Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

A Une économie mondiale bouleversée par la première guerre mondiale
a) Les bouleversements de la période 1914-18
α
) Les conséquences immédiates de la guerre
-
Dès le début de la guerre, on peut parler de rupture des mécanismes qui caractérisaient le
développement. L'argent disponible se raréfie, les déposants font des retraits, les titres se
vendent et les bourses vivent au ralenti. Il y a moins de dépôts donc moins de crédits et donc
les entreprises ne peuvent que difficilement faire appel aux capitaux banquiers et aux
actionnaires. La guerre crée un climat d'inquiétude et il y a une perte de confiance dans le
système financier. Il faut donc passer à une économie de guerre et réorganiser la production
industrielle. Les entreprises sont orientées vers l'armement et encouragées à l'innovation.
Les industries de luxe cessent d'être porteuses et les entreprises manquent de main-d'oeuvre
d'où l'entrée des femmes dans les usines.
Les femmes jouent un rôle nouveau dans
l'économie.
-
On assiste
à la désorganisation puis à la réorganisation de tous les secteurs économiques, la
guerre bouleverse tous les systèmes de production. Il y a
également une désorganisation
monétaire et commence à se poser le problème du financement de la guerre. Les budgets
sont multipliés par 6 entre 1914 et 1919 et il faut donc trouver de nouvelles ressources. On
peut augmenter les impôts ce qui est le cas en Grande-Bretagne ou en France où est crée
l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les profits de guerre en 1916. Les pays en guerre se
lancent dans une politique d'emprunt aux banques étrangères et aux populations. S'amorcent
alors de nouveaux transferts de capitaux et naît une dépendance des Etats vis-à-vis des
organismes d'émission.
-
Tous les gouvernements suspendent la convertibilité des billets en or, et sont tentés
d'émettre de nouveaux billets en augmentant la masse fiduciaire sans augmenter l'encaisse-
or. S'annonce dès lors une dépréciation de la monnaie papier avec le risque d'aboutir à une
situation d'inflation, un phénomène nouveau qui posera beaucoup de questions dans l'après-
guerre.
-
La guerre c'est aussi des morts et des blessés, c'est un drame humain et démographique dont
on peut faire le bilan : 8 millions de morts essentiellement militaires qui ont combattu dans
des conditions effroyables. La France, par exemple, a perdu 1,4 millions d'hommes ce qui
représente 10% des actifs. Sur 10 français de 20 ans, 2 sont morts, 4 sont blessés et 4 sont
indemnes au sortir de la guerre. Un grand nombre de ces morts et de ces blessés viennent du
monde rural. De plus, un très grand nombre d'officiers sont morts étant essentiellement des
jeunes sortant des grandes écoles. Les morts annoncent un déficit des naissances à venir. La
France voir son élite dirigeante décimée : 50% des étudiants des grandes écoles sont morts
ce qui annonce une perte de dynamisme à venir, car moins de jeunes veut dire moins
d'enfants. Les difficultés démographiques sont incontestables dans d'autres pays comme en
Allemagne ou 1,8 millions d'hommes sont morts représentant également 10% des actifs.
-
La guerre provoque une désorganisation des échanges et des transports : par exemple en
France, par l'économie de guerre, on encourage les axes de transport vers le Nord et l'Est. La
guerre provoque une modification des échanges internationaux : les échanges avec les USA
augmentent ainsi que le coût du fret et des assurances.
-
On voit aussi une confirmation du rôle joué par l'Etat qui passe des commandes aux
entreprises, gère l'approvisionnement des soldats, les importations et les exportations. L'Etat
oriente également la production, fixe les prix, et rationne l'alimentation. L'Etat fait en France
appel à des industriels comme Citroën ou Schneider. On est loin d'un capitalisme libéral.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin