Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ET LE DROIT DES FEMMES À L'INSTRUCTION ...

De
28 pages

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ET LE DROIT DES FEMMES À L'INSTRUCTION ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 275
Signaler un abus
LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ET LE DROIT DES FEMMES À L’INSTRUCTION Résumé d’une désillusion
Bernard JOLIBERT IUFM de la Réunion
Résumévoit les femmes intervenir directement, parfois La Révolution française . – avec force et conviction, dans l’action. On pouvait donc s’attendre à ce que les révo-lutionnaires de quatre-vingt neuf soient reconnaissants aux femmes et leur accordent immédiatement ce droit à l’instruction qu’elles réclament de manière explicite, ainsi que les droits civils et politiques auxquels les plus engagées aspirent légitimement : participer aux décisions comme électrices et, pourquoi pas, comme éligibles. Dans la réalité du droit et des mœurs, c’est exactement l’inverse qui se produit. Loin d’en instituer les conditions de leur libération, la Révolution a conduit à enfermer les fem-mes dans leur rôle domestique, rendant ce dernier le plus étroit et le plus clos possible, les soumettant au pouvoir masculin absolu des pères ou des maris. Pour ce faire, le moyen le plus économique et le plus efficace semble de les maintenir en état d’ignorance, loin des sciences, des arts et des lettres qui pourraient les inviter à d’autres aspirations, plus politiques et plus dangereuses pour l’ordre social. Abstract. –Women participated in the French Revolution directly, and occasionally with force and determination. So that one might expect the 1789 revolutionaries to be grateful to them, granting them that right to education which they openly claimed, together with civil and political rights to which the most committed of them legiti-mately aspired : sharing decision-making as voters, and eventually, as elected mem-bers. In actual fact, concerning rights and customs, it was the exact opposite that occurred. Far from liberating them, the revolution led to the confinement of women in a domestic sphere which was utterly narrow and closed, submitting them to the abso-lute power of their fathers and husbands. To this purpose, the most economical and efficient way, apparently, was to maintain them in a state of ignorance, away from such fields as science and fine arts which might induce in them aspirations too politi-cal and dangerous for social order.
Bernard Jolibert
108 Sipc fois plus féministe que le second, « le plus féministe de notre histoire » peut-être, au dire d’un historien de la littérature2. Condorcet, par exemple, ne con-clut-il pas son Esquissetableau historique des progrès de l’esprit hu- d’un mainpar une déclaration qui semblait devoir marquer l’orientation tant poli-tique que scolaire de la Révolution française : « Parmi les progrès de l’esprit humain les plus importants pour le bonheur gé-néral, nous devons compter l’entière destruction des préjugés qui ont établi entre les deux sexes une inégalité de droits funeste à celui même qu’elle favo-rise. On chercherait en vain des motifs de la justifier par les différences de leur organisation physique, par celle qu’on voudrait trouver dans la force de leur intelligence, dans leur sensibilité morale. Cette inégalité n’a eu d’autre origine que l’abus de la force, et c’est vainement qu’on a essayé depuis de l’excuser par des sophismes »3. On pouvait alors espérer que les révolutionnaires de 1789 réaliseraient, sinon une entière égalité de droit et de fait, du moins un net progrès dans l’affirmation des droits des femmes à l’éducation, à la liberté civile et à la participation politique. Le mouvement des idées durant le dix-septième siècle et surtout, comme on va le voir, durant tout le dix-huitième siècle, paraissait en effet annoncer cette libération comme imminente. Pour Montesquieu, Diderot, Helvétius, Condorcet surtout4, Voltaire même, quoique de manière plus prudente, il ne fait plus de doute que l’égalité et la liberté sont des droits légitimes pour l’ensemble des femmes et que la réalisation de ces droits passe par une meilleure éducation, laquelle comprend l’instruction comme un de ses composants essentiels. La prétendue infériorité de la nature féminine comparée à la nature masculine est une illusion. La raison, l’intelligence , l’aptitude à penser, autrement dit le « bon sens » au sens précis où l’entendait Descartes, ne sont-ils pas les choses du monde « les mieux partagées » ? Les
1. Sans entrer dans les polémiques contemporaines sur la « reconnaissance des spéci-ficités féminines » de fait ou de droit, ou celles touchant à la « guerre des sexes », on appellera féministe ici tout mouvement qui a pour objectif l’extension du rôle social et des droits des femmes, c’est-à-dire toute action ou doctrine qui tend prioritairement en fait ou en droit à la réduction des inégalités entre les sexes. 2. Jean Larnac,Histoire de la littérature féminine en France, Paris, Kra, 1929, p. 157. 3. Condorcet,Tableau historique des progrès de l’esprit humain,Paris, Garnier-Flammarion, 1988, p. 286-287. 4. Élisabeth et Robert Badinter,Condorcet, un intellectuel en politique,Paris, Fayard, 1988.
tîarmoc  reiappantmeusl nmeteetelà l af varobaion de lméliorat sed noitidnoc apae irvo, esmmfe-r1 c noapmore globalement l eid-xuhtièiems aue clièeu-nix dis emèivo ,el-èit in voiatemmédq euemtnrpmel  e
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin