Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

LES RECOURS URGENTS OU NON PROGRAMMES EN MEDECINE GENERALE A LA ...

De
12 pages

LES RECOURS URGENTS OU NON PROGRAMMES EN MEDECINE GENERALE A LA ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 90
Signaler un abus
LES RECOURS URGENTS OU NON PROGRAMMES EN MEDECINE GENERALE A LA REUNION Exploitation de l’échantillon régional de l’enquête de la Drees Décembre 2007 RESUME Pour com léter l’étude menée en 2002 au rès des usa ers des services d’ur ence, la Drees a souhaité dis oser de données comparatives entre les filières de soins hospitalières et de médecine ambulatoire et a mis en place une étude spécifique en 2004. OBJECTIF L’ob ectif énéral de cette en uête est de mieux connaître les circonstances, tra ectoires, motifs et déterminants des recours "en ur ence" en médecine énérale de ville. METHODE L’en uête a été réalisée ar des médecins énéralistes libéraux exer ant en cabinet et des médecins énéralistes a artenant à une association d’ur entistes, à l’aide d’un uestionnaire, our tout atient vu en ur ence au cours d’une semaine donnée. Les séances définies comme ur entes au rès des médecins énéralistes sont les ur ences avérées d’un oint de vue médical, les séances réalisées en dehors des heures habituelles d’ouverture du cabinet, toute séance our la uelle le atient déclarait «avoir besoin de voir un médecin dans la ournée» aux heures habituelles d’ouverture du cabinet. Par définition, toutes les consultations ou visites des médecins ur entistes réalisées pendant la durée de l’enquête devaient être incluses. Les données ont été saisies et anal sées, au niveau national, ar la Drees. Les anal ses ré ionales ont été réalisées ar les ORS. PRINCIPAUX RESULTATS Les données locales ont été recueillies par 44 médecins, du 18 au 24 octobre 2004 : 553 fiches de consultations ont été recueillies au cours de la semaine d’en uête. A La Réunion, la ma orité des recours ur ents ou non ro rammés a lieu au cabinet du médecin our les non ur entistes , endant les horaires d’ouverture et corres ond ma oritairement à un «besoin de voir un médecin dans la ournée». Un tiers des recours aux ur entistes sont des consultations en cabinet. Les eunes atients et les atients â és sont sur re résentés armi les atients des recours ur ents, mais, lobalement, comme en Métro ole, les atients consultant un médecin énéraliste sont si nificativement lus â és ue ceux ui s’adressent à une association d’ur entiste. Enfin, les femmes consultent d’avanta e les ur entistes que les hommes. La ma orité des recours ur ents est motivée ar une affection ai uë et des roblèmes somati ues. Le dia nostic rinci al diffère selon l’â e : atholo ie infectieuse our les enfants, atholo ie cardia ue our les ersonnes â ées. Hormis les examens cliniques qui sont pratiqués de fa on quasi-s stématique, les médecins sont amenés à apporter des conseils en terme de révention et d’h iène de vie 35% des cas en médecine énérale et 20% chez les ur entistes , une écoute ou une aide s cholo i ue aux atients surtout lors ue ceux-ci sont â és. La durée mo enne de la consultation se situe entre 16 et 17 minutes et elle au mente avec l’â e du patient. Peu de recours en médecine générale sont suivis d’une hospitalisation immédiate (7%), cette proportion est le double pour les recours aux ur entistes. Au final, la consultation ou visite chez le énéraliste en cabinet est une ur ence médicale avérée du oint de vue rofessionnel du médecin, découverte au cours de la séance, ressentie ou non par le patient dans 14% des cas.
La réalisation de cette étude à La Réunion a été financée par la DRASS. OBSERVATOIREREGIONALDELASANTEDELAREUNION
1