Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothšque YouScribe
Obtenez un accĂšs Ă  la bibliothĂšque pour les lire en ligne
En savoir plus
Projet de Recherche Christine Malot
Ce projet de recherche se base sur un travail entamĂ© depuis un an avec Franck Grammont, neu rophysiologiste, Patricia ReynaudBouret et Yann Bouret, chargĂ©s de recherche, et moimĂȘme, tous membres du laboratoire JeanAlexandre DieudonnĂ©.
L’objet du travail consiste Ă  essayer de comprendre comment les neurones interagissent dans le cortex cĂ©rĂ©bral de singes au cours d’une tĂąche sensorimotrice classique.
AïŹn de tenter de rĂ©pondre Ă  cette problĂ©matique, nous disposons de donnĂ©es rĂ©elles dont voici une brĂšve description, de plus amples dĂ©tails, quant Ă  leur acquisition et au protocole, Ă©tant disponibles dans ([5], [7]).Au cours d’une expĂ©rience demandant Ă  un singe d’appuyer sur une cible dĂ©terminĂ©e, il a Ă©tĂ© procĂ©dĂ© Ă  l’enregistrement simultanĂ© de l’activitĂ© deNneurones (Npouvant aller jusqu’à 7).L’expĂ©rience ayant Ă©tĂ© rĂ©pĂ©tĂ©e, nous disposons, pour chacun des neurones, denessais soitntrains de spikes avecnde l’ordre d’une vingtaine (un spike reprĂ©sen tant un potentiel d’action).MathĂ©matiquement parlant, nous disposons pour chacun des essais d’une sĂ©quence de 0 et de 1, 1 traduisant la prĂ©sence d’un spike.Au regard des donnĂ©es, une sĂ©quence comporte en moyenne une centaine de 1 pour une longueurTde l’ordre de 1800 ms .
Des Ă©tudes menĂ©es entre autres par Franck Grammont et Sonia GrĂŒn ([5],[7]) montrent qu’il n’y a pas indĂ©pendance des rĂ©ponses neuronales.Le principe de leurs travaux peut se rĂ©sumer de la façon suivante. On considĂšre les enregistrements simultanĂ©s de deux neuronesN1etN2relatifs Ă  un mĂȘme essai. Apartir de ces deux sĂ©quences de 0 et 1, une nouvelle sĂ©quenceN3est constituĂ©e comme cisuit :si Ă  l’instanttil existe une “coĂŻncidence”entreN1etN2, alors un 1 est placĂ© surN3 au tempst. La maniĂšre de dĂ©ïŹnir une “coĂŻncidence”est assez diïŹƒcile et requiert une attention toute partic uliĂšre aïŹn de prĂ©venir des phĂ©nomĂšnes indĂ©sirables.DiïŹ€Ă©rentes pistes ont Ă©tĂ© considĂ©rĂ©es dans [4] et [6], dont :
 le“binning”(cf. [4]): Les sĂ©quencesN1etN2ont Ă©tĂ© divisĂ©es selon les mĂȘmes sous sĂ©quences d’amplitude 5ms (5ms Ă©tant un choix empirique dĂ©ïŹni par les biologistes et basĂ© sur les caractĂ©ristiques physiologiques temporelles du potentiel d’action).Si dans la sous divisionion retrouve un spike deN1et un deN2, alors on met un 1 surN3 en positioniailleurs, dans le cas oĂč plusieurs spikes appartiendraient Ă  une mĂȘme. Par sousdivision, les donnĂ©es sont “clippĂ©es”, Ă  savoir seule une coĂŻncidence est comptabilisĂ©e, d’oĂč une perte d’information possible et surtout une extrĂȘme dĂ©pendance en le dĂ©coupage. Ainsi, il peut arriver qu’un spike deN1et un deN2soient sĂ©parĂ©s de moins de 5ms mais pour autant appartiennent Ă  deux bins voisins.Dans ce cas, aucune coĂŻncidence n’est comptabilisĂ©e, ce qui gĂ©nĂšre une perte d’information supplĂ©mentaire.
1