//img.uscri.be/pth/fe093f2f8859894e5fc5647b54d0a303830183d9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Adresse de la Société patriotique de la section du Luxembourg à ses frères des départements. (Avril 1793.)

8 pages
Impr. de Pougin (Paris). 1793. Paris (France) (1789-1799, Révolution). Société populaire de la section du Luxembourg. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

A
A DR ESSE
"-' DE LA
SOtlËTÉ PATRIOTIQUE
DE LA SECTION
.-~' - ~",.-.
D U L UIE MBOURG,
A ses Frères des Départenzens.
JUSQUES à. quand, Républicains, no-s frères
des Départemens, jusques à quand une faction
criminelle , que nous ne cesserons de vous dé-
noncer , parviendra-t-elle à vous égarer sur nos
véritables principes ? Jusques à quand resterez-
vous trompés sur notre horreur pour les tyrans
et sur notre amour pour la République, seul
objet et seul but de tous nos services, de tcu.es
nos veilles, de nos constans travaux ? Jusques
à quand pourrez-vous supporter , sans la plus
proforde indignation , qu'on vous représente les
Parisiens comme des désorganisateurs, comme
(3 )
des provocateurs à la guerre civile , enfin et
pour comble de crimes , comme des amis de
la Royauté ?
Faut-il pour surcroit de doulçur, que nous
soyons obligés de nous justifier devant nos Frères ?
En sommes-nous réduits à faire de puissans
efforts pour éclairer votre conscience et détromper
vos ames crédules ?
Suspendez toute injuste prévention ; pesez
avec le sang-froid de la raison les noires calom-
nies dont on ne cesse de nous abreuver, et rap-
prochez en tout ce que nous ayons faits. Jugez-
nous; mais avant, ayez la fermeté de vous mettre
entre les discours des calomniateurs et les actions
des calomniés.
Rappeliez - vous donc, Républicains, notre
sainte insurrection de 1789; reportez vos regards
sur les années pénibles de 90, 91 , 92, et sur-
tout sur l'éc l atante , ^ur la mémorable annéi
1793.
Le tyran , à l'abri des loix qui le favorisoient,
et fort d'urre Constitution informe qui proié-
geoit ses exécrables complots, osa rogir sur les
marches d'un trône chancelant , et déclarer la
guerre aux patrIotes. Le 1 0 Août arrive ; P::ris
se lève, renverse le tyran; sa tête féroce tombe