La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Cigs

De
1 page
CIGS Contacts et informations groupes sectaires asbl Membre de la Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme FECRIS, OING auprès du Conseil de l’Europe Site http://www.cigs-belgique.be e-mail info.help@cigs-belgique.be et cigs.info@laposte.net Rapport Annuel 2008 (présenté à l’A.G. le 24 04 2009) Le CIGS a été créé en 1996 dans la foulée des Rapports Parlementaires français et belge et à la même époque que les outrances sectaires de Waco aux USA, de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo et des meurtres de l’OTS (Ordre du Temple Solaire) en Suisse et dans les Alpes françaises. A cette époque les sectes millénaristes attendaient le passage de l’an 2000 et annonçaient la fin du monde ou d’autres catastrophes imminentes.
Voir plus Voir moins
CIGS
Contacts et informations groupes sectaires asbl
Membre de la Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme FECRIS, OING
auprès du Conseil de l’Europe
Site
http://www.cigs-belgique.be
e-mail
info.help@cigs-belgique.be
et
cigs.info@laposte.net
9, rue du Congrès - 1000 Bruxelles - ING 310-0819159-80
Fax/Tél./Répondeur : 02/219.87.66 rappel (discrétion garantie)
Rapport Annuel 2008 (présenté à l’A.G. le 24 04 2009)
Le CIGS a été créé en 1996 dans la foulée des Rapports Parlementaires français et belge et à la même époque que les
outrances sectaires de Waco aux USA, de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo et des meurtres de l’OTS (Ordre du
Temple Solaire) en Suisse et dans les Alpes françaises.
A cette époque les sectes millénaristes attendaient le passage de l’an 2000 et annonçaient la fin du monde ou d’autres
catastrophes imminentes. On était recruté dans la rue, lors de cours de yoga, lors de formations à la communication, par des
campagnes d’affichage annonçant des découvertes ésotériques, par le développement personnel, par des promesses de
guérison médicale ou religieuse et beaucoup d’autres « merveilles » à découvrir…
Certains d’entre nous, ayant vécu des expériences dévastatrices dans nos familles et ayant désespérément cherché de l’aide
sans la trouver, avons fondé notre association dans le but :
« de développer toutes activités de recherche et d'étude sur les groupements sectaires tant en Belgique qu' à l'étranger et
d'apporter une aide aux personnes touchées par le phénomène des sectes, au moyen d'information, de prévention et de
conseils en la matière, en dehors de toute connotation politique, philosophique ou religieuse. »
Plus de dix ans plus tard, le monde a profondément changé, les organisations sectaires aussi. Elles sont toujours présentes
mais se sont banalisées. Elles ont pignon sur rue et, en général, ne font plus ou peu de campagnes d’affichage. Actuellement
le flambeau a été repris par l’Internet : les psycho-groupes, les ésotériques, les thérapeutiques, les développements
personnels, les déviants imaginatifs de spiritualité en toutes sortes, et autres, y sont présents.
Le terrain a subi une très grande mutation. Les pièges d’aujourd’hui sont beaucoup plus subtils. Une myriade de micro
groupes maillent le pays utilisant l’une ou l’autre technique miracle pour guérir les gens bien portants et les aider à accéder
au bien-être auquel nous aurions soi-disant droit. Certains appellent leur « gourou » : « chaman » ou « coach ». Le terme
« psychothérapeute » n’étant pas protégé, des charlatans s’en sont emparé mais quand l’Etat a pensé à mettre de l’ordre, on
s’est rendu compte qu’il y avait également d’autres innombrables « titres » à galvauder ou inventer… La recherche de
sagesse ancestrale mais aussi d’expériences fortes auprès de « chamans » est actuellement, parmi d’autres, un phénomène de
mode.
En Belgique la donne s’est aussi fortement modifiée. En 1998 le gouvernement a créé le CIAOSN, un observatoire de sectes
nuisibles à l’écoute du public. Nous nous en réjouissons et travaillons étroitement avec eux.
Nous n’avons plus de permanences mais continuons nos recherches, notre suivi des familles et des individus par le biais de
notre ligne téléphonique où les messages sont écoutés chaque jour ; ainsi que sur notre site Internet également régulièrement
relevé. Nous sommes aussi à la disposition des étudiants en recherche de documentation et d’information pour des thèses ou
travaux de fin d’études et répondons positivement à des demandes de formations pour les élèves du secondaire dans les
écoles.
En 2008 nous avons traité plus de 200 questions de tout genre. Pour la plupart, ce sont les proches et non les adeptes qui
nous appellent.
La moitié de ces appels concernaient des inquiétudes quant aux doctrines et pratiques des Témoins de
Jéhovah, des problèmes familiaux et de relations, des difficultés et du stress après l’excommunication (exclusion). Il y a eu
quelques cas très graves où les gourous ou formateurs ont dépassé les bornes. Ces personnes généralement sans formation
sérieuse, s’imaginent qualifiées après avoir suivi une série de « formations » sous forme de stages, week-ends souvent
coûteux, ou avoir inventé des méthodes « extraordinaires » qui peuvent causer des dégâts irréversibles à la santé mentale et
physique de leurs adeptes.
Au niveau international, la Belgique est privilégiée car le public est plus ou moins sensibilisé depuis les années 1970 au
phénomène sectaire. D’autres pays européens le sont moins. Dans certains pays, l’Etat commence seulement à percevoir très
superficiellement le phénomène.
Le CIGS est représenté à la FECRIS et a été tête de file pour l’organisation du colloque annuel de la FECRIS à Pise en avril
2008 sur “La responsabilité de l’Etat pour la protection des citoyens face aux sectes destructives : analyses de modèles
actuels et futurs possibles”.
En tant que membre de la FECRIS, nous avons participé à la conférence annuelle du Bureau des institutions démocratiques et
des droits de l'homme de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Varsovie, sur la dimension
humaine.
Nous avons également participé aux conférences annuelles de l’UNADFI à Paris ainsi qu’à une conférence organisée par la
« Behörde für Inneres » (Ministère de l’Intérieur) à Hambourg sur une organisation sectaire considérée comme totalitaire.