La lecture en ligne est gratuite
Télécharger
Londres, 8 avril 1846.
Une saison politique en Angleterre
Revue des Deux Mondes T.14 1846 Une saison politique en Angleterre
[1] Sir Robert Peel – Lord John Russell – Lord Palmerston
Tout ce qui se passe de ce côté-ci du détroit a une si énorme influence sur votre propre situation politique, qu’il n’est pas surprenant que vous vous préoccupiez très vivement en France des étranges événemens qui depuis six mois remplissent l’Angleterre. Cédant à une curiosité bien naturelle, vous avez cru qu’il était aisé d’en pénétrer le sens. A peine a-t-on connu en France la retraite de sir Robert Peel qu’avec une ingénuité qui fait honneur à votre caractère national, on s’est livré en toute confiance à une foule de suppositions sur la cause de cette brusque révolution ministérielle. On a fait des raisonnemens sans fin sur la situation des partis, sur les combinaisons possibles, et les déductions en paraissaient si justes, si satisfaisantes, que l’on n’a pas songé un moment que la rigueur et l’exactitude pouvaient en être démenties par les faits.
Ici rien de pareil. Tout le monde se taisait, attendant avec anxiété le moment de connaître la vérité. Vous êtes, en France, dans une singulière erreur à notre sujet. Vous vous imaginez que les choses se passent dans les deux pays de la même manière. A Paris, dans les plus grandes péripéties politiques, le public n’est assurément pas dans le secret de la comédie, mais il n’y a personne désireux de le connaître, soit par intérêt ou seulement par curiosité, qui l’ignore. Vous avez des salons où tout se dit, même ce qui ne devrait pas se dire. Vous êtes si aimables, si obligeans, que vos hommes d’état n’ont pas le courage de refuser une confidence. Dans l’agréable commerce d’une société polie et élégante, on laisse échapper avec une bonne grace sans pareille, et qui exclut jusqu’à l’idée de l’indiscrétion, le secret de ses propres actes, de ceux de ses amis. Les déterminations d’un cabinet, les plans de campagne préparés et mûris dans la douce atmosphère d’un salon doré, éclos à l’influence séduisante de beaux yeux ou d’un esprit que l’âge a aiguisé plutôt qu’éteint, se révèlent naïvement, sans détour, dans les sympathiques épanchemens de la conversation. Le journaliste lui-même, que ses devoirs retiennent dans la sentine enfumée où s’élabore l’opinion publique, apprend le matin ce qui a été concerté la veille, et, s’il n’en révèle qu’une très petite partie, c’est qu’il lui plaît ainsi, ou que cela convient à ses amis les ministres du jour ou du lendemain.
Ne croyez pas, monsieur, qu’il en soit de même en Angleterre. Ce que l’on appelle le monde politique porte au plus haut degré l’empreinte de cet esprit de réserve et d’exclusion qui gouverne la société anglaise. Pour être admis dans ce cercle étroit, il faut ou un grand titre, ou des biens énormes, ce qui indique assurément une influence considérable dans le pays, ou encore des talens du premier ordre, car, comme l’a très bien observé Montesquieu il y a un siècle, la naissance, les richesses et le mérite, voilà tout ce qu’estiment les Anglais. Pourtant ces avantages ne suffisent pas : pour être appelé au gouvernement, ce n’est pas assez de disposer à son gré de plusieurs voix dans le parlement, d’avoir un million de francs ou plus de revenu, de posséder des districts, de tenir le pays entier attentif à tout ce qui sort de votre bouche ou de votre plume. Ce qu’il faut pour être admis à ces cénacles mystérieux où se règle la fortune de l’empire britannique, en vérité je l’ignore ; mais tenez pour certain qu’il n’y a pas en ce moment plus d’une quinzaine de personnes, parmi les amis de sir Robert Peel comme parmi les whigs, qui soient initiées au secret des affaires. Ce secret, les hommes privilégiés le taisent. Ce n’est ni par morgue ni par vanité : ils ne le disent pas, tout simplement parce qu’ici les secrets politiques se gardent. C’est un scandale public quand il transpire quelque chose de ce qui a été résolu dans un conseil de cabinet ou dans ces conférences encore plus mystérieuses de Whitehall-Gardens, d’Apsley-House, de Chesham-Place, de Carlton-Terrace ou de Lansdowne-House. Jamais vous n’entendrez dire ici comme chez vous ces paroles indiscrètes : « Tel fait est certain ; cela s’est dit hier en bon lieu, j’étais présent. Je n’avance rien que je ne sache parfaitement. » Notez, monsieur, qu’il n’existe à Londres rien de pareil à ce que vous appelez la société. Les grandes maisons, j’entends celles des chefs de parti, ne sont pas des lieux de réunion ouverts à toutes les opinions, que l’on parcourt en une soirée, butinant chez un membre du cabinet les commérages que l’on se hâte d’aller porter dans le salon d’un membre de l’opposition. On ne se réunit à Londres, dans le monde politique, que deux fois la semaine, le samedi et le mercredi, les seuls jours où les séances de la chambre des communes s’arrêtent à l’entrée de la nuit ; on se réunit à table, et si, même après la retraite des femmes, on parle d’autre chose que de la pluie ou du beau temps, c’est du prochain Derby, des chasses, du livre de la saison, du dernier roman de Paul de Kock, d’un article duQuarterlyou del’Edinburgh. Ajoutez à cela qu’ici les femmes ne prennent point de part, au moins ostensiblement, à la politique. Les femmes d’état dont vous avez lu dans un roman célèbre une si piquante peinture n’existent que dans l’imagination de M. Disraeli.
Si peu fréquentes que soient les indiscrétions, il s’en commet pourtant. Vous n’avez sans doute pas oublié ce paragraphe duTimes qui révélait si inopinément les embarras intérieurs du cabinet de sir Robert Peel. Le lendemain, leStandardet leMorning-Heraldse dirent autorisés à démentir de la manière la plus formelle les bruits alarmans répandus par leTimes. Ces nouvelles étaient pourtant si exactes, qu’elles n’avaient pu être communiquées que par un membre du cabinet. Grandes furent l’indignation et la surprise. Après bien des recherches, les soupçons se sont portés sur deux ministres, M. Sidney Herbert et lord Lincoln, tous deux jeunes et aimables, tous deux admirateurs déclarés d’une femme aussi connue par sa beauté, son nom et son talent poétique que par un procès fameux encriminal conversation, et dont les relations avec leTimesne sont un secret pour personne. Voilà beaucoup de bruit pour rien, direz-vous sans doute ; il faut que de pareils faits soient bien rares pour qu’on s’en émeuve que voulez-vous ? vous êtes nos maîtres en bien des choses, et l’indiscrétion n’est pas encore entrée dans nos mœurs politiques.
De même que vous vous faites une fausse idée de la société anglaise, vous vous imaginez que nos clubs sont des foyers de politique. Je suis forcé de vous détromper. On va, il est vrai, beaucoup dans les clubs, qui ne ressemblent guère à vos cercles ; il s’y
tient sans doute beaucoup de propos touchant les affaires publiques, mais ces propos ne méritent aucune créance. Autant vaudrait tenir pour parole d’Évangile les commérages qui circulent dans les salles des conférences et des pas-perdus de vos deux chambres.
A l’égard des journaux quotidiens ou hebdomadaires, vous les lisez à Paris, et vous savez de quelle pauvre ressource ils sont pour connaître ce que vous appelez le dessous des cartes. Vous ne pouvez, monsieur, vous faire une juste idée de la différence qui sépare nos journaux des vôtres. Un journal, à Paris, est l’organe plus ou moins avoué, plus ou moins confidentiel, d’un parti ; il révèle les vues, les sentimens d’hommes politiques ayant passé aux affaires, ministres aujourd’hui ou destinés à l’être demain. Il n’en est pas ainsi à Londres. Un journal, chez nous, est une spéculation privée (genre de spéculation que vous nous empruntez, du reste, de plus en plus), sans relations même indirectes avec le cabinet et les membres de l’opposition. Quoi que l’on ait pu dire dans certains cas, tenez pour assuré que l’on n’a jamais soupçonné ici des personnages politiques de quelque valeur, des ministres, d’avoir, je ne dis pas écrit un article de journal, mais seulement dirigé, inspiré une feuille quotidienne ou hebdomadaire, comme cela arrive quelquefois chez vous. Les journalistes, en Angleterre, demeurent étrangers à ce qui se passe, s’agite dans l’étroite sphère du monde politique. Je peux apporter à l’appui de mon assertion un exemple frappant. Cet hiver, au plus fort des inquiétudes et de l’anxiété qu’avait fait naître la rentrée au pouvoir de sir Robert Peel, on ne s’entretenait ici dans les salons, dans les clubs même, que d’un article del’Edinburgh Reviewà la carrière politique de lord Grey et de lord Spencer. Au ton noble, élevé, plein consacré d’autorité de l’écrivain, au style simple, clair, élégant, mesuré, à certaines réticences et allusions qui en disaient beaucoup plus qu’il ne paraissait, il était facile de deviner l’auteur. On le nommait en effet tout haut. Cet écrivain anonyme n’était autre que le chef du parti whig, le futur premier ministre de l’Angleterre, lord John Russell. Bien avant la publication del’Edinburgh Review, les amis du noble lord annonçaient cet article comme le programme du prochain gouvernement whig. A peine eut-il paru qu’il devint le texte d’interminables commentaires. Quelques-uns le trouvaient trop timide, trop peu explicite sur les réformes réclamées par les radicaux et lesfree-traders. Les conservateurs modérés n’étaient pas complètement rassurés. Cet article pourtant semblait s’adresser particulièrement à cette classe qui devient de jour en jour plus nombreuse en Angleterre, libérale, éclairée, réformiste dans une certaine mesure en politique, comme en matière de commerce, qui croit que le temps des grands changemens dans l’ordre social est passé, que le bill de réforme et le rappel descorn-laws sont l’extrême limite où il faut s’arrêter, si l’on ne veut bouleverser la société de fond en comble ; qui repousse également les préjugés plus ou moins désintéressés des protectionistes et les illusions dangereuses desfree-tradersdes chartistes. Vous ne devez donc pas être surpris, monsieur, qu’une pareille déclaration de et principes dans les circonstances présentes excitât un vif intérêt, et, si un sujet devait servir de texte auxleadersdes journaux, c’était cet article de lord John Russell. Cependant c’est à peine s’il en a été question dans un ou deux journaux ; tous paraissent avoir ignoré quel en était l’auteur. Les deux principaux organes de l’opinion libérale, leMorning-Chronicleetl’Examiner, en ont seuls parlé, et ont traité assez dédaigneusement ce manifeste du chef de leur parti.
Ce simple fait vous en apprend assez, monsieur, sur la valeur des renseignemens que fournit notre presse. Je ne voudrais pas cependant la rabaisser dans votre estime. Nos journaux méritent votre attention ; ils ont une grande importance, plus grande assurément et tout autre que vous ne l’imaginez. En France, les journaux font l’opinion publique ; ici, ils en sont les organes directs, l’expression la plus fidèle, ce qui est bien différent. A quoi croyez-vous, monsieur, qu’il faille attribuer l’autorité qu’avait conquise la ligue dans ces derniers temps, cette force irrésistible qui a obligé les whigs à se ranger sous son drapeau, et fait crouler le plus puissant cabinet qui ait jamais gouverné l’Angleterre ? Ce n’est assurément pas à la crainte de la disette, car personne n’y croit. Cette révolution inattendue n’a pas eu d’autre cause, soyez-en convaincu, que l’appui prêté à cette monstrueuse association par les quatre principaux journaux de Londres. L’adhésion duTimesa donné plus de poids aux prédications de la ligue que n’auraient pu faire vingt mauvaises récoltes et les horreurs d’une famine. Les hommes d’état ne se sont pas trompés à ce symptôme décisif, et de ce moment lescorn-lawsont été condamnées. La voix de la presse est véritablement ici la voix du peuple, et c’est là que gît toute sa force. Dans cette mission, les individus disparaissent, les hommes s’effacent ; il ne reste plus qu’un être de raison, le journal. Qui sait, à Londres, le nom des rédacteurs, d’ailleurs si habiles, duTimes, duMorning-Chronicleet des autres feuilles ? A peine connaît-on quelques-uns des principaux intéressés dans ces colossales entreprises. Le spirituel Sydney Smith raconte, dans un de ses pamphlets, que les amis de M. Fox s’étonnaient de l’entendre sans cesse s’enquérir de l’opinion d’un certain lord B… homme médiocre et peu considéré. Ils lui en demandèrent un jour la raison, et M. Fox leur répondit : « L’opinion de cet homme que vous méprisez a une plus grande valeur que vous n’imaginez. Il représente exactement les préjugés, les sentimens les plus communs en Angleterre, et, quand je connais l’opinion de lord B… sur une mesure, je sais ce qu’en pense la grande majorité du pays. » En effet, dans un pays où la nation tout entière a une si large part au gouvernement, il est utile, il est nécessaire de connaître avec précision ce qu’elle pense. La presse tient lieu aujourd’hui aux hommes d’état des lords B…, et avec avantage ; c’est le baromètre sur lequel ils se règlent en toute chose. Ainsi donc gardez-vous de dédaigner nos journaux ; seulement n’y cherchez que ce qui s’y trouve, l’expression de l’opinion publique, et jamais le secret des événemens politiques. Mais c’est trop s’arrêter à des préliminaires, et, pour satisfaire à votre juste impatience, j’entre en matière sans plus tarder.
Vers la fin de la dernière session, les chefs du parti whig se résolurent, d’un commun accord, à se prononcer en faveur du rappel des corn-laws, et à tenter de rentrer au pouvoir sous les, bannières de la ligne. Bien que sir Robert Peel eût autour de lui une majorité plus nombreuse, plus compacte que jamais, l’entreprise n’était pas si désespérée qu’on pouvait le croire alors, et il y avait à l’horizon des signes avant-coureurs auxquels de véritables hommes d’état ne se trompent guère. Quoi qu’il en soit, on assure que vers le commencement du mois de septembre tout avait été arrêté pour cette prochaine manifestation. Si je suis bien informé, c’est de Lansdowne-House que partit l’initiative de cette levée de boucliers inattendue, et cela seul lui donnait de grandes chances de succès.
Depuis la mort de lord Grey et de lord Holland, le marquis de Lansdowne peut être considéré comme le véritable chef du parti whig. Cette expression, que j’emploie faute d’autre, rend mal ma pensée, et je l’explique. Les whigs sont aujourd’hui, et ont été dans tous les temps, les représentans les plus purs de l’aristocratie. C’est dans leurs rangs que l’on rencontre les familles les plus anciennes, les plus illustres et les plus riches tout à la fois de cette noblesse qui rappelle par bien des côtés les meilleurs temps du patriciat romain. Les whigs n’ont donc jamais formé, comme les tories autrefois, et plus récemment les conservateurs, un corps uni, compacte, fortement discipliné sous la verge impérieuse d’un homme nouveau, tel que Pitt ou sir Robert Peel. On ne saurait mieux comparer les principaux personnages du parti whig qu’à des chefs de clan ; chacun a son bataillon, ses cliens dociles et respectueux, mais entre eux il y a la plus parfaite égalité et seulement une subordination volontaire. De tout temps, néanmoins, ces orgueilleux patriciens ont reconnu à certains des leurs une sorte de suprématie, —primus inter pares, — tout-à-fait indépendante de l’obéissance qu’ils accordaient à leur chef politique. Cette suprématie, jamais bien nettement déterminée et parfaitement reconnue, lord Lansdowne la
partageait avec lord Grey et lord Holland. Toutefois, comme lord Grey gardait quelque rancune aux membres du cabinet de lord Melbourne, et ne pouvait leur pardonner de s’être si aisément passé de sa tutelle, il en était résulté chez lui quelque amertume, et partant une remarquable diminution de son autorité. Celle de lord Holland s’était au contraire d’autant plus affermie et étendue, que son favori, lord John Russell, prenait un essor plus élevé, et était regardé comme le futur premier ministre du parti libéral. Lord Lansdowne, à cause même de la douceur de son caractère, de ses goûts modestes et de ses opinions modérées, s’était souvent laissé effacer et n’avait pas toujours su tenir dans son parti la place qui lui appartenait. A la mort de ses rivaux, ses plus constans et ses meilleurs amis d’ailleurs et dans tous les temps, leur succession lui échut, et Lansdowne-House devint ainsi naturellement le quartier-général du libéralisme. Personne assurément n’est plus digne que lord Lansdowne de cette situation si enviable, et n’en fait un meilleur usage. Ses talens, qui sont du premier ordre, ses vertus, sa longue expérience des affaires, ses biens immenses, la part énorme qu’il a prise depuis un demi-siècle au gouvernement de son pays, sont autant de litres au respect et à la déférence de ses amis. Seul de notre temps, il a vu les beaux jours de gloire du vieux parti whig ; il est le dernier des amis et des lieutenans de M. Fox, et n’oubliez pas, monsieur, que lord Lansdowne a le mérite et l’honneur d’être le plus fidèle représentant en Angleterre de ces doctrines de liberté civile et religieuse qu’a proclamées la révolution française, et qui ont eu tant de peine à se faire jour parmi nous.
L’initiative partit donc de Lansdowne-House. On commença d’abord par se compter. Lord John Russell, le premier consulté, consentit à se mettre à la tête du mouvement. Lord Morpeth, lord Auckland et lord Palmerston donnèrent bientôt après leur adhésion. Quant à lord Clarendon, il ne pouvait y avoir aucun doute sur le concours du frère de M. Charles Villiers, et son opinion en faveur du rappel immédiat descorn-laws était connue depuis long-temps. M. Baring, M. Labouchère, lord Monteagle, ne firent aucune objection, et lord Cottenham se montra tout disposé à reprendre les sceaux. A l’égard de M. Macaulay, dont la parole est d’un si grand poids dans la chambre des communes, il est trop des amis de lord Lansdowne pour n’avoir pas été des premiers dans le secret.
En se déclarant ouvertement pour le rappel complet et immédiat descorn-laws, lord John Russell ne démentait pas, autant qu’on a bien voulu le dire, ses opinions antérieures. Il est vrai qu’autrefois, c’est-à-dire il y a une vingtaine d’années, cet homme d’état avait jugé la prohibition des blés étrangers nécessaire aux intérêts de l’agriculture. Peut-on de bonne foi lui reprocher de revenir sur une pareille opinion, émise dans un temps où elle était générale et peut-être justement fondée ? Depuis cette époque, on a fait bien des progrès sur cette question, comme sur tant d’autres. Il est vrai aussi qu’en 1841 lord John Russell admettait que les intérêts agricoles ne pouvaient se passer de la protection de l’état, et il proposait de frapper les blés étrangers d’un droit fixe de 8 sh. par quarter ; mais il y avait plus de hardiesse à proposer, en 1841, un pareil droit, qu’aujourd’hui à se prononcer pour la libre importation. D’ailleurs, ce droit fixe était, dans certains cas, purement fictif, et ces cas pouvaient se présenter très fréquemment. Ce qui prouve combien, en 1841, lord John Russell était avancé en matière de liberté de commerce, c’est que ce taux de 8 sh., qui aujourd’hui comblerait de joie les plus passionnés protectionistes, était alors regardé par eux comme devant infailliblement amener leur ruine. En outre, ni les défenseurs ni les adversaires descorn-lawsne considéraient cette réforme comme définitive. Pour les uns comme pour les autres, c’était un premier pas vers le rappel complet. Aussi les propriétaires accueillirent-ils avec reconnaissance l’échelle mobile de sir Robert Peel, qui, tout en abaissant les droits d’entrée, maintenait la protection dans une certaine mesure, et en même temps les partisans de la liberté du commerce s’accoutumèrent à compter lord John Russell et ses amis comme acquis à leur cause. La lettre de lord John Russell, bien qu’imprévue, n’étonna personne, car c’était moins une conversion subite, intéressée, déterminée par les circonstances, qu’une déclaration de principes retardée jusque-là par les calculs de la politique. Jamais coup de parti n’avait été si habilement conduit, et il méritait d’être couronné d’un heureux succès.
Sir Robert Peel ne put manquer d’avoir connaissance de la détermination prise par les whigs, et il fut convaincu que le moment était venu de rappeler lescorn-laws. Son parti fut bientôt pris. Ce fut, comme il avait déjà fait tant de fois, de devancer les whigs et d’accomplir lui-même cette grande réforme économique. Il connaissait assez l’humeur de ses collègues pour savoir que plusieurs, et les plus considérables, le suivraient dans cette voie. Il s’attendait bien que la majorité du parti conservateur l’abandonnerait ; en revanche, l’appui de la ligue, dont la tactique était de rester neutre entre les deux partis, ne lui ferait pas défaut, et les whigs eux-mêmes se trouveraient engagés à soutenir ses mesures.
Un étrange concours de circonstances offrait à sir Robert Peel un prétexte à la fois plausible et honorable de réaliser ce plan. Depuis deux mois, le bruit se répandait que la récolte des pommes de terre s’annonçait mal en Irlande, et que ce pays allait être livré aux horreurs de la famine. Cette calamité, disait-on, s’étendrait aussi à l’Angleterre, où la récolte des céréales avait été mauvaise. Armé des avis alarmans qui arrivaient au cabinet des diverses parties du royaume-uni, sir Robert Peel annonça, le 31 octobre, à ses collègues, qu’il était résolu à modifier la législation des céréales. Grande fut la surprise de la plupart des membres du cabinet. Sir Robert Peel proposait d’ouvrir les ports aux blés étrangers par un ordre du conseil, ou de convoquer le parlement dans un délai de quinze jours. Selon lui, la première de ces alternatives était préférable, elle était décisive, elle rendait impossible toute opposition, et le cabinet aurait recueilli les bons effets que l’on en devait attendre avant que la résistance des propriétaires pût se manifester ; il aurait tout l’honneur d’une mesure populaire, et déjouerait en même temps, par son audacieuse initiative, les projets de ses adversaires. Sir Robert Peel ne réussit pas à persuader ses collègues. Trois seulement d’entre eux, sir James Graham, lord Aberdeen et un troisième, dont je ne sais pas le nom, se rangèrent de son côté. Plusieurs séances du conseil se passèrent à agiter cette question sous toutes ses faces, et le 6 novembre le cabinet se sépara sans avoir pris aucune détermination.
S’il eût été réellement désintéressé dans la question, si, subitement et sincèrement converti au principe de la libre importation des grains, il eût été convaincu de la situation critique du pays et de la nécessité d’ouvrir les ports aux blés étrangers, sir Robert Peel eût dû se retirer. Sur une question aussi grave, il n’avait rallié à son avis que trois de ses collègues, et, suivant la pratique constante de la constitution anglaise, il devait abandonner le gouvernement. On a toujours vu, dans des cas pareils, la minorité céder la place à la majorité d’un cabinet. C’est ce qui est arrivé, pour ne citer que des exemples récens, en 1827, quand M. Huskisson et ses amis se retirèrent dans la question d’East-Retford ; en 1834, lord Stanley, lord Ripon, sir James Graham et le duc de Richmond se séparèrent de lord Grey plutôt que de prêter les mains à l’affaiblissement de l’église en Irlande ; lord Grey lui-même et lord Althorp rentrèrent dans la vie privée, ne voulant pas suivre les entraînemens révolutionnaires de leurs collègues. Une autre alternative s’offrait à sir Robert Peel. Il pouvait dissoudre le cabinet, s’il croyait exprimer plus exactement la volonté du pays, et établir son administration sur de nouvelles bases.
Sir Robert Peel ne prit ni l’un ni l’autre de ces partis. Dans le moment même où il était en dissentiment avec le plus grand nombre des
membres de son cabinet, lorsqu’il ne pouvait leur persuader de donner leur approbation à une mesure qu’il jugeait bonne, nécessaire, il a cru de son devoir, a-t-il dit, de ne pas abandonner son poste et de ne pas reculer devant les embarras de la situation. La vérité est que sir Robert Peel ne désespérait pas de persuader ses collègues de la nécessité d’une conversion. Les prétextes qu’il invoquait ne devaient pas lui faire défaut plus tard, et il se réservait de faire des instances plus pressantes, lorsque les progrès de la panique lui fourniraient des argumens plus irrésistibles. La situation n’était donc pas si déplorable qu’il le disait ; car, autrement, pourquoi ne convoquait-il pas le parlement, juge naturel du différend qui le séparait de ses collègues ? Tout au contraire, afin de gagner du temps pour les amener à ses vues, il retarde l’ouverture de la session. Voilà donc quel est ce ministre sage, prévoyant, désintéressé, que l’on ne cesse de vous présenter en France comme le modèle des hommes d’état !
Sir Robert Peel avait compté, avec raison, que la crainte de la famine, loin de se calmer, irait croissant. Comme s’il eût redouté qu’elle diminuât d’elle-même, il semble qu’il ait pris à tâche de l’exagérer par la mesure la plus propre à jeter l’alarme dans la population. Une commission d’enquête est nommée à grand bruit. Sous le prétexte de dresser les instructions de cette commission, sir Robert Peel réunit le 25 novembre le cabinet, qui n’avait pas été convoqué depuis le 6, et lui pose sous une autre face la question du rappel descorn-laws. On ne pouvait, disait-il, ordonner, prendre des mesures de précaution contre la famine, sans recourir au seul remède efficace, qui était, sinon le rappel descorn-laws, au moins la suspension momentanée de ces lois. Sir Robert Peel trouva ses collègues aussi rétifs qu’auparavant, et Dieu sait comment il serait sorti de cette situation délicate, quand un événement auquel il ne s’attendait guère vint encore la compliquer.
Lord John Russell avait appris à Édimbourg, par le bruit public, et sans doute aussi par une voie plus sûre, la résolution de sir Robert Peel et l’accueil qu’elle avait trouvé dans le cabinet. Convaincu qu’il n’avait pas de temps à perdre pour déjouer la tactique de sir Robert Peel, il consulta en toute hâte ses amis, et le 22 novembre paraissaient dans divers journaux sa lettre aux électeurs de la Cité et celles de lord Morpeth et de plusieurs autres personnages considérables du parti whig. Sir Robert Peel a très naïvement avoué, dans la chambre des communes, que cette démonstration l’avait fort embarrassé, et on n’a pas de peine à le comprendre. Elle prévenait en effet ses projets. Combien dut-il maudire ses trop timides et scrupuleux collègues, qui l’avaient empêché de triompher encore une fois avec les idées de ses adversaires ! Sa situation, d’abord si favorable, était irrévocablement compromise par ces adresses. Si lescorn-lawseussent été suspendues ou rappelées au commencement du mois, ainsi qu’il l’avait proposé, il avait pour excuse les circonstances critiques ou, selon lui, se trouvait l’Angleterre. A présent, il eût été trop aisé de prouver que la conduite du cabinet n’avait sa raison d’être que dans la lettre de lord John Russell. Sir Robert Peel perdait donc ainsi le fruit de ses adroits calculs. Il tenta de nouveau, mais vainement, de persuader à ses collègues qu’il était temps encore de prévenir les whigs par une mesure hardie. Alors sir Robert Peel, faisant appel aux sentimens les moins élevés et n’étant pas encore résolu à faire violence à son parti, leur persuada de courber la tête sous l’orage. Il les convainquit de la nécessité d’une retraite momentanée, et obtint que le cabinet se retirerait tout entier. Sir Robert Peel pensait, avec raison, que lord John Russell, appelé naturellement à lui succéder, ferait aisément passer dans le parlement le rappel descorn-laws, et qu’il ne garderait pas long-temps le pouvoir, lorsqu’il serait réduit aux seules forces de son parti. Il était prêt d’ailleurs à lui faciliter les voies pour le vote de cette mesure, et il comptait sur son adresse accoutumée pour ne pas s’aliéner les membres de son parti hostiles à cette réforme. Il se retrouverait donc ainsi, et dans un temps bien court, à la tête du parti conservateur, avec une majorité considérable, et débarrassé de la plus grave difficulté qu’il eût encore rencontrée sur son chemin.
Ce plan fut adopté, et le 6 décembre le cabinet se retirait. Deux jours après, le 8 au soir, lord John Russell recevait à Édimbourg l’ordre de se rendre en toute hâte à Osborne-House, dans l’île de Wight, où se trouvait en ce moment la reine. Ce message, dit-on, ne surprit que médiocrement lord John Russell. Peut-être ne pensait-il pas que sa lettre dût produire si promptement l’effet qu’il en attendait ; mais à coup sûr il prévoyait qu’avant peu de temps il serait mis en demeure de se charger du gouvernement. Lord John Russell arriva à Londres le 10, et le lendemain il était à Osborne-House. Dans son voyage rapide, il avait rencontré à une station de chemin de fer M. Cobden et M. Bright ; il leur avait fait part du message de la reine, et s’était assuré de leur concours et de celui de leurs amis pour le rappel complet et immédiat descorn-laws.
Toutefois la situation était loin d’être favorable pour les whigs : ils étaient, dans la chambre des communes, en minorité de près de cent voix. La chambre des lords était évidemment hostile à toute modification du régime économique ; les dispositions de sir Robert Peel et du parti conservateur n’étaient pas connues. Un cabinet whig ne pouvait donc avoir, dans l’état présent des choses, qu’une existence éphémère. On était loin de présumer quel serait le résultat des élections générales, si le parlement était dissous, et il n’était pas prudent de faire un appel au pays. Dans sa première audience, lord John Russell déclina la commission de former un cabinet, et appuya son refus de ces raisons péremptoires. Pour toute réponse, la reine lui fit lire une lettre que lui avait écrite la veille sir Robert Peel. Dans cette lettre, sir Robert Peel, après avoir énuméré les motifs de sa retraite, disait qu’il était prêt à aider de son concours comme particulier l’adoption des mesures que proposerait son successeur relativement auxcorn-laws. Cette lettre changeait l’état de la question, et lord John Russell, revenant sur sa première résolution, parut disposé à accepter les ordres de sa majesté, si ses amis politiques en étaient d’avis.
A peine de retour à Londres, lord John Russell reçut la visite du ministre de l’intérieur, sir James Graham, qui lui apportait toutes les informations qu’il pouvait désirer sur la situation du pays ; mais ce qu’il souhaitait le plus de connaître, c’était la nature exacte des mesures que sir Robert Peel avait eu le dessein de mettre à exécution. Sur ce point, sir James Graham répondit le lendemain que sir Robert Peel ne jugeait pas convenable pour le service public de donner des détails sur les réformes qu’il avait proposées à ses collègues. Ce simple fait suffirait pour donner une idée du concours que sir Robert Peel promettait à son successeur, et de l’appui que les whigs devaient attendre du parti conservateur. Néanmoins lord John Russell et ceux de ses amis qui avaient déjà pu se rendre auprès de lui convinrent de rédiger un plan qui serait soumis à sir Robert Peel, afin d’être pleinement édifiés sur ses dispositions à leur égard. Ce point devait nécessairement être d’abord éclairci ; mais sir Robert Peel avait résolu de se tenir libre de tout engagement. Il disait dans une lettre écrite à la reine sur ce sujet, lettre communiquée à lord John Russell, que, « dans son opinion, il n’était pas à désirer qu’un simple particulier comme il était devenu fût consulté sur les détails d’une mesure dont le gouvernement devait être seul responsable. » Cette conduite était plus adroite que loyale. Lord John Russell vit le piége qui lui était tendu ; il demanda à la reine un nouveau délai pour consulter ses futurs collègues, qui de jour en jour arrivaient à Londres de tous les points du royaume. La pensée de lord John Russell était d’ailleurs nettement exprimée dans le passage suivant de la lettre qu’il adressa le 16 décembre à la reine : « Lord John Russell prend la liberté de déclarer humblement à sa majesté que si la proposition d’un rappel immédiat descorn-laws, au lieu d’une suspension provisoire et d’un rappel plus éloigné, devait empêcher sir Robert Peel
de prêter à la nouvelle administration l’appui qu’il lui a promis d’une manière si spontanée et si loyale dans sa lettre du 10 décembre ; dans ce cas, lord John Russell se verrait dans la nécessité de décliner humblement la tâche que votre majesté lui a si gracieusement confiée. »
La reine communiqua cette lettre à sir Robert Peel, qui répondit le lendemain en ces termes : « Sir Robert Peel croit que votre majesté lui permettra de rappeler à son souvenir les déclarations qu’il a faites à votre majesté depuis sa démission, comme une preuve de son désir sincère de coopérer comme particulier à la solution de la question descorn-laws… Lord John Russell demande que sir Robert Peel donne l’assurance, qui virtuellement aurait la force d’un engagement de sa part, de soutenir le rappel complet et immédiat descorn-laws. Sir Robert Peel exprime humblement à votre majesté le regret de ne pas croire qu’il soit de son devoir de prendre un engagement sur cette question dans le parlement, étant déjà lié par un engagement antérieur pareil à celui qui lui est demandé. »
On voit avec quelle subtilité sir Robert Peel éludait la question qui lui était si nettement posée, voulant ne pas s’engager et éviter tout à la fois que les whigs désespérassent de son appui. Néanmoins lord John Russell et ses amis, par des raisons qu’il est difficile de pénétrer, ne crurent pas devoir reculer devant la responsabilité qui pesait sur eux, et résolurent de se charger du gouvernement. Cette détermination fut notifiée à la reine le 18. Quelles que fussent les difficultés de l’entreprise, les whigs avaient confiance dans la justice et l’opportunité du rappel descorn-laws, et ils espéraient que tous ceux qui étaient de leur avis ne leur feraient pas défaut, à quelque parti qu’ils appartinssent. Le lendemain, lord John Russell se mit donc à l’œuvre, et procéda à la distribution des divers départemens de l’administration. C’est là que l’attendait un fâcheux mécompte.
Lord Grey, à qui avait été destinée une des places les plus importantes du cabinet, refusa son adhésion à la nouvelle administration, si lord Palmerston était chargé des affaires étrangères. Plusieurs des amis de lord John Russell avaient déjà fait la même objection, mais seulement comme mesure de précaution et pour prévenir les clameurs de la malveillance. Tout en reconnaissant que lord Palmerston avait été calomnié quand on l’avait représenté comme le partisan d’une politique belliqueuse, ils eussent préféré qu’on lui confiât un autre département. De son côté, lord Palmerston tenait d’autant plus à être à la tête des affaires étrangères, qu’il a, dit-il, à cœur de prouver qu’il a été mal jugé. Les véritables intentions de lord Palmerston sont si parfaitement connues, qu’elles ne sauraient être mises en doute par qui que ce soit, et encore moins par lord Grey, son ami de tous les temps. Cette exclusion était d’autant plus surprenante de sa part, qu’il savait bien qu’après tout on ne pouvait pas se passer de la coopération de lord Palmerston, et que ni lord John Russell ni ses futurs collègues ne consentiraient à le sacrifier à aucun prix.
En voyant lord Grey soulever si tardivement une difficulté si grave, on a soupçonné qu’il y avait été poussé par un motif peu honorable. Lord Grey, dit-on, aurait seulement voulu empêcher lord John Russell de composer son cabinet. Bien des gens affirment, et je les crois sans peine, que, depuis huit jours que lord John Russell avait eu sa première audience de la reine, aucune ouverture n’avait été faite à lord Grey. Sans doute, lord John Russell et ses amis redoutaient, dans leurs conférences si délicates, l’influence de l’humeur inquiète et difficile de lord Grey, dont ils ont eu tant de fois à souffrir les caprices au pouvoir et dans l’opposition. Quelle que soit la cause de cette négligence, lord Grey en aurait été blessé et aurait voulu se venger. Dans toute autre conjoncture, le choix entre lord Grey et lord Palmerston eût été bientôt fait, et lord John Russell a nettement déclaré dans la chambre des communes qu’il eût sans hésiter sacrifié le premier ; mais dans la situation un tel parti était impraticable. En présence de la majorité, de la mauvaise foi de sir Robert Peel, de la chambre des lords, dont l’hostilité n’était pas douteuse, et dans le sein de laquelle l’autorité, les talens oratoires de lord Grey étaient si nécessaires, était-il prudent de s’engager dans le gouvernement, en laissant subsister au sein du parti whig un dissentiment qui ne pouvait manquer de s’aigrir et de devenir plus profond et plus irréconciliable ? Ajoutez à cela que lord Grey, qui s’était le premier parmi les whigs déclaré pour le rappel complet et immédiat descorn-laws, avait d’étroites liaisons avec les chefs de la ligue, et qu’en le mécontentant on courait le risque de s’aliéner cette association redoutable, et vous comprendrez sans peine que lord John Russell et ses amis aient reculé devant l’accomplissement de la tâche que leur avait confiée la reine, et qu’ils aient renoncé, le 21 décembre, à prendre le pouvoir.
Les objections soulevées par lord Grey contre lord Palmerston ont assurément été la cause principale de l’avortement de la combinaison whig ; mais des gens qui ont tout sujet de se croire bien informés prétendent que la situation de lord John Russell était assez difficile sans cette complication imprévue. Ils assurent que, même avec l’adhésion de lord Grey, les whigs eussent échoué, et que des embarras tout aussi graves se fussent bientôt révélés, qui eussent eu la même conséquence. Le principe du rappel complet et immédiat descorn-lawsune fois posé, comment procéderait-on à l’accomplissement de cette révolution ? Voilà le point qui avait été jusque-là débattu dans les conférences de Chesham-Place, et sur lequel on n’avait pu s’entendre. Au lieu de courir les chances d’insuccès que présentait la résistance de la majorité des deux chambres, ne valait-il pas mieux trancher tout d’abord la question et réaliser le rappel par un ordre du conseil ? C’était le plan qu’avait proposé sir Robert Peel à ses collègues. Tel était aussi l’avis des membres les plus hardis du futur cabinet de lord John Russell. Les whigs ne pouvaient se flatter, dans les circonstances présentes, de garder long-temps le pouvoir. En tranchant tout d’un coup cette grande question par un acte de la prérogative royale, ils liaient à tout jamais leur cause à celle du rappel descorn-lawset s’assuraient un triomphe infaillible dans un temps peu éloigné. Ce parti était raisonnable et certainement le plus sûr ; mais le respect pour l’action souveraine de la chambre des communes est si puissant en Angleterre, que plusieurs des amis les plus considérables de lord John Russell reculaient devant ce parti, et on désigne comme les plus intraitables avocats de la suprématie parlementaire lord Lansdowne, lord Cottenham et surtout le téméraire et aventureux lord Palmerston.
Sir Robert Peel fut donc rappelé au pouvoir, mais à son grand regret. Une scission dans le parti conservateur était devenue inévitable. Il chercha de nouveau et sans plus de succès à obtenir de la partie dissidente du cabinet le sacrifice de ses convictions. Plusieurs, il est vrai, revinrent sur leur première détermination, mais les autres, tels que lord Stanley et le duc de Richmond, restèrent fidèles à la cause de la protection. On a été fort surpris que ces derniers, qui d’abord croyaient avoir pour eux l’appui du plus grand nombre des conservateurs, n’aient, pas tenté de prendre le gouvernement. Ce parti eût pu réussir à la fin d’octobre, lorsque sir Robert Peel manifesta pour la première fois son intention de modifier la législation des céréales. Depuis, leurs forces s’étaient considérablement amoindries, et sir Robert Peel avait eu le temps de leur enlever peu à peu plusieurs des membres sur lesquels ils comptaient le plus, comme par exemple le duc de Wellington. C’est que le duc de Wellington, monsieur, n’est plus que l’ombre de lui-même. Son corps a conservé quelque vigueur, mais son
esprit, plus droit que vif et souple, s’est engourdi. De ses admirables qualités, il n’a gardé que l’opiniâtreté, qui s’est transformée en un entêtement aveugle. Le duc de Wellington n’est plus guère aujourd’hui qu’un mannequin fort imposant dont sir Robert Peel, avec son adresse ordinaire, tient les fils et dispose à son gré pour son plus grand intérêt. J’étais présent à cette séance de la chambre des lords où le duc de Wellington fut sommé par les protectionistes de rendre compte de sa conduite, et je vous assure que jamais il ne m’a été donné d’assister à un aussi triste spectacle. C’était pitié de voir cet homme si éminent, illustre à tant de titres, mis en contradiction avec toute sa vie passée, combattant aujourd’hui les opinions dont il a été le plus ferme soutien. Pendant vivat minutes, à peine trouva-t-il la force de balbutier que il ne donnerait aucune explication. Je souffrais, comme tous ceux qui l’entendaient, de son embarras, de ses hésitations, de la difficulté qu’il avait de trouver des mots, et je ne pouvais m’empêcher d’être de l’avis de M. M… qui me disait le lendemain : « Il faut avoir gagné bien des batailles, rendu de bien grands services à son pays, pour se permettre de traiter aussi, cavalièrement la première assemblée politique du monde. » Le plus brillant orateur de la chambre des communes avait bien quelque raison de se montrer aussi sévère, même en oubliant les égards dus à la vieillesse.
Privés de l’appui du duc de Wellington, les protectionistes se rejetèrent sur lord Stanley : si de ce côté-là ils trouvèrent un ami fidèle, leurs espérances furent également déçues. Seul, lord Stanley était capable de prendre en main le gouvernement ; tous les vœux du parti conservateur l’y conviaient. Lord Stanley résista aux instances, aux prières de ses amis, et il persista à demeurer, serviteur inutile d’une cause désertée, désespérée, dans un lâche repos. C’est que, pour n’avoir pas, comme le duc de Wellington, abandonné ses convictions au profit de sir Robert Peel, lord Stanley n’en est pas moins un homme usé, dont la carrière politique estclose. En France, où vous jugez lord Stanley sur sa réputation passée, vous ne m’en croirez pas peut-être ; considérez cependant la vie tout entière, et surtout la conduite de lord Stanley depuis le bill de réforme, et vous serez de mon avis. Je vous avouerai sans détour que lord Stanley, qui a joui un moment de tant de considération, ne m’a jamais inspiré de sympathie ; mais croyez que ma répugnance n’est pas capable de me rendre partial. Ici le petit nombre de personnes qui hésitent à se joindre au sentiment général de réprobation sous lequel il a succombé disent, pour l’excuser, que c’est un honnête homme. Dieu vous garde, monsieur, d’avoir dans votre parlement beaucoup de gens dont ce soit le seul titre, car ici nous tenons pour les pires hommes politiques ceux dont l’unique mérite est l’honnêteté ! Lord Stanley n’a d’ailleurs jamais été considéré comme un homme d’état, et à cette heure sir Robert Peel ne se pardonne pas d’avoir eu la faiblesse de le faire ministre des colonies, et de lui avoir livré un des plus importans portefeuilles de l’administration. Grace à un rare talent oratoire, lord Stanley a pu être un utile auxiliaire, et rien de plus, car il n’a qu’à un médiocre degré les qualités qui constituent l’homme de gouvernement. Il ne garde pas long-temps une opinion, mais la cause qu’il soutient de son vote et de sa parole lui devient tellement propre, qu’il perd involontairement cette froideur, cette possession de soi-même, qui seules sont capables d’élever un orateur au-dessus de la sphère turbulente des passions du moment. Dans la chaleur de la lutte, ses adversaires politiques se transforment à ses yeux en ennemis personnels. On dirait que, dans l’arène parlementaire, il ne goûte que les émotions du combat, sans s’inquiéter des résultats. Peu lui importent les blessures qu’il fait, pourvu qu’elles soient mortelles. Avec de tels défauts, on ne saurait prétendre à conduire les hommes et à disposer des événemens, ce qui est, après tout, le but où doit tendre un homme d’état. Avec des qualités capables de lui concilier l’affection et l’estime, lord Stanley n’a pas su s’acquérir des amis, et, outre ses adversaires politiques, il s’est fait une foule d’ennemis irréconciliables. Les whigs, dans les rangs desquels il a fait ses premières armes, le tiennent pour un esprit inquiet, capricieux, incapable de règle et de discipline, et estiment médiocrement son caractère, car il n’a que trop souvent sacrifié les intérêts de son parti, de la cause qu’il défendait, à ses passions et à ses antipathies. Les amis de sir Robert Peel n’en font guère plus de cas. Dans son ministère, il s’est montré au dernier point présomptueux, imprévoyant, tracassier, et son administration a créé plus d’embarras au gouvernement que sa parole puissante, mais aujourd’hui sans autorité, ne lui a rendu de services.
