Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Abrégé des aventures de Napoléon et des avantages de la vertu ; effets de la révolution attribuée à la décadence des bonnes moeurs . (Signé : Par M. S****.)

8 pages
Impr. de P.-N. Rougeron (Paris). 1815. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ABRÉGÉ
DES AVENTURES
DE
NAPOLÉON,
ET DES AVANTAGES DE LA VERTU.
Effets dela Révolution attribuée à la décadence de»
bonnes moeurs.
Détails pour faire connoître aux partisans de Bona-
parte l'erruer de leurs sentimens.
VOYEZ, amateurs de la gloire , le récit de
l'histoire qui vous fera connoîlre le néant de
celle prétendue gloire qui n'enfante que des
esclaves, et qui, loin de les rendre heureux ,
ne sert qu'à mettre le comble à leurs mal-
heurs.
L'homme raisonnable sur la terre, qui a su
préserver son coeur de la corruption , admet
pourtant très-facilement les préceptes d'une
loi divine qui lui trace le chemin de la félicité;
et très-éloigné de se soustraire au joug de la
dépendance d'un Etre suprême, il fait au con-
traire tous ses efforts pour lui rendre dociles
son esprit et son coeur. Il n'en est pas ainsi des
infracteurs des lois suprêmes : ils ont cher-
ché à en anéantir tous les préceptes, et à ban-
nir de leur coeur l'ai tachement aux vertus.
Ignorez-vous , Français, lés fléaux qui vous
accablent de toutes parts ? C'est à vos trans-
gressions habituelles qu'il faut en attribuer
la cause-, car, depuis vingt-cinq ans , l'on
gémit sous le poids d'une révolution san-
glante. Le vice irrité contre la vertu, n'en
pouvoit plus supporter l'éclat. Les ennemis
de la foi se sont ouvertement déclarés contre
les fidèles : celle haine devint bientôt le prin-
cipe de leur destruction. Combien alors de
victimes innocentes immolées par le glaive et
sacrifiées à la vengeance de leurs bourreaux.
A ces temps malheureux a succédé le pré-
sage d'un temps plus favorable. Bonaparte ,
admis à la tête du gouvernement, fit à la
vérité renaître une espèce de calme qui tran-
quillisa en apparence pendant quelque temps
le reste d'un peuple fidèle , en proie à tous
les maux. Mais , plus occupé de son bonheur,
que de celui du peuple , il mit tout en usage
pour s'établir un nom ; il ne manqua pas sur-
tout, pour se faire aimer, de consentir au ré-
tablissement de la religion. Voilà cette noble
action qui sembloit le consolider sur le trône

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin