La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

1er universitaire 2008-2009. AnnéeCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central                  
HISTOLOGIE  DU SYSTEME NERVEUX  CENTRAL
1 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1er universitaire 2008-2009. AnnéeCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central  HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL    Première partie: HISTOLOGIE DU TISSU NERVEUX CENTRAL  1) Les cellules du système nerveux (rappel!)  2) Les tissus nerveux (Histologie et Fonction) - Moelle épinière  - Tronc cérébral, Cervelet - Cortex cérébral      
2 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1er AnnéeCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central universitaire 2008-2009.  INTRODUCTION  Le système nerveux comprend 2 grands ensembles fonctionnels : le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et le système nerveux périphérique (filets nerveux destinés aux membres et aux viscères). Au niveau cellulaire, ce grand ensemble nest constitué que de deux grands types cellulaires : [1] les neurones, qui sont les cellules nobles, dotées dactivités fonctionnelles   variées et [2] les cellules gliales, qui sont les cellules les plus nombreuses du système nerveux et qui assurent le support physique et le soutien nutritionnel des neurones.  1. LES CELLULES DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL a) Caractéristiques morphologiques *LES NEURONES Même sil existe différents types de neurones et des variations dune région à lautre du système nerveux, les neurones ont des caractéristiques communes (Figure 1). Ce sont des cellules dotées dun volumineux corps cellulaire, encore appelé « Soma », qui renferme un noyau proéminent avec un nucléole bien visible et une chromatine dispersée. Le cytoplasme péri nucléaire (péri caryon) se caractérise par la présence dun volumineux réticulum endoplasmique granuleux (REG) en amas, réalisant les corps de Nissl. Le cytoplasme renferme également de nombreuses mitochondries et un cytosquelette, constitué de filaments intermédiaires et de micro filaments. Figure 1 : Caractéristiques des neurones
 
3 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1erCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central Figure 2 Caractéristiques des astrocytes :
 Figure 3 : Caractéristiques des oligodendrocytes
 
4 
 
 Année universitaire 2008-2009.
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1erCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central Année universitaire 2008-2009. La grande caractéristique des neurones est représentée par leurs prolongements cellulaires, initialement décrits au début du XXème siècle, par deux pionniers en Neurohistologie (Golgi et Cajal). Les neurones ont deux types de prolongements : les dendrites et laxone. Les dendrites sont en général courts, multiples et très ramifiés alors que laxone est unique, avec des terminaisons souvent multiples. Laxone est entouré par une gaine lipido-protéique, la myéline, élaborée par un type de cellules gliales : les oligodendrocytes. Les neurones sont séparés par des jonctions inter cellulaires hautement spécialisées: les synapses, qui relient les neurones entre eux ou aux cellules effectrices (cellules musculaires).  *LES CELLULES GLIALES Les astrocytes sont les cellules les plus nombreuses du système nerveux central (Figure 2). On parle de cellules étoilées car elles sont pourvues de prolongements ramifiés qui occupent tout lespace entre les neurones. Les astrocytes ont des prolongements cellulaires qui prennent appui contre les membranes des vaisseaux et elles participent ainsi à la constitution de la barrière hémato-encéphalique. Leur cytoplasme renferme un type particulier de filaments intermédiaires: la protéine glio fibrillaire acide (GFAP), que lon peut mettre en évidence sur une coupe de tissu à laide dun anticorps spécifique, par la technique dimmunohistochimie. Les oligodendrocytes (Figure 3) sont responsables de la myélinisation des axones. Il existe 2 principaux types doligodendrocytes : -loligodendrocyte clair est présent chez le ftus et le nouveau né ; il sagit dune cellule de grande taille, active, fréquemment en division ;  loligodendrocyte sombre rencontré chez ladulte est une cellule de -petite taille, qui ne se divise pas.
Une forme intermédiaire, entre la cellule claire et la cellule sombre, serait présente chez ladulte et donc capable, dans certaines circonstances, de synthétiser de la myéline.
5 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1erCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central universitaire 2008-2009. Année  b) Caractéristiques fonctionnelles des cellules du système nerveux De façon très synthétique, la fonction du système nerveux central est de percevoir un stimuli, quil soit externe ou interne, de lintégrer, de lanalyser et de fournir une réponse adaptée par lintermédiaire des organes effecteurs. Tout ceci repose sur une propriété fondamentale des neurones : « lexcitabilité » et leur organisation en un réseau cellulaire interconnecté. Lexcitabilité du neurone est liée à lexistence dun potentiel membranaire :   -ce potentiel résulte dun déséquilibre entre lesau repos, concentrations des ions NA+ et K+ entre le milieu extra et intra cellulaire. Ce déséquilibre est maintenu à laide de pompes NA+/K+, qui fonctionnent en consommant la quasi-totalité de lénergie produite par les mitochondries du neurone. -en présence dun stimuli, il se produit une modification de la perméabilité membranaire, qui induit un mouvement ionique et entraine une dépolarisation de la membrane neuronale. Londe de dépolarisation va progresser jusquà la synapse et déclencher la libération du neuromédiateur, dont le type (inhibiteur ou excitateur) conditionnera leffet final.
La fonction des neurones est elle-même conditionnée par les cellules gliales :les astrocytes sont qualifiés de «compagnons des neurones » depuis la période embryonnaire jusquà lâge adulte. Les astrocytes sont indispensables à la fonction des neurones puisque [1] ce sont eux qui prélèvent dans le sang les substrats nécessaires au métabolisme énergétique des neurones et [2] quils régulent la composition du milieu extra cellulaire du système nerveux. Les oligodendrocytes sont responsables de la myélinisation des axones. Un autre type de cellule gliale,la microglie, correspond à des cellules mononuclées (monocyte-macrophage). Elles ne sont visibles quen cas de lésion du système nerveux afin den assurer sa défense.
6 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1er AnnéeCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central universitaire 2008-2009.
 
2. ETUDE HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL
 
Lorsque lon pratique une coupe de tissu nerveux, laspect macroscopique retrouve toujours
2 aspects : de la substance grise et de la substance blanche. La substance grise correspond
aux corps cellulaires des neurones alors que la substance blanche correspond aux axones
des neurones (fibres nerveuses). La couleur blanche est due au contenu lipidique de la gaine
de myéline. Selon les régions du système nerveux, la répartition substance blanche /
substance grise va changer de même que leurs proportions respectives.
7 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1er AnnéeCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central universitaire 2008-2009.  Lhistologie du système nerveux central sera détaillée au niveau de 4 grandes régions : la moelle épinière, le tronc cérébral, le cortex cérébelleux et le cortex cérébral.  a) Moelle épinière De façon générale, la moelle épinière correspond à un cordon de système nerveux central : au niveau duquel : - la SG se trouve au centre, revêt un aspect en ailes de papil eeus seC .sno qauvenin soà t trouvent les corps celisitsf .ulauen enorserised ets en smos urte  la SB se trouve à la partie postérieure et ventro latérale de la moeltseC .en nos à iveau -que se cheminent les fibres axonales sensitives ascendantes et motrices descendantes.  La moelle renferme 4 sillons, dont les caractéristiques permettent une orientation sur une coupe transversale (Figure 4) : -un sillon ventral médian, profond  un sillon dorsal médian, petit -- un dorsal et un ventral qui correspondent àdeux sillons latéraux : lentrée et à la sortie des racines nerveuses, respectivement.
La moelle comporte une commissure centrale qui correspond au canal de lépendyme, à lintérieur duquel chemine le liquide céphalo-rachidien (LCR).
8 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1erCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central universitaire 2008-2009. Année  Figure 4 : Vue globale dune coupe transversale de moelle épinière
 
 Figure 5 : Substance grise de la moelle épinière
9 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1er universitaire 2008-2009.CYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central Année  *SUBSTANCE GRISE (SG) La partie antérieure « cornes ventrales » renferme les corps cellulaires des neurones moteurs. Il sagit de volumineux neurones, relais des neurones du cortex moteur. La partie postérieure « cornes dorsales » renferme des petits neurones sensitifs dits de 2èmeordre. Au niveau de la moelle dorsale et lombaire supérieure, il existe des « cornes latérales » où se trouvent les corps cellulaires neurones sympathiques efférents pré ganglionnaires.  *SUBSTANCE BLANCHE (SB) La SB postérieure correspond aux « cordons postérieurs » et renferme des fibres sensitives ascendantes. Ces fibres véhiculent la vibration, la proprioception et le toucher discriminatif. La SB ventro latérale renferme également des fibres axonales myélinisées. Il sagit de fibres sensitives ascendantes au niveau ventro latéral (faisceaux spino thalamique latéral : douleur, température et ventral : toucher superficiel) et de fibres descendantes motrices (faisceau cortico spinal).  La moelle épinière va augmenter de volume de bas en haut, car les fibres quelle renferme y sont de plus en plus nombreuses.
10 
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 
1erCYCLE – PCEM2 – HISTOLOGIE – Histologie du système nevreux central  Figure 6 : Substance blanche
 
 Figure 7 : Coupe histologique de la moelle épinière
 
 
11 
 
 Année universitaire 2008-2009.
  Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes