Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les contrastes spatiaux de developpement au Bresil

2 pages

Les contrastes spatiaux de developpement au Bresil

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 2 719
Signaler un abus
1
3/10/2006.
Les contrastes spatiaux de développement au Brésil.
Même si comme le déclarait Lula le 19 septembre 2006 devant l’assemblée générale de
l’ONU,: « les problèmes régionaux ne sont qu'une partie des problèmes mondiaux auxquels
nous sommes confrontés », l’immense territoire de 8,5 millions de km²et la 9
e
puissance
économique mondiale qu’est le Brésil demeure au 65
e
rang mondial pour le développement
humain. Pour résumer l’importance des disparités spatiales, le géographe Hervé Théry y voit à
la fois une « Suisse », un « Pakistan » et le « Far West ». Il est alors nécessaire de se poser la
question sinon du mal-développement, du moins de l’inégal développement au Brésil, et de
ses traductions spatiales à toutes les échelles.
I-
Le Brésil : une mosaïque d’inégalités
A-
Une société inégalitaire
Le revenu des 20% de Brésiliens les plus riches est 32 fois supérieur à celui des 20% de
Brésiliens les plus pauvres. Le mal-développement touche la majorité dans 176 millions de
Brésiliens où qu’ils habitent. Les importants flux migratoires à l’intérieur du Brésil traduisent
ces inégalités. Les conditions de développement sont aussi fonctions de l’origine ethnique
(ex : H ;Théry montre que d’après le recensement de 1991 qui demandait aux personnes
recensées de qualifier leur couleur de peau avec des catégories prédéfinies, les revenus
moyens dominent dans le groupe des blancs, alors que chez les Noirs et les Indiens, els
pauvres sont majoritaires.
B-
De profondes inégalités foncières
Dans les campagnes, les inégalités sont liées à l’inégale répartition des terres. Une minorité de
propriétaires de
latifundia
accaparent la majorité des terres alors que la plupart des paysans
n’ont pas de terre, ou seulement des lopins (
minifundia
) trop petits pour nourrir une famille.
Le « paysage social sucrier » permet de comprendre la situation : 300 familles se partagent les
terres et dirigent 800000 ouvriers agricoles. Un ouvrier agricole doit couper plus de 22 tonnes
de canne par jour pour être payé l’équivalent de moins de cinq kilos de sucre. Traduction et
formalisation de la demande de réforme agraire : le Mouvement des Sans-Terre né en 1984.
C-
Vers une réduction des inégalités ?
L’arrivée au pouvoir de Lula et l’objectif affiché de réduire les inégalités de développement
(et pas seulement de richesse) s’accompagne d’un certain nombres de mesures qui traduisent
la prise en main par l’Etat des questions de développement. Ex : l’aide liée au
programme« Faim zéro » qui offre une allocation de 50 reals (4reals=1euro), instaure des
restaurants populaires et des cartes d’alimentations est intégrée au programme « bourse
famille » qui fédère les principales aides sociales. Les bénéficiaires doivent en contrepartie
scolariser et vacciner leurs enfants. Aujourd’hui, ce sont près de 11 millions de familles qui
sont touchées par cette aide. Ex : « Soif zéro » pour la région semi-aride du Sertao. Ex :
« Crédito fondiario » pour contribuer à réduire la pauvreté en milieu rural dans le Nordeste et
dans les Etats du Sudeste et du Sud du Brésil par le biais d’une augmentation des revenus
d’environ 50 000 familles et de travailleurs ruraux. Il s’agit en fait de compléter les
programmes de réforme agraire en finançant l’achat de terres et en soutenant des projets
communautaires. Le programme permet d’inclure dans le programme national de réforme
agraire des terres plus petites ou des propriétés productives. Le projet bénéficie aux
travailleurs sans terre, aux micro-exploitants et aux associations communautaires. Des
résultats encourageants mais loin d’être globaux.
II-
Les fractures de l’inégal développement à l’échelle régionale
A-
Le
Sudeste
: un centre
Le « centre » (intégré à la mondialisation) du Brésil correspond environ à la région Sudeste
qui accumule les signes de réussite grâce à une agriculture et à une industrie modernisées. A
l’intérieur de cette aire de puissance, il est possible de distinguer le « coeur » qui anime le
Brésil : le triangle Sao Paulo (capitale économique, et presque capitale tout court), Rio de
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin