Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les échanges entre la Chine et l'Afrique

De
14 pages

Les échanges entre la Chine et l'Afrique

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 117
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Les échanges entre la Chine et l’Afrique Situation actuelle, perspectives et sources pour l’analyse Jean-Raphaël Chaponnière 1  
Après des années de croissance extrêmement rapide de ses échanges, la Chine est devenue à la fois le 3 ème  exportateur et importateur mondial. Alors que le poids de l’Afrique sub-saharienne dans les échanges chinois demeure marginal, la Chine a dépassé l’Allemagne pour devenir en 2005 le premier fournisseur du continent dont elle représente environ 10 % des importations. La Chine exporte surtout des biens de consommation (textile-habillement, motocyclettes, etc.) et importe d’Afrique du pétrole ainsi que différents minerais et produits tropicaux. L’émergence de la Chine a plus généralement un impact important sur l’Afrique à travers au moins deux canaux : du côté positif, la croissance chinoise pousse à la hausse la demande mondiale et donc le cours des matières premières exportées par les pays africains ; du côté négatif, les entreprises africaines souffrent de la concurrence chinoise, tant sur leur marché intérieur qu’à l’exportation, en particulier dans le textile-habillement suite au démantèlement des quotas douaniers imposés dans le cadre des Accords Multi-Fibres.
La montée en puissance de la Chine devenue le Une grande puissance émergente troisième exportateur mondial bouleverse la  géographie des échanges. En 2005, la Chine aurait En 1978, après trois décennies de croissance ainsi dépassé l’Allemagne à la première place des heurtée, la Chine s’est engagée dans une stratégie fournisseurs de l’Afrique dont elle est en sens analogue à celle qu’avaient adoptée la Corée et inverse le second débouché. Après une présentation Taiwan vingt ans plus tôt. Libérant les initiatives rapide de l’émergence chinoise (I), cet article paysannes, elle a capitalisé sur les bas salaires pour s’appuie sur différentes sources statistiques pour percer sur le marché mondial et remonter les analyser les échanges entre la Chine et l’Afrique filières industrielles. Cette stratégie a dopé la (II) vus de Pékin et des pays africains. Il s’intéresse croissance qui a été de 9,4 % par an en moyenne ensuite à leurs perspectives et aux conséquences de entre 1978 et 2005. Spectaculaire, vu d’Europe, ce la montée en puissance de l’économie chinoise sur rythme n’est pas sans précédent en Asie mais les économies africaines (III). l’émergence d’une économie aussi peuplée et aussi ouverte aux échanges est porteuse de changements plus considérables.
                                                          1  Jean-Raphaël Chaponnière est économiste à l’Agence Française de Développement (AFD).  
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin