La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Tartuffe, III, 3, vers 933 à 960 : DS + corrigé

De
2 pages
Tartuffe, III, 3, vers 933 à 960. Tartuffe (à Elmire) 933 L’amour qui nous attache aux beautés éternelles n’étouffe pas en nous l’amour des temporelles ; 935 nos sens facilement peuvent être charmés des ouvrages parfaits que le ciel a formés. Ses attraits réfléchis brillent dans vos pareilles ; mais il étale en vous ses plus rares merveilles : il a sur votre face épanché des beautés 940 dont les yeux sont surpris, et les cœurs transportés, et je n’ai pu vous voir, parfaite créature, sans admirer en vous l’auteur de la nature, et d’une ardente amour sentir mon cœur atteint, au plus beau des portraits où lui-même il s’est peint. 945 D’abord j’appréhendai que cette ardeur secrète ne fût du noir esprit une surprise adroite ; et même à fuir vos yeux mon cœur se résolut, vous croyant un obstacle à faire mon salut. Mais enfin je connus, ô beauté toute aimable, 950 que cette passion peut n’être point coupable, que je puis l’ajuster avecque la pudeur, et c’est ce qui m’y fait abandonner mon cœur. Ce m’est, je le confesse, une audace bien grande que d’oser de ce cœur vous adresser l’offrande ; 955 mais j’attends en mes vœux tout de votre bonté, et rien des vains efforts de mon infirmité ; en vous est mon espoir, mon bien, ma quiétude, de vous dépend ma peine ou ma béatitude, et je vais être enfin, par votre seul arrêt, 960 heureux, si vous voulez, malheureux, s’il vous plaît. Etude succincte de la première tirade de Tartuffe.
Voir plus Voir moins
Tartuffe (à Elmire)
Tartuffe, III, 3, vers 933 à 960.
933L’amourqui nous attache auxbeautéséternellesn’étouffe pas en nousl’amourdestemporelles; 935 nossensfacilement peuvent êtrecharmésdesouvragesparfaitsqueleciela formés. Sesattraitsréfléchis brillent dans vos pareilles ; mais il étale en vous ses plus raresmerveilles: ila sur votrefaceépanché desbeautés940 dont lesyeuxsont surpris, et lescœurstransportés, et je n’ai pu vousvoir, parfaitecréature, sansadmireren vousl’auteur de la nature, et d’une ardenteamoursentir moncœuratteint, au plus beau des portraits oùlui-mêmeil s’est peint. 945 D’abord j’appréhendai que cetteardeursecrète ne fût dunoirespritune surprise adroite ; et même à fuir vos yeux moncœurse résolut, vous croyant un obstacle à fairemonsalut. Mais enfin je connus, ôbeautétouteaimable, 950 que cettepassionpeut n’être pointcoupable, que je puis l’ajuster avecque lapudeur, et c’est ce qui m’y fait abandonner moncœur. Ce m’est,je le confesse, une audace bien grande que d’oser de cecœurvous adresserl’offrande; 955 mais j’attends enmesvœuxtout de votrebonté, et rien des vains efforts de moninfirmité; en vous est monespoir, monbien, maquiétude, de vous dépend ma peine ou mabéatitude, et je vais être enfin, par votre seul arrêt, 960heureux, si vous voulez, malheureux, s’il vous plaît.
Etude succincte de la première tirade de Tartuffe. Qu’y a-t-il d’intéressant à commenter dans ce passage à propos 1°) du lexique ? 2°) de l’énonciation pronominale ? 3°) de la rhétorique hyperbolique ?
1°) Lexique habilement mêlé de ladéclaration amoureuse, ducorps du oubonheur terrestre, et de ladévotion, de la vertu, ou de lafoi, mélange donné dès le début de la tirade avec les deux mots-clés qui riment, la répétition explicite du terme « amour », et la répétition implicite du terme « beautés » : « L’amour qui nous attache aux beautés éternelles / n’étouffe pas en nous l’amour des temporelles ; »
Vocabulaire de l’amour physique et de la passion : « L’amour » « beautés » « l’amour » « sens » « charmés » « attraits » « merveilles » « votre face » « beautés » « les yeux » « les cœurs » « transportés » « voir » « admirer » « amour » « mon cœur » « ardeur » « mon cœur » « ô beauté toute aimable » « passion » « mon cœur » « ce cœur » « mes vœux » « mon espoir, mon bien, ma quiétude » « ma béatitude » « heureux »
Vocabulaire de la religion, de la morale : « éternelles » « ouvrages parfaits » « le ciel » « créature » « l’auteur de la nature » « lui-même » « noir esprit » « mon salut » « coupable » « pudeur » « je le confesse » « l’offrande » « bonté » « infirmité »
Des mots servent de pont entre les deux lexiques, car ils peuvent appartenir aux deux domaines, avec une ambiguïté intéressante pour certains d’entre eux : « l’amour » « ouvrages parfaits » « parfaite créature » « admirer » « coupable » « je le confesse » « l’offrande »
Un autre lexique apparaît important, celui de la réflexion : « D’abord j’appréhendai » « mon cœur se résolut » « vous croyant un obstacle » « Mais enfin je connus » « et c’est ce qui m’y fait abandonner mon cœur »
Donc on peut en conclure simplement que Tartuffe est très habile, donne l’impression d’avoir mûrement réfléchi et pesé ses mots, et se dévoile tout en restant dans une posture prudente, car à tout moment ses paroles peuvent être ramenées à
une intention bien-pensante, du moins jusqu’au vers 955, où il demande explicitement à Elmire de décider de son bonheur.
2°) Les pronoms de la première personne passent du pluriel de généralité au singulier de Tartuffe. Le passage se fait très rapidement, après trois vers au pluriel (933-935), l’occurrence suivante (941) est au singulier : « L’amour qui nous attache » « nos sens » « n’étouffe pas en nous » / « et je n’ai pu »
Les pronoms de la deuxième personne passent du pluriel vague incluant la troisième personne (les femmes ?) au pluriel de politesse désignant Elmire précisément, comme appartenant à une catégorie, puis comme personne visée par Tartuffe, grâce à l’utilisation du pluriel de politesse. Le passage se fait très rapidement, en deux vers consécutifs : « Ses attraits réfléchis brillent dans vos pareilles ; / mais il étale en vous »
Ce qui est intéressant c’est d’observer les expressions dans lesquelles les deux personnes sont dites, de manière plus ou moins proche :
« et je n’ai pu vous voir, parfaite créature, / sans admirer en vous l’auteur de la nature, »:soumission de Tartuffe à Dieu, par l’intermédiaire d’Elmire, dans une sorte d’équation à l’hémistiche. « à fuir vos yeux mon cœur se résolut / vous croyant un obstacle à faire mon salut »:crainte de Tartuffe devant Dieu, par l’intermédiaire du corps d’Elmire, dans la métaphore de l’obstacle. « mais j’attends en mes vœux tout de votre bonté, / et rien des vains efforts de mon infirmité ; / en vous est mon espoir, mon bien, ma quiétude, / de vous dépend ma peine ou ma béatitude, / et je vais être enfin, par votre seul arrêt, / heureux, si vous voulez, malheureux, s’il vous plaît. »:explicitation de la soumission totale du demandeur à la destinataire du discours, pareillement à ce qui se ferait dans une prière à Dieu.
On constate que ces phrases sont vers la fin du discours, et constituent la demande de réciprocité amoureuse, alors qu’au début il y a une certaine indécision ou ambiguïté : « il a sur votre face épanché des beautés / dont les yeux sont surpris, et les cœurs transportés »: Tartuffe est inclus dans les yeux et les cœurs « sentir mon cœur atteint, / au plus beau des portraits où lui-même il s’est peint »Elmire est incluse dans la série des portraits de Dieu (l’homme et la femme ont été faits à son image …)
De plus certaines phrases intermédiaires laissent soigneusement en silence une des deux personnes, Tartuffe, évoqué par un pronom de substitution : « cette passion peut n’être point coupable, / que je puis l’ajuster avecque la pudeur, / et c’est ce qui m’y fait abandonner mon cœur »: cette passion englobe obligatoirement les deux personnes, sujet et objet, et le cœur est seulement celui de Tartuffe. De plus l’hypothèse de l’adultère est en filigrane, avec le terme« coupable ».
« Ce m’est, je le confesse, une audace bien grande / que d’oser de ce cœur vous adresser l’offrande »:ce cœur est celui de Tartuffe, et l’addition des deux phrases donne la solution de l’équation, au cas où ce ne serait pas encore assez clair pour Elmire …
donc on peut en conclure que l’habile mélange des pronoms est un moyen de déclarer sa flamme, d’unir les deux personnes par des liens mixtes, religieux, sentimentaux, idéaux et réalistes à la fois.
3°) La rhétorique de Tartuffe est assez hyperbolique, aussi bien lorsqu’il évoque les créatures en général que les charmes d’Elmire : « ouvrages parfaits » « ses plus rares merveilles » « parfaite créature » « les cœurs transportés » « d’une ardente amour » « au plus beau des portraits » « ô beauté toute aimable » « une audace bien grande » « des vains efforts de mon infirmité » Adjectifs valorisants : «parfaits » « rares » « parfaite » « beau » Adjectifs intensifs :« des vains efforts de mon infirmité » Superlatifs :« ses plus rares merveilles » « au plus beau des portraits » Tournures adverbiales intensives :« ô beauté toute aimable » « une audace bien grande » Métaphores de l’excès amoureux :« les cœurs transportés » « d’une ardente amour » Métaphores de l’objet aimé :« ouvrages parfaits » « ses plus rares merveilles »
Il s’agit tout simplement des codes madrigalesques de la déclaration amoureuse, consistant à flatter la personne aimée, à la placer au-dessus du lot commun des femmes, et à faire l’éloge par amplification du sentiment éprouvé, de manière à ne laisser aucun doute sur sa réalité, et de manière à faire entendre qu’il s’agit d’une force à laquelle on ne peut résister.
Étant donné que cette force est mixte, mi-religieuse mi-charnelle, sa puissance est encore plus grande, on pourrait le voir avec l’emploi des tournures négatives. C’est la tragédie du dévot amoureux …
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin