La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Analyse de Tartuffe ou l'Imposteur

De
3 pages

Ce document présente une analyse complète de Tartuffe ou l'Imposteur de Molière. Cette analyse en trois parties vous permettra donc de mieux comprendre ce texte.

Publié par :
Ajouté le : 03 janvier 2014
Lecture(s) : 8 614
Signaler un abus
Introduction
Tartuffe ou l’imposteur 1664 Molière I, 5 Vers 283-300 Analyse
1. La pièce Tartuffe dénonce le statut et l’emprise des faux dévots.
2. Dans l’acte I, nous avons le portrait en discours de Tartuffe. Si auparavant étaient présentés les arguments des « anti-Tartuffe », la parole est ici donnée, dans la scène 5, à la défense, c’est-à-dire le clan « pro-Tartuffe ». Cette scène est une scène d’idées. Le spectateur assiste ici à un récit rétrospectif (une analepse) suivant la règles des 3 unités du théâtre classique : c’est ici la rencontre entre Tartuffe et Orgon qui est présentée, et narrée par Orgon lui-même.
3.
I.
Dans cet extrait, portrait de Tartuffe, MAIS selon Orgon. Comment le dramaturge utilise Orgon afin de mieux décrédibiliser, ridiculiser Tartuffe ? Molière va employer la technique du « Cheval de Troie » en ridiculisant Tartuffe par l’un de ses défenseurs, Orgon
Un spectacle
A. Omniprésence du champ lexical du regard
-v. 281 « si vous aviez vu comme j’en fis rencontre » -v. 285 « Il attirait les yeux de l’assemblée entière » -allait le [les dons] répandre »v. 298 « Aux pauvres, à mes yeux, il
Focalisation (point de vue) interne d’Orgon. Mais celui-ci apparaît comme fasciné, hypnotisé !: crédible ? raisonné ? lucide ?
B. Un point de vue unique
Tout est vu par Orgon, qui ne voit que Tartuffe : relation privilégiée, donc récit partial pour le spectateur Série de gros plans sur Tartuffe : Tartuffe est au premier plan -v. 284 « Tout vis-à-vis de moi se mettre à genoux » -v. 286 « Par l’ardeur dont au ciel il poussait sa prière ; » -v. 287 « Il faisait des soupirs, de grands élancements » -v. 288 « Et baisait humblement la terre à tous moments »
C. Une répartition des rôles bien travaillée
1) Un acteur : Tartuffe 2) Un spectateur (déjà acquis) : Orgon 3) Un médiateur (Laurent), qui est complice - v. 291 « Instruit par son garçon, qui dans tout l’imitait » 4) Des figurants anonymes (la toile de fond) -v. 298 « Aux pauvres, à mes yeux, il allait le répandre »
Le spectateur, au sein même de la pièce, assiste à une représentation (théâtre dans le théâtre, mise en abyme) : la représentation de la (fausse) dévotion religieuse
1
II.
Une parodie réductrice de la religion
A. Décor et mise en scène
-v. 283 « Chaque jour à l’église il venait, d’un air doux » -v. 290 « Pour m’aller à la porte offrir de l’eau bénite »
c’est ici un simple cadre religieux qui est donné, avec ses « accessoires »
B. Mais l’attitude de Tartuffe reste problématique pour le spectateur (ce dernier a entendu les arguments des « anti-Tartuffe »…). Il voit que Tartuffe présente un comportement ostentatoire (pour se montrer et se faire remarquer) : -v. 284 « Tout vis-à-vis de moi se mettre à genoux »(Tartuffe se met à genoux devant Orgon et non devant l’autel !) -v. 286 « Par l’ardeur dont au ciel il poussait sa prière ; » -v. 287 « Il faisait des soupirs, de grands élancements » -v. 288 « Et baisait humblement la terre à tous moments »(adverbe intensif) Nous avons ici une décomposition minutieuse de l’attitude du protagoniste éponyme, qui insiste sur le jeu de l’acteur : Tartuffe est un hypocrite au sens étymologique et dénoté du terme ; c’est un personnage baroque
C. L’interprétation
-v. 283 « Chaque jour à l’église il venait, d’un air doux » -v. 288 « Et baisait humblement la terre à tous moments » -v. 293 « Je lui faisais des dons ; mais avec modestie »
1. Apparaît un écart entre la vision d’Orgon et le personnage de Tartuffe que nous connaissons 2. Effet comique 3. Discrédit sur les personnages La parodie porte sur la pratique religieuse et non sur les croyances ; c’est ici la critique des faux dévots qui est exercée, et non la défense du libertinage
III. Une stratégie
Nous assistons en fait au piège tendu par Tartuffe pour Orgon
A. Un spectacle répétitif
-
-v. 283 « Chaque jour à l’église il venait, d’un air doux » 1. Imparfait d’habitude 2. voyelles « prolongeables » (doux/tout/moi/genoux)
B. Des épisodes bien réglés
Episode de la fausse charité : 1. Tartuffe informe Orgon (+ complice) -v. 291 « Instruit par son garçon, qui dans tout l’imitait » -v. 292 « Et de son indigence, et de ce qu’il était » 2. Référence à l’argent -v. 293 « Je lui faisais des dons ; mais avec modestie »(pluriel) -v. 294 « Il me voulait toujours en rendre une partie » -v. 295 « C’est trop, me disait-il, c’est trop de la moitié » Le bourgeois Orgon ne compte plus : passion, fanatisme,… Cf. v. 263 « charme » et v. 271 « ravissements » 3. Charité bien réglée, mais qui ne lui coûte rien (qui plus est il en garde la moitié) -v. 298 « Aux pauvres, à mes yeux, il allait le répandre »
2
C. Le travail sur la durée
1. L’espace public
2. L’espace privé
Conclusion
-
--
v. 283 à 298 : 15 vers : stratégie de Tartuffe
v. 299 « Enfin le ciel chez moi me le fit retirer » v. 300 « Et depuis ce temps-là tout semble y prospérer » 1. Ellipse des épisodes intermédiaires 2. Aboutissement : vers 299-300 3. Vers 299 : rupture avec le passé simple 4. Vers 300 : résultat avec le présent
A. Récit rétrospectif qui éclaire : 1. La psychologie des personnages : - Un Orgon aveuglé, passionnel - Un Tartuffe Imposteur, hypocrite (deux sens) 2. Intérêt dramatique : un hypocrite en action : Tartuffe joue la comédie de la dévotion 3. Peinture de la fausse dévotion et jugement de valeur des dévots : pratique mécanique et stratégique de la religion 4. Portrait-charge : le spectateur prend parti dans la polémique
B. Pas de solution au niveau du raisonnement, … donc solution par l’action pour le clan « anti-Tartuffe »
C. A comparer à I, 1 : Tartuffe est dévalorisé, mais par un procédé différent, non la colère de Madame Pernelle, mais la passion d’Orgon
3