Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Bréviaire philosophique ou Histoire du judaïsme, du christianisme et du déisme : en trente-trois vers par le feu roi de Prusse et en trente-trois notes par un célèbre géomètre [par J.-A.-J. Cérutti] ([Reprod.])

De
28 pages
[s.n.]. 1791. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

H 1 S T 0 I R' E
DU JUDAÏSME DU- CHRISTIANISME
ET DU D É ï S M E?
'EN JKEN T E-TROÎ S V E RS
TA'R.L.E FEU ROI DE PRUSSE^
ET EN TRENTE-TROIS NOTES;
PAR UN CÉLÈBRE GÉOMÈTRE,
I 7 9 I. 1,
LE feu roi de lié toute
sa vie avec les meilleurs poètes et les
meilleurs mathématiciens. Cette liai-
son honore plus son caractère
toutes ses alliances elle
plus constante. Ce prince me deman-
doit dans une de ses lettres, quelle
seroit la méthode la plus expéditiye
pour arracher, de la tête des peuples,
l'infâme superstition des Juifs et des'
Chrétiens. Une trentaine devers faciles
à retenir lui repondis-je et« autant
de notes piquantes mais courtes.
Chargez-vous des -notes, m'écrivit ce
monarque, er je me charge des vers..
Ce sont les derniers qu'il a
A3
H I S T O
*pU CHRISTIANISME, ET DU DÉISME,.
J3 A n un jardin
Prcparoit des humains le berceau paternel
Le serpent s'y glissa son souffle criminel
..De Tatbrc de la vie
• Tout fut perdu. Flétri d'un vice originel,
L'cmbrion rut damné dans le sein maternel.
Contre le Tout-Puissant le monde se soulève î.
L'enter pour une pomme-! Adonaï crue!!
Qu'eût fait de plus Néron ou Tibère nu Cromwel ?
Jéhova seVrepcnt. il accorde une trêve.
Moïse est du contrat le témoin solcmncl.
Accompagné de l'arche et précédé du
Vers la
lit des la nue ouverte
du tendre
̃ Dans les flancs d'une vierge un dieu tombe du ciel
mondé un cloître universel.
Calvin
brisa l'antique autel
D'une école plus juste indépendant élève
s'achève
culte naturel
Et de son masque affreux délivre l'Eternel.
EU
lent dire également, dans les deux- la Vu.
Selon tome apparence le- pays nanti' des
(4) Le joue un
gions. Les riiisto^e du ser-
cmpîoyoicnfce rcj--ti!e pour
De tout temps, a h Chine, !'imr,c;e de. dv.-iç.on.s
fit l'ornement imperi, et la panne
l'Afrique semblