Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Michèle Leclerc-Olive Traduire : au cœur du retour réflexif des ...

De
8 pages

Michèle Leclerc-Olive Traduire : au cœur du retour réflexif des ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 141
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Colloque Urbana, octobre 2010
« Paradigmes en mutation : du rôle transformateur de la traduction pour les
sciences humaines »
Résumés des Interventions
Cécile Sakai
Traduction et création, nouvelles approches de la littérature contemporaine japonaise
Translation and Creation, New Approaches to Japanese Contemporary Literature
La littérature japonaise fait désormais l’objet de nombreuses traductions en langues étrangères,
occidentales comme asiatiques. Progressivement, elle intègre le cercle des littératures
dominantes dont l’accessibilité ouvre la voie à une certaine universalité.
Nous interrogerons d’abord les mécanismes à l’oeuvre, dans le cadre d’un basculement en cours
des hiérarchies littéraires du champ culturel mondial (Iwabuchi). La traduction joue un rôle
essentiel dans cette évolution en cours, avec ses acteurs, ses circuits de circulation, ses logiques
de reconnaissance, ses dynamiques de réception (Sapiro) – un ensemble qui influe, par des effets
de retour, sur les auteurs eux-mêmes.
Nous verrons ainsi, à travers les itinéraires exemplaires et
divergents de trois écrivains contemporains : MURAKAMI Haruki, TAWADA Yôko et
MIZUMURA Minae, comment la problématique de la traduction s’installe au coeur de leurs
systèmes littéraires, dédoublant leur oeuvre par une deuxième ligne d’inspiration et
d’interprétation. Les perspectives à examiner seront :
stratégies de traductions en langues
étrangères de leurs oeuvres, pratiques personnelles de la traduction, interactions stylistiques et
thématiques entre traduction et création, enfin discours sur la traduction et mises en scène
fictionnelles de la traduction. Leurs diverses expérimentations conduisent en creux à bousculer
les définitions conventionnelles de la traduction, dans un mouvement qui la rapproche infiniment
de l’autonomie créatrice – au risque de perdre sa fonction essentielle de transposition d’un texte
à un autre. Nous verrons comment ce paradoxe de la traduction (Berman) contribue à la
réflexivité de la littérature contemporaine.
Michèle Leclerc-Olive
Traduire : au coeur du retour réflexif
des sciences humaines sur elles-mêmes