//img.uscri.be/pth/fd4e74215fe6628cf5c8d9109cd01c8ad81c4e5e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ballet du déreiglement des passions, de l'interest, de l'amour et de la gloire / (par Berthauld)

De
18 pages
[s.n.]. 1648. 19 p. ; in-4.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

K.
A
I DES PASSIONS-
ne fc contentent
de s'attribuer vn empire
toutes les actions
hommes Comme elles
elles vient infalem-
pnt ont vlurpé^
Iprcs aiaqir ficoué le joug de la raifbn,
les ont peine à fouffrir ccluy de la natu-
i* Elles concilient des baffefles elles
z
irrfpirent des temeritez elles portent à des
excès, elles engagent à des extrauagan.
ces > êc ^eulent bien enfin n'auoir point
de loy y pourueu qu'elles la donnent,
Ces déreiglements qu'elles mettent dans
paroiflcAt tous les jours fur le
la
le riy dire le nom du danseur. Il n'y a
que les Dieux &t les Heros des Anciens,
qui
la censure. On les a veus tant de fois en
public qu'ils n'ont plus de honte de fer.
uir de fpe&acle & leurs crimes font li
célébrez par les Hiftoriens &: par les Poë-
ces, que l'imagination ne peut plus en
élire choquée L'Intérêt cette paillon
aueugle qui ne fîgnifie pas feulement la
conuoitifc de l'or mais en eneral de tout
ce qui porte le nom d'vtile, & qui en ce
fens fait partie de l'Ambition en tranf-I
porta quelques«vns Les autres fuiui|
rent les mouuements impétueux de l'A-
s Le Ballet au Spe&atcur.
SONNET.
Epenfbi* tt faire vn régale
ïDt "mite diuers
Mai* les machines à ïenuers
.lEt l'on ne Voit point dans la airs
Voler jfcare ny 'Dédale.
Tous les Dieux viennent de leur fie]
6t Thdefhon quelle pitié!
8 fi aufii fage qttvn autre homme
2sf'eft-ce pas auec fondement
Que je defire qu'on me nomme
Le "BaH&t du déreiglemeffiï
s
PREMIERE PARTIE.
.Du déreiglement de l'Jnterefl.
'Intérêt paroift dans vn Chariot
d'or tiré par trois Harpies •
Récit,
Mortels, de de l'encens des wtiimes
des Autels à les gênons
ui fais le vos verrus gr -vos trimes.
mToHt le monde de t horreur pour moy;
malais il rieft pointe. çmr que mon charme ne domte
Et qu'à la fin je ne range à ma Loy.
Je fuis IJdole de la terre
WxAmheur de tous les biens de tous les maux;
ÎLe pne des defirs des foins.) > &* des trauaux
'arbitre de la paix la fource de la guerre.
Tout le monde,
| Tayfa*r àffiàifr les querelles
¡'De la flame > & des eaux de la terre & des airs i
\£tpar les doux reforts des intérêts diuer s
^'ejrmoy qui fais mouuoir les caufes naturelles
Tout le monde
B
&
Sans moy les plus fuperbes villes
N'auroient plus d'habitansj la Cour fins de flatteurs;
La 'Beauté fe verrou fans fes adorateurs
Les champ ferment en friche > & les ports inutiles.
Tout le monde Âakétà a de l'horreur pour moy;
i^ïon nom ef^ouuante, & fait honte
aidais il rieft point de coeur que mon charme ne domte
Et qui la fin je ne range ma Loy
PREMIERE E NT R E E.
par vn 'mtexcft. de fa-
mille r paroïffent auec des rochers fur leurs
efpaides,auec le[quels ils ont la témérité
d'efcalader le Ciel.
^Monjîeur le T>uc deloyeufe Monfîeur le Duc T) mutile, Mef-
Jîeurs de M anfan & de Genlu > & les Sieurs de Sainff LÂndn
& Barbau,
II. REE.
PRomethée auec vne baguette enflammée du
feu celefte qu'il auoit dérobé, vient faire part
à la tef re dlvn bien fi precieux & pour en faire
connoiftre lVtUitc, il en touche deux Values qu'il
anime.
Les Sieurs de Lorge, d'
p
I II I. ET IV. ENTREE.
I f^Ilene Pere nourriffier de Bacchus eflant pour-
,3fuiuy par deux f ai^s de Phrygie, qui fe moc~
quentdele voir yure; ER ddiuréde leurs mains par
eur Roy Midas.
Bacchus arriueà qui Midas le rend, & le prie en
lecompenfe, de luy donner le pouuoir decransfor-
er en or tout ce qu'il toucheroit, ce qûe BacchW
uy accorde, fe riant de Fextrauagancede fon aua-
I Ferait, & Léger. Midas & Bacchus les Sieurs £>ueru é*
,EN T B..EE-
̃T\Arius Roy Voyant cfcrit fur letom-
̃Lybeau qu'il y auoit de grands
Bhrefqrs enfermez 5 mais qu'on fe gardaft d'y foùil-
r que ̃dâm'ttit extrême flecélfité le fait fans aucun
efoin ouurirpar trois de fes Satellites, ôc n'y trcamei
iuVnpapieroùeftoitefcrit:Si TV n'evsseS EV
NE AVARICE BIEN DEREIGLEE, TV NE
EROIS PAS VENV TROVBLER LE REPOS
ES Morts.
Darius CMonfieur le Comte de Sainft ^Agnan. Les trois
Satellites les Sieurs Barbau de CMongé, & Boijuinet*