Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Première question

De
9 pages

Première question

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 149
Signaler un abus
INTEC 1 – Proposition de corrigé UV 701 – FINANCE DE MARCHE – Session 2005 - Page 1 sur 9
Q1 : Différence entrefinancial futureset options Lesfinancial futuressont des contrats par lesquels les acteurs s’engagent d’une manière ferme à livrer ou à se faire livrer à une échéance donnée et à un prix déterminé, un produit financier spécifique (titres, taux devises…). Contrairement aux futures, l’option n’est pas un engagement ferme mais une possibilité pour son acquéreur de vendre (put) ou d’acheter (call) un actif sous-jacent à un prix et à une date convenus d’avance. Le vendeur de l’option est lui, par contre, obligé d’exécuter la volonté de l’acquéreur de l’option. Q2 : Procédure de blanchiment d’argent Le blanchiment d’argent concerne de plus en plus de pays tant industrialisés qu’en voie de développement. Il s’agit d’investissement de capitaux de provenances douteuses dans le circuit économique. Le blanchiment passe par trois étapes parfois simultanées : Le placement :il consiste à placer de grandes sommes d’argent en numéraire soit auprès d’établissements financiers, soit dans l’économie de détail, soit par transfert de devises à l’étranger. L’empilage :(dissimulation de ressources) : cette technique consiste à multiplier les opérations financières pour les rendre complexes. A partir d’un certain nombre de transactions, un enquêteur perd de vue le point de départ du circuit financier. L’intégration :(absorption dans les circuit légaux) : il consiste à conférer une apparence de légalité à des fonds d’origine illicite que l’on mélange à des capitaux licites pour les investir dans l’activité économique ou financière. N. B. Ne pas confondre blanchiment et noirciment des capitaux.
Q3 : Ratio Cooke Le ratio Cooke est un ratio de solvabilité imposant un niveau minimum de fonds propres pour couvrir les opérations de crédit. Ce ratio permet de prémunir le déposant contre le risque de faillite et constitue un mécanisme incitatif permettant de contrôler la prise de risque par les banques. Il constitue une information de premier ordre pour les créanciers de la banque (déposants, détenteurs de titres obligataires et contreparties sur les marchés interbancaires). D’abord, en renseignant sur la capacité de la banque à couvrir ses pertes avec ses fonds propres, ce qui constitue une mesure de sa solvabilité. Ensuite en fournissant aux créanciers un élément d’appréciation normé – toutes les banques européennes utilisent la même formule – synthétique et chiffrée, facilitant la comparaison et le classement des établissements selon ce critère. L’évolution de la finance a contraint de compléter le ratio Cooke par le ratio Mac Donough. Q4 : Bêta d’un titre Le coefficient bêta est la mesure de la sensibilité de la rentabilité d’un titre par rapport aux fluctuations de rentabilité de l’ensemble du marché financier. Le bêta prend une valeur supérieure à 1 si le titre progresse plus vite que le marché quand celui-ci est en hausse et baisse plus vite que le marché quand celui-ci est en baisse. Le bêta prend une valeur égale à 1 si le titre réagit d’une manière identique au marché. Le bêta prend une valeur inférieure à 1 si le titre amortit les variations du marché financier.
1
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin