//img.uscri.be/pth/43261dbad571ebb04bd1598574162ba6e0c0f51c
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Lettre Pflimlin

De
1 page

Messieurs, J'ai bien reçu votre lettre. Permettez moi de vous dire qu'elle révèle un éloignement certain des réalités concurrentielles de notre secteur, mais surtout du contexte d'action et de la situation de France Télévisions.

Publié par :
Ajouté le : 20 mai 2014
Lecture(s) : 703
Signaler un abus
Messieurs, J'ai bien reçu votre lettre. Permettez moi de vous dire qu'elle révèle un éloignement certain des réalités concurrentielles de notre secteur, mais surtout du contexte d'action et de la situation de France Télévisions. Et je m'interroge quant aux motivations qui sous-tendent cette présentation, produite habituellement par ceux qui n'ont d'autre volonté que de nuire à une entreprise avec laquelle ils ont un compte à régler. L'anachronisme de votre vision opposant anciens et modernes, ne reconnaissant pas que le numérique fait désormais partie des programmes, niant donc simplement ce que devient le media télévision a son tour est suicidaire. Le développement d'une ambition numérique est l'opportunité d'un travail au cœur même des missions de service public de France Télévisions et de leur adaptation a ses bénéficiaires : l'information, le lien social et l'utilité collective. Vos propos traduisent une telle méconnaissance ou caricature de la politique numérique menée -performances, implication des unités de programmes, investissements réels et jamais au détriment des programmes, mesures d'économies...- ainsi que les réalités du monde qui nous entoure et de nos propres pratiques que je ne peux vous prêter la bonne foi. De même, je n'avais pas cru voir dans les audiences de nos deux grandes chaînes, en croissance à fin avril, le signe que nous abandonnions les téléspectateurs ou que ceux-ci se détournaient de nos offre, notamment en matière de création française. Je vous propose d'en parler à vos homologues des chaînes privées qui voient toutes leurs chaînes historiques reculer bien que l'audience soit leur seul objectif et qu'il n'aient pas, contrairement à nous, des missions et des obligations ainsi que l'enjeu d'harmoniser deux grandes chaînes. Je vous ferai volontiers parvenir la liste exaustive de tous les nouveaux programmes lancés depuis trois ans dans les domaines de l'information (par exemple Des Paroles et Des Actes, Cash Investigation ou Grand Soir 3...), de la création (comme Candice Renoir, Cain, la collection de fiction "Meurtre à", Cut, la collection documentaire Duel...), de la culture (Alcaline, Entrée Libre, On n'est pas que des cobayes etc...) et de la proximité (Midi en France, Les Carnets de julie etc...), ainsi que les notes qualitatives qu'ils obtiennent. Derrière la bonne tenue de nos offres, il y a le travail de chaque collaborateur, de leurs dirigeants et parmi eux Bruno Patino et Thierry Thuillier, pour faire évoluer et réaffirmer les identités respectives de toutes nos chaînes, en alternative au secteur commercial. Le Président que je suis les en remercie tous et les invite à poursuivre l'action. Dans un monde ou tout n'est parfois que communication, votre lettre publique ne devrait elle pas plutôt clairement annoncer son objectif ? Mon mandat actuel ne s'achève qu'en Août 2015 et France Télévisions pourra compter sur un Président et des équipes déterminés à agir jusqu'au dernier jour. Je reste disposé à partager avec vous mes réflexions sur nos projets et nos réalisations, sur tout ce qui est désormais acquis et tout ce qui reste à accomplir. Je vous prie de croire, Messieurs, à l'assurance de ma considération. Rémy Pflimlin