Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La place de l'Union européenne dans l'économie mondiale

De
13 pages
CECA, UEM, UE, Delors, Draghi, Rome, Maastricht, Amsterdam, Lisbonne ; si ces noms ne vous disent rien, ou alors que vous n'arrivez plus à les rallier à l'Europe, alors ce cours est fait pour vous !
Sa lecture et sa compréhension étant facilitées par 4 graphiques et 18 points notions pour retenir les définitions clés de ce chapitre.
Voir plus Voir moins

La place de l’UE dans l’économie globale

LLLLaaaa ppppllllaaaacccceeee ddddeeee llll’’’’UUUUnnnniiiioooonnnn eeeeuuuurrrrooooppppééééeeeennnnnnnneeee
dans l’économie globale

Table des matières

Sommaire.........................................................................................................................................p.1

Introduction

I / L’Union Européenne : un modèle économique unique au monde.
Un modèle d’intégration régionale......................................................................................................p.3
Le plus grand marché au monde........................................................................................................p.4
L’euro comme monnaie unique...........................................................................................................p.4
Un long processus
L’euro comme remède au triangle de Mundell

IIIIIIII //// LLLLeeeessss ppppoooolllliiiittttiiiiqqqquuuueeeessss ééééccccoooonnnnoooommmmiiiiqqqquuuueeeessss ddddaaaannnnssss lllleeee ccccaaaaddddrrrreeee eeeeuuuurrrrooooppppééééeeeennnn
Les politiques conjoncturelles..............................................................................................................p.6
La politique monétaire de la BCE
Le Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC)
La zone euro : une zone monétaire imparfaite soumise aux chocs
Les politiques structurelles de l’UE......................................................................................................p.9
Le budget européen
La Politique Agricole Commune (PAC)
L’Europe sociale
La stratégie de Lisbonne

IIIIIIIIIIII //// LLLL’’’’UUUUEEEE eeeesssstttt uuuunnnn aaaacccctttteeeeuuuurrrr mmmmaaaajjjjeeeeuuuurrrr ddddeeee llll’’’’ééééccccoooonnnnoooommmmiiiieeee mmmmoooonnnnddddiiiiaaaalllleeee ttttrrrraaaavvvveeeerrrrssssaaaannnntttt uuuunnnneeee
période trouble
L’Union possède un poids démographique et une puissance économique de premier ordre........p.11
Une puissance commerciale de premier ordre................................................................................p.12
Le ralentissement de la croissance..................................................................................................p.12
La crise des dettes souveraines........................................................................................................p.13

Conclusion








Page 1 sur 13
La place de l’UE dans l’économie globale




Introduction
L’aventure européenne commence officiellement en 1950, avec la mise en place de la CECA
(Communauté Economique du Charbon et de l’Acier). Celle-ci est décrite par Robert Schuman
comme la « première étape de la Fédération européenne » (1950). En 1957, le Traité de Rome
institue la CEE (Communauté Economique Européenne), véritable base sur laquelle l’UE (Union
Européenne) s’appuiera pour naître avec le Traité de Maastricht en 1992.
Le premier but de ces communautés et de l’Union était de garantir la paix en Europe grâce au
commerce. En effet, comme l’ont successivement démontrés Montesquieu – qui déclare que « le
commerce guérit des préjugés destructeurs » en 1748 dans L’Esprit des lois – et Léon Walras en 1874,
les pays ne sont font pas la guerre entre eux s’ils ont des intérêts commerciaux communs. Les
échanges et en quelque sorte l’interdépendance étant le moyen de garantir cette paix, dans un
continent meurtri au sortir des deux Guerres Mondiales. La naissance de l’UE ayant rajouté la
promotion des droits de l’Homme et des valeurs démocratiques avec par exemple la mise en place
d’une citoyenneté européenne complétant les citoyennetés nationales lors du Traité de Maastricht
(cette citoyenneté est dite « de superposition »). Ceci explique que certains pays candidats ne
fassent pas partie de l’UE puisqu’ils ne respectent pas suffisamment ces valeurs.
Comptant 27 pays membres depuis 2007, et comptant une population de plus de 500 millions
d’habitants, l’UE est depuis sa création l’ensemble régional le plus abouti au monde. Elle est
aujourd’hui la première puissance économique mondiale, avec un PIB de plus de 17 500 milliards de
dollars en 2011 (source : FMI). Avec les crises successives, l’UE s’est progressivement dotée
d’instances économiques et financières, avec pour objectif d’harmoniser les économies des pays
membres.










Page 2 sur 13
La place de l’UE dans l’économie globale

I / L’Union Européenne : un modèle économique
unique au monde

Un modèle d’intégration régionale
L’Union européenne est de nnooss jjoouurrss uunn ccaass dd’’ééccoollee.. EEnn eeffffeett,, eellllee eesstt llee modèle ddee régionalisation le
pppllluuusss aaabbbooouuutttiii aaauuu mmmooonnndddeee,,, iiissssssuuu ddd’’’uuunnn ppprrroooccceeessssssuuusss vvvooolllooonnntttaaaiiirrreee ddd’’’iiinnntttééégggrrraaatttiiiooonnn ééécccooonnnooommmiiiqqquuueee... LLL’’’UUUEEE aaa dddooonnnccc aaatttttteeeiiinnnttt
le cinquième et dernier niveau d’intégration selon Béla Balassa (1928-1991), un économiste
américain d’origine hongroise, spécialiste de l’économie internationale.
•Zone de libre échange:
•llleeesss pppaaayyysss sssiiigggnnnaaatttaaaiiirrreeesss sssuuupppppprrriiimmmeeennnttt llleeesss eeennntttrrraaavvveeesss ààà lllaaa ccciiirrrcccuuulllaaatttiiiooonnn dddeeesss mmmaaarrrccchhhaaannndddiiissseeesss eeennntttrrreee eeeuuuxxx,,, tttooouuuttt eeennn
cccooonnnssseeerrrvvvaaannnttt uuunnneee ppprrrooottteeeccctttiiiooonnn ààà lll'''eeennncccooonnntttrrreee dddeeesss bbbiiieeennnsss vvveeennnuuusss dddeee lll'''eeexxxtttééérrriiieeeuuurrr dddeee ccceeetttttteee zzzooonnneee...
1 • ex: CEE avant 1968, ALENA (1994), MERCOSUR, ASEAN, etc.
•Union douanière:
•renforcement de la zone de libre échange avec la mise en place d'un tarif commun aux frontières
•eexx:: CCEEEE àà ppaarrttiirr ddee 11996688..2
•Marché commun:
•les pays membres éliminent les entraves à la circulation des facteurs de production entre pays membres
•ex: UE à partir de 1993 (Acte Unique en 1986 qui institue le marché unique, libre circulation des capitaux
3 en 1990, et des travailleurs en 1993).
•Union économique:
•harmonisation des politiques économiques des pays membres du marché commun.
•ex: UE à partir de 1994.4
•UUnniioonn ééccoonnoommiiqquuee eett mmoonnééttaaiirree::
•phase ultime de l'intégration régionale avec la création d'une monnaie unique accessible aux pays
membres.
er5 •ex: Zone euro depuis le 1 janvier 1999 (décidé par Maastricht).

LLLeeesss ééétttaaapppeeesss ddduuu ppprrroooccceeessssssuuusss ddd’’’iiinnntttééégggrrraaatttiiiooonnn rrrééégggiiiooonnnaaallleee ssseeelllooonnn BBBééélllaaa BBBaaalllaaassssssaaa...
A noter que si la zone euro fut mise en place en 1999, les pièces et billets ne furent disponibles qu’à
erpartir du 1 janvier 2001, puisque avant juin 1998 la BCE n’existait pas, et donc son gouverneur ne
pouvait apposer sa signature sur les billets.
Marché unique ::: llliiibbbrrreee ccciiirrrcccuuulllaaatttiiiooonnn dddeeesss mmmaaarrrccchhhaaannndddiiissseeesss,,, dddeeesss ssseeerrrvvviiiccceeesss,,, dddeeesss cccaaapppiiitttaaauuuxxx eeettt dddeeesss pppeeerrrsssooonnnnnneeesss ààà
l’intérieur de l’UE.
Intégration régionale : développement de rapports économiques, sociaux et politiques créant une
interdépendance croissante entre Etats membres d’un espace géographique spécifique. Son
fonctionnement repose sur des transferts consentis de souveraineté des Etats vers des institutions
supranationales.
Page 3 sur 13
La place de l’UE dans l’économie globale

Le plus grand marché au monde
Le marché unique européen est également appelé marché intérieur. Il est constitué de l’ensemble
des marchés nationaux des pays membres de l’UE. Sa mise en place s’est effectuée dans une optique
libérale, avec pour but de favoriser la croissance économique.
En effet, il a favorisé la croissance économique en augmentant les créations d’emplois et la hausse de
la production. La concurrence à également augmenté, mais la taille du marché a surtout explosée, et
les conditions pour s’y installer se sont facilitées. On peut espérer à la clé de ce processus des
économies d’échelles, et une élévation de la compétitivité. Ceci se faisant également au bénéfice des
consommateurs, qui voient les prix s’abaisser en même temps que la gamme de produits augmente.
Ce marché unique s’étant réalisé au prix de certaines conditions, remplies en trois étapes. Tout
er erd’abord, l’union douanière dès le 1 juillet 1968 ; ensuite l’Acte unique européen (1986), fixant au 1
janvier 1993 l’achèvement du marché intérieur ; et enfin le Traité de Maastricht (1992) qui mit en
place la Zone euro. Ces traités permirent la liberté de circulation des capitaux, des marchandises, et
des personnes au sein de la communauté. Il a également fallu pour cela harmoniser les règles
nationales, et notamment les normes techniques et sanitaires. Les directives européennes étant
ensuite transposées dans le droit de chaque pays, par le vote de ses assemblées représentatives.
Ainsi, la production de n’importe quel pays membre de l’union peut être vendue dans un autre Etat
membre sans contrôle supplémentaire. La mise en place du marché intérieur s’est également
accompagnée par l’instauration de règles en matière de concurrence, d’ententes, de fusions, de
monopoles, et d’abus de position dominante. Ce dernier point étant assuré par une branche de la
Commission européenne, bien qu’en vertu du principe de subsidiarité les problèmes soient réglés à
l’échelle la plus basse possible.
L’euro comme monnaie unique
Un long processus
L’adoption de la monnaie unique ne s’est pas faite en un jour, loin de là. En effet, dès 1970, le
rapport Werner préconisait son adoption. Par la suite, le SME (Système Monétaire International) fut
institutionnalisé en mars 1979. Ce dernier visait à stabiliser les monnaies européennes en encadrant
leurs fluctuations par rapport à une monnaie virtuelle de référence : l’ECU (European Currency Unit,
monnaie panier dont la valeur était fonction des valeurs des différentes monnaies le constituant),
ainsi qu’en instaurant un mécanisme de change et de crédit entre les Etats membres. Dans ce
système, chaque banque centrale conservait ses propres règles de fonctionnement. Cependant, il fut
un système asymétrique. En effet, l’Allemagne (la RFA à l’époque) remplissait tous les objectifs
depuis la création de sa nouvelle monnaie : le Deutschemark, ce qui explique que les politiques des
autres pays membres se soient alignées sur la sienne.
Ensuite, au sommet de Hanovre en juin 1988, les pays membres créent l’UEM (Union Economique et
Monétaire), et un an plus tard en juin 1989 le Conseil européen de Madrid adopte les
recommandations de la Commission Delors pour le passage à une monnaie unique et fixer les taux de
change en trois étapes. La première étape est mise en place afin de lever les barrières à la circulation
des capitaux. Cependant, pour les deux suivantes, il fut nécessaire de modifier le Traité de Rome (ou
« Traité instituant la Communauté économique européenne »). Ce qui fut fait lors d’une conférence
intergouvernementale en 1991, qui déboucha sur la signature du « Traité sur l’Union européenne »
Page 4 sur 13
La place de l’UE dans l’économie globale

dit Traité de Maastricht en février 1992. Ce dernier instaura également les « critères de
convergence » que doivent remplir les pays désireux de participer à l’UEM : le taux d’inflation d’un
pays membre ne doit pas dépasser de plus de 1,5 point celui des trois pays membres présentant les
taux d’inflation les plus faibles, la dette publique ne doit pas excéder 60 % du PIB et le déficit public
annuel se doit d’être inférieur à 3 % du PIB, il faut que le pays membre ait participé au MCE II
(Mécanisme du taux de change européen mis en place pour les pays ne participant pas à la zone
euro) pendant deux ans sans dévaluation, enfin les taux d’intérêt à long terme ne doivent pas
dépasser de 2 % ce des trois Etats membres présentant les meilleurs résultats concernant la stabilité
des prix.
La deuxième phase fut accomplie en janvier 1994 avec la création de l’IME (Institut Monétaire
Européen) par le Traité de Maastricht en vue de préparer la mise en place d’une politique monétaire
ercommune aux pays membres ainsi que de doter l’UEM d’une banque centrale transnationale. Le 1
juin 1998, l’IME est liquidé, et la BCE (Banque Centrale Européenne) fait son apparition.
erLa dernière étape est accomplie le 1 janvier 1999 avec la fixation des taux de change des onze pays
membres participant à l’UEM, et la mise en place de l’euro d’abord sur les marchés financiers, et par
la suite en monnaie fiduciaire en 2002.
Dette publique : dette de l’ensemble des administrations publiques, des collectivités, et des
organismes dépendant directement de ces derniers. Elle augmente dès qu’un déficit public est
compensé par l’emprunt.
Déficit public : situation dans laquelle les dépenses des administrations publiques (Etat,
administration territoriales, de sécurité sociale, et ODAC – Organismes Divers d’Administration
Centrale) sont supérieures à leurs recettes.
L’euro comme remède au triangle de Mundell
Une banque centrale cherche à atteindre trois objectifs : l’indépendance de sa politique monétaire
(pour décider de ses orientations en fonction de la situation économique actuelle), la libre circulation
des capitaux (qui en vertu de la théorie néoclassique permet l’allocation optimale des ressources), et
enfin la fixité des taux de change (sinon cela constitue une entrave au commerce puisqu’une
incertitude pèse sur les coûts des exportations et importations, et donc sur les revenus et dépenses).
L’adoption de l’euro vise à résoudre le « triangle des
incompatibilités » ou triangle de Mundell, développé par Taux de change fixes
les économistes Robert Mundell (Prix Nobel d’Economie
en 1999) et Marcus Fleming dans les années 1960. En
effet, ce triangle démontre qu’il est impossible dans une
Union économique de maintenir les taux de change fixes,
tout en gardant une politique monétaire indépendante,
dans une zone où les capitaux circulent librement. Deux
Libre objectifs au maximum étant atteignables à la fois. Ainsi, Indépendance
circulation l’adoption de l’euro a permis de supprimer la contrainte de la politique
des capitaux liée aux taux de change, permettant ainsi de remplir les monétaire
autres objectifs et de faire comme les Etats-Unis.
Page 5 sur 13

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin