La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

La disparitlon de Robert Schuman, « Père de l'Europe»

24 pages
  • redaction
  • cours - matière potentielle : un8 munich
La disparitlon de Robert Schuman, « Père de l'Europe»
  • future in­
  • economique euro­
  • entrée de la grande­ bretagne dans le marché com­
  • actuel plan d'é­ quipement de l'économie
  • européenne
  • marché commun
  • also calls
  • marche vers l'unification politique
  • saine politique de dévelop­ pement économique
  • actuel tarif
Voir plus Voir moins

La disparitlon de Robert Schuman, « Père de l'Europe» ,2 Octobre 1963
~
MOUVEMENT EUROPEEN
PRESIDENTS D'HONNEUR
Dr. Konrad ADENAUER, M. Léon BLUM (1948-1950), Sir Winston CHURCHILL, Comte
R. COUDENHOVE-Kalergi, MM. Alcide de GASPERI (1948-1954), Robert SCHU·
MA<N, ct 1963), Paul Henri SPAAK.
Président. M. Maurice Faure.
Vice·Président. sir. Edward BEDDINGTON BEHRENS, Baron Friedrich-Carl von
OPPENHEIM, MM. Paolo ROSSI et Pierre WIGNY.
Secrétaire Général: Robert van SGHENDEL.
CONSEIL INTERNATIONAL
Membres: délégués des organisations internlJtionales et nationales adhérentes.
BUREAU EXECUTIF INTERNATIONAL
Président: M. Maurice FiAURE.
Vice-Président: sir. Edward BEDDINGTOJ.Ii BEHRENS, Baron Friedrich-Carl von OP·
PENHEIM, MM. Paolo ROSSI et Pierre WIGNY.
Membres: M.A. ALERS, Baron BOEL, MM. Georges BOHY, Alfred BOREL, René COUR­
TIN, Henry CRAVATTE, Fritz ERLER, Lord GLADWYN, MM. John MYND, F. JOC­
KIN, E. MAJONICA, René MAYER, J.H.C. MOLENAAR, Franco NOBILI, Georges
PESMAZOGLU, André PHILIP. André VOISIN et Terje WOLD.
Secrétaire Général: Robert van SCHENDEL
CONSEIL PARLEMENTAIRE DU MOUVEMENT EUROPEEN
Président: M. Georges BOHY.
J. Organisations membres du Mouvement Européen.
A. Internationales:
Associations Européenne des Enseignants A. ALEHS
Centre d'Action Fédéraliste
Henri BRUGMANS Président du Comité Fédéral du Executif André VOISIN
Conseil des Communes d'Europe Henry CRAVA'rTE Parlementaire du Mouvement Européen Georges BOHY
Ligue Européenne de Coopération Economique Baron BOEL
Mouvement Libéral pour l'Europe Unle René DREZE Gauche Européenne i\.ndré PHILIP
Nouvelles Equipes Internationales Théo LEFEVRE
Union des Résistants pour une Europe Unie . Jean KREHER
B. Nationales:
Conseil allemand, autrichien, belge, britannique, danois, français, grec, irlandais, H'l.
lien, luxembourgeois, néerlandais, norvégi€'n, suédois, suise, turc; comité albanais,
bulgare, hongrois, polonais, roumain, tCl1éque et des pays baltes.
II Organisations associées au Mouvement Européen.
Or,ganIsations européennes de la C.LS.L.
Bureau Syndical Européen - C.LS.L.
INSTITUTIONS AUTONOMES
centre Européen de la Culture (Genève) Denis de ROUGEMONT, Directeur
Collège d'Europe (Bruges) . Etienne de la VALLEE POUSSIN
Commission de l'Europe Centrale et Orientale Henri BRUGMANS, Recteur
SECRETARIAT GENERAL INTERNATIONAL
Bruxelles, 4, avenue d'Auderghem" 57 1 - tél. 35.01.94 ------­
----------­------­
ENGLISH SUPI'LEME NT 0 F TH E REVIE W "B UII ET I N E U RO PEEN--"
ALBANIA
In a long report to his Politburo,
party chief Enver Hoxha discussed
the conditions of life in Albanian
villages. Whi-Ie he hailed the ma­
terial improvements of the past 10
years, he admitted that primitive cus
toms still prevail in a number of
rural areas.
According to Hoxha, illiteracy
among the younger generation and
in the majority of the rural adult
population has been eliminated. But
education rarely goes on beyond the Hungarian gibe at the "skilled division
primary level. This yaar, he said, within COMECON"
56 percent of the children who fi­
Ludas Matyi (Budapest)
nished the village seven-year schools
went on to secondary schools, but
to women, family-arranged marrre­ t&CI with United States Secret Ser. none of them were girls. Even in
ges and the habit of feuding bet­ vice agents who had been airdropped the seven-year schools, which are
ween families a practice which used into Albania to organize an armed compulsory, very few girls get be­
to destroy hundreds of families each uprising. When the United States yond the sith grade. Hoxha blam­
year, but which now is under better agents were no longer able to re­ed "the conservatism and fanaticism
control. People still fight, he con main in Albania they fled to Yugos.­of certain parents who try to remove
tinued, and there have recently been lavia, said the report, where they girls from school to keap them at
serious crimes arising from quarrels worked at arming subversionists and home or put them to work.
over women and cver water sup­ spies in preparation for an uprising He was very critical of the die­
plies, "This shows," he added, against the Albanian government. tary and hygienic standards cf the
"that there has been insuf.ficint ex­ The captured agents were organizing peasants:
planatory work toward a correct un­ the escape of enemy elements to Teaching housekeeping to girls
derstanding of women's role, the law Yug,sl.1Via at the time of their ar­should become compulsory. From
on property and other norms of our rest by the state security forces. these instructions girls should learn
socialist system." The Yugoslavs were quick to file the theory and practice of cooking,
The pa ty has organized town and countercharges. On July 7 the 8el­dressmaking, housekeeping, how to
village cultural institutes where lec­ grade daily Borba reported that a dress, etc. Te put theory into prac­
tures are given on science and tech­ pr::test had been handled to the AI· tice students and teachers should
nology. Last year there were 668 banian charge d'affaires because of often go to peasant homes and show
cultural institutes in 1.515 highland the "subversive and espionage actio the housewife how to prepare tasty,
villages, 'but their performan:e was vities of the Albanian government nourishing and hygienic food. Si­
not considered satisfactory. In the against Yugoslavia and because of milar practices can and should be
future, district and party executive a violation of an agreement concern· applied in other housekeeping tasks
committees will be expected to de­ inn th" settling of border incidents " and the passant way of life. It is
vote more time to organizing the
the village teacher's duty to carry out The pretest 01 cte referred to the
work of these institutes.
a persistent fight for a more cu'tured illegal crossing into Yugoslavia of
WESTERN SPIES way of life against all the prejudices two Albanians, one of whom was
and old habits which prevent the Radio Tirana reportecl en June 21 shot by a Yugosla-v border guard on
change and transformations of villa­ that a group of United States and June 28. The other was arrested In
Yugoslav espionage &genls had been Mc'ntE'legro. Both men, said the no­ge life.
tried and cenvicted in Kuhs. The te, had been armed and equipped Among other stumbling blocks to
ecurt sentenced three of them to by the Albanian auto.ities. It eem­progress Hoxha mentioned the peas­
ant relutance to give equal rights death. They were allegedly in een- pbined that the Albanians had re­October 1963
The two governments also sign­
ed a declaration aimed at improv­
ing trade reiat ions :
The conclusion of an agreement
on financial claims and related
issues between the United States of
America and the "People's Republic
of Bulgaria removes a significant
obstacle to the establishment of
more normal relations between the
two countries... In 1959 after ~
nine-years hiatus the Unites States
and Bulgaria agreed to resume di­
plomatic relations. It is the view
of both Governments that the ex­
pansions of peaceful trade would
be mutually beneficial and
serve to develop increasing tres
between the people of the United
Sta tes and the Bulgarian people.
The United States is prepared to
HEAVY INDUSToRY, s'itting on a large block of coal, authorize the Legation of the Peo­
to LIGHT INDU~TRY: "Now 1'1,1 help you to grow up ple's Republic of Bulgaria to esta­
big and strong just like me." blish in New York a commercial of­
Wolma Trybuna (Warsaw) fice which would have the purpose
of promoting trade between our two
countries. Both government wrl' be fused to join the Yugoslav border social security, military pensions,
prepared to facilitate the travel of authorities in a joint investigation or other government compensation
as called for by a 1953 agreement. totalling approximately $100,000. commercial representatives and of­
ficial interested in increasing trade. The Albanians retorted a day later, Their checks have been blocked sin­
As conditions permit, both govern­denying the Yugoslaw report and ce 1951. The Bulgarian government
claiming that the Albanian charge has specifically guaranteed to allow ments will consider further measu­
d'aHalres rad refused the protest them to convert their payments res which will contribute to the de"
note of the Yugoslav Foreign Mi­ into leva at the favorable prevailing velopment of expanded trade relat­
ions. nistry. rate for private remittances -pre­
sently 1.17 leva to the dollar. Through such efforts, the Go­
Payees will be permitted to con­ vernements of the United States of
BU-lGARIA
tact the appropriate agencies in the America and the People's Republic
United States. of Bulgaria welcome the possibility An agreement concerning finan­
of increasing favorable conditions cial questions outstanding between Reportedly, Bulgaria wanted the
for the expansion of peaceful trade, agreement to include dollar bond the US and Bulgaria was signed in
and the development of more nor­Sofia on July 2. The agreement, ef­ obligations, owned by Americans
mal trade relations should also ser­fective immediately, provides for the and payable in the US, but Was­
ve as a means of increasing fruit­settlement on a lump-sum basis of hington rejected the proposal say­
ful contacts between the people of claims of US nationals arising out ing that holders of the 'Bulgarian
the two countries. of war damage, nationalization of bonds, which were issued in 1926 at
property, and financial debts. Bul­ 7 percent and in 1928 at 7.5 per­ ("Rabotnichesko Delo," July 3.)
garia agrees to pay $3,543,398, or cent, are entitled to interest at least
Privately, officials in Washington abour 25 percent less than Washing­ up until the peace treaty of 1947.
Payment was due in 1957, with in. said that they did not foresee a ton asked for. All but $400,000
terest amounting to $283,000, but very large increase in US-Bulgaria of the amount consists of govern­
the Bulgarian government had de­ trade. Last year Bulgaria exported ment and corporation assets blocked
faulted ,interest payments before about $1.2 million worth of rose dueinq World War 11.
World War 11. Discussions on this oil and spices to the US, and this The agreement also calls for
aspect of the matter continue. country's exports to Bulgaria a­property in the US owned by Bul­
mounted to only $3l;l,OOO. garian citizens to be unblocked. The principal items of property
nationalized or expropriated by the The US has already concluded The exact amount involved is unk­
nown but is considered to be small. Bulgarian government after World similar claims agreements with Pol­
Finally, it stipulates that the transfer War II are the American College In and and Rumania. Negotiations
of American funds to payees in Sofia, a sewing machine plant and with Czechoslovakia have been going
Bulgaria be resumed. It is estimat­ a petroleum company. Some indi­ on intermillenly for years, but are
ed that about 100 Bulgarians, once vidual urban property was also in­ now at a standstill. Talks with Hun­
residents of the US, are entitled to volved. gary have not yet begun. .Numb~J' 10
US MINISTER ADDRESSES
BULGARIANS ON TV
On the fourth of July, Mrs. Eu­
genie Anderson, United States Mi­
nister in Sofia, addressed tbe Bul·
garlan people over the government
radio and television network. Speak­
ing in Bulgarian. Mrs. Anderson con­
veyed a message from President Ken­
nedy aHinnlng that the United Sta·
tes is "dedicated to peace, freedom
and friendship with all nations."
She told the Bulgarians that "be­
cause Bulgaria also struggled for her
independence in the last century,
you can un,derstand well why we
Americans prize our national inde­
pendence as well as our individual
freedom."
Mrs. Anderson In the first Ame­
rican envoy behind the iron curtain
to address the local population on
America's national holiday. The Idea
was her own, and she personally
laid the groundwork for the TV
appearance in a conversation with "Don't think it takes no effort to place this big log
Premier Ihivkov. Altough Mrs. An. in front of you."
derson's message was essentially Polltika (Warsaw)
non-controversial, the fact that she
received pennission to go to the
gesting that the international shar­ ses a coal mine, a power station
Bulgarian nation was interpreted by
Ing of the fruits of science is one and a briquette factory with a pro­
many as an sHort to dramatize dilCfion of eight million tons of lig­of severii1 roads to a firm and" last'
Khrushchev's policy of peaceful ee­ ing peace. nite, 350,Q.OO kilowatts of electri­
existence with the West on the eve It was hoped that, bllowing city and 600,000 tons of briquettes.
of the Soviet-Chinese talks in Mos· its three'week run in Sdia, the The capacity of this stage will be
cow. However, Mrs. Anderson s exhibit would be shown in the Bul· expanded when the mine and the
broadcast redElived scant attention
garian provinces. briquette factory are fully completed in the Bulgarian press.
In several years. Five other lignite
BULGARIAN·YUGOSLAV NEWS PACT mines and pl)we, plants are also
projected, and when the complex Is «PLASTICS USA ..
An agreement was signed in Bel­ finally completed it will produce
"Plastics USA", an exhibit on grade on June 24 providing for 3,500,000 kilowatts of electricity.
modern living produced by the u­ cooperation l:iebween Yuqoslevie ts The importance of this project was
nited States Information Agency, O' Tanyug news agency and the Bul­ underscored by the presence l)f N.
pened in Sofia on July 6, Mrs. Eu­ garian news BTA. The ac· K. Baybakov, President of the So­
genla Anderson, the US Minister to cord calls for an exchange of in­ viet Union's State Committee for
Bulgaria, spoke at the opening ce.... formation on the basis of equality Chemicals and Oil.
and reciprocity as well as for mu­monies. The exhibit has previously
Another big project is a nitrDge­
been shown in the Soviet Union, Pol­ tual assistance to the two ag~ncies'
nous fertilizer plant at Stara Iago­correspondents in Belgrade and So­and and Rumania.
ra, the first stage l)f which was
fia. (Tanyug (Belgrade), June 24), The articles on exhibit represent
commissioned on June 23. Premier
the latest developments in the plas­
Zhivkov called the plant the "child
tics field: typical American house­ NEW INDUSTRIAL P-lANTS of Bulgarian • Soviet friendships,"
hold appliances, packaging mate­
thanking the USSR for its help. He
Bulgaria's Industrial program mov· rials, boats, sporting goods, toys,
also expressed confidence that the ed ahead in June with the inau­luggage, tools used in medical re­
second stage would be completed guration of several important pi-ants. search, plastics used in the US spa­
by the end of this year. (Rabotni· The first stage of the giant Maritsa ce program, cars with plastic body­
chesko Delo, June 24). The plant East coal and electricity complex work, and musical instruments with
is said to be highly 2utomated and was opened on June 29 when, in no metal parts. The exhibit carries
will employ more than 2,500 wor­the presence of highranking guests a message from President Kennedy
kers and 500 engineers. Its annual from the Soviet Union and East Ger­expressing the hope that it will help
capacity Is now 240,000 ton. end many, Premier Todor Ihivkov cut a the Bulgarian people to learn more
will become 440,000 tons when the about the United States and sug· tricolor ribbon. This stage cernprl­October 1"63
second stage is completed. (BTA ters of cotton fabrics. On June 16, One of the largest canning enter­
(Sofia I, June 24.) Tano Tsolov, alternate Politburo prises in the country, its annual
The first stage of a cotton textile member and a Deputy Premier, of· output will amount to 12,500 tons
combine was opened near Vratsa ficiated at the opening of a new of canned goads, or the equivalent
on June 8. It will have an annual of Bulgaria's total output in 1939. canning combine in Stara Zagora.
production capacity of 60 million me-
IKlCJlrJl5ICDPI

The UN Secreary General receiv­ pie want it to be strong." At a re­ commendations for the mastering
ed a warm welcome in Budapest ception the next day, Premier Todor and development on the bas·is of
and Sofia. The Hungarian commu­ Zhlvkov added that the Bulgarian specializaticn and ceoperation of the
nist leaders were especially hospi­ government supported the Soviet production et certain types of highly
table, since U Thant's presence was proposals for general and complete efficient machines and equipment
a visible symbol of the success of disarmament as expounded in the fer the prin:ipal industries of the
the Kadar regime in winning re­ UN Disarmament Committee. He al­ Comecon nation . . The Exe­
cognition as a legitimate member of so expressed gratification for U cutive Committee also dealt with the
the UN. He arrived in Budapest only Thant's support for turning the Bal­ problems of cooperation of the eeun­
kans into a nuclear free zone. a few days after the UN Creden­ tries engaged in oil and gas prospec­
tials Committee had accepted the ting," (Izvesti. [MoscowL July).
COMECON SESSION Hungarian delegation's credentials. It was all;o reported by Ramo
U Thant, who had sharply condemn­ The Seventh session of the Exe· Moscow on July 9 that the Come­
ed the use of Soviet troops to sup­ cutive Committee of Comecon, meet­ con countriu had given attention
press the 1956 uprisinq while he ing in M~scow from July 3 to 5, to the plans for increasing East Eu­
was Burmese ambassador to the UN, took another step forward "in the ropean support for the industriali­
zation program of the Mong: Iian made only a few cautiously diplo­ further consolidation of the equita.
People's Republic, the newest mem­matic remarks while in Budapest. ble cooperation and unity of the
ber or Ccmecon. As evidence of First Secretary Kadar was more tal. Comecon nations", according to
kative: he told workers at the Cse­ Piotr Jaroszewicz, Polish delegate such support, a Comecon meeting is
pel metallurgical combine that he who was chairman of the meeting. scheduled to be held in the near
had discussed the recent amnesties Jaroszewicz reported that the Ex­ future in the Mongolian capItal city
of political prisoners with U Thant, ecutiye Committee "approved the re­ or Ulan Bator.
but that he felt no obliqatlon to
report on them to the public. "The -----------------------------
reason was that we are under no
obligation to inform anyone, the go
F i]o1
vernment of any country, or any in­
\r~
ternational organization, since the
Hungarian People's Repubblic is a
s:vereign state. This is the situat­
ion here; we do not want to decei­
'la the Secretary General, our dear
gues!." (Nepszabadsag, July 3.)
Kadar thus seemed to see the visit
as putting an end to the UN's right
to' interest itself in the 1956 Re­
volt and its aftermath.
From Budapest, U Thant went to
Sofia, where First Deputy Premier
Zhivko Zhivkov offered the assu­
rance that "Bulgaria is firmly loyal
to the aims and principles of the
United Nations and pursues a CO'1­
slstent policy of p: acefu\ coexisten­
ce among states with different so'
cial system"; ».
In reply, U Thant said; "The
Goods from ovarfulfilled production norms are stored United Nations can be as strong or
in this warehouse. Filed under the letter "D" is Cze­as weak as its members desire it to
choslovakia's present surplus of Dogmatists .. be. I am infinitely pleased that
the Bulgarian government and pso­ Rohac (Bratislava I 3 OeLobl'e 1963
Robert Schuman (1886-1963)
,
Le "Père n est plus... de rEurope"
Après une longue maladie, Robert Schuman, le ((Père de l'Europe», s'est éteint le 1.
septembre 1963; Déjà, au mois d'août dernier une alerte sérieuse avait fait craindre une
issue fatale qui ne put être retardée que iusqu'à ce début d'automne, presque un an
après qu'il eût décidé de se retirer de la vie politique active. En effet en novembre der­
nier, après la dissolution de l'Assemblée Nationale, Robert Schuman, de plus en plus gra­
vement malade, n'avait pas voulu d~mander le renouvellement de son mandat. Mais il
n'avait pas cessé de se consacrer à ce qui était devenu la grande œuvre de sa vie, et il
avait achevé le livre auquel il donnait ses dernières forces: «Pour l'Europe». Il n'aura pas
eu, hélas, la grande joie de le voir publier puisque ce livre ne doit paraître que fin
septembre aux Editions Nagel.
Les obsèques de Robert Schuman ont eu lieu à Metz, en présence de nombreuses per­
sonnalités politiques françaises et étrangères. L'<A.ssemblée Consultative était représentée
par son Président, M. Pierre Pflimlin. Nos lecteurs trouveront en pages 10-11, quelques
informations complémentaires sur le retentissement qu'a eu, dans le monde entier, la dis­
parition de ce grand européiste.
Il arrive, quand un homme ritaient qu'ils fussent unis dans La carrière pol itique
~.' impose à l'admiration et au un même sentiment d'admiration
respect de ses contemporains et de respect par tous ceux qui C'est en novembre 1919 que sa
que sa légende naisse de son vi­ croient en l'Europe. vie prend un tournant décisif:
vant. Robert Schuman a partagé il est choisi par ses compatrio­
ce privilège avec deux autres des tes pour représenter au Parle­
plus grands hommes politiques ment français la Moselle retrou­La jeunesse
de notre temps: le c::tancelier vée, sur la liste de 1'« Union Ré­
Conrad Adenauer et Alcide De publicaine Lorraine l>. Elu 5e sur
En 1870, le village lorrain d'E­Gasperi. Si, comme dit lB poète, 8 noms, il consacre bien enten·
vrange, près du Grand Duché dela légende est plus vraie que du toute son ardeur et sa com­
Luxembourg, .était envahi par lesl'histoire, retenons donc celle pétence de juriste à la tâche la
Prussiens. Un de ses habitants,qui veut qu'au début du siècle plus urgente: la réintégration de
le garde mobile Schuman, avait deux étudiants sans patrie, Ro­ l'Alsace-Lcrraine dans la Nation
été fait prisonnier au siège de et la législation française. Cons­bert Schuman né au Luxem­
Thionville. Libéré, trouvant sonbourg pour ne pas être citoyen tamment réélu, en. 1928 il est
village « perdu l> pour la France, membre de la Commission des allemand, et Alcide De Gasperi,
il passe la frontière et c'est à Lu­ Finances de la Chambre. En 1931, né à Trente alors occupé par
léembourg que va naitre son fils il se joint à la petite cohorte du l'Autriche, rencontrèrent dans une
Robert, le 29 juin 1886. Elève Parti Démocrate Populaire. De Université d'Europe Centrale le
puis étudiant bilingue, Robert fréquent~ voyages ep. Allemagn2 jeune Conrad Adenauer, un Rhé­
Schuman fait de brillantes étu­ lui permettent de déceler le pé­nan que le nazisme devait con·
ril qui menace au déla du Rhin. des aux université de Metz, Bonn, traindre lui aussi à faire figurs
A partir de 1933, il ne passera d'irrédentiste. Au cours d'un8 Munich, Berlin, Strasbourg. Doc­
plus la frontière. teur en droit à 24 ans il revient discussion animée, tous trois au­
à Metz où il continue à se pas­raient jeté les fondements spiri­ Puis c'est la guerre et la si­
tuels de l'Europe Unie .. _En fait, sionner pour l'étude comparée gnaturo de l'armistice. Robert
du droit germanique et du droit Schuman va revivre avec ses Robert Schuman ne rencontra le
Chancelier Adenauer qu'en 1949, romain. Prisonnier des «Marches compatriotes le drame qu'il ne
connait que trop bien. Un de­de l'Est l>, il entreprend la car­et le Président De Gasperi en
voir de solidarité lui impose de 1951. Mais si la vie n'a rappro­ rière d'avocat et accepte la
garder son poste de sous-secré­charge de président de la jeu­ché que tard ces trois Eurouéens
taire d'Etat aux Réfugiés, mais nesse catholique jusqu'à la vic­exemplaires, il faut avouer que
le jour où le Maré,c::tal Pétain toire des Alliés en 1918. leur caractère et leur destin mé-4 Octobre 1963
-- ---------------
reçoit les pleins pouvoirs il se qui avaient adhéré au Plan Mar­ Au début d'août 1952 la Haute
retire car, a-t-il dit plus tard, shall, le Conseil de l'Europe é­ Autorité commence à fonction­
avec cette sobre pudeur qui le tait né. Mais la première n'avait ner L'Europe est entrée dans
caractérisait: ({ ...j'ai quitté le qu'un objectif limité et le se­ la voie des faits ...
gouvernement de l'armistice par­ cond était en partie paralysé par
ce que je n'avais pas confiance les vues contraires de ses mem­ 1/'
en cette formule ... ». bres, en particulier de la Grande Après la C.E.C.A. la C.E.D.
Bretagne qui s'opposait à blute
mesure d'intégration européen­ En 1950, les Etats-Unis avaient
Prisonnier de la Gestapo ne. LfAllemagne étffit un pro­ proposé l'admission de l'Allema­
blème inquiétant... gne de l'Ouest au sein de l'Al­
Il est alors arrêté par la Ge­
liance Atlantique et donc son C'est alors que Robert Schu­
stapo et jeté en cellule à Metz
réarmement. Schuman s'oppose man expose avec un courage
le 14 septembre 1940, sous l'ac­
à ce projet et la France se trou­tranquille sa première grande
cusation d'antinazisme irréducti­
ve isolée. Pour sortir de cette idée révolutionnaire: la réconci­ble. Placé en résidence surveil­
impasse nait alors le projet de liation franco-allemande. lée à Neustadt l'année s11ivante,
Communauté Européenne de Dé­,({ L'Europe - dit-il - ...se fe­il s'évade et menant à partir de
fense: la France accepte le ré­ra par des réalisation concrè­1942 pendant deux ans une exis­
armement de l'Allemagne dans tes en créant d'abord une soli­tence clandestine, il éC:Japper~
une armée commune européen­darité de fait. Le rassemble­dès lors à la police allemande.
ne dont les unités, le matériel ment des nations européennes
et les services sont intégrés de
exige que l'opposition séculaire
façon permanente. Le projet, Un homme qui ne change pas de la France et de l'Allemagne
véritablement d'une hardiesse soit éliminée. L'action doit tou­
extrême, fut rejeté le 31 août Aux premières élections légis­ cher au premier chef la France
1954. Comme on le sait il a été latives qui suivent la guerre, il et l'Allemagne...».
remplacé par le Traité le Lon­emporte plus de 100.000 suffra­ Suivit aussitôt la seconde gran­
dres qui autorise la création ges à la tête de la liste M.R.P. de idée révolutionnaire de Ro­
d'une armée allemande autono­et devient Président de la Com­ bert SC:Juman, celle qui devait
me et admet l'Allemagne Fédé­mission des Finances à la Pre­ être la première pierre de l'é­
rale de plein droit au sein de mière Constituante. Dès lors, il difice européen: la Haute Auto­
l'O.T.A.N. sera toujours réélu et tiendra à rité Commune sur les Houillières
plusieurs reprises l'un des por­ et la Sidérurgie françaises et al­
tefeuilles ministériels les plus in­ lemandes. Malgré toutes les op­
Président de l'Assemblée Par­
grats: celui des Finances. Il y positions que ce projet suscite
lementaire Européenne témoigne de tant de fermeté et le traité instituant la C.E.C.A_
de courage, dans une France me­ est signé le 18 avril 1951 entre
En Janvier 1953, Robert Schu­
nacée par le chaos, qu'en no­ la France, l'Allemagne,:, l'Italie
man avait quitté le Ministère
vembre 1947 il ne reste qu'une so­ et les trois Pays du Bénélux.
des Affaires Etrangères, mais il
lution: l'appeler à la Présidence
n'en continue pas moins à con·
du Conseil.
sacrer toutes ses énergies à la
grande idée qui doit assurer se­
lon lui le salut de l'Europe et La carrière diplomatique
la sauvegarde de la paix. En
Mais c'est dans l'activité diplo­ mars 1958 il est élu à l'unani­
matique où le poussent la lar­ mité Président de l,/Assemblée
geur de ses vues, la modération Parlementaire,'EuropéenneJ après
l'instauration du Marché Com­et la tolérance de ses jugements,
mun, une autre étape vers l'Eu­la fermeté de son caractère,
rope Unie. Enfin, en mai 1960, qu'il va enfin donner toute sa
mesure et jouer le grand rôle la maladie le contraint à aban­
donner la Présidence de 'l'Assem­pour lequel sa modestie sem­
blée. Désormais il se consacre­blait si peu faite. A partir du
ra à la rédaction de ce livre 24 juillet 1948, Robert Schuman
qui doit paraïtre incessamment, sera pendant quatre ans et de­
mi le ministre des Affaires E­ ({ Pour l'Europe ll, et dont le ti­
tre, dans sa simplicité voulue, trangères de France et l'un des
résume plus éloquemment que hommes d'Etat les plus écoutés
tous les discours la noblesse du monde. L'idée de l'Europe U­
d'une existence vouée tout entiè­nie prenait corps. L'Organisation
Européenne de Coopération E­ re à la plus grande idée politique
conomique et de Développement du siècle.
A. G. regroupait. le:; Pays d'Europe ­
5
L' Instituto de Estudios Europeos
,
a propos de déclare
l'Espagne devant le Marché Commun
La crise produite au sein mons donc qu'il doit être posé, tres membres de l'E.F.T.A. Ce·
des Six à la suite du veto op­ pendant, en admettant même discuté et résolu sur un plan au­
posé par le général de Gaulle à que cela ne fût pas le cas, nous thentiquement national, en tâ­
l'entrée de la Grande-Bretagne considérons que la marche vers chant que l'opinion publique es­
dans la C.E.E., a engendré un l'unification politique et écono­ pagnole prenne conscience d'un
climat de grand pessimisme par­ mique de l'Europe pourrait se évènement d'aussi capitale im­
mi certains cercles européens de poursuivre par les chemins pa. portance et, en fin de compte,
notre pays; elle a semé un dé­ pèse sur la décision qui sera fi­rallèles de la C.E.E. et de
sarroi évident dans les milieux nalement prise. l'E.F.T.A., chemins qui débou­
industriels et financiers; elle a cheraient inévitablement sur la
fait renaître la question de sa­ création d'une entité supérieure • • • voir s'il convient à l'Espagne de fusionnant les deux communau­
se rattacher à la C.E.E. ou à tés. Nous dirons plus: si l'on 4. Nous considérons que la ba­
l'E.F.T.A.; et ce qui est plus suivait ce second procédé, il est se principale de notre attitude
grave, elle a amené baucoup de même probable que, au moins face à l'intégration économique
gens à penser que la marche dans le domaine économique, le de l'Europe doit consister à re­
vers l'unification politique et é­ processus d'unification s ' e n connaître la nécessité de réaliser
conomique de l'Europe s'en trouverait accéléré du fait de un grand effort pour obtenir, par
trouvait arrêtée ou tout au l'émulation entre les deux insti­ un processus évolutif, la réadap­
moins ralentie, et que par con­ tutions - C.E.E. et E.F.T.A. tion de la structure politico-éco­
séquent notre pays pouvait se dans leur efforts vers l'unité. nomique de notre pays aux exi­
voir absent de la plus grande gences d'un monde qui est deve­
entreprise de nos temps. Consi­ nu petit et fragile et où l'inter­• • • dérant sans fondement ce pes­ dépendance des intérêts consti­
simisme et totalement erroné tue, face à l'extérieur, le seul
2. Nous considérons que l'al­l'état d'esprit que nous venons soutien de l'indépendance natio­
ternative E.F.T.A. - C.E.E. s'est de décrire, l'Instituto de Estu­ nale. Ce sont ces réflexions qui,
trouvée définitivement résolue dios Europeos, conscient de la depuis le premier jour, nous ont
en faveur de cette dernière, dès responsabilité qui lui incombe amenés à regarder avec grande
l'instant que la Grande-Breta­dans 1'« européisme)) espagnol, sympathie le mouvement d'unifi­
gne, créatrice de l'E.F.T.A., a de­croit opportun de préciser dans cation économique de l'Europe,
mandé son entrée dans le M.C., ce document~i quelle est son à participer activement aux tra­
convaincue que cette organisa­opinion sur l'avenir de la Com­ vaux de la Ligue Européenne de
tion-ci est celle qui finirait par munauté Economique Euro­ Coopération Economique dont le
prévaloir. Nous croyons donc péenne et sur l'intégration de Comité Espagnol fut créé grâce
que c'est vers l'association au l'Espagne à cette dernière. aux efforts de notre Institut, à
Marché Commun que notre patys promouvoir décidément l'asso­
doit tendre ses efforts, quoique ciation de notre pays à la C.E.E. • • • cela n'empêche en aucune façon dans l'esprit du Traité de Rome
que l'Espagne entretienne les et à appuyer toutes les mesures
1. Nous considérons que la plus étroites et amicales rela­ destinées à faciliter l'évolution
répercussion défavorable de l'in­ tions avec l'E.F.T.A. exigée par les nouvelles circon­
cident anglo-français sur le pro­
stances historiques.
cessus d'unification économique • • • de l'Europe a été considérable­
ment exagérée et nous entretenons • • •
3. Nous considérons que le l'espoir que, sans plus tarder,
5. Nous considérons que l'inté­problème de l'intégration de une formule sera trouvée qui
gration de l'Espagne dans le l'Espagne dans la C.E.E. affecte permettra l'entrée de la Grande­
Marché Commun et les réformes les intérêts suprêmes et perma­Bretagne dans le Marché Com­
de structure auxquelles nous 1)1!­nents de notre pays. Nous esti­mun et, en outre, celle des au­6 Octobre 1963
nons de faire allusion, sont des 7. Nous considérons que la à laquelle nous pensons qu'il
objectifs qui se conditionnent et persévérance dans la politique faudrait donner une sécurité ju­
se complètent réciproquement. de stabilisation est aussi essen­ ridique d'ordre institutionnel,
Sans les réformes de structure tielle que dans la politique d'in­ constitue la condition sine qua
nécessaires, l'intégration échoue­ tégration ou même que dans non pour un développement éco­
rait inexorablement. Mais de la une saine politique de dévelop­ nomique sain et l'instrument le
même façon échoueraient les ré­ pement économique. Une inlas­ plus adéquat pour faciliter la
formes de structure sans l'inté­ sable action contre l'inflation restructuration de notre écono­
doit donc être à la base de tou­gration nécessaire de l'Espagne mie en vue de sa future intégra­
te politique financière, économi­à la Communauté Economique tion dans la Communauté Eco­
Européenne. L'actuel Plan d'é­ que et sociale. nomique Européenne. Nous af­
quipement de l'économie espagno­ firmons en même temps que cet­
le ne peut donc se concevoir te économie de liberté, grâce à
* * * indépendamment de la politique laquelle nous pensons nous rap­
d'intégration, et encore moins procher plus rapidement de l'Eu­8. Nous approuvons la politi­
comme un succédané de celle-ci; rope, est non seulement compati­que de libération progressive de
il doit au contraire s'entendre et ble mais aussi inséparable de la
notre commerce extérieur, en
être mené à bien comme un ins­ notion de solidarité humaine sans
tant que mesure préalable indis­
trument indispensable de la po­ laquelle aucun progrès économi­
pensable pour éprouver l'effica­
litique d'intégration. que ne peut être enregistré com­cité de notre actuel tarif doua­
me définitif. nier et préparer notre future in­
tégration à l'Europe. Signalons
* * * • • • cependant que nous voulons har­
moniser - mais en aucune façon 6. Constamment attentifs à la 10. Nous considérons que l'en­
subordonner - notre économie réalité dans laquelle nous som­ trée de l'Espagne dans le Mar­
mes plongés, nous n'oublions pas à celle de l'étranger, de sorte chè Commun constituera un
que notre pays a vécu durant un qu'il est indispensable au fur puissant instrument pour l'amé­
et à mesure que se déroule le quart de siècle, c'est-à-dire pen­ lioration effective de la rémuné­
processus de libération, de pren­dant un laps de temps baucoup ration du travail, en permettant
dre les dispositions opportunes plus long que n'importe quel au­ le rétablissement d'une plus
pour donner à notre administra­tre pays européen, sous un ré­ grande liberté dans l'embauche
tion l'agilité qui lui permettra de gime de restrictions, d'interven­ de main-d'oeuvre, en facilitant
lutter rapidement et efficacement tions de l'Etat, de contingente­ l'accroissement de la productivi­
contre les tentatives de dumping ments commerciaux qui ont pro­ té et en ouvrant le chemin vers
étranger. fondément -affecté le développe­ la pleine jouissance d'un droit
ment de notre économie. Même du travail égal pour tous les tra­
en admettant qu'il ait été possi­ vailleurs européens. Nous consi­
* * * ble d'adopter une autre politi­ dérons de même que la politique
que meilleure que celle-là, et que de plus grande liberté et de plus
9. Nous considérons que le
le degré de développement au­ grande concurrence doit mener
rétablissement dans son intégra­
quel elle nous a conduits ne soit en définitive à une meilleure ré­
lité de l'économie de marché,
pas le plus satisfaisant, nous af­ partition du revenu national.
firmons que toute politique gui­
dée exclusivement par ce que
* * * devrait être idéalement notre
11. Nous considérons que l'ac· économie, et qui ne tiendrait pas
tuel système fiscal doit être ra· suffisammente compte de ce qui
dicalement mOdifié pour le ren­existe réellement et effective­
dre plus juste, plus simple, plus ment, serait injuste et antiéco­
efficient, moins onéreux et nomique et, en définitive, ne
adapté à l'expansion économique. ferait que retarder et gêner no­
Nous considérons que cette ré­tre processus d'intégration. Nous
vision apparait également indis· considérons par conséquent que
pensable dans le cadre de notre la politique d'intégration à l'Eu­
rapprochement vers l'Europe. rope que nous défendons avec
acharnement, ne pourra connaï­
tre le succès désiré que si elle * * *
respecte les intérêts légitime­ 12. Nous considérons qu'une
ment créés et si eUe procure aux des faiblesses concurrentielles
chefs d'entreprise espagnols l'ai­ de notre économie provient du
de, le temps et les assurances
fait que l'Etat a consacré à la
nécessaires pour qu'ils puissent création et à l'administration
s'adapter aux nouvelles circons­
(sllit" a la pag. 7) tances.