Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Brian Castro: un auteur australien d'origine asiatique ? Hybridité ...

De
9 pages

Brian Castro: un auteur australien d'origine asiatique ? Hybridité ...

Publié par :
Ajouté le : 05 juillet 2011
Lecture(s) : 116
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Brian Castro: un auteur australien
d’origine asiatique ?
Hybridité et imposition d’identité
Né à Hong Kong en 1950, Brian Castro est un auteur australien dont le huitième roman,
The Garden Book
, a été
publié en 2005. Brian Castro habite en Australie depuis l’âge de onze ans, mais sa famille est d’origine chinoise,
anglaise et portugaise. Il est ainsi problématique de définir l’identité de Castro : doit-on le considérer comme
asiatique, australien, ou alors comme un individu à l’identité hybride et complexe ? Castro est abordé selon deux
angles d’approche distincts dans les médias et l’étude de ses romans : un premier angle insiste sur l’identité
multiculturelle/ethnique (
Asian Australian
) de l’auteur, alors qu’un second angle semble se focaliser sur l’aspect
littéraire et postmoderne de son oeuvre, au point de le penser australien par excellence. Ces deux approches sont
d’autant plus intéressantes qu’elles ont influencé et été influencées par Castro. Le premier roman de Castro fut
perçu comme un roman australien d'origine asiatique, et Castro semble avoir effectué des choix (thématiques en
particulier) pour se détacher de cette identité, qu’il trouve trop restrictive. L’évolution de ses romans dessine un
processus d’influence mutuelle entre le processus créatif de l’écrivain et la réception de son oeuvre. Qu’il soit
abordé en tant qu’écrivain australien ou australien d'origine asiatique, Castro manifeste le désir d’échapper au
processus d’imposition d’identité. En définitive, les débats autour de son identité soulignent la difficulté de
formuler, voire d’accepter, la complexité de l’hybride.
Introduction
Le métis, l’hybride biologique est souvent catégorisé: le produit d’au moins deux « races »
distinctes, il a longtemps été question de savoir à quel groupe l’hybride s’apparentait. L’enfant d’un
homme noir et d’une femme blanche est-il blanc (Européen), noir (Africain) ou quelque part entre les
deux ? Cette vision simpliste de l’hybride, qui néglige sa complexité et le fait que «
[l]e tout est à la
fois plus et moins que la somme des parties »
(Morin 114), semble dépassée. Cependant, cette vision
subsiste, comme le montre cette critique du premier roman de l’auteur australien Brian Castro:
The jacket notes describe Castro as being of ‘Portuguese and Chinese/English parents’ […] The
temptation is to say of this book, what a splendid exposition of the Oriental psyche—which indeed it
is—but one must then qualify thus by asking from which point of view: Occidental, Oriental or
somewhere in between? (Creech)
Car bien que l’hybride ne se limite pas à l’une des supposées catégories qui le constituent ou à un
mélange de ces catégories, la tendance naturelle est de vouloir le classer, l’analyser, le positionner
biologiquement et socialement.
Brian Castro est né en 1950 à Hong Kong, et habite en Australie depuis l’âge de onze ans
lorsqu’il y fut envoyé en pensionnat. Bien qu’il ait physiquement l’air asiatique, Castro a des origines
familiales diverses: son père était le fils de marchants espagnols, portugais et anglais qui se sont
installés à Shanghai au début du vingtième siècle, et sa mère était la fille d’un fermier chinois et d’une
missionnaire anglaise de Liverpool. On peut donc noter l’hybridité non seulement biologique mais
aussi culturelle de cet auteur. Cette hybridité semble déranger, car il se pose la question de l’identité de
Brian Castro: comme le remarque le critique dans la citation ci-dessus, doit-on considérer Castro
comme un oriental, un occidental ou un individu situé quelque part entre les deux ? Si la réponse à
cette question est beaucoup plus complexe que les trois options proposées, il semble que Castro soit
souvent situé dans l’un de ces groupes dans les médias et l’étude de ses romans. Castro est donc
souvent classé dans des identités restrictives, qui ont influencé son écriture de manière conséquente.
Afin de mettre en évidence les différentes identités qui sont attribuées à Brian Castro, son oeuvre sera
brièvement introduite, pour ensuite aborder la façon dont il est présenté dans la publication, les
critiques et l’étude universitaire de ses romans. La façon dont Castro est perçu a influencé son
processus d’écriture; on remarque un processus d’influence mutuelle entre l’écrivain et la présentation
publique de son oeuvre.
Brian Castro a publié huit romans, une collection d’essais et de nombreux articles et nouvelles.
Son premier roman a été publié en 1983, son dernier en 2005, et il se consacre exclusivement à
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin