//img.uscri.be/pth/f5acfc5a7ab401069c377a5ed05152c30d070e74
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Adresse à messieurs les députés , par Marie-Armand de Guerry de Maubreuil. Poissy, 7 mars 1828

De
8 pages
impr. de Guiraudet (Paris). 1829. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ADRESSE
A MESSIEURS LES DEPUTES,
PAR
MARIE-ARMAND DE GUERRY DE MAUBREUIL.
Poissy, 7 mars 1828.
IMPRIMERIE DE GUIRAUDET,
RUE SAINT-HONORE , N°5 15 .
1829.
AVERTISSEMENT.
Une adresse à la Chambre des Députés a été faite par
moi, le 27 février 1828 ; mais les personnes auxquelles
je la confiai, pour la remettre au secrétariat de la Cham-
bre , la trouvèrent trop claire , trop précise , disons
mieux , trop forte etc. , etc. De sorte que made-
moiselle de Larochejaquelein me déclara , au nom de tous :
« Que décidément l'on ne déposerait pas cette adresse du
27 février ; mais que, si je voulais en signer une toute faite
qu'elle m'apportait , pour celle-là elle la remettrait , ainsi
que les pièces à l'appui ; que, dans ce cas même,
quelques députés de sa connaissance lui avaient promis d'en
parler etc. , etc. »
J'étais alors à Poissy ! privé de toutes commu-
nications autres que celles susmentionnées , enfin dans l'e'tat
dont quelques journaux ont bien voulu rendre compte , etc.
Que pouvais-je faire ? J'acquiesçai à ce qu'on exi-
geait , non pourtant sans protester contre l'espèce d'abus
que l'on faisait encore de l'étrange et malheureuse situation
dans laquelle je me trouvais, et pour la vingt-et unième fois.
C'est ainsi que cette adresse , du 7 mars 1828, entière-
ment rédigée par les soins et selon les vues de mademoi-
selle Louise de Larochejaquelein, fut mise à la place de celle
que je voulais qu'on déposât. Elle a été enregistrée, l'année
dernière , sous le n° 8175 et n'ayant point été appelée, elle
se trouve , pour la présente session, sous le n° 267.
Messieurs les Députés pourront apprécier cette Adresse;
et, en raison de son extrême modération , je pourrais dire
de son insuffisance , j'ose espérer qu'ils ne refuseront pas de
s'en occuper.
Nota. Je pourrais ajouter à cette adresse, en la faisant imprimer, une
foule de notes qui, j'ose le croire, la rendraient plus intelligible, et qui ne
seraient pas sans intérêt ; mais j'aime mieux m'en abstenir , et ce , afin
d'ôter absolument à ceux de Messieurs les Députés qui partagent les opi-
nions de mademoiselle de la Rocbejaquelein jusqu'au moindre prétexte
pour pouvoir écarter une adresse toute selon elle, et son propre ouvrage.
Je me bornerai donc simplement aux observations essentielles faites par
des personnes éclairées , qui pensent : « que, pour mettre Messieurs les
Députés tout-à-fait dans le cas de décider en connaissance de cause, il
faut absolument joindre ici ces observations et l'état des papiers enlevés. »