Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

France Plus : L’industriepartir de La France en fiches et de J-F ECK, Histoire éco de la France depuis 45] La France fait partie des nations industrielles les plus performantes. Elle délaisse progressivement les industries de main-d’œuvre à faible valeur ajoutée et à technologie simple. Elle développe, pour compenser, des industries ères fondées sur la mobilisation de la matière grise plus que sur la consommation de mat. 1 et d’énergie => les mutations et restructurations depuis 25 ans. I.Industrie en déclin ou en mutation ? A/ Mal ré un déclin a arent l’industrie reste un secteur fondamental dans l’éco. ∙ Baisse de la part dans l’éco. nationale depuis 20 ans…conséquence de l’adaptation aux nvelles ème ème conditions de l’éco mondiale. La France est la 4 industrie de l’OCDE, la 2 européenne. ∙ En 2001, 20% du PIB et 20% de la pop active (de 1970 : 35% du PIB) Les produits industriels, y compris ceux de l’agroalimentaire, représentent 95% des exportations françaises. Depuis 20 ans 1,5 millions d’emplois supprimés à cause : - de la baisse () d’activité de certains secteurs - de lade la productivité (veut aussi dire augmentation, hausse, cveut dire croissance) - des fermetures d’entreprises - du transfert de certaines activités vers des E (= entreprises) de services ∙ Branches en crises depuis 74 : sidérurgie, construction navale, raffinage de pétrole, textile, machines-outils. ∙ Des régions entières en crise à cause du déclin des industries qui étaient le pilier de leur éco. (vielles régions industrielles mais aussi espaces dynamique des 30 Glorieuses). ∙ La part de la France dans la production mondiale a diminué. ! L’industrie n’est pas en déclin. Car elle reste un secteur dynamique même si elle a subi de Attention profondes mutations. La part du PIB a diminué en volume mais la valeur ajoutée × 2,5 depuis 1980 (tx. le plus important dans l’ensemble de l’éco.) ne faut pas confondre crise de certains secteurs et crise de l’industrie. Celle-ci a été restructurée, i.e. Il abandon des secteurs moins porteurs au profit de ceux qui le sont le plus. Lade l’emploi signifie souvent la cde la productivité, mais elle traduit aussi une externalisation de la cvers le secteur tertiaire de fonctions jadis intégrées à l’industrietertiarisation au sens Lecomptien du terme. (La tertiarisation est un phénomène commun à tous les pays industriels avancés) B/ Les erformances et le de ré de concentration des industries varient fortement ∙ La France possède une gamme de production très complète (on peut distinguer les biens intermédiaires, les biens d’équipements professionnels, les biens de conso., l’ind. automobile) ∙ Cependant la France a des faiblesses dans certaines productions et dépend donc de l’extérieur (machines-outils, équipements ménagers, électronique grand public,…) ∙ Ces lacunes s’expliquent par l’incapacité à faire face à la concurrence ou par des erreurs de stratégie. ∙ Dans l’ind. Manufacturière, les PMI (- de 500 salariés) représentent90% du total des E et 50% de l’emploi. Leur part dans le chiffre d’affaire de l’ind. est de 35% ; idem dans l’investissement. Depuis 1970, la contribution des PMI à l’industrie s’est régulièrement renforcée. Depuis 97, ce n’est plus vrai. La demande ind. s’adresse aux secteurs dominés par de gds groupes (automobile, aéronautique, électron,…) et la part des PMI dans le PIB régresse. ∙ C’est au centre et au sud de la France que les PMI contribuent le plus à l’ind. régionale. ∙ Les PMI ne représentent que 25% des exports ind. Plus de la moitié des PMI n’exportent pas ! Celles qui exportent le plus sont en général celles situés au nord et à l’est (au cœur de l’espace européen).
1
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin