//img.uscri.be/pth/a2aefec7c845e23e0182c5978c609a0af63fa574
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

2012_01_29_commentaire vf_Olivier

De
5 pages
  • cours - matière potentielle : l' été
1 Dimanche 29 janvier 2012 - 11h Strasbourg Auditorium de la Cité de la musique et de la danse Hedy Kerpitchian violon Serge Sakharov violon Bernard Barotte alto Odile Siméon-Drevon alto Olivier Roth violoncelle Sébastien Giot hautbois Frank Bridge (1879-1941) Phantasy en fa mineur pour quatuor à cordes H.55 (1905) 11 Ralph Vaughan Williams (1872-1958) Phantasy Quintet 15 Prélude, Scherzo, Lento, Burlesca Benjamin Britten (1913-1976) Quatuor Fantaisie op.
  • thème pentatonique du prélude
  • large palette de techniques d'écriture
  • quatuor fantaisie op
  • écriture du quatuor fantaisie
  • importance de l'œuvre vocale
  • phantasy quintett
  • rappels cycliques de la première
  • musique de chambre
  • œuvre
Voir plus Voir moins
Dimanche 29 janvier 2012 - 11h Strasbourg Auditorium de la Cité de la musique et de la danse HedyKerpitchianviolon SergeSakharovviolon BernardBarottealto OdileSiméon-Drevonalto OlivierRothvioloncelle SébastienGiothautbois Frank Bridge (1879-1941) Phantasy en fa mineur pour quatuor à cordes H.55 (1905)Ralph Vaughan Williams (1872-1958) Phantasy QuintetPrélude, Scherzo, Lento, Burlesca Benjamin Britten (1913-1976) Quatuor Fantaisie op.2 pour hautbois et cordesArthur Bliss (1891-1975) Quintette pour hautbois et cordesAssai sostenuto – Allegro assai agitato Andante con moto Vivace
11
15
13
20
1
Frank Bridge (1879-1941) Phantasy en fa mineur pour quatuor à cordes H.55 (1905)Dans le renouveau de la musique anglaise, Frank Bridge est assurément un compositeur bien singulier. De la même génération que Vaughan Williams, il ne bénéficiera pas de la même reconnaissance. Il est vrai que son style connut une évolution surprenante au point que certains critiques mal attentionnés déclarèrent qu’il avait la volonté «d’enlaidir sa musique pour la garder au goût du jour. » Fils d’un imprimeur qui abandonna son métier pour enseigner le violon et diriger dans les théâtres de Brighton, Frank Bridge -le dixième de douze enfants- étudia au Royal College of Music avec Charles Villiers Stanford (1852-1924). Par la suite, il mena une triple activité musicale: altiste dans plusieurs quatuors, la direction d’orchestre (Covent Garden et Prom’s) et la composition. Il écrira peu pour l’orchestre. La suite en quatre mouvements,The Sea, est sans doute son œuvre orchestrale la plus connue que Britten entendit enfant qui en resta «complètement abasourdi. » Les autres pages composées dans les années 1910 ne sont pas sans rappeler le raffinement de celles composées par Frederick Delius. Au milieu des années 1920, son écriture se modifia profondément. A cela, deux causes : le traumatisme de la Première guerre mondiale et un voyage qu’il effectua aux Etats-Unis en 1923. De cette date à celle de sa mort, il se consacrera essentiellement à la musique de chambre, et son style évoluera progressivement «dans le sens du devenir atonal.» D’ailleurs, il sera très proche de la Seconde Ecole de Vienne et, plus particulièrement, d’Alban Berg. En 1905, l’homme d’affaires et mécène éclairé Walter Willson Cobbett (1847-1937) créa le Cobbett Prize afin d’encourager la production de musique de chambre qui était son domaine de prédilection. Pour concourir, les candidats avaient pour obligation de présenter une œuvre sur le thème de laPhantasyun mouvement en qui «devait présenter une combinaison du style de la fantaisie du XVIe siècle et de e la forme cyclique propre au XIXsiècle.» Les troisPhantasyBridge seront de distingués par ce prix:Phantasy en fa mineur pour quatuor à cordes (1905), Phantasy trio avec piano en ut mineur (1907)etPhantasy en fa dièse mineur pour quatuor avec piano(1910). Encore influencée par le post-romantisme de Brahms hérité de Stanford, laPhantasy en fa mineur pourquatuor à cordes débute par unAllegro moderatol’allure à martiale. Le thème de l’Andanteune chanson populaire, Londonderry Air, évoque que Bridge avait arrangée pour quatuor à cordes. La section finale «comporte des rappels cycliques de la première». Ralph Vaughan Williams (1872-1958) Phantasy QuintetÀ la mort d’Elgar en 1934, Ralph Vaughan Williams devint le chef incontesté de la musique anglaise. Le chef d’orchestre Sir Thomas Beecham déclara un jour qu’il tenait Ralph Vaughan Williams pour «le compositeur le plus essentiellement anglais de son temps. » Né en 1872 dans une famille apparentée à Charles Darwin (son grand-oncle), il entreprit très tôt des études musicales à Cambridge et au Royal College of Music avec Charles Parry et Charles Villiers Stanford. Son désir de consacrer sa vie à la
2
composition fut tardif et, conscient de ses lacunes, il retourna au Royal College of Music et prit la décision d’aller étudier auprès de Max Bruch à Berlin en 1897 et de Ravel en 1898. «Renonçant progressivement au chromatisme post-romantique de ses débuts, Vaughan Williams utilise une très large palette de techniques d'écriture, parfois juxtaposées dans la même oeuvre ; il se montre tour à tour lyrique, méditatif, sombre ou bucolique…et son œuvre s'inscrit dans un retour délibéré et élaboré aux eaux vives de la musique nationale.» A la différence de Bridge, il ne sera pas attiré par le modernisme de la Seconde Ecole de Vienne. À ceux qui l’accusaient d’avoir peu d’intérêt pour la modernité, il répondait : «Du point de vue du langage, Bach était un retardataire et Beethoven un précurseur. Cela ne les empêche pas d'être, l'un et l'autre, les plus grands de tous les musiciens. Modernisme et conservatisme, cela ne signifie rien ; ce qui compte c'est d'être soi-même. » En près de soixante années, Vaughan Williams composera une œuvre abondante et variée. Et pourtant, la musique de chambre ne l’attira pas : deux quatuors à cordes, uneSonate pour violon et piano, unQuintette à cordes, unQuintette avec piano, et des pièces pour piano. A cela une explication : sa veine mystique et ses recherches folkloriques qui requéraient la voix. C’est à la demande de Walter Willson Cobbett que Vaughan Williams composa le Quintette à cordes avec deux altos(Phantasy Quintett). Nous avons vu plus haut les exigences du commanditaire: la partition de Vaughan Williams les respecte. Les quatre mouvements (Prélude, Scherzo, Lento, Burlesca) s’enchaînent. Le premier alto énonce le thème pentatonique duPrélude quisera ensuite utilisé comme leitmotiv. Le thème sera ensuite renversé par le premier violon. LeScherzo estle mouvement le plus long et se ressent d’une influence ravélienne. Les deux violons et les deux altos sont avec sourdine dans leLento, tandis que «le violoncelle se tait». LeQuintette à cordesse conclut sur un finale aux tempos variés (Allegro moderato, Andante, Presto). LePhantasy Quintettfut créé à Londres par le Quatuor de Londres en mars 1914. Benjamin Britten (1913-1976) Quatuor Fantaisie op.2 pour hautbois et cordesDans leDésir d’être un volcan, le philosophe Michel Onfray définit à sa manière le style de Benjamin Britten. Il écrit ceci: «Britten montre, avec d’autres -je songe à Chostakovitch, par exemple-, que l’on peut encore créer et ne pas se contenter d’ajouter du nihilisme à la fureur des hommes : il oppose la culture à la barbarie, la civilisation à la sauvagerie, l’humain à l’inhumain. Il résiste au pire par le meilleur: l’art. Cette résistance exige ce que j’appelle le principe de délicatesse, la volonté d’opposer au réel délétère, contre vents et marées, malgré tout, l’élégance et la beauté, même au milieu des ruines…[…] Le principe de délicatesse est ce qui fait le fond du style de Britten: la tenue et le désir d’opposer sans fin le céleste au terrestre, l’angélique à l’infernal, l’élégance à l’épaisseur...» L’importance de l’œuvre vocale (opéras, mélodies, chœurs) de Britten a occulté son œuvre de musique de chambre que l’on aurait tort de négliger. Son intérêt pour cette musique intimiste se manifestera tout au long de sa vie, duPhantasy Quartet de 1932 auTroisième quatuor à cordes1975. Il doit cet intérêt à son maître Frank de
3
Bridge qui sera son unique professeur de composition et qui lui fera comprendre que «la musique n’est pas une abstraction, et ce qui lui donne corps est l’adéquation de l’idée et du son.» La première leçon eut lieu le 12 janvier 1928. Bridge était un compositeur sans concession: «Il exigeait de moi une conformité absolument limpide entre ce que j’avais dans l’esprit et ce qui était sur le papier. Il m’envoyait à l’autre bout de la pièce, jouait ce que j’avais écrit et me demandait si c’était vraiment ce que j’avais voulu exprimer.» Le premier chef-d’œuvre personnel,Quatre Chansons françaises,sera composé au cours de l’été 1928. Entre septembre et octobre 1932, Britten s’attela à l’écriture duQuatuor Fantaisie opus 2 pour hautbois et cordesdans le but de concourir pour l’obtention du Cobbett Prize. Succédant à son maître, Britten le remporta et leQuatuor Fantaisie opus 2 pour hautbois, violon, alto et violoncellefut diffusé sur les ondes de la BBC, le 6 août 1933. L’œuvre est dédiée au célèbre hautboïste Léon Goossens. Cette partition peu jouée en dehors de la Grande-Bretagne est pourtant d’une étonnante originalité: complexe dans son écriture mais d’une parfaite aisance à l’écoute, elle révèle le génie d’un musicien âgé de dix-neuf ans. Sa personnalité en est reconnaissable dès les premières mesures car, dans ces pages, il donne l’impression de se distraire avec le plus grand sérieux! En un seul mouvement, l’œuvre s’ouvre sur «une marche fantomatique» (Andante alla marcia) présentant le thème principal. S’enchaîne unAllegro giusto faisantoffice d’exposition et de développement dans lequel le hautbois crée un dialogue quelque peu inquiétant avec les cordes. Lors de la reprise de l’Andanteinitial, l’alto domine le discours, puis les cordes en conclusion affirment le côté martial de cette Fantaisie. Arthur Bliss (1891-1975) Quintette pour hautbois et cordesL’œuvre d’Arthur Bliss ne cesse de séduire par son ouverture d’esprit, l’éclectisme de son inspiration et de son écriture et la vitalité de son invention. Il a contribué à donner à la musique anglaise sa place dans la musique européenne. Né à Londres, Bliss mène ses études musicales à Cambridge avec Charles Wood (1866-1926) et au Royal College of Music avec Charles Villiers Stanford. Il aura pour condisciples Herbert Howells (1892-1982), Ivor Gurney (1890-1937), Eugene Goossens (1893-1962). Le premier conflit mondial interrompit ses études; il fut envoyé sur le front et participa à la bataille de la Somme. Les épreuves des tranchées et la mort de son frère sur le champ de bataille trouveront un écho dans sa symphonie choraleMorning HeroesEn 1950, il fut nommé Maître de la (1930). Musique de la Reine et composa, à ce titre, plusieurs pages de circonstance. Son œuvre «très abondante, variée, stimulante et dynamique, jamais répétitive ni ennuyeuse» est caractérisée par une remarquable combinaison de tendances avant-gardistes issues de la Seconde Ecole de Vienne et de son admiration pour Elgar. «Au fur et à mesure de son évolution, le musicien fera appel, pour livrer son message, à des forces de plus en plus importantes où les plus grandes voix de l’orchestre et des chœurs sont de plus en plus fréquemment rassemblées.» L’essentiel de sa musique de chambre est confié aux cordes, auxquelles parfois vient s’ajouter un instrument à vent. C’est le cas du hautbois dans leQuintetteavec
4
cordeslui commanda Elizabeth Sprague Coolidge pour le Festival de Venise que 1927. L’œuvre fut inspirée par le jeu du hautboïste Leon Goossens (1898-1988). Dès les premières mesures (Assai sostenuto), les deux violons imposent un climat de sérénité qui sera rompu par un passage agité (Allegro assai agitato) qui, finalement, n’aura pas raison de l’ambiance générale du mouvement. La belle ligne mélodique du hautbois domine l’ensemble de l’Andante con moto. Le charme et le calme prévalent, même si un changement de couleur et d’humeur est perceptible au long du discours. Ce sont les cordes à l’unisson qui impulsent une énergie vive au Finale. On notera l’emploi fragmenté d’une danse écossaise,Connelly’s Jig. Bibliographie L’auditeur pourra se reporter aux ouvrages suivants : ·Benjamin Britten ou l’impossible quiétude,Xavier de Gaulle, Actes Sud, 1996 ·La Musique anglaise, Jacques Michon, Armand Colin, 1970 ·Une histoire de la musique anglaise, Gérard Gefen, Fayard, 1992 ·Guide de la Musique de chambre, sous la direction de François-René Tranchefort, Fayard, 1999Discographie Frank Bridge Phantasy en fa mineur pour quatuor à cordes H.55 The Darlington Piano trio / Patrick Ireland (alto) Helios, 1987 Ralph Vaughan Williams Phantasy Quintet Garfield Jackson(alto) / Quatuor Maggini Naxos, 2000Benjamin Britten Quatuor Fantaisie op.2 pour hautbois et cordes Eric Speller – Stéphanie-Marie Degand – Agathe Blondel – Ophélie Gaillard Ambroisie, 2001 Arthur Bliss Quintette pour hautbois et cordes Nicholas Daniel / Quatuor Maggini Naxos, 2001
5