Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

1PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE 1ère partie

48 pages
Niveau: Elémentaire, GS, CP, CE1
1PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier

  • mouvements alternatifs des membres

  • action coordonnée

  • relâchement des extenseurs des doigts

  • mouvement

  • mouvement depuis le signal initiateur

  • contraction des agonistes

  • déplacement en terrain

  • fixation-maintien du poignet


Voir plus Voir moins
PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1èrepartie)
C. Massé
Service de Physiologie
Faculté Médecine de Montpellier
1
INTRODUCTION
La motricité ou capacité de mouvement :
Intègre la notion de contraction musculaire
 aussi à penserNe se limite pas à la locomotion, comment manger, respirer, parler, écrire.., orienter le regard
Impose en ce qui concerne le déplacement du corps : de lutter contre la pesanteur et en même temps dassurer la posture de dérouler correctement le mouvement (marcher, courir, sauter..)
Est modulée par la vigilance/sommeil, lentraînement, la fatigue, les émotions, les médicaments, les boissons
2
Pour se déplacer il faut donc :
Un tonus musculaire
Un ensemble de processus nerveux qui assurent léquilibre une succession de postures
 Un ensemble de centres nerveux dont laction coordonnée organise le mouvement depuis le signal initiateur jusquau moment où le but est atteint Implication de mécanismes : Réflexes (ex : mouvements alternatifs des membres) Automatiques (ex : marche, faire du vélo) qui déclenchent, règlent les séquences Intentionnels (ex : changement de direction, dallure; modification dinclinaison du corps donc déquilibre) Notion dapprentissage : enfant/adulte
3
I  ETAPES DANS LÉLABORATION DUN MOUVEMENT
1- Le déclenchement Provient de stimuli sensoriels : locaux, visuels, olfactifs, auditifs, vestibulaires (déplacement en terrain accidenté) Peut être initié par une démarche intellectuelle, un besoin, une sensation de faim, de soif.
2 - Le contrôle permanent Il est nécessaire à lexécution correcte du mouvement Il est assuré dune part par un retour dinformations sensitives proprioceptives informent le SNC de létat de la musculature informent de la position des segments de membres (important pour un déplacement yeux fermés ou dans le noir, encore plus en apesanteur) Il est assuré par le cervelet qui analyse et compare les données Le cervelet est capable de détecter et de corriger les erreurs entre programmation du mouvement et déroulement réel de celui-ci
4