Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

ÉDUCATION - ENSEIGNEMENT
Forte croissance des effectifs d’étudiants et de collégiens à la rentrée 2010
À la rentrée 2010, 667 300 jeunes sont en formation dans des établissements de l’enseignement scolaire, d’appren-
tissage et de l’enseignement supérieur de l’académie de Bordeaux. Les effectifs scolarisés progressent surtout dans le
supérieur et dans les collèges. En forte baisse sur un an, la réussite au baccalauréat reste dans l’académie meilleure
qu’au niveau national.
À la rentrée 2010, les établissements publics et privés de l’aca- ral et technologique amorce une légère reprise en 2010
démie de Bordeaux scolarisent 544 600 élèves, 106 600 étu- (+ 0,6 %) tandis qu’il diminue dans les lycées professionnels
diants en formation dans l’enseignement supérieur et (- 0,6 %). Dans ces derniers, les effectifs de troisième MDP6
16 100 apprentis inscrits dans les centres de formation d’ap- (Module de découverte professionnelle 6 heures) se réduisent
prentis publics ou privés et les sections d’apprentissage des ly- (- 281 élèves) alors qu’ils progressent légèrement dans les au-
cées professionnels (hors agriculture). tres formations professionnelles (+ 93 élèves).
En fin de troisième, la voie générale et technologique reste pri-
Légère hausse du nombre d’écoliers vilégiée par les élèves. Près de 6 collégiens de troisième sur 10■
choisissent cette voie et près d’un quart la voie professionnelle.
À la rentrée 2010, 297 800 élèves sont scolarisés dans le premier
degré, soit 1 080 élèves de plus qu’en 2009. En lien avec la
Mise en place de la réforme des lycéesdémographie, l’enseignement préélémentaire accueille un peu
À la rentrée 2010, la réforme des lycées a été mise en place avec pour ob-plus d’élèves (+ 0,6 %) ainsi que, dans une moindre mesure, l’é-
jectif de répondre de manière plus étroite et diversifiée aux besoins deslémentaire (+ 0,2 %). La baisse de la scolarisation des moins de
élèves en permettant des corrections des choix d'orientation et une plus
3 ans se poursuit : le taux s’établit à moins de 12 % en 2010
grande fluidité dans les parcours et de renforcer l'accès à l'enseignement
contre 21 % en 2005. Les 2 622 écoles du secteur public reçoi- supérieur. Les redoublements en seconde sont effectivement les plus éle-
vent neuf écoliers sur dix. vés (9,4 % dans l’académie et 10,6 % au niveau national). Dans ce but,
la réforme introduit un accompagnement personnalisé pour tous, un tu-
torat et des stages de remise à niveau pour les lycéens. De même, les éta-Des effectifs toujours en hausse dans les collèges
blissements proposent aux élèves au moins 2 enseignements
Évol.
Année 2010/2011 Effectifs 2010-2011 d’exploration de 1 h 30 hebdomadaire chacun, dont au moins un ensei-sur un an
gnement d’économie en premier choix. Les élèves de l’académie ont ma-
Public Privé* Total Nombre %
joritairement opté pour l’enseignement de méthodes et pratiques
Préélémentaire . . . . . . . . . . . . . . 99 549 10 887 110 436 676 0,6
scientifiques (37,3 %), littérature et société (14,2 %) et sciences de l’in-
Élémentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 299 21 007 185 306 351 0,2 génieur (13,6 %).
Enseignement spécialisé -
Adaptation 1 863 162 2 025 57 2,9
erTotal 1 degré . . . . . . . . . . . . . . . 265 711 32 056 297 767 1 084 0,4 Forte hausse des étudiants■
Collèges (y c SEGPA et EREA) . . . 121 120 27 001 148 121 2 281 1,6
Lycées généraux et technologiques . 52 164 12 168 64 332 403 0,6 À la rentrée universitaire 2009, l’enseignement supérieur
Lycées professionnels . . . . . . . . . 26 685 7 668 34 353 - 214 - 0,6 compte 106 600 étudiants, soit 4 000 de plus qu’à la rentrée
Total second degré . . . . . . . . . . . 199 969 46 837 246 806 2 470 1,0 précédente. Cette forte hausse (+ 3,9 %) est comparable à celle
Effectif des élèves dans les premier et second degrés (hors post-baccalauréat)
observée dans l’ensemble des académies. Elle concerne surtout
Source : Rectorat de Bordeaux
les universités (hors IUFM et IUT) et les écoles de commerce.
* y compris hors contrat
Les bénéficient en partie de la progression du
nombre de bacheliers à la session de juin 2009 et de leur ten-Davantage de collégiens■
dance à poursuivre des études.
Les 573 collèges ou lycées de l’académie scolarisent
246 800 élèves (hors formations post-bac). Le secteur public y Les universités renouent avec la croissance
est majoritaire avec 81 % des élèves, mais moins que dans le des effectifs en 2009
Indice (base 100 en 2000)
premier degré. Les effectifs progressent de 1 %, contre + 0,4 % 110
er1 degréUniversitéspour l’ensemble des académies. Cette hausse résulte d’une
(y c IUT et IUFM)105
augmentation du nombre de collégiens et d’une stabilité de ce-
lui des lycéens. Pour la quatrième année consécutive, l’effectif 100
nd2 degréerdes élèves en 1 cycle s’accroît en raison d’un contexte démo-
95
graphique favorable. Apprentis Postbac
90Par ailleurs, la fluidité des parcours des élèves poursuit son
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
amélioration. Les taux de redoublement baissent à chaque ni-
Évolution des effectifs scolaires et universitairesveau au profit des taux de passage au niveau supérieur.
Source : Rectorat de Bordeaux
Stabilité des effectifs de lycéens■
Les effectifs en IUT se stabilisent tandis que ceux des IUFM inté-
Les effectifs en lycées et lycées professionnels sont stables. En grés dans les universités poursuivent leur baisse. Près de 70 %
baisse depuis 2004, le nombre d’élèves en second cycle géné- des étudiants suivent une formation universitaire (y compris
INSEE AQUITAINE 12 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2010 EN AQUITAINEÉDUCATION - ENSEIGNEMENT
Quatre mille étudiants de plus à la rentrée 2009 L’enseignement agricole : des effectifs stables
grâce à la diversité des formationsAnnée 2009/2010 (Public et Privé) Établissements Étudiants
À la rentrée 2010, plus de 10 600 élèves suivent une formation initialeUniversités (hors IUT, IUFM et écoles d'ingénieurs) (1) . 5 63 576
scolaire dans l’un des 55 établissements d’enseignement agricole enIUT (institut universitaire de technologie). . . . . . . . . . 6 5 349
Aquitaine. Leur effectif reste stable sur un an (- 0,7 point). Parmi eux,IUFM (institut universitaire de formation des maîtres) (2) . 1 2 713
36 % se forment dans un établissement public, 34 % dans un établisse-STS (sections de techniciens supérieurs) (3) . . . . . . . . 105 11 405
ment privé à rythme approprié (en maisons familiales rurales pour la plu-CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) (3) . . 12 3 021
part) et 30 % dans un établissement privé à temps plein.Écoles d'ingénieurs (4). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 3 724
Les formations professionnelles remportent un grand succès auprès des
Écoles de commerce, gestion, comptabilité . . . . . . . . 19 7 094
élèves : deux tiers sont inscrits en voie professionnelle, 26 % préparent
Autres (5) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 9 729
un Bac Pro et 16 % un BEPA. Elles peuvent se regrouper en quatre sec-
Enseignement supérieur de l'Éducation nationale . . . 220 106 611
teurs :
Nombre d'établissements et d'étudiants dans l'enseignement supérieur
- Services : ce secteur forme aux services aux personnes et aux entrepri-
Source : Rectorat de Bordeaux
ses, à la commercialisation, à l’élevage et aux soins. Il regroupe la moitié
(1) y c effectifs (523) des antennes des UFR sciences situées à Tarbes (65) des élèves en formation professionnelle. Il est également le plus féminisé(2) depuis 2008-2009, l'IUFM de Bordeaux et les antennes départementales sont in-
tégrés dans l'université de Bordeaux 4 (83 % de filles) ;
(3) lycées déjà comptés dans les établissements du second degré - Production : ces formations sont axées sur les productions animales et(4) ensemble des formations et écoles d'ingénieurs (universitaires ou non), y compris
les formations d'ingénieurs en partenariat végétales, la viticulture œnologie, l’horticulture, l’agroéquipement et l’a-
(5) dont écoles paramédicales et sociales, droit et administration, écoles artistiques et
quaculture. Bien qu’elles occupent le second rang des secteurs profes-culturelles
sionnels (25 % des élèves), leurs effectifs se réduisent chaque année, au
profit des services et de l’aménagement ;
- Aménagement : ce secteur prépare aux métiers de l’aménagement deIUT et IUFM). Les rangs des sections de techniciens supérieurs
l’espace, des travaux paysagers, de la forêt et de l’eau. Il rassemble 19 %
grossissent (+ 3,4 %) ainsi que, dans une moindre mesure, ceux
des élèves en voie professionnelle. Il est le moins féminisé, avec 78 % de
des classes préparatoires aux grandes écoles localisées dans les garçons ;
lycées (1,4 %). Les effectifs dans les formations d’ingénieurs - Transformation : ce secteur forme aux métiers de l’agroalimentaire et
d’analyses en laboratoires. Seuls 6 % des élèves y sont inscrits.sont en légère hausse et représentent 3,5 % des étudiants du
Par ailleurs, plus de 2 200 apprentis se forment dans les CFA agricoles desupérieur.
la région, la plupart dans des formations liées aux métiers de l’aménage-
ment de l’espace et de la production animale ou végétale.
Forte baisse du taux de réussite au baccalauréat■ Plus de la moitié des élèves sont inscrits dans des formations de cycle
court (niveaux 5 et 6). Celles-ci sont présentes pour la plupart dans lesAprès une année 2009 record, le taux de réussite au baccalau-
établissements privés, qui scolarisent huit élèves en cycle court sur dix.
réat (hors Agriculture) perd 1,5 point en 2010 (87,7 %). Il reste
Leur part augmente tous les ans. À l’inverse, les formations longues sont
néanmoins au-dessus du taux national (+ 1,1 point). Il diminue touchées par une baisse d’effectifs, en particulier celles de niveau 3
nettement dans la filière générale et, dans une moindre mesure, (BTSA) qui perdent 21 % de leurs élèves en dix ans. Les formations de
cycle long se font majoritairement dans les établissements publics :dans la professionnelle, qui affiche la meilleure réussite. Seule
57 % des élèves de niveau 3 et 52 % des élèves de niveau 4 (bac oula filière technologique connaît plus de succès qu’à la session
BTA) s’y forment.
2009.
Clélie GARNIERAu total, 22 800 diplômes ont été délivrés : 56 % pour les sé-
Draaf Aquitaineries générales, 24 % pour les technologiques et 20 % pour les
professionnelles.
ePour la 2 année consécutive, le taux de réussite au diplôme na- Définitions
tional du brevet (DNB) baisse (83,4 %) et se situe légèrement BTS : Brevet de technicien supérieur
EREA : Établissement d’enseignement adaptéau-dessous du taux national. Il est toujours plus fort dans la série
IUFM : Institut universitaire de formation des maîtrescollège, choisie par 9 élèves sur 10, que dans les séries profes-
IUT : Institut universitaire de technologiesionnelle et technologique. Seuls 7 % et 5 % des collégiens op-
Privé sous contrat : Établissements sous contrat d’association avec l’État
tent respectivement pour ces deux dernières séries.
(dépenses de personnel - agents publics contractuels - et de fonctionne-
Depuis 2008, deux nouvelles compétences du socle commun ment) ou sous contrat simple (rémunération des enseignants salariés de
droit privé)de connaissances et de sont prises en compte
SEGPA : Section d’enseignement général et professionnel adaptépour l’attribution du DNB : le brevet informatique et internet
e(B2I) validé en 2010 par 97 % des élèves de 3 et l’exigence du
niveau A2 pour les langues vivantes étrangères satisfait par
POUR EN SAVOIR PLUS...92 % des élèves de l’académie de Bordeaux.❒
? Site du rectorat de l’académie de Bordeaux :
Dominique MORIZUR
www.ac-bordeaux.fr --> Évaluation, rapports et statistiques
Rectorat de Bordeaux
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2010 EN AQUITAINE 13 INSEE AQUITAINE

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin