Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Jean BERNOULLI juillet 1er janvier par Grandjean de Fouchy

De
9 pages
Niveau: Secondaire, Lycée, Première
ï~4. HiSTOÏRE DE L'ACADEMIE ROYALE JE Z <9 (7 D J? y~. j5 ~/<9 C/Z Z Z ÏEAN BERNOULLi, naquit à Bâ!ele 7 Août {6'o7-, de Nicolas Bernou!ii&. de MargueriteSchonaver f~ familleétoit originaired'Anvers, où dèsle ieizièmenècieelle exer~cit les premièresmagifh'atures.Des troublesde re!i- gion ayantobiigéM.~Bernouiiiàquitterleur patrie,Nicolas Bernou! pèrede celuidont nous faifonsl'éloge, vint s'éta- blir à Bâle, où il dt mort AlÏeueur à fa Chambre des Comptes de cette viife. Le jeuneBernoullifit voir dès faplus tendreenfancedes discutions fi favorables,qu'on ne douta point de ce qu'il devoit être un jour, &:qu'on fefit un devoir de les cultiver. It commença fes étudesà i'âge detix ans, &lesnt avec une facilitémerveiiieuie, & un appiaudiuëmentuniver~f;. fon eiprit, deftinë à pénétrer un jour dans les Sciencesîe~ plus abfh'aites, étoit dès-tors fupérieurà ce qui iui étoit préienté pour objet de fon application, & le jouoit de ce que les autres ne pouvoientatteindre qu'avecbeaucoupde peine & de travaiL Le cours de ~eshumanitésétant ëni, il rut admis à l'étudede la Philofophie; mais prefqueauni- tôt fa famiiie qui le defUnoitau commerce l'envoya à ]Neufchâteipour s'en Instruire, & pourapprendreen même temps la languefrançoiie, que les vues qu'on avoit pourl'avancement dsJa fortune lui rendoient néce~ïaire.

  • i'hôpitat

  • temps-ia

  • calcul difîérentiei

  • production digne de mar

  • phyfique du corps humain

  • auteur de i'hiftoire de la médecine

  • ia capacité

  • ion profond

  • fon eiprit


Voir plus Voir moins
ï~4.
HiSTOÏRE
DE L'ACADEMIE
ROYALE
JE"
Z
<9
(7
D J?
y~.
j5
~/<9
C/Z
Z Z
ÏEAN
BERNOULLi,
naquit
à
Bâ!e
le 7
Août
{6'o7-,
de Nicolas Bernou!ii&. de
Marguerite
Schonaver
f~
famille
étoit
originaire
d'Anvers,
où dèsle ieizième
nècie
elle
exer~cit
les
premières
magifh'atures.
Des
troubles
de re!i-
gion ayantobiigé
M.~
Bernouiii
à
quitter
leur
patrie,
Nicolas
Bernou!
père
de celuidont
nous faifons
l'éloge,
vint s'éta-
blir
à
Bâle,
où il dt
mort AlÏeueur à fa
Chambre
des
Comptes
de
cette viife.
Le
jeune
Bernoullifit
voir dès fa
plus
tendre
enfancedes
discutions
fi
favorables,
qu'on
ne douta
point
de
ce
qu'il
devoit être un
jour,
&:
qu'on
fefit un devoir de
les
cultiver.
It
commença
fes étudesà
i'âge de
tix
ans, &
les
nt
avec
une facilité
merveiiieuie,
& un
appiaudiuëment
univer~f;.
fon
eiprit,
deftinë à
pénétrer
un
jour
dans
les
Sciencesîe~
plus
abfh'aites,
étoit dès-tors
fupérieur
à
ce
qui
iui
étoit
préienté pour objet
de fon
application,
&
le
jouoit
de ce
que
les autres ne
pouvoient
atteindre
qu'avec
beaucoup
de
peine
&
de
travaiL Le cours de ~es
humanités
étant
ëni,
il rut admis
à
l'étudede
la
Philofophie;
mais
prefque
auni-
tôt fa
famiiie
qui
le
defUnoitau
commerce
l'envoya
à
]Neufchâtei
pour
s'en
Instruire,
&
pourapprendre
en
même
temps
la
langue
françoiie,
que
les
vues
qu'on
avoit
pour
l'avancement
dsJa fortune lui
rendoient
néce~ïaire.
Quoique
le
commerce
auquel
on le
defUnoit
lui
dur,
ic!on toutes les
apparences,
procurer
un
état
pfus
opuient
&
plus
aifë
que
ies
Lettres,
H
ne
put cependant
refîner
aux.
charmes des Sciences
qui
ie
rappeiôient
à Bâ!e,
& il
y
retourna au bout
d'un.an,
ayant
appris
beaucoup
de
françoi~
&
très--peu
de
commerce.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin