La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Saint Alphonse de Liguori (tome 2

De
734 pages
  • exposé
R. P. B E R T H E DE LA C O N G R É G A T I O N DU T. S . - R É D B M P T E O R SAINT ALPHONSE DE L I G U O R I 1696 — 1787 TOME SECOND Lahom sicitt'bonus miles Chriati Jetsu. « Agis e u vrai soldat de Jésus-Christ. • I I TIM., C.
  • nom de sixte-quint
  • éclipse toiis par le triple éclat de la naissance, des talents et de la sainteté
  • don alphonse de li- guori
  • saint pierre
  • saint-pierre
  • saint - pierre
Voir plus Voir moins

R. P. BERTHE
DE LA CONGRÉGATION DU" T. S.-RÉDBMPTEOR
SAINT ALPHONSE
DE LIGUORI
1696 — 1787
TOME SECOND
Lahom sicitt'bonus miles Chriati Jetsu.
« Agis eu vrai soldat de Jésus-Christ. •
II TIM., C. H, 3.
PARIS
LIBRAIRIE DE LA SAINTE-FAMILLE
I I, UUK SKRVANDOXI
KT CHEZ I.KS l'RLWH'AUX I.IHKAIKES
I ÎMM» SAINT ALPHONSE
D E LIGUOKI rVIflffllAI'III K 1'IKMIN-IMlmT HT <"". — .MKrf.MI, (KU(Kl LIVRE IV
L'ÉVÊQUE DE SAINTE-AGATHE
SilN T ALPHONSE DE LIGUORI. — T. II* 1 CHAPITRE T
À ROME
1762
Sainte-Agathe des Goths. — Alphonse évêque nommé. — Renonciation non accep­
tée. — Maladie du saint. — Départ pour Rome. — Incidents de voyage. — Pèleri­
nage àLorette. — Alphonse et Clément XIII. — L'examen canonique. —Le sacre,
— Une métamorphose.—Au Mont-Cassin. — Retour à Naplcs. —Adieux à Nocera. —
Départ pour Sainte-Agathe.
Au pied du mont Taburno, entre Bénévent et Gapoue, s'élève
la petite ville de Sainte-Agathe, l'antique Saticola, près de laquelle
les Romains vainquirent les Samnites dans un combat resté célèbre.
D'après les traditions chrétiennes, saint Pierre, en allant de Brindes
à Rome, aurait évangélisé cette cité, ainsi que Capoue et Bénévent.
Plusieurs fois détruite et réédifiée, on n'en voyait plus que les
ruines, quand, au cinquième siècle, les Goths, établisdans ces pa­
rages, la rebâtirent et lui donnèrent le nom de sainte Agathe, leur pa­
tronne vénérée. Sous ce vocable de Sainte-Agathe des Goths, la cité
devint célèbre et compta des évêques illustres, entre autres le car­
dinal de Montalte, qui ceignit la tiare sons le nom de Sixte-Quint.
Or le dernier évêque de Sainte-Agathe, FlaminioDanza, venait de
mourir le 2 février 1762. Le prélat avait restauré sa cathédrale,
mais il laissait beaucoup d'autres choses à restaurer dans le diocèse
vacant. Aussi le vicaire capitulairc, don François Rainone, de con­
cert avec Vélite du clergé, mettait-il tout en œuvre pour obtenir de
Dieu un digne et saint évêque. Pendant trois jours le peuple, réuni
h la cathédrale devant le saint Sacrement exposé, fit monter à cet
effet ses prières vers le ciel.
Les aspirants n'étaient que trop nombreux. Il s'en présenta
jusqu'à, soixante, et parmi eux des évoques, des archevêques,
des personnages appuyés par la cour. On peut croire, sans blesser
la charité, que le voisinage de Xaplcs, l'importance d'un diocèse L'ÉVÊQUE DE SAINTE-AGATHE. 4
de trente mille âmes, les onze mille francs de la mense, somme
considérable pour l'époque, excitaient l'ardeur des prétendants au
moins autant que le désir de régénérer le pays. Ces compétitions
embarrassaient singulièrement le Saint-Siège, h qui incombait di­
rectement le choix du nouvel évoque. Aucun des solliciteurs ne lui
convenait. L'un d'eux était chaudement recommandé par Tanucci.
Le pape ne pouvait l'accepter sans compromettre gravement sa
conscience, ni le refuser sans s'exposer aux représailles du tout-
puissant ministre. Dans un conseil de cardinaux, Clément XI1J de­
mandait le moyen de sortir de cette impasse. « Très Saint Père, dit
le cardinal Spinelli, Je meilleur moyen» c'est de choisir un homme
d'un mérite tellement exceptionnel qu'il fasse rentrer tous les can­
didats dans l'ombre d'où ils n'auraient pas dû sortir. Cet homme
qui les éclipse toiis par le triple éclat de la naissance, des talents et
de la sainteté, vous l'avez sous la main : c'est don Alphonse de Li-
guori, chevalier napolitain, recteur majeur de la congrégation du
Très-Saint-Rédempteur, et théologien de premier ordre. » Les
cardinaux applaudirent à cet avis, que le pape fut aussi très heureux
d'adopter.
Tranquille dans sa petite cellule de Noccra, le saint fondateur
était loin de s'attendre au coup qui le menaçait. « Une des grandes
miséricordes du Seigneur en me retirant du monde, disait-il un
jour à son ami Itorgia, c'est de m\ivoir soustrait par IA au fardeau
de l'épiscopat, fardeau que j'aurais évité difficilement si j'étais resté
dans ma famille- Mon père et mon directeur m'auraient forcé de l'ac­
cepter : Dieu a eu pitié de moi. » Tanucci, nos lecteurs s'en souvien­
nent, lavait présenté pour l'archevêché de Païenne, mais, à force
d'instances, le saint était parvenu à faire revenir le roi sur cette no­
mination. U se croyait donc sur de vivre otde mourir dans sa solitude
de Noccra,quand, le 9 mars, vers cinq heures du soir, « au moment
où je m'entretenais avec lui, dit le père Paravento, un envoyé du
gr
nonce apostolique, M Locatelli, se présenta devant notre père,
et lui fît une profonde révérence eu disant : « Serviteur de votre Sei­
gneurie illustrissime. —Que dites-vous? s'écria-l-il tout ébahi.— Le
pape vous a nommé évoque de Sainte-Agathe, des Goths. — Évoque !
dit Alphonse en riant, vous plaisantez. — Lisez cette lettre. » 11
lut la lettre du nonce, et resta muet, atterré, comme un homme
frappé de la foudre. De grosses larmes s'échappaient de ses yeux.
J)éjii les pères, informés do la nouvelle, remplissaient sa cellule et
s'efforçaient de le consoler. 11 reprit courage en elfet à la pensée que
le pape s'était simplement proposé de lui marquer son estime, et

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin