennent au lycée à reculons (ex : « C'est trop dur de revenir au lycée », « C'était mieux en stage », « Il faut que l'on reprenne nos habitudes », « Ça passe plus vite en entreprise »…). ? Pourquoi le comportement de certains élèves est-il différent en entreprise ? ? Les élèves ressentent le besoin d'exprimer leurs expériences professionnelles. UNE DEMARCHE NOUVELLE : L'ENTRETIEN D'EXPLICITATION L'animateur, en interviewant l'élève, doit tenter de se rapprocher de « l'entretien d'explicitation » (voir les travaux de Pierre VERMERSCH) qui est une technique d'aide à la verbalisation. Une partie importante des connaissances mises en œuvre par l'élève dans son activité ne sont pas conscientes soit parce que ses connaissances sont devenues implicites car déjà très automatisées soit qu'elles n'aient pas encore été conscientisées parce que n'ayant pas

  • entreprise

  • acquisition de savoirs professionnels et de compétences

  • professionnel

  • table ronde

  • présentation des travaux des élèves

  • véritable formation en alternance


Voir plus Voir moins
Dossier professeur EXPÉRIENCES VÉCUES EN ENTREPRISE La rénovation de la voie professionnelle renforce la place des périodes de formation en milieu professionnel. En augmentant le nombre global de semaines de PFMP (22 semaines en 3 ans), la généralisation du Bac pro 3 ans institue unevéritable formation en alternance. Il faut dès lors créer d’une part une réellecomplémentaritéentre la formation en milieu professionnel et celle au lycée et d’autre part unvéritable partenariat de qualitéavec les entreprises. CONSTAT EFFECTUÉ Leslienssont parfoisinsuffisantsentre l’entreprise et le lycée.Les enseignants ontdes difficultés à utiliserles expériences acquises par les élèves en entreprise. Les élèvesreviennent au lycée à reculons (ex : «C’esttrop dur derevenir au lycée», «C’était mieux en stage», «Il faut que l’on reprenne noshabitudes», «Ça passe plus vite en entreprise»…).Pourquoi lecomportementcertains élèves est-il dedifférent en entreprise? Lesélèves ressententle besoin d’exprimerleurs expériencesprofessionnelles. UNE DEMARCHE NOUVELLE: L’ENTRETIEN D’EXPLICITATIONL’animateur, en interviewant l’élève, doit tenter de se rapprocher de«l’entretien d'explicitation »(voir les travaux de Pierre VERMERSCH) qui est une technique d’aide à la verbalisation. Une partie importante des connaissances mises en œuvre par l’élève dans son activité ne sont pas conscientes soit parce que ses connaissances sont devenues implicitescar déjà très automatisées soit qu’elles n’aient pas encore été conscientisées parce que n’ayant pas encore fait l’objet d’une construction cognitive.L’interviewer doit rester dans le domaine des faits et faire verbaliser, décrire les actions réalisées par l’élève.Il faut donc privilégier le «quoi ? »et le «comment ?» qui permettent à l’élève de donner des informations sur ce qu’il a fait ou ressenti.Qu’est-ce quifait que tuas commencé par ?Comment savais-tuquec’était difficile?A quoi as-tuvu que ?Qu’a-t-il fallu pour que tu?Qu’as-tu fait quand? etc…Il faut éviter les questions–pourtant intuitives chez l’enseignant- qui portent sur le « pourquoi ?», la causalité de l’action.Pourquoi as-tufait ?  1