//img.uscri.be/pth/c204a7d27874924c9d564cf0af0f41ed9a2733de
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Action des eaux de Vichy sur le tube intestinal, mémoire présenté à la Société d'hydrologie médicale de Paris, par le Dr Champagnat,...

De
32 pages
A. Delahaye (Paris). 1872. In-16, 32 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ACTION
DES:EAUX DE VIGE1
SUR LE TUBE INTESTINAL
( Mémoire présenté à la Société d'Hydrologie médicale de Paris )
PAR LE
■D'CHAMPAGNAT
MÉDECIN CONSULTANT AUX EAUX DE VICHY
PARIS
ADRIEN DELAHAYE, ÉDITEUR
Place de !'École-de-Médee.ine
1872
Dl> MÊME «(ITËIIR i
TRAITEMENT
DES
MALADIES DES VOIES URINAIRES
PAR LES EAUX DE VICHY
Paris. — Impr. FÉLIX MAI.TESTE et Cic, nu; des Dcux-Poiles-Saini-Sauvcur, 2'2
ACTION
DES EAUX DE YICHY
SUR LE TUBE INTESTINAL
(Mém§iïa.^pTésenté%lavSociété d'Hydrologie médicale de Paris)
PAR LE
/)/-■ -B^MAMPAGNAT
lfcreetW*CONSULTANT AUX EAUX DE VICHY
PARIS
ADRIEN DELAHAYE, ÉDITEUR
Plate de l'École-de-Médecine
1872
ACTION
fEtëjMUX DE VICHY
3ÏÏME TUBE INTESTINAL
I
Les eaux de Vichy constipent-elles? sont-elles
purgatives? ou ne modifient-elles en rien les fonctions
intestinales?
A ces questions les réponses les plus contradic-
toires ont été faites par les médecins de celte station
thermale.
Mareschal (Plajsiologie des Eaux de Vichy, 1642)
dit que « ces eaux ne sont proprement purgatives. »
Il a cependant observé des cas où l'eau minérale
purgeait, car plus loin il ajoute : « toute leur vertu
purgative consiste en la quantité qu'elles sont beuës. »
Pour Mareschal, les eaux de Vichy purgent donc,
mais après un usage immodéré et par une véritable
indigestion.
Claude Fouet (Secret des bains et eaux de Vichy
1686) croit à leurs propriétés purgatives : « Toutes
ces fontaines, dit-il, sont purgatives, les unes plus,
les autres moins »
Elles ont, d'après lui, des vertus « apéritives,
désopilatives et purgatives. » Comme nous le ver-
rons, Fouet est le seul auteur qui admette d'une
façoiï aussi nette l'action purgative des eaux de Vichy
et cela sans aucune restriction.
L'idée émise par Fouet fut adoptée par les méde-
cins de l'époque qui, en envoyant leurs malades à
Vichy, leur promettaient sans doute d'abondantes
purgations. De nos jours, Petit a peine à concevoir
comment une telle opinion a pu s'accréditer. La rai-
son en est cependant bien simple : il est à craindre
que Fouet, écrivant dans la dernière moitié du dix-
septième siècle, ait sacrifié aux idées dont la comédie
a perpétué le souvenir.
La réputation qu'avait alors Vichy de vertus si
prononcées dut être pour plus d'un intendant des
eaux un sujet d'embarras auprès des malades trom-
pés dans leur attente. Aussi, en 1778, voyous-nous
Desbrets prolester. « Tous les médecins, tant de la
capitale que des provinces, regardent les eaux de
Vichy comme ayant particulièrement la propriété
d'être purgatives, tandis que l'observation et l'expé-
rience prouvent incontestablement qu'elles font pres-
que toujours un effet contraire; c'est-à-dire qu'elles
resserrent et qu'elles constipent le plus grand nombre
des malades qui en font usage. » (Traité des eaux
minérales de Châteldon, de celles de Vichy et d'Han-
terivej.
Plus d'un demi-siècle après, Petit se range à l'avis
de Desbrets. « La rareté des selles, dit-il, se remarque
chez un si grand nombre de malades, surtout lors-
qu'ils boivent ces eaux à doses modérées et en espa-
çant convenablement les verres pour qu'elles puissent
être facilement digérées, qu'il semble étonnant que
les médecins anciens les aient considérées comme
étant purgatives. » Et plus loin : « Chez un certain
nombre de malades, ces eaux provoquent quelquefois
plusieurs selles dans la journée En général, lors-
qu'elles agissent comme purgatif, cela paraît tenir
à quelques circonstances particulières, telles que, par
exemple, l'existence de quelque affection intestinale,
un mauvais régime, ou bien à ce que le malade en a
bu plus que son estomac ne pouvait en supporter ; et
encore souvent alors il succède à ce dérangement
momentané une constipation opiniâtre que l'on est
obligé de combattre, soit par des lavements, soit par
quelques laxatifs. » (Mode d'action des eaux miné-
raies de Vichy, 1850.)
Quelques années plus tard, en 1859, Barthez, dans
la sixième édition de son Guide pratique des malades
aux eaux de Vichy s'exprime ainsi : « L'action des
eaux sur le tube intestinal détermine plus souvent la
constipation que la diarrhée ; néanmoins s'il arrive
parfois que, dans le cours du traitement, les selles
soient augmentées, le dérangement ne tarde pas à
s'arrêter ; si l'on diminue la quantité d'eau minérale
pendant ce temps, la tolérance s'établit et il n'est
pas rare de voir ensuite ces mêmes personnes sup-
porter sans aucun autre dérangement des doses
d'eau beaucoup plus fortes qu'auparavant. »
En décrivant les propriétés de chaque source,
Barthez attribue seulement à la Grande-Grille une
vertu purgative. « L'eau de la Grande-Grille déter-
mine quelquefois de légères purgations. »
En 1856, le docteur Cahen lut une note à la Société
d'hydrologie de Paris sur cette question : Les eaux de
Vichy sont-elles purgatives?
J'en extrais le passage suivant : a Celte opinion
que les eaux de Vichy peuvent être purgatives était
généralement admise autrefois; elle est généralement
repoussée à présent. Les anciens médecins préten-
— 9 —
daientque ces eaux purgeaient; de nos jours on pré-
tend qu'elles constipent, et je vais essayer de démon-
trer que ces deux opinions sont toutes deux vraies,
ou fausses, suivant certaines circonstances. »
Le docteur Caheu ajoute : « L'opinion de Petit (1)
a été adoptée par tous les médecins de Vichy ; elle
fait autorité et tout d'abord j'ai pensé devoir m'y
conformer dans ma pratique. Mais les faits que j'ai
observés n'ont pas tardé à modifier ma manière de
voir. Je n'ai jamais constaté d'une manière bien évi-
dente que les eaux de Vichy déterminassent directe-
ment de la constipation. Sans doute j'ai vu la consti-
pation exister chez des individus faisant usage de ces
eaux, mais je n'ai pas remarqué qu'elle fût beaucoup
plus fréquente pendant l'administration des eaux que
dans les circonstances ordinaires de la vie ; je n'ai
surtout pas remarqué, bien que je l'aie recherché,
qu'elle survînt chez des personnes qui n'y fussent
pas sujettes habituellement. »
Alquié s'éleva fortement (trop sans doute), contre
les idées émises par le docteur Cahen. Il déclara
qu'il n'avait « rencontré aucun fait qui pût donner à
supposer que les eaux de Vichy fussent purgatives ;
(1) Je ferai remarquer que l'opinion de Petit est la même que celle que
Dcsbrels exprimait en 1778.
2
— 10 —
au contraire, il lui a fallu plus d'une fois recourir à
des laxatifs pour combattre la constipation chez ceux
qui faisaient usage de ces eaux. Si elles purgent elles-
mêmes quelquefois, c'est à la manière des aliments
mal digérés. D'un autre côté, il arrive souvent que
les eaux de Vichy, eu rétablissant les fonctions diges-
tives troublées fassent cesser la constipation, mais
sans produire aucunement la diarrhée. » M. Durantl-
Fardel se rangea à l'avis d'Alquié.
ÏI
En présence d'opinions aussi contradictoires, une
remarque vient à l'esprit : les médecins qui souvent
ont formulé leur avis d'une manière aussi.nette, n'ont
présenté aucune statistique à l'appui. Des impressions
personnelles ont dicté ces jugements, mais le dénom-
brement des cas de diarrhée et de constipation à la
suite de l'usage de l'eau de Vichy n'a pas été fait.
Quel que soit le caractère de véracité que présente
au premier abord une statistique, on sait de combien
d'erreurs elle peut être entachée; c'est souvent une
— 11 —
addition d'unités différentes. Si cette remarque est
vraie, en général, elle est surtout applicable à l'étude
des effets produits par les eaux minérales. Que d'élé-
ments hygiéniques et médicamenteux interviennent
dans une cure thermale ! quelle variété d'impressions
en ressentira le malade !
Les causes d'erreurs seront, pour le cas particulier
qui nous occupe, l'action sur le malade du change-
ment d'habitudes, de lieu et de nourriture ; l'influence
de la constitution épidémique régnante ; la dose
d'eau minérale employée ; le moment de ia journée
où a lieu l'ingestion de l'eau et les médications ther-
males accessoires, bains, douches, etc..
11 faut le reconnaître, de toutes les causes d'erreur,
la plus grande, qu'il importait le plus d'éviter, était
celle inhérente à la constitution épidémique régnante.
Si l'observation des malades en traitement à Vichy
coïncidait avec une épidémie de diarrhée sévissant
sur cette station thermale, la statistique s'écroulait
d'elle-même ; en effet, les malades sont assez nom-
breux à Vichy à une époque de l'aimée (août et sep-
tembre) où parfois la constitution diarrhéique régne
dans cette localité, comme partout ailleurs.
Je puis affirmer qu'en 1869, époque où j'ai pris à
Vichy les observations qui feront la base du travail
— 12 —
que je vais présenter, aucune épidémie de diarrhée
n"a régné dans cette ville ; le tableau suivant mon-
trera que les malades en traitement ont échappé à
toute influence de ce genre.
TABLEAU N° 1.
PARTIE dos malades observés à Vichy, en 18«», atteints
de maladies de l'estomac ou autres (Chlorose, Maladies
du foie, Oravellc, Goutte, Diabète, Albiminuric, Catarrhe
vésical).
CAS de diarrhée survenue aux différents mois.
NOMBRE NOMBRE PROPORTION
do des cas do
MALADES DIARRHÉE
Observes. Survenue a Vicliy, CAS DE DIARRHÉE.
Avril 2 0 0
Mai 7 0 0
Juin 20 4 le 5md
Juillet 49 7 le 7mc
Août 35 6 le 6mc
Septembre 14 2 le 7™°
TOTAUX 127 19 Près du T™
— 13 —
D'après l'inspection de ce tableau, il est donc juste
de dire que les cas de diarrhée survenue pendant le
traitement thermal n'étaient pas dus à une constitu-
tion épidémique, car ils sont assez également répartis
dans les différents mois.
Quelque peu important que paraisse ce chiffre de
127 malades pour servir de base à une bonne statis-
tique, je ferai remarquer qu'il n'est lui-même que la
réduction d'un chiffre plus considérable de malades.
Je n'ai pu, en effet, faire entrer dans ce tableau tous
les malades observés. Il m'a fallu, pour ne pas faus-
ser le résultat, éliminer certains cas. Pouvais-je, par
exemple, tenir compte des observations faites sur
des malades dont le traitement était brusquement
interrompu par des coliques, soit néphrétiques, soit
hépatiques, ou par un accès de goutte ?
Je n'ai pas compris dans ma statistique les ma-
lades ayant pris les eaux de Vichy à doses immodé-
rées; dans ces conditions je ferai remarquer que ces
eaux ne purgent pas aussi souvent qu'on pourrait le
croire ; mais elles déterminent surtout de la lassi-
tude, de l'insomnie et souvent des signes d'embarras
gastriques, perte d'appétit, nausées.
Observation. — M. G..., âgé de ââ ans, venu à