Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

1La marchandise selon Marx Jean Marie Harribey1

De
5 pages
Niveau: Secondaire, Lycée, Première

  • exposé


1La marchandise selon Marx Jean-Marie Harribey1 In ATTAC, Inégalités, crises, guerresÊ: sortir de l'impasse , Paris, Ed. Mille et une nuits, 2003, p. 43-52 A partir d'une conception philosophique matérialiste (les hommes font leur propre histoire dans le cadre de leurs conditions sociales matérielles) et d'une critique de l'aliénation, Karl Marx (1818-1883) élabore une critique de l'économie politique classique née un siècle plus tôt. Dans la mesure où le mode de production capitaliste s'est aujourd'hui étendu à la planète entière et à toutes les activités humaines, les concepts de Marx gardent toute leur pertinence. La critique de la marchandisation du monde fut posée par lui dès les premières pages du Capital (1867)2 qui s'ouvre par l'analyse de la marchandise. La théorie de la valeur comme critique des rapports sociaux Marx reprend une distinction établie par Aristote et adoptée plus tard par Adam Smith et David RicardoÊ: toute marchandise possède une valeur d'usage et une valeur d'échange. La première signifie qu'un bien produit ne devient marchandise que s'il est utile, c'est- à-dire répond à un besoin. Deuxièmement, les marchandises sont l'objet d'un échange qui donne au travail privé qui les a créées un caractère social validant. Le travail échangé abandonne ses caractéristiques concrètes (celles du paysan, du menuisier, de l'informaticien, etc.) pour devenir une fraction du travail de la société, abstraction faite de ses particularités pour pouvoir être le dénominateur commun à toutes les marchandises.

  • capital

  • développement d'activités de production immatérielle

  • capital de façon identique entre achat des moyens de production

  • marché

  • seconde révolution industrielle

  • classe sociale

  • economie politique

  • force de travail


Voir plus Voir moins
1
La marchandise selon Marx
Jean-Marie Harribey
1
In
ATTAC,
Inégalités, crises, guerres : sortir de l’impasse
,
Paris, Ed. Mille et une nuits, 2003, p. 43-52
A partir d’une conception philosophique matérialiste (les hommes font leur propre
histoire dans le cadre de leurs conditions sociales matérielles) et d’une critique de l’aliénation,
Karl Marx (1818-1883) élabore une critique de l’économie politique classique née un siècle
plus tôt. Dans la mesure où le mode de production capitaliste s’est aujourd’hui étendu à la
planète entière et à toutes les activités humaines, les concepts de Marx gardent toute leur
pertinence. La critique de la marchandisation du monde fut posée par lui dès les premières
pages du
Capital
(1867)
2
qui s’ouvre par l’analyse de la marchandise.
La théorie de la valeur comme critique des rapports sociaux
Marx reprend une distinction établie par Aristote et adoptée plus tard par Adam Smith et
David Ricardo : toute marchandise possède une valeur d’usage et une valeur d’échange.
La première signifie qu’un bien produit ne devient marchandise que s’il est utile, c’est-
à-dire répond à un besoin. Deuxièmement, les marchandises sont l’objet d’un échange qui
donne au travail privé qui les a créées un caractère social validant. Le travail échangé
abandonne ses caractéristiques concrètes (celles du paysan, du menuisier, de l’informaticien,
etc.) pour devenir une fraction du travail de la société, abstraction faite de ses particularités
pour pouvoir être le dénominateur commun à toutes les marchandises. Marx appelle ce travail
« abstrait » puisqu’il prend la forme
valeur
et, plus précisément, la forme
argent
.
L’expression
valeur d’échange
désigne alors le rapport quantitatif dans lequel deux
marchandises s’échangent : une table contre deux chaises.
Se superposent donc trois niveaux d’analyse : la
valeur d’usage
comme condition de la
valeur
en tant que fraction du travail social qui apparaît dans l’échange par le biais d’une
proportion, la
valeur d’échange
qui est mesurée par la quantité de travail nécessaire en
moyenne dans la société considérée.
La principale difficulté pour saisir le fait que le produit du travail devienne une
marchandise provient du caractère trompeur, « fétichiste » dit Marx, sous lequel apparaît
l’échange de marchandises. Il semble s’établir un rapport entre des choses
3
, alors que derrière
cette apparence il y a un rapport social entre les hommes.
En effet, quand on dit qu’une table
= deux chaises, il n’y a pas grande difficulté à imaginer le travail humain derrière les objets.
Si l’on dit qu’une table = 100 euros, c’est déjà moins immédiat.
Parce que la société féodale était basée sur la dépendance personnelle entre seigneur et
serf, les rapports sociaux apparaissaient directement comme des rapports entre des hommes.
Ce n’est plus le cas dans la société capitaliste où la valeur revêt la forme argent. La
conséquence est que dans l’échange de marchandises, l’exploitation du travail devient
invisible.
1
. Ce texte reprend un exposé fait lors de l’Université d’été d’ATTAC à Arles en août 2002. La seconde partie
de cet exposé fut présentée par Claude Serfati à partir de son texte « Une bourgeoisie mondiale pour un
capitalisme mondialisé ? »,
in
S. de Brunhoff & al.,
Bourgeoisie : état d’une classe dominante
, Syllepse, 2001, p.
77-98.
2
. K. Marx,
Le Capital
, Gallimard, La Pléiade, tomes 1 et 2, 1965 et 1968.
3
. Le fétichisme est aussi appelé
réification
.