Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

A LA JEUNESSE FRANÇAISE
ALLEMAGNE
AU PILORI
HONTE ET CRIMES DE LA PRUSSE
DEPUIS ATTILA JUSQU'A NOS JOURS
L. F. C. LAYAUME
ANCIEN OFFICIER DE MARINE
PARIS
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES
E. LEVAILLANT, éditeur
3, RUE PAPILLON, 3
1871
L'ALLEMAGNE
AU PILORI
L'histoire de cette nation est très-obscure : l'état
de barbarie dans lequel ce peuple est resté après la
chute de Rome ne permet pas de remonter au delà
du quatorzième siècle; cependant Feller, historien
allemand, nous fait connaître, dans ses recherches
sur celte contrée, qu'après les défaites des Huns,
des Vandales et des Goths, ces hordes vagabondes
qui ravageaient l'Europe se répandirent de toutes
parts pendant plus de trois siècles, sans pouvoir se
fixer. Attila, qui commandait une de ces bandes,
la conduisit en Italie et dans les Gaules où ils su-
birent de nouveaux échecs, et, contraints à se reti-
rer dans cette partie inhospitalière de l'Allemagne,
où ils se fixèrent, tout en continuant à vivre, dans
l'idolâtrie, du fruit de leur brigandage.
Ce n'est qu'au seizième siècle que nous voyons
ces tribus de barbares (formant comme une Cour
_ 4 -
des Miracles au centre d'une civilisation avancée)
subjuguées par des moines de l'ordreteutonique et
obéir à leur chef, A. de Brandebourg, dont les suc-
cesseurs se firent reconnaître ducs, souverains et
indépendants.
Vers le commencement du dix-huitième siècle,
ce duché fut érigé en royaume au profit de F. Guil-
laume de Brandebourg; mais ce n'est qu'à la fin
du dix-huitième siècle que Guillaume Il essaya
vainement le défrichage de ce vaste désert par ses
habitants, qui, habitués à une vie nomade et
vagabonde, préférèrent l'émigration ans travaux
agricoles.
Nous voyons en effet, par des chiffres officiels, que
cette émigration s'élève annuellement à 147,000
âmes pour le nord de l'Amérique seulement; il faut
tripler ce chiffre pour connaître le total de la trans-
migration allemande, qui se répand annuellement
en France et dans les autres pays du monde, mais
dont une partie rentre au moment des incursions
par leur chef dans les États voisins de la frontière.
On estime à vingt millions le nombre des Allemands
répandus dans les divers États du monde.
CARACTÈRE ET MOEURS DES GERMAINS
PAR TACITE ET JULES CÉSAR
Les Germains, dit Tacite « tirent leur origine du
« pays même, car aucun étranger ne s'est mêlé à
« eux, dans un pays triste et sauvage, un climat
« rigoureux où la nature ne se prête qu'à regret,
- 8 -
« et qu'il est impossible d'aimer sans l'avoir pour
« patrie. Ils descendent des Suèves et des Vandales;
« ce sont là leurs véritables noms. Quant à celui
« de Germain, il est moderne; ils ne se firent ap-
« peler de ce nom (qui veut dire homme de guerre)
« que pour se rendre plus redoutables; ils se
« servent de chants bruyants pour échauffer leur
« vertu guerrière et intimider leurs ennemis;
« surtout ils affectent un ton rude, étourdis-
« sant, inégal, et mettent leur bouclier devant la
« bouche pour enfler leur voix et la rendre plus
« effrayante. »
Après un tableau peu attrayant de ce pays et de
ses habitants, Tacite ajoute « qu'ils contractent des
« engagements avec toutes les nations; que souvent
a un les a vus prêter leur coucours à deux nations
« différentes en guerre, qui combattaient l'une
« contre l'autre. »
Dans sa guerre des Gaules, César nous apprend
« que leur jeune noblesse va servir ailleurs comme
« volontaire, et qu'elle fait souvent un usage moins
« légitime de sa valeur, car les brigandages n'ont
« rien qui déshonore, pourvu qu'on ne les com-
« mette pas sur les terres de la cité dont on est
« membre. C'est, disent-ils, le moyen d'exercer la
«jeunesse et de la tenir en action. On ne cultive
« leur amitié, ajoute César, que par des présents;
« leurs princes ne se font pas même scrupule de
« recevoir de l'argent dont nous leur avons appris
« à connaître la valeur.