Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : DOCX - PDF

sans DRM

Le désir - Philosophie

De
5 pages

Fiches tapés sur la notion de "désir" en philosophie.

Publié par :
Ajouté le : 02 février 2014
Lecture(s) : 576
Signaler un abus

Philosophie – Le désir

LLLLeeee ddddééééssssiiiirrrr
Introduction
La philosophie possède un lien constitutif avec le désir, puisque étymologiquement elle est « l’amour
de la sagesse ». En outre, Socrate, qui n’a de cesse de rappeler que son savoir se limite à savoir qu’il
ne sait rien, admet cependant une exception en se disant être un spécialiste d’Eros. L’homme, avant
d’être un être pensant, est d’abord un être désirant ; avec comme objectif le plaisir et comme finalité
le bonheur.
Si le moteur de la philosophie est donc bien un désir, cela ne l’a pas empêché de dénoncer certains
effets des désirs.
Qu’est-ce que désirer ?
Le désir est manque, il naît de lui car l’on désire ce que l’on n’a pas. C’est la recherche ponctuelle
d’un objet ou d’un état que l’on croît être source de satisfaction. Il vient du latin desiderare, ce qui
signifie littéralement « cesser de contempler l’étoile », et donc regretter l’absence de l’astre que l’on
ne voit plus.
A la clé du désir, se trouve le plaisir, le moment de la jouissance, lorsque l’on atteint l’objet du désir.
Il est passager, fugace. Enfin, le bonheur, la finalité de tous nos désirs. Il correspond à un état
durable, qui est la trame de nos désirs. Cependant, si les grecs affirmaient qu’il faudrait attendre
d’être sur son lit de mort pour savoir si l’on a réellement été heureux, c’est bien qu’entre le désir et
le bonheur, voire même le plaisir, se cache l’attente. Celle-ci frustre le sujet ; ainsi une vie passée à
désirer est-elle une vie passée à attendre, qui « oscille comme un pendule, de droite à gauche, de la
souffrance à l’ennui » selon Schopenhauer.
Passion et désir
Le terme « passion » vient du latin « patio » qui signifie « souffrance ». De ce fait, le passionné est un
sujet qui souffre, car il désire plus que ce qu’il ne peut avoir. Tout se passe comme s’il se fixait un
idéal impossible à atteindre, qui reculerait sans cesse, pour exaspérer et intensifier son désir. La
passion est donc désir dominant et exclusif qui envahit toute l’existence. Si l’objet attire autant, c’est
parce qu’il est inaccessible.
Désir et humanité
Le désir est pour Kant la marque de notre humanité. Cependant, il est également un « précipice »
duquel il nous est possible de tomber. Désirer c’est donc à la fois un pouvoir qui nous élève au-
dessus de la condition animale, mais c’est également le risque d’être perdu et dépassé par l’infinité
de nos désirs. La raison nous fait certes désirer, mais elle nous déprave également.

Plan Problèmes

» Quel est le véritable objet du désir ? I / Désirs et besoin
» Faut-il désirer ne plus désirer ? II / Le désir comme marque de la misère humaine
III / Le désir comme marque de la grandeur de » De quoi le désir est-il le signe ?
l’homme
Page 1 sur 5
Philosophie – Le désir

I / Désirs et besoin
Le désir est une « bête multiforme et polycéphale » pour Platon (in
1) Désirs et désir La République).
Désirs exemplaires : soif, faim et désir sexuel.
Epicure, in Lettre à Ménécée
• L’Epicurisme est un hédonisme (la recherche du plaisir est le but
de la vie humaine) et un eudémonisme (le bonheur est le but de
la vie humaine).
• L’hédonisme épicurien est négatif : le plaisir est l’absence de
douleurs du corps (aponie) et de troubles de l’âme (ataraxie).
• Philosophie qui propose un quadruple remède ou
Classification Tétrapharmakon :
des désirs - Les dieux ne sont pas à craindre (le divin est
fondamentalement tourné vers lui-même),
- La mort n’est pas à craindre (chassé-croisé, on ne la
rencontre jamais),
- Le bonheur est à notre portée (calcul des plaisirs et des
peines : métriopathie),
- La douleur est facile à supporter (seulement ponctuelle et
étendue par l’imagination).
Platon, in Phèdre
• L’homme a deux aspirations hétérogènes :
- Vers le « plaisir » : c’est le désir inné et déraisonnable. La
domination du plaisir se nomme la « démesure », qui est la
Démesure et
situation lorsque « le désir exerce son despotisme ». tempérance
- Vers le « meilleur » : c’est le désir acquis et rationnel. La
domination du meilleur se nomme « tempérance ».
- Ces aspirations sont certes hétérogènes, mais elles ne sont
pas irréductibles, puisqu’elles peuvent s’accorder.
» Il existe une proximité entre besoin et désir. En effet, les
premiers pas plus que les premiers ne seraient purement
2) BBBBeeeessssooooiiiinnnn eeeetttt ddddééééssssiiiirrrr
naturels selon Marx, pour lequel l’ouvrier anglais aurait
« besoin » de bière.
Saint Augustin, in Confessions
• Le plaisir se rencontre déjà dans la satisfaction des besoins.
• Mais il peut nous entraîner vers la sensualité. Les désirs
comme excès • Ce paradoxe sert de stratégie à la conscience.
- « cette incertitude ravit notre pauvre âme [...] sous le voile de
l’hygiène elle cache les intérêts du plaisir ».
E. Kant, in Conjectures sur les débuts de l’histoire humaine
(1786), in Opuscules sur l’histoire
• La raison a un rôle indispensable : elle a permis notre
émancipation par rapport à la nature et à l’instinct, ainsi que
l’apparition des désirs (elle n’est donc pas opposée aux désirs car
elle en est l’origine). L’homme possède donc en lui « un pouvoir Désir et imagination
de se choisir à lui-même sa propre conduite ».
• Cependant, elle pose le problème de l’apparition d’un
« précipice ». L’homme ne veut en effet pas retourner sous la
« servitude » de l’instinct, mais il ne sait pas non plus quels désirs
choisir car il n’est plus guidé par son instinct.
Page 2 sur 5

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin