La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
Parti libéral du Canada Coalition interagence sida et développement (CISD) Aux membres et aux partisans de la Coalition interagence sida et développement, C’est avec plaisir que nous répondons aux questions de votre sondage. Le Parti libéral est très préoccupé par la nature du soutien que le Canada apporte au niveau international et national dans la lutte contre le VIH et le sida, et apprécie de pouvoir fournir des réponses concrètes à vos questions. Les libéraux croient que le Canada a une responsabilité à la fois nationale et internationale pour combattre avec vigueur le VIH/sida. Il faut en faire davantage afin d’empêcher de nouvelles contaminations mondialement et chez les Canadiens, de ralentir les progrès de la maladie, de préserver les droits humains et d’améliorer la qualité de vie des Canadiens vivant avec le VIH et le sida. Stephen Harper doit répondre du bilan déplorable de son gouvernement dans la lutte contre le VIH/sida, en commençant par son refus de participer à la conférence mondiale sur le sida en 2006. Son gouvernement a exclu le VIH/sida des priorités du G8/G20, a traité avec outrage des partenaires non gouvernementaux de longue date qui ont fait leurs preuves, et a sabré dans le financement de la recherche pour découvrir un vaccin. Les conservateurs doivent expliquer pourquoi ils ont réduit de 36 milliards de dollars le financement fédéral des initiatives visant le VIH et le SIDA au Canada, à un moment où les contaminations par le VIH sont en augmentation. À la place, ils préfèrent orchestrer une attaque à la fois idéologique et juridique qui coûte des millions de dollars contre Insite, un programme de Vancouver éprouvé en matière de réduction des méfaits liés au VIH/SIDA. Le Canada doit rétablir son rôle de leadership en travaillant avec les pays en développement et les organisations non gouvernementales sur des initiatives durables pour atténuer les effets de cette maladie – notamment en Afrique, où l’on estime le nombre de décès liés au sida à 1,4 million, sur un total mondial de 2 millions. Questions du sondage de la CISD Le développement international, dont le VIH et le sida 1. Appuyez-vous le déblocage du budget de l'aide internationale du Canada et l’augmentation de notre aide au développement officielle afin d'atteindre dans les dix ans la cible de 0,7 % du produit intérieur brut (PIB) établie par les Nations Unies? 2. Si votre parti était élu, que feriez-vous pour garantir que le Canada satisferait à son engagement d’atteindre l’objectif de 0,7 % du PIB au titre de l’aide au développement officielle (ADO)?
Réponses aux questions 1 et 2: Dans le budget de 2010, le gouvernement Harper a sabré des milliards de dollars en fonds prévus pour l’aide au développement. Pour regagner le terrain perdu sous les conservateurs, les libéraux réinvestiront dans l’aide au développement et dans la santé au niveau international, et rééquilibreront ainsi nos dépenses en matière de politique étrangère. Le gouvernement estime que le coût additionnel annuel de la mission de combat en Afghanistan s’élève à tout près de 1,7 milliard de dollars. Le directeur parlementaire du budget a signalé que ce coût était encore plus élevé que ce qui a été divulgué. Le coût additionnel de la mission d’aide à la formation de 2011-2014 s’élèverait quant à lui à 500 millions de dollars annuellement. Cela indique qu’un gouvernement libéral pourra réaffecter 1 milliard de dollars par année de manière à mieux rééquilibrer l’ensemble des dépenses en défense, en développement et en diplomatie. Ce changement permettra de libérer des ressources qui serviront à revitaliser d’autres activités internationales à l’échelle de l’appareil fédéral, afin de mieux tenir compte de l’éventail complet des fonctions et des engagements contenus dans la Stratégie des réseaux mondiaux du Parti libéral Pour plus de renseignements sur notre Stratégie des réseaux mondiaux, veuillez consulter notre plate-forme sur : www.liberal.ca/fr/plate-forme 3. Si votre parti était élu, que feriez-vous pour garantir que le Fonds mondial destiné à combattre le sida, la tuberculose et le paludisme dispose de financements suffisants afin de répondre à la demande exprimée par des propositions techniquement crédibles soumises par les pays qui les mettent en œuvre? En 2001, le gouvernement libéral a joué un rôle clé dans la création du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et a investi 342 millions de dollars dans ce fonds en 2004-2005, en plus d’un 100 millions de dollars additionnels dans des traitements antirétroviraux. Un nouveau gouvernement libéral reprendra son engagement envers le Fonds mondial. Un gouvernement libéral créera aussi un fonds pour aider les pays en voie de développement à acheter les médicaments dont ils ont besoin.
4. Si votre parti était élu, que feriez-vous pour aider les ONG canadiennes à appliquer des programmes dans les pays en voie de développement? Respecteriez-vous le travail des ONG canadiennes bien établies et prospères? Les ONG au Canada vivent dans la crainte de perdre leur financement si elles expriment un point de vue contraire à celui du gouvernement. Une nouvelle relation est nécessaire entre un gouvernement libéral, la société civile et les ONG, une relation fondée sur un engagement à l’égard des pratiques sur la transparence et des normes en matière d’ouverture et de responsabilité. Ceci permettra une plus grande coopération et de meilleurs résultats.
Les conservateurs ont muselé et coupé le financement d’une longue liste d’associations de la société civile canadienne et d’ONG, des associations féministes, des groupes confessionnels et d’autres qui sont des partenaires essentiels dans la mise en œuvre du travail du Canada en matière de développement international et de santé. De plus, un gouvernement libéral assurera un rôle important à la société civile canadienne dans les dépenses en termes d’aide et développement. Nous chercherons à réparer les dommages causés aux ONG canadiennes et internationales clés par les réductions drastiques des financements faites par les conservateurs. Cette relation transparente devrait reposer sur les normes qui sont à la base de la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle, des nouveaux « principes d’Istanbul » et probablement de l’initiative sur la transparence en matière d’aide internationale.
5. Si votre parti était élu, que feriez-vous pour que les partenariats sur l’aide étrangère en Afrique redeviennent une priorité? En février 2009, les conservateurs de Harper ont retiré huit pays africains de la liste d’aide prioritaire, un changement considérable des objectifs du Canada en matière d’aide internationale, e t ce, pratiquement sans aucun débat public ni parlementaire. Ces mesures s’ajoutent à une réduction de 700 millions de dollars de l’aide accordée à l’Afrique, annoncée en juin 2007. Le Canada doit arrêter son éloignement progressif de l’Afrique. La plate-forme du Parti libéral décrit notre Stratégie des réseaux mondiaux qui permettra d’établir des partenariats avec les plus démunis. Autrement dit, il faut se préoccuper d’abord des régions où règne une pauvreté extrême, et non pas celles pouvant rapporter un gain commercial à court terme. Il faudra aussi encourager les investissements privés et améliorer la capacité des États africains à servir leurs propres populations. Les libéraux s’engagent à redonner au Canada sa réputation de fier bienfaiteur en matière d’aide internationale auprès des pays les plus pauvres de la planète, et à nous engager de nouveau auprès de l’Afrique. Un gouvernement libéral débloquera l’aide publique au développement et se concentrera de nouveau sur l’Afrique, qui a été inexplicablement abandonnée par le gouvernement Harper. Pour parvenir à cette fin, nous travaillerons étroitement et dans la transparence avec nos partenaires, nouveaux et anciens, dans le secteur de la société civile.
6. Si votre parti était élu, demanderiez-vous à L’ACDI d’incorporer la double contamination tuberculose-VIH dans le cadre d’un programme plus dense sur l’efficacité de l’aide? Nous y sommes très favorables. Se servir de nouveaux diagnostics simples à utiliser, bon marché et efficaces pour les tests sur la tuberculose est essentiel aux traitements des personnes atteintes du VIH. De nombreuses personnes qui sont séropositives sont également atteintes (co-contaminées) de la tuberculose. Il est important et utile
d’effectuer des tests et d’offrir un traitement pour les deux, ce qui s’est avéré une initiative très rentable en matière de santé publique. Si vous faites un diagnostic et administrez un traitement exclusivement pour le VIH, vous pouvez négliger un risque majeur pour le malade : la tuberculose. 7. Une petite taxe sur les transactions en devises et les autres transactions financières (une taxe sur les transactions financiers ou TTF) pourrait facilement lever des milliards de dollars chaque année pour appuyer et renforcer la réponse à donner à la pauvreté et aux changements climatiques, à la fois au Canada et à l’étranger. La France, le R.-U. Et d’autres pays européens appuient le principe d’une TTF. En cas de victoire aux élections, que feriez-vous pour soutenir l’adoption et l’application d’une TTF mondiale. Les libéraux sont plus déterminés que jamais à satisfaire aux obligations internationales du Canada en matière d’aide au développement, et surtout à accroître l’aide aux pays d’Afrique les plus pauvres. Toutefois, nous sommes plutôt en faveur d’un soutien direct tel que l’expose la Stratégie libérale des réseaux mondiaux que d’une taxe internationale sur les transactions financières. Les nouvelles technologies pour la prévention du VIH 8. Des progrès sans précédent ont été réalisés au cours des 18 derniers mois dans la recherche et la mise au point de microbicides et d’un vaccin en vue de prévenir la contamination par le VIH. Comment votre parti soutiendra-t-il l’effort mondial dans la recherche et la mise au point de nouvelles technologies pour empêcher la diffusion du VIH, y compris les microbicides et les vaccins? Votre parti s’engagera-t-il à réinstaurer le financement de l’ACDI pour le partenariat international sur les microbicides (IPM) et les initiatives internationales concernant le vaccin du VIH à des niveaux historiques ou presque en vue de soutenir la recherche et la mise au point de méthodes de prévention du VIH? Oui. Un gouvernement libéral investirait dans la recherche internationale en cours pour produire un vaccin contre le VIH/sida, les microbicides et les autres inhibiteurs de transmission. Nous avons consulté de nombreux groupes et ONG de la société civile à cet égard, et chercherions à mettre en œuvre une politique qui repose sur des consultations approfondies, continues et transparentes avec ces groupes et les experts en recherche. Session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies (SPAGNU) – Réunion de haut niveau sur le VIH et le sida (juin 2011) 9. La déclaration d’engagement de la SPAGNU sur le VIH/sida a été adoptée par tous les États membres, dont le Canada en 2001. Elle fournit un cadre global pour juguler et
renverser la tendance de l’épidémie du VIH/sida d’ici à 2010, et comprend des jalons précis et mesurables pour 2003, 2005 et 2010. En 2006, le Canada a reconfirmé son engagement concernant les objectifs exposés dans la déclaration d’engagement. L’Assemblée générale dans sa résolution A/Rés/65/180 (10 décembre 2010) a demandé la tenue d’une réunion de haut niveau du 8 au 10 juin 2011 afin d’entreprendre un examen complet des progrès obtenus en réalisant la déclaration d’engagement de 2001 sur le VIH-sida et la déclaration politique de 2006 sur le VIH-sida, et de promouvoir l’engagement continu des dirigeants à l’échelle mondiale à apporter une réponse au sida. Vous-même et votre parti continuerez-vous à appuyer la déclaration d’engagement et à vous assurer que le Canada fera tout pour honorer les objectifs que nous nous sommes donnés? Le VIH ne survient pas isolément, et des pays, comme le Canada, font face à d’autres problèmes de santé sur lesquels existent des politiques et des approches séparées qui pourraient nuire aux progrès réalisés sur le VIH et aux objectifs énoncés dans la déclaration d’engagement. En cas de victoire aux élections, comment vous et votre parti appuierez-vous l’intégration des politiques, des programmes et des services pour le VIH, la tuberculose, la santé sexuelle et reproductive, la santé maternelle et infantile et l’hépatite C? L’accès universel au traitement, à la prévention, aux soins et au soutien est ce sur quoi le monde s’est mis d’accord, surtout grâce à des documents tels que la déclaration d’engagement. Que ferez-vous pour aider à réaliser l’accès universel d’ici à 2015 à la fois chez soi et dans la communauté internationale? Oui. Un gouvernement libéral continuera d’appuyer la déclaration d’engagement et fera tout ce qu’il pourra en vue de garantir que le Canada respecte les objectifs qu’il s’est assignés. Nous travaillerons afin d’assurer une coordination et une consultation appropriées sur l’intégration des politiques concernant les maladies auxquelles on doit faire face en conjonction avec le VIH. Comme cela a été mentionné, nous nous efforcerons également de nous engager sur le Fonds mondial, un accès approprié aux médicaments pour l’Afrique, et la création d’un fonds séparé pour aider les pays en voie de développement à se procurer les médicaments dont ils ont besoin, un financement responsable pour la santé maternelle d’un bout à l’autre du spectre de la planification familiale et de la santé reproductive, et notre engagement à débloquer l’aide au développement officielle. L’accès au traitement, à la prévention, aux soins et au soutien 10. Des millions de personnes, dans les pays en développement, n’ont pas d’accès aux médicaments pour le sida, la tuberculose, le paludisme et d’autres problèmes de santé publique, car ils n’ont tout simplement les moyens de les acheter. Il y a sept ans, le
Parlement du Canada a adopté à l’unanimité une loi pour aider les pays en développement à se procurer des versons génériques moins coûteuses de médicaments brevetés et onéreux. Mais le RCAM ne fonctionne pas. Il y a un vaste mouvement d’appui pour rectifier le RCAM, notamment parmi les organismes humanitaires, les experts en santé et en développement, les leaders religieux et communautaires; de plus, d’après un sondage national d’opinion publique, 80 % des Canadiens appuient cette idée. Votre parti appuiera-t-il une loi pour rectifier le Régime canadien d’accès aux médicaments par la création d’un processus simple à licence unique, sans restrictions additionnelles et superflues, afin d’améliorer l’accès à des médicaments abordables pour les personnes qui en ont besoin dans les pays en développement. Le Parti libéral voyait d’un bon œil la législation qui favorise l’accès aux médicaments qui a été adoptée à la Chambre des communes juste avant les élections. Avant les élections, le gouvernement Harper a essayé de faire échouer le projet de loi grâce à son sénat dominé par des conservateurs. Nous y serions favorables une fois encore en tant que nouveau gouvernement libéral. Toutefois, nous devons aller plus loin afin d’aider la population des pays en voie de développement pour qu’elle puisse obtenir les médicaments dont elle a besoin. C’est la raison pour laquelle le Parti libéral appuie les nouvelles mesures qui aideront efficacement les pays en voie de développement à lutter contre les maladies, notamment le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme, et à promouvoir leurs objectifs en matière de santé publique. L’accès à un approvisionnement suffisant en médicaments doit accompagner un meilleur accès aux infrastructures et aux services de santé de base dans les pays en voie de développement. Lutter contre les maladies dans le monde en développement nécessite de nouveaux fonds pour acheter des médicaments, ainsi que des investissements dans la recherche pour mettre au point de nouveaux médicaments. Dans le cadre de la Stratégie libérale des réseaux mondiaux, un gouvernement libéral réinvestira dans l’aide internationale, ce qui améliore la capacité des pays en voie de développement à gérer la santé publique. Nous créerons également un fonds pour aider les pays en voie de développement à se procurer les médicaments dont ils ont besoin et investir dans la recherche internationale en cours afin de produire un vaccin contre le VIH/sida, les microbicides et les autres inhibiteurs de transmission. 11. Si vous êtes élus, que ferez-vous pour garantir que le Canada place les droits humains et l’égalité des sexes au centre de notre réponse au VIH à la fois ici chez nous et aussi grâce à nos efforts au niveau international? Le Parti libéral appuie sans réserve les droits humains et les droits des femmes comme élément central de la lutte contre le VIH. Nous rétablirons le financement pour la recherche et la défense entourant ces enjeux et nous travaillerons à la promotion du bien-être des femmes au Canada et à l’étranger. Le caucus libéral national féminin se
bat depuis longtemps - et les gouvernements libéraux ont livré la marchandise - pour des améliorations dans la vie des femmes et leurs familles. Ces compressions de financement de la part des conservateurs fondées sur l’idéologie et qui touchent des groupes confessionnels, des groupes de femmes et autres ont eu un effet paralysant sur la communauté canadienne du développement international. Un gouvernement libéral restaurera le financement à ces organismes essentiels, et garantira la transparence dans les relations du gouvernement avec les groupes d’aide humanitaire, la concrétisation de notre aide étrangère, les droits des femmes, les droits humains, les soins et les traitements pour ceux qui sont atteints du VIH et du sida. Un gouvernement libéral s’assurerait que le Canada continue sa longue tradition de reconnaissance des droits génésiques des femmes et de leur droit à la contraception qui s’inscrit dans son initiative visant la santé maternelle. Un gouvernement libéral présentera un nouveau régime d’équité salariale proactif qui privilégie l’équité salariale comme un droit de la personne. 12. Si votre parti était élu, comment garantiriez-vous que tous les Canadiens, y compris ceux qui sont particulièrement vulnérables au VIH, comme les personnes qui utilisent des drogues, les travailleuses du sexe, les homosexuels et les autres hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, les populations migrantes et mobiles, auront un accès égal à la prévention du VIH, aux soins, aux traitements et au soutien? Les libéraux condamnent la lutte idéologique des conservateurs contre le programme InSite de Vancouver éprouvé en matière de réduction des méfaits. Depuis qu’ils sont au pouvoir, les conservateurs ont systématiquement ignoré et rejeté l’évidence claire concernant l’efficacité de centres d’injection supervisés à réduire les méfaits. En mettant ses propres idéologies en premier et en refusant de reconnaître les bénéfices des sites d’injection sécuritaires, les conservateurs ont refusé d’aider les gens qui souffrent de toxicomanie ainsi que leurs amis et familles. Le Parti libéral croit que la meilleure façon de combattre l’abus de drogues est par une application stricte des lois du Canada en matière de drogues ainsi que des mesures novatrices comme celle de la clinique InSite qui ont démontré leur capacité d’aider des Canadiens en difficulté à guérir de leur toxicomanie. Le Parti libéral est en faveur d’une réponse équilibrée face à l’abus de substances et à la toxicomanie par le biais de l’application de la loi, la prévention, le traitement et les mesures de réduction des méfaits. Les recherches scientifiques démontrent que les mesures de réduction des méfaits telles que les sites d’injection sécuritaires aident à prévenir la propagation du
VIH/SIDA dans les communautés, à réduire le taux de criminalité et la consommation de drogues, à diminuer les accessoires facilitant la consommation de drogues dans les rues et à augmenter les chances de guérison. Un gouvernement libéral continuera d’appuyer le site d’injection sécuritaire InSite de Vancouver De plus, un gouvernement libéral renversera la pratique politique du gouvernement conservateur fondée sur des motifs idéologiques, et pour des gains politiques partisans, contre des personnes qui ne correspondent pas à leurs vues rigides, y compris les travailleuses du sexe, les homosexuels et les migrants. Les libéraux mettront de l’avant des politiques auxquelles ils croient, soit des politiques soucieuses des droits humains fondamentaux et du droit aux traitements pour tous.