Tel est l’homme sur lequel reposent les dernières espérances des protectionistes, trop heureux de compter dans leurs rangs, dégarnis de véritables supériorités, un orateur aussi éloquent, un homme, après tout, aussi considérable que le futur comte de Derby. Lorsqu’il était dans la chambre des communes, lord Stanley y jouait, il est vrai, un des premiers rôles. Sa parole était si redoutée, que presque personne n’osait entrer en lutte avec lui : commedebater, on ne pouvait lui comparer que sir Robert Peel, lord John Russell et lord Palmerston ; mais, depuis qu’il est passé dans la chambre haute, lord Stanley n’est plus le même homme. Il semble avoir perdu, en entrant dans l’atmosphère froide et réservée de lachambre peinte, les qualités oratoires qui faisaient tout son mérite. A moins que les circonstances ne retrempent l’énergie éteinte de son caractère, lord Stanley ne sera d’aucun secours à la cause de la protection. A le voir tristement assis sur son banc, osant à peine lever la tête, sourd à toutes les provocations, même quand son honneur est en jeu, il vous serait difficile de reconnaître l’orateur bouillant, impétueux, qui se jetait intrépidement au milieu de la mêlée. Depuis l’ouverture de la session, il n’a pu trouver un mot pour défendre sa cause, pour expliquer sa rupture avec sir Robert Peel, pas même une injure contre les Irlandais, et la discussion du dernier bill lui faisait pourtant beau jeu à cet égard.
Devant l’impuissance des protectionistes et le refus des whigs de prendre le gouvernement, sir Robert Peel demeura donc le maître de la situation. Je n’arrêterai pas votre attention sur des incidens qui vous sont parfaitement connus. Le plan soumis au parlement par sir Robert Peel, les deux discussions dont il a été l’objet dans la chambre des communes, sont des faits sur lesquels il est inutile de s’appesantir. Le vote définitif de cette importante mesure n’aura lieu qu’après les vacances de Pâques, c’est-à-dire pas avant quinze jours. Le succès n’en saurait être douteux ; la cause de la liberté du commerce des grains est gagnée dans la chambre des communes. En sera-t-il de même à la chambre haute ? Voilà le problème qui agite en ce moment tous les esprits. Un quart au moins des pairs ne s’est pas encore prononcé. Des deux côtés, leswhippers-inhésitent à émettre une opinion, et sont incapables de se faire une idée exacte des forces respectives des protectionistes et desfree-traders.
Toutefois, à mon avis, l’issue du débat est facile à prévoir. Je ne veux pas me lancer à l’aventure dans le champ des suppositions : sur le terrain mouvant de la politique, le rôle de prophète est sujet à de terribles mécomptes ; mais il me semble que l’hésitation n’est pas permise, pour peu que l’on tienne compte des habitudes de la chambre haute. La chambre des lords n’est pas cette assemblée que vous vous représentez hautaine, orgueilleuse, exclusive, sourde à toutes les considérations étrangères à ses intérêts privés. C’est un corps aristocratique, il est vrai ; mais l’aristocratie qui le compose est l’aristocratie anglaise, c’est-à-dire l’aristocratie la plus éclairée, la plus intelligente qui ait paru dans le monde. Voilà ce qu’il ne faut pas oublier. La chambre des lords est, à l’exception de douze ou quinze de ses membres, hostile et par ses sentimens et par ses intérêts au rappel descorn-laws. Pour les maintenir, elle fera tous ses efforts ; elle luttera jusqu’au bout. Cependant tenez pour certain qu’ainsi qu’elle a toujours fait, la chambre des lords cédera le jour où la résistance deviendrait dangereuse et préjudiciable au repos de la société. En France, vous êtes trop disposés à regarder la chambre des lords comme n’étant composée que de vieillards qui prennent pour
sagesse et prudence la servilité et un entêtement aveugle. Après tout, notre chambre haute diffère très peu de la chambre des communes ; il y a entre elles seulement cette différence, que l’élément aristocratique domine plus dans l’une que dans l’autre. Des deux côtés, ce sont les mêmes sentimens, les mêmes intérêts. Les considérations qui ont touché la plus grande partie de l’élément aristocratique de la chambre des communes exerceront le même empire sur la majorité de la chambre haute. Pourquoi douter que l’opinion publique, qui a triomphé des répugnances des grands seigneurs et des propriétaires dont l’élection dépend de l’intérêt agricole, soit moins puissante auprès des propriétaires et des grands seigneurs qui n’ont à répondre de leur vote qu’à leur conscience ? Il ne faut pas non plus perdre de vue qu’au moins les neuf dixièmes des pairs ont fait dans la chambre des communes l’apprentissage de la vie politique. C’est assurément une des plus sages et des plus utiles provisions de notre constitution, que celle qui permet au fils aîné d’un pair d’entrer dans la chambre des communes par la voie de l’élection. Dans cette assemblée, où l’élément démocratique exerce tant d’empire, il est mis de bonne heure en contact avec l’opinion populaire, et l’orgueil de la naissance apprend à reconnaître que la confiance des électeurs, le talent, ont une valeur tout aussi réelle, aussi importante, que les privilèges et les honneurs dont il héritera un jour. La chambre des communes est ainsi comme une école préparatoire de la pairie. Dans son sein, la jeune aristocratie se familiarise avec des sentimens, des besoins, que dans toutes autres circonstances elle eût ignorés, méconnus, dédaignés ; elle acquiert par expérience la conviction qu’il faut en tenir compte. Voilà ce qui me persuade que les répugnances de la chambre des lords ne doivent inspirer aucune inquiétude sérieuse. Elle se débattra sans doute très vivement, obstinément, mais elle courbera la tête et s’inclinera devant la majorité de la chambra des communes. Les 97 voix de majorité que sir Robert Peel a obtenues à la première lecture lui montrent que toute résistance serait inutile. Une fois sorti vainqueur de la lutte, que fera sir Robert Peel ? Je ne me flatte pas, monsieur, de vous éclairer sur ce point. Il est évident, et lui-même l’a confessé il y a peu de jours, qu’il ne peut pas songer à rester à la tête du gouvernement. Tout le monde sait qu’il ne dispose que de 112 voix dans la chambre des communes, et qu’est-ce qu’une aussi faible fraction dans une assemblée composée de 659 membres ? Il est aisé de prévoir qu’il cherchera, par tous les moyens possibles, à ramener à lui son ancienne majorité. C’est ce qu’il vient d’essayer, et il y a réussi sur la question de l’Irlande. Ses avances, ses sacrifices aux préjugés, aux passions de l’ancien parti conservateur, lui feront-ils pardonner sa défection ? Est-il permis de supposer que sir Robert Peel parvienne à calmer la haine des protectionistes, dont la soif de vengeance est sans bornes ? Doit-il espérer plus de pitié des whigs, dont les ressentimens viennent d’être rendus encore plus implacables par ses derniers procédés ? Avez-vous remarqué ce nouveau trait de duplicité de sir Robert Peel ? Lord John Russell annonce dans les premiers jours du mois de mars que le 26 il soumettra à la chambre une motion relative à l’état de l’Irlande et aux moyens d’y apporter remède. Cependant on fait observer à lord John Russell qu’une pareille discussion sera inopportune, qu’arrivant au milieu de la discussion du rappel descorn-laws, elle retardera et entravera le vote de cette mesure, qu’elle peut amener prématurément la retraite du cabinet, et lord John Russell déclare le 16 qu’il ajourne sa proposition. Que pensez-vous que fera sir Robert Peel ? S’il croit la réforme commerciale urgente, nécessaire, capable de rendre le repos au pays agité, de mettre un terme à la famine qui, selon lui, désole une partie du royaume-uni, il doit être reconnaissant de la prudence du chef des whigs, et empêcher que rien ne retarde le vote du bill des céréales. Loin de là, il presse dans la chambre des lords le vote de la loi relative aux troubles d’Irlande, loi inique, oppressive ; il l’apporte dans la chambre des communes entre la deuxième et la troisième lecture du bill des corn-lawscombat le renvoi de la discussion de cette loi sous des prétextes valables, car ils sont fondés sur les précédens, et il parlementaires, se flattant qu’une pareille conduite et une pareille loi le réconcilieront avec les protectionistes. Est-ce là un procédé loyal, honnête, empreint de ce caractère de désintéressement que doit toujours conserver dans ses actes un véritable homme d’état ?
Cette tactique a été trompée. Les conservateurs ont reçu ses avances, en profitent, et ne lui rendent ni leur estime, ni leur confiance ; les whigs savent à quoi s’en tenir sur les procédés qu’ils doivent attendre de sir Robert Peel. J’aime à croire qu’ils étaient suffisamment édifiés à cet égard ; aujourd’hui la mesure est comblée. Le sort de sir Robert Peel est décidé ; son arrêt est prononcé. Que ce soit sur les sucres out sur toute autre question, il se trouvera avant peu réduit à ses propres forces, c’est-à-dire dans une effrayante minorité. Cet événement est inévitable, prochain, et lui-même ne se fait à ce sujet aucune illusion. Vous me direz sans doute qu’il ne faut pas se hâter de le croire à terre, qu’il est doué tout à la fois d’une ténacité, d’une opiniâtreté de caractère extrêmes, et d’une souplesse, d’une fertilité de ressources qui dépassent toute imagination. Il ne manque pas ici de gens à vues profondes qui vous affirmeront, d’un air d’autorité, qu’avec un homme tel que sir Robert Peel, il ne faut jurer de rien ; qu’il peut découvrir des expédiens imprévus pour jouer et battre tout ensemble et ses ennemis et ses adversaires ; qu’outre cette passion du pouvoir qui l’a mis à des épreuves si humiliantes et qui lui ont si peu coûté, il est dévoré du besoin de se venger, et qu’il veut à tout prix faire payer par de cruelles représailles les outrages dont il a été accablé. Tout cela est parfaitement vrai, plausible même, mais ce sont des raisons de diplomate, et, vous le savez, les diplomates tiennent rarement compte, dans leurs calculs, de l’opinion publique et des passions. Ne vous laissez donc pas abuser par ces présomptueuses assurances. Voyez les faits, et tirez-en les conséquences les plus naturelles sans tant subtiliser. Il y a un terme à tout ; il n’est pas donné à un homme si adroit, si habile qu’il soit, de conjurer long-temps les vengeances de deux grands partis.
Néanmoins j’admettrai volontiers que sir Robert Peel ne se laissera pas bénévolement arracher le pouvoir ; que, sentant la profondeur de l’abîme où il va tomber, il se débattra avec vigueur et luttera jusqu’au bout contre l’arrêt fatal. La plus simple réflexion suffit pour démontrer qu’il a épuisé toutes ses ressources, et, si vous voulez bien me prêter encore quelques momens d’attention, vous verrez qu’il lui reste peu de chances de salut.
Sir Robert Peel peut dissoudre la chambre. Tout porte à croire cependant qu’il n’aura pas recours à ce parti, dangereux et pour lui et pour la tranquillité publique. S’il est sage, il hésitera à porter le débat, aujourd’hui renfermé dans l’enceinte élevée du parlement, sur le terrain brûlant deshustings. Il ne doit pas ignorer que, si la victoire restait à la cause de la liberté du commerce, il ne pourrait guère en profiter, et que les whigs recueilleraient à son détriment le fruit d’une lutte pour laquelle ils ont, il y a cinq ans, perdu le pouvoir. D’un autre côté, si, par cette pente à la réaction qui accompagne toujours, en Angleterre, les grandes réformes, les protectionistes triomphaient, sir Robert Peel sait mieux que personne qu’il n’a rien à attendre d’eux. Sir Robert Peel n’en appellera donc pas au pays, car la réponse du pays ne saurait lui être favorable.
Un instant, on a espéré que, grace à la fusion qui s’est opérée dans les opinions entre une partie des conservateurs et les whigs, une coalition pourrait se former. Une telle combinaison serait en effet fort avantageuse aux uns et aux autres. Sir Robert Peel, avec ses 112 voix, donnerait aux whigs la majorité qui leur manque, et ceux-ci à leur tour, en consentant à partager le pouvoir, sauveraient les conservateurs restés fidèles à leur chef de la ruine qui les menace par suite de leur récente conversion aux principes libéraux. Malheureusement pour ces derniers, cette combinaison est devenue à peu près impossible. Les whigs ne se soucient nullement de
partager le gouvernement avec leurs rivaux, dont, après tout, ils ne croient pas avoir besoin, et sir Robert Peel, après le premier moment de détresse morale où il s’est trouvé, a repris courage, et ne désespère pas de se relever. Toutefois, comme l’opportunité d’une pareille coalition peut encore se présenter, j’en examinerai brièvement la probabilité et les chances de succès. Le principal obstacle semble être une question de personnes, et par là une combinaison de cette nature offre des difficultés que le seul rapprochement des opinions est impuissant à surmonter. Il n’y a, il est vrai, entre les amis de sir Robert Peel et ceux de lord John Russell aucun dissentiment réel, ni sur la politique intérieure, ni sur la politique étrangère. L’intérêt suffirait-il pour aplanir ces difficultés ? voilà le problème. Je ne parle pas de la répugnance que pourraient avoir les whigs à s’allier avec d’anciens amis défectionnaires, tels que sir James Graham et lord Ripon. Vous savez parfaitement en France combien s’effacent vite les répugnances, les antipathies politiques. L’embarras réel se trouve dans la distribution des portefeuilles. Qui aurait, par exemple, le département des affaires étrangères ? Qui serait préféré, de lord Aberdeen ou de lord Palmerston ? Lord Aberdeen réunirait probablement beaucoup de suffrages. Il a conquis l’estime générale et la considération même des whigs par son caractère droit, élevé, par sa prudence, sa fermeté tempérée de manières douces, conciliantes, par la sagesse avec laquelle il a conduit les affaires de son département : il est en outre partisan sincère et éclairé de la liberté du commerce et du rappel complet et immédiat descorn-laws; mais alors quelle serait la situation de lord Palmerston ?
Je veux admettre que, sous l’empire de circonstances pressantes et par un louable esprit de conciliation, lord Palmerston fût porté à faire de grands sacrifices aux intérêts de son parti ; néanmoins je ne puis croire qu’il consentît, si ses amis revenaient au pouvoir, à ne pas rentrer dans le département des affaires étrangères. Lord Palmerston n’ignore pas l’effroi que cause son caractère vif, entreprenant, audacieux, les craintes dont lord Grey a été si récemment l’organe. Il est forcé de reconnaître que la majorité du pays, passionnément attachée au maintien dustatu quoEurope et en Orient, est disposée à regarder son retour dans cette partie en délicate de l’administration comme dangereux pour la conservation de la paix, qu’elle s’imagine surtout que la France lui garde une vive rancune de ses procédés fort peu courtois, et que sa politique peut gravement compromettre ce que l’on veut bien appeler l’entente cordiale. Ces craintes, ces répugnances, cet effroi, blessent et irritent profondément lord Palmerston. Il se croit mal jugé, calomnié, et par cette raison même il désire avec une ardeur inexprimable de reprendre la direction des affaires étrangères, afin de montrer qu’on se méprend sur ses intentions, et qu’il n’a rien de plus à cœur que la durée et l’affermissement de la politique de paix. Il donne même, dit-on, au sujet de sa conduite passée, des explications que vous devinez et que je ne répéterai pas. Il est de très mauvais goût de dire à un peuple que son honneur, sa dignité, peuvent être séparés des intérêts, des convenances de son gouvernement, et de pareilles raisons ne sauraient vous satisfaire. D’un autre côté, il est dur à un homme d’état de la valeur de lord Palmerston de passer pour un brouillon querelleur, qui n’aspire qu’à mettre le monde à feu et à sang. Aussi, toucher à sa politique, à ses intentions, en contester la bonne foi, l’à-propos, la justesse, la sagesse, l’utilité, c’est l’offenser personnellement, et cela est facile à concevoir.
Vous comprenez donc aisément que lord Palmerston ne se résignera jamais à un arrangement qui l’exclurait du ministère des affaires étrangères, et sans parler des liens étroits d’amitié, de confiance qui l’unissent à lord John Russell et à la plupart de ses anciens collègues, lord Palmerston est un personnage trop considérable pour n’être pas compté. Un parti sage, habile, comme le sont les whigs, n’offense pas de gaieté de cœur, par une exclusion injurieuse pour son caractère, un homme fier, redoutable par son éloquence, adroit, expérimenté dans la tactique parlementaire comme dans le gouvernement, et lord Palmerston réunit ces rares mérites.
En France, vous ne rendez pas justice à lord Palmerston. Vous avez peut-être de bonnes raisons pour cela. Il a été la cause d’une profonde humiliation pour votre pays ; il vous a prouvé, chose que vous y refusiez à croire, qu’il ne vous était pas permis de tenir en Europe la place qui vous appartient, que l’on pouvait vous outrager, et qu’il n’y avait à cela ni courage, ni témérité, car on était assuré de l’impunité. Vous auriez tort néanmoins de lui en vouloir. Ce n’est pas à lui qu’il faut vous en prendre. Tiendriez-vous pour un malhonnête homme le tuteur qui, pour étendre ce qu’il croit être le droit de son pupille, vous ferait un procès, et en serait-il plus coupable s’il avait d’avance la certitude que vous n’oserez le soutenir ? Appelleriez-vous querelleur l’homme qui n’aurait qu’à élever la voix pour vous faire reculer ? Derrière lui, en son absence, vous lui donnez les épithètes les plus insultantes, vous le traitez comme le dernier des hommes ; mais vous avez un si vif sentiment de ce qu’il peut oser à votre honte, qu’au moment où vous croyez que vous allez vous retrouver en la présence de cet homme, la crainte qu’il ne conserve quelque souvenir de ses outrages, vous lui faites des avances ! Vous m’entendez, monsieur. On a beau répéter chez vous que lord Palmerston est un boute-feu : on sait parfaitement, et aussi bien que nous, que cela n’est pas vrai. Quand on n’a pas de cœur, il est plus aisé de calomnier son ennemi que de s’en faire respecter. Ces injures ne font pas de tort à lord Palmerston dans notre esprit. Nous en sommes d’autant plus fiers. Nous pensons tous comme cet Américain qui, se présentant aux suffrages de ses concitoyens, pour prouver qu’il était digne d’être leur premier magistrat, fit imprimer à cent mille exemplaires les injures que lui adressait lord Brougham. Nous pratiquons volontiers en Angleterre, comme aux États-Unis, ce vieux proverbe : Dis-moi qui te loue, et je te dirai qui tu es.
N’en doutez pas, monsieur, il n’y a personne ici qui n’ait une grande reconnaissance pour la politique de lord Palmerston. Nous n’ignorons pas que sa plus ardente passion a été de faire respecter le nom anglais dans le monde entier, et ce n’est pas un crime à nos yeux. Pour atteindre ce but, lord Palmerston eût-il jeté témérairement une menace de guerre dans la balance, nous ne voyons pas grand mal à cela. Nous ne méprisons pas au même degré que bien des gens parmi vous ces sentimens de dignité et d’honneur national, et nous aimons que l’on sacrifie tout pour conserver intact ce bien si précieux, dût-on mettre en péril nos intérêts matériels. En vous parlant ainsi, je n’exprime que l’opinion générale. Voyez plutôt. On a blâmé lord Palmerston, il est vrai, ses ennemis ont calomnié ses actes ; mais son successeur, lord Aberdeen, a-t-il réparé une seule des fautes qu’on lui reproche, un seul des torts qu’il a eus avec vous ? Nullement. Il a suivi exactement la même politique, et il en a recueilli les fruits. C’est grace à ce que l’on appelle les témérités de lord Palmerston qu’il a été permis à lord Aberdeen de se donner la réputation d’ami de la paix à tout prix. Le souvenir du langage que peut tenir et des mesures auxquelles peut recourir un ministre anglais, voilà ce qui rend si facile la tâche de lord Aberdeen, et la complaisance de votre gouvernement appelle l’esprit modéré et conciliant de ses actes ; mais tenez pour certain que, si les mêmes circonstances se reproduisaient, vous trouveriez dans lord Aberdeen un ministre aussi téméraire que vous accusez lord Palmerston de l’avoir été, et vous lui feriez une gratuite injure de penser le contraire. C’est donc à tort que bien des gens se flattent parmi vous que de long-temps lord Palmerston ne reviendra aux affaires, que la réputation qu’ils lui ont faite de rechercher la guerre et le trouble empêchera tout premier ministre prudent de l’admettre dans son cabinet. D’abord, permettez-moi de vous dire que les personnes qui tiennent le plus haut ce langage n’en pensent pas un mot, et, le jour où lord Palmerston reprendra le département des
affaires étrangères, long-temps même avant ce jour, vous les verrez protester qu’ils sont ses meilleurs amis et ses plus humbles serviteurs. Ne soyez donc pas dupe de cette confiance mensongère, et soyez assuré au contraire que le jour où lord John Russell prendra le pouvoir (et ce jour est très proche), lord Palmerston redeviendra ministre, et ministre des affaires étrangères. Si vous connaissiez mieux le caractère et la valeur de cet homme d’état, cette assertion ne vous étonnerait pas.
Vous ignorez peut-être, monsieur, qu’après lord John Russell lord Palmerston est, dans la chambre des communes, l’homme le plus considérable du parti whig, et que, si lord John Russell laissait vide sa place deleader, elle ne pourrait être remplie que par lui. Entré presque au sortir de l’université dans le gouvernement, lord Palmerston est resté, jusqu’à l’âge de cinquante ans, perdu dans la foule, et, bien qu’il eût rempli pendant près de vingt ans les fonctions de ministre de la guerre, sans place dans le cabinet, il est vrai, bien qu’il eût fréquemment été appelé à prendre la parole dans la chambre des communes, il n’avait acquis la réputation ni d’homme d’état ni d’orateur. On le tenait tout au plus pour un de ces excellensred-tapists, comme nous appelons ici les hommes de bureau, qui font la force d’une administration, mais qui ne seront jamais capables de sortir de cette étroite sphère. Aujourd’hui lord Palmerston est, de l’avis commun, un excellent ministre, laborieux, exact, appliqué à ses devoirs ; il est le premier lieutenant de lord John Russell, et, seul de tout le parti whig, il pourrait être son rival, si l’envie lui en prenait. Ce parleur du second ordre a révélé, à un âge où la plupart des hommes sentent faiblir leurs facultés, un talent, une puissance, un art consommé, qui le placent au niveau des premiers orateurs du parlement. Il a conservé à soixante ans la force de constitution, la chaleur, l’activité, la passion, l’enthousiasme qu’il avait à vingt ans, toutes ces qualités en un mot de la jeunesse qui en font le plus bel ornement et aussi les défauts.
C’est commedebaterêtre rangé le plus haut. Dans cet art si difficile, aucun orateur du parti whig ne peut luique lord Palmerston doit être comparé. Inférieur à lord John Russell pour le tact, la sagacité, l’art de manier les hommes, à M. Shiel et à M. Macaulay pour la déclamation passionnée, à M. Charles Buller et à M. Cobden pour la force de l’argumentation, il a sur eux tous une supériorité incontestée dans l’arène de la discussion. Maître de lui-même, il discute froidement, sérieusement, comme s’il n’était pas en cause. On le prendrait pour un artiste qui n’aime de la victoire que la satisfaction d’avoir triomphé, plutôt que pour un orateur politique, un homme d’état dont l’avenir est en jeu, qui travaille pour le succès de son parti, et attend au bout de la lice les dépouilles opimes du vaincu. Preste, adroit, il sait toujours et à propos ce qu’il faut dire, et comment il faut le dire pour mettre le droit ou les rieurs de son côté. A cet accent noble, à ces manières franches, ouvertes, on reconnaît legentleman, le grand seigneur, et ce n’est pas une des moindres causes de ses succès. Par cela même que lord Palmerston est undebateréminent, il néglige, et il y est forcé, des succès plus durables. Ledebaterne songe guère à la postérité ; il n’a pas le loisir de travailler pour elle. Le résultat de la discussion, voilà tout ce dont il s’occupe. Aussi les discours de lord Palmerston supportent-ils difficilement l’examen. Ils manquent en général de cette forme polie et savante qui assure la vie aux productions de la parole. Vous y trouverez peu de maximes générales d’une application constante, et jamais de ces élans passionnés tels que les inspire l’enthousiasme calculé. Le langage en est simple, un peu nu, dénué d’ornemens littéraires. Néanmoins, même dans les répliques les plus promptes, les moins préparées, le style est vif, pur, bien coupé. C’est dans la disposition des matières, l’arrangement des argumens, que l’on reconnaît l’artiste consommé ; si, en étudiant ses discours à loisir, on y trouve bien des détails à reprendre, on y sent aussi un travail extrême que dissimule à peine la négligence de la forme. Après tout, il est impossible de ne pas reconnaître, dans toutes les paroles de lord Palmerston, un esprit très cultivé, discipliné, mûri par une longue expérience des affaires et des luttes oratoires. A en juger par certains passages de ses discours, il est évident qu’il n’eût tenu qu’à lui de prendre place parmi les premiers orateurs de son pays. Plusieurs de ses discours, réellement très beaux, resteront ; malheureusement le nombre en est petit, et on le regrette en les lisant.
Comment avec toutes ces qualités lord Palmerston ne serait-il pas très compté dans un parti ? Vous conclurez avec moi, monsieur, que lord John Russell serait le plus insensé des hommes, s’il sacrifiait un aussi précieux lieutenant et ami aux clameurs d’une opinion égarée et au mécontentement de votre gouvernement. L’influence de lord Palmerston dans la société est au moins aussi considérable que l’influence qu’il exerce sur la chambre des communes. Homme du monde, élégant, aimant les plaisirs, charmant en un mot comme l’étaient autrefois vos gentilshommes, ses succès de société ne peuvent être comparés qu’à ses triomphes oratoires, et ces avantages ne sont nullement à dédaigner dans un ministre des affaires étrangères, chez qui la souplesse et la subtilité d’esprit sont aussi nécessaires que la force et l’étendue. M. Guizot, vous ne l’ignorez pas sans doute, en a fait maintes fois la triste expérience, et je doute fort qu’il l’ait oublié. Ce qu’un homme comme M. Guizot peut le moins oublier, ce sont les mécomptes de l’amour-propre.
Ainsi, quand même, à tous autres égards, une coalition serait possible, elle ne le serait qu’avec le sacrifice de lord Palmerston ou de lord Aberdeen, et, par tout ce que je viens de vous dire, vous voyez qu’il ne faut pas y songer. Une difficulté encore plus grave serait la question de la présidence du cabinet. A qui de sir Robert Peel ou de lord John Russell appartiendrait la prééminence ? car dans la pratique du gouvernement anglais les fonctions de premier ministre sont réelles et effectives ; à lui seul revient la conduite de tous les détails de l’administration ; il exerce dans toutes les affaires une suprématie absolue : ses collègues ne sont dans le fait que des subordonnés dociles. En outre, sir Robert Peel et lord John Russell sont tous deux membres de la chambre des communes, et ils ne pourraient raisonnablement y conserver tous deux à la fois la place qu’ils y tiennent aujourd’hui comme rivaux.
Toute espérance de coalition entre les whigs et les conservateursfree-traders doit donc être abandonnée. Pour admettre la supposition d’un pareil arrangement, il faudrait faire abstraction des passions, des intérêts privés qui jouent un si grand rôle dans toutes les combinaisons politiques. Il ne reste plus à sir Robert Peel qu’un seul parti, bien pénible assurément, mais inévitable, c’est de faire de nécessité vertu, et de se retirer de l’arène bruyante de la chambre des communes dans les honneurs de la pairie. Sir Robert Peel acceptera-t-il cette alternative, d’ailleurs très flatteuse pour un homme nouveau comme lui ? On le dit, pourtant j’en doute encore. Quand on a, pendant si long-temps, joué le premier rôle, il est difficile de se résigner à une condition comparativement obscure et secondaire. Tentera-t-il de tenir la campagne et de réunir autour de lui un parti mixte flottant entre les whigs et les protectionistes ? Cela pourrait arriver. Il est impossible de décider quelle sera sa conduite, car il l’ignore sans doute encore lui-même. Quoi qu’il fasse, son arrêt est prononcé. Son rôle est fini pour bien long-temps, sinon pour toujours.
Ne vous sentez-vous pas ému, monsieur, de cette ruine ? Quant à moi, qui ne crois pas que l’on puisse être trop sévère envers ce ministre, je ne peux m’empêcher de déplorer une aussi triste fin. Quelle leçon pour les ambitieux ! Mais sir Robert Peel n’a-t-il pas mérité un pareil châtiment ? n’est-il pas d’un bon exemple pour la morale publique que de telles chutes avertissent les hommes qu’il ne se peut rien fonder de solide sur le sable mouvant de l’intérêt privé ?
Quand on considère le caractère, l’esprit, la conduite passée de sir Robert Peel, il n’y a rien qui doive surprendre dans ce qui lui arrive aujourd’hui. On chercherait vainement en lui des vues élevées, des principes fermes et constans. Toute sa vie, il a servilement marché sur les traces d’autrui. Il a opéré, il est vrai, d’importantes, d’utiles réformes, mais il n’en a pas eu l’initiative. En matière de finances, d’économie politique, de législation criminelle, a-t-il fait autre chose que d’appliquer les vues émises par Horner, par Huskisson, par sir Samuel Romilly ? Sans les propositions de lord John Russell en 1841, eût-il eu la pensée de ses réformes commerciales ? et, s’il n’eût été menacé d’être devancé par les whigs sur le rappel descorn-laws, eût-il soulevé cette question ? Non, assurément, et par cela même on serait fondé, jusqu’à un certain point, à refuser à sir Robert Peel le titre d’homme d’état. En effet, dans tous les temps, on a réservé ce nom aux ministres qui, représentant une grande idée, se sont appliqués à la développer, à la faire passer dans les lois. Voilà ce qui constitue le véritable homme d’état. Or, peut-on considérer comme tel un ministre qui, dans toute sa vie, n’a pas eu l’initiative d’une mesure importante, dont l’unique souci est d’observer l’état de l’atmosphère et de se tourner du côté où souffle le vent ?
Un autre défaut de sir Robert Peel, c’est son manque de sens moral. Depuis bien des années, il s’est trouvé à la tête, il a eu entre les mains les destinées d’un parti dont il n’avait ni les préjugés, ni les passions. Quel usage a-t-il fait de cette confiance ? Toutes les fois que son intérêt l’a exigé, il a sacrifié sans pitié la fortune de ce parti ; il a imposé aux tories l’émancipation des catholiques, dont il avait paru jusque-là le plus ardent adversaire ; il s’est rallié à la réforme parlementaire, quand il a cru qu’il y pouvait trouver quelque profit ; il a forcé les conservateurs d’accepter l’abaissement des droits du tarif, pour enlever aux whigs l’initiative de cette mesure populaire, et aujourd’hui il leur demande de s’associer au rappel de la législation des céréales, qui doit porter une grave atteinte à la constitution de la propriété foncière.
Il faut rendre toutefois cette justice à sir Robert Peel, que dans tous ces actes où il se montrait infidèle à son mandat il a fait preuve d’une rare indépendance de caractère, et qu’il a hardiment, intrépidement, marche à son but. Bien des gens chez vous ne sont si prodigues de louanges envers ce ministre que parce qu’ils s’imaginent qu’il y a entre leur situation et la sienne quelque ressemblance. Ces gens-là ne se doutent pas combien ils sont dupes de leur vanité, et quel abîme sépare sir Robert Peel des ministres qui chez vous s’intitulent orgueilleusement conservateurs. Entre eux et sir Robert Peel, il n’y a de commun que le nom et une égale absence de principes, voilà tout. Sir Robert Peel veut marcher avec l’opinion publique ; pour se maintenir au pouvoir, il sacrifie les intérêts de son parti, mais il a le bon esprit de ne pas distinguer ses intérêts personnels des exigences du pays. Est-ce là ce que font chez vous les ministres de la majorité conservatrice ? Loin de marcher avec l’opinion publique, loin d’écouter la voix de la nation, ils négligent ses vœux les plus chers, pour complaire à une poignée d’individus aveugles, obstinés, intolérans. On ne les accusera jamais de trahir la confiance de leur parti : ils en sont les dociles esclaves, et je ne sais laquelle des deux conduites est la plus condamnable. Ce n’est pas sir Robert Peel qui, pour garder un pouvoir précaire, contesté, s’opposerait aux plus sages réformes, insulterait à la juste susceptibilité d’un peuple fier, abaisserait la morale publique de dessein délibéré, et ferait de la corruption son unique appui, son unique moyen de gouvernement. Le reproche qu’on adresse à sir Robert Peel, d’être à la remorque de l’opinion au lieu de la diriger, comme il sied aux véritables hommes d’état, pourrait-on le faire à des ministres qui en dédaignent, en méprisent l’expression à l’égal des passions les plus mauvaises ? Engagé dans les rangs d’un parti retardataire, on peut, pour excuser ce que ses anciens amis appellent sa trahison, admettre qu’il a passé sa vie à éclairer ce parti, à le ramener à des sentimens raisonnables, à le corriger de ses préjugés étroits ; on ne peut pas du moins dire de lui qu’ayant débuté sous le drapeau de la cause libérale, avocat ardent des idées du progrès, il leur ait été infidèle. Tout au contraire, il a cherché, à se les approprier. Cela est bien quelque chose, et, si sévère que l’on se montre pour sir Robert Peel, on est forcé d’avouer qu’il est de pires ministres que lui.
Il est facile de voir ce que sir Robert Peel a gagné à sa conduite ; ce que les conservateurs en ont recueilli de plus clair est la ruine momentanée de leur influence dans le pays. Les whigs seuls peuvent être tenus à quelque reconnaissance envers sir Robert Peel. En pensant faire ses propres affaires, en croyant affermir son administration sur la base de toutes les opinions modérées, il a mis en déroute un parti qui avait résisté aux plus rudes guerres parlementaires. Comme à ses yeux le comble de l’habileté était de se faire l’écho de l’opinion publique, il a entraîné les tories sur le terrain de leurs adversaires, où ils ne pouvaient soutenir la lutte. Il ne s’apercevait pas qu’en empruntant les idées, les vues des whigs, il préparait le triomphe de ces mêmes idées et en même temps du parti qui les proclamait. Loin de donner une force nouvelle aux tories en les déguisant sous le nom de conservateurs, il leur enlevait avec leurs préjugés la vigueur originelle qui les soutenait, et les amenait insensiblement à se convertir aux principes de leurs ennemis.
Que sir Robert Peel ait par là rendu un important service à la cause libérale, qui en doute ? mais depuis quand la fin justifie-t-elle les moyens ? « Il est de l’intérêt du pays, écrivait récemment un noble esprit dont je suis heureux d’emprunter les paroles, il est de l’intérêt du pays que les hommes qui le gouvernent soient purs et d’un esprit élevé, qu’ils n’aient que des vues généreuses, qu’ils soient fidèles à leurs convictions, fermes dans leurs attachemens, prêts à affronter avec courage la proscription d’une cour et à porter avec patience les outrages de la multitude. Il est de l’intérêt d’un pays, lorsqu’il y a tant de routes à la fortune et tant de sources de jouissances tranquilles, que le grand art du gouvernement ait ses attraits pour ceux qui ne cherchent ni leur fortune dans les émolumens des places, ni leur amusement dans les excitations des intrigues politiques. Les hommes qui sont capables par le talent, préparés par l’éducation, et propres par leur intégrité à remplir les emplois les plus élevés dans le parlement et dans le cabinet, doivent être encouragés par de nobles exemples et enflammés par cet amour de la renommée qui élève l’esprit à mépriser les plaisirs et à vivre une vie laborieuse ; mais cela ne peut arriver que s’il est clairement démontré que le mérite éminent est accompagné d’une haute fortune, que si l’opinion vulgaire qui abaisse les poursuites de la politique ne peut souiller le pur miroir par lequel les véritables hommes d’état sont éprouvés dans le jugement de la postérité. C’est par ce sentiment intime que Dante nous dit avoir été soutenu, lorsqu’il représente son guide lui commandant de mépriser les basses calomnies de ses ennemis :
Perchè s’ infutura la tua vita Vie piu che’l portar delle lor injurie. »
Ces paroles de lord John Russell sont autant la condamnation de la vie politique de sir Robert Peel que le meilleur éloge de sa propre carrière. Lord John Russell peut être regardé comme un véritable homme d’état. Il est tout à la fois l’honneur et l’orgueil de la cause libérale. En passant en revue les principaux traits de la vie de lord Grey et de lord Spencer, en montrant dans ces deux hommes de bien les partisans fermes et désintéressés des réformes politiques et religieuses, lord John Russell a en quelque sorte tracé son propre portrait. Il semble dire : Si j’avais vécu de leur temps, si j’eusse été à leur place, j’aurais agi comme eux, et ce retour
sur lui-même, presque involontaire, est aussi exempt d’exagération que de vanité. En se rattachant à ces apôtres de la liberté, il rappelle qu’il est de cette école de politiques qui placent au premier rang, parmi les vertus d’un homme d’état, une intégrité irréprochable, un dévouement inaltérable aux principes, le sacrifice de soi-même, l’attachement à son parti, la droiture du cœur, un égal dédain pour les mépris de la cour et pour la faveur populaire.
Ainsi se présente, en effet, lord John Russell. Depuis le jour où il est entré à la chambre des communes, à l’âge de vingt-un ans, il n’a cessé de se faire le champion infatigable des principes de la liberté civile et religieuse. Chaque session, on le voyait, avec cette ténacité froide et passionnée qui le caractérise, reproduire sous différentes formes, développer et soutenir les mêmes motions, toujours repoussées parla majorité. Il mérita par là d’être choisi pour présenter au parlement le bill de réforme. C’est de ce moment que commence véritablement la carrière d’homme d’état de lord John Russell. Jusque-là modeste et désintéressé, son plus grand mérite, aux yeux des whigs, avait été de porter un nom cher à la cause libérale. Fidèle au rôle qu’il s’était marqué dès son début, il resta dans l’administration, où il n’occupait qu’un emploi secondaire, l’organe des principes d’un libéralisme modéré. A mesure que la désunion se glissait dans les rangs du parti vainqueur, et surtout parmi les membres du cabinet réformiste, à mesure que les uns, tels que lord Grey et lord Spencer, se retiraient mécontens, que les autres, effrayés des allures révolutionnaires, passaient à l’ennemi, lord John Russell prenait une position plus nette et plus considérable. Ses amis découvraient en lui des talens supérieurs que son caractère discret et réservé avait jusque-là tenus dans l’ombre, et que les circonstances faisaient éclater. La direction du parti whig dans la chambre des communes ne tarda pas à lui échoir, et sous le ministère Melbourne il devint en réalité l’ame du gouvernement, se chargeant tour à tour du département où sa fermeté, sa prudence, étaient nécessaires. Alors se manifestèrent en lui toutes les qualités d’un chef de parti ; son caractère, ses vues politiques, son talent oratoire, son habileté consommée à conduire les débats, son adresse à manier les hommes, se développèrent harmonieusement, et l’estime, la confiance de ses amis, le respect de ses adversaires, furent désormais acquis à lord John Russell.
Ce qu’il y a de plus remarquable et de plus excellent dans lord John Russell, c’est le caractère. En toutes choses, dans toutes les circonstances, il conserve une inflexible droiture. L’art de se plier aux nécessités du moment lui est inconnu. Le talent de tromper ses adversaires, de mystifier ses amis, que sir Robert Peel possède à un si haut degré, lui est étranger, et, le possédât-il, il rougirait de s’en servir. Ses discours sont en harmonie avec son caractère et son esprit. Il expose ses idées avec clarté, sans prétendre à l’élévation, ne visant ni au sublime ni à l’éloquence, et rencontrant souvent l’un et l’autre. Il va droit au but, naturellement, sans effort. On dirait qu’il a à peine songé à ce qu’il dit, tant ses paroles coulent avec aisance, ne laissant aucune face de la question de côté, examinant le fort et le faible. Vous vous laissez entraîner avec complaisance à ce flot naturel de bon sens, d’honnêteté ; puis tout à coup, à une idée profonde, originale, hardie, vous êtes réveillé en sursaut, et vous joignez vos applaudissemens à ceux de la chambre. C’est que, sous cet air discret, modeste, se cache un homme d’état austère, expérimenté, un esprit profond qui rappelle, bien qu’avec moins d’éclat, par ses nobles élans, l’admirable nature de Fox, le modèle et l’idole de lord John Russell ; et c’est par ce côté surtout qu’il exerce tant d’empire sur son parti, qui trouve en lui comme dans une source vive et abondante l’expression la plus exacte, la plus naturelle, de ses sympathies, de ses sentimens, de ses instincts : lord John Russell est en quelque sorte la tradition vivante duwhigghisrne.
Vous me croirez sans peine, j’imagine, monsieur, si j’ajoute qu’il suffirait à lord John Russell de bien peu d’efforts pour être un orateur parfait. Malheureusement il paraît dédaigner les qualités brillantes et péniblement acquises de l’éloquence. Son langage est toujours choisi ; son style, simple, élégant, tel qu’il sied à un gentilhomme du nom de Russell. Néanmoins ses discours, faute de ce je ne sais quoi qui n’appartient qu’aux natures éloquentes par instinct et fortifiées par de patientes études, ne produisent pas à la lecture ni même à l’audition un effet entraînant. En l’entendant, en le lisant, on est uniquement persuadé, convaincu par l’autorité de l’homme. Combien serait plus puissante la parole de lord John Russell, si elle était revêtue de ce riche vêtement qui est l’heureux don de M. Macaulay et de M. Shiel ; mais aussi que d’excellentes qualités que ne saurait donner l’art le plus consommé !
Quelle clarté, quelle précision, quelle netteté ! Dans tout ce qui sort de sa bouche se retrouve au souverain degré l’empreinte de son caractère résolu, intrépide, réfléchi. On sent que ses paroles ont été soigneusement pesées, mûries par la méditation. Jamais il ne se laisse emporter à l’ardeur de la lutte et aux entraînemens de la passion ; toujours calme, maître de lui-même, il ne dit que ce qui lui plaît, et garde une réserve d’argumens qui donnera au moment décisif du combat. Ne reconnaissez-vous pas à ce portrait undebater et un tacticien de premier ordre ? C’est là aussi le mérite incontesté de lord John Russell ; nul ne connaît comme lui l’histoire du passé et les choses du présent, les précéderas qui ont force de loi dans la constitution, la chronique des partis, les opinions de ses adversaires, leur humeur, et il s’en sert dans l’occasion avec une présence d’esprit accablante. Jamais on ne vit une mémoire plus riche et plus fidèle. Pourtant dans ses attaques les plus vives percent la bonté et l’honnêteté de son cœur : jamais de ces invectives, de ces sarcasmes qui font de mortelles blessures, et, plutôt que de causer un moment de souffrance, il se priverait de l’argument le plus péremptoire. Une ironie fine, délicate, ingénieuse, courtoise, voilà tout ce que lord John Russell se permet, et par un aussi noble procédé il force ses adversaires à se renfermer à son égard dans ces allures de bonne compagnie.
Tel est l’homme qui sera appelé à succéder à sir Robert Peel, et, si je me suis bien fait comprendre, vous ne doutez pas que cet événement ne soit aussi inévitable que prochain. Tout le monde en est ici convaincu, et on s’y prépare. S’il pouvait en être autrement, quel serait le sens de la visite que lord Palmerston va vous faire ? Je n’ai assurément pas la prétention d’être dans le secret des dieux, mais une telle démarche dans ce moment en dit plus à l’appui de mes conclusions que toutes les raisons que je vous ai données. A quoi servirait à lord Palmerston son voyage à Paris, s’il ne lui permettait à son retour de répondre aux négocians de la Cité qu’il a été comblé aux Tuileries de toutes les prévenances imaginables, et que, grace à une aimable médiatrice, la meilleure intelligence règne entre M. Guizot et le futur ministre des affaires étrangères du cabinet de lord John Russell ? De telles assurances ne peuvent manquer de calmer les inquiétudes les plus rebelles, vous l’imaginez sans peine. Cependant ne croyez-vous pas aussi, monsieur, que, ce but atteint, lord Palmerston, qui est un homme d’esprit dans toute l’acception que vous donnez à ce mot, pourrait bien souvent se dire en souriant : Ah ! le bon billet qu’a La Châtre ?
1. ↑ Ce travail, que nous recevons de Londres, écrit au point de vue anglais, s’éloigne, sous bien des rapports, de l’opinion souvent émise ici par d’honorables écrivains sur sir Robert Peel et les hommes politiques de l’Angleterre ; mais, pour cette raison même, nous avons cru devoir l’admettre, comme l’expression fidèle du jugement qu’on porte dans le monde politique anglais sur le chef du cabinet actuel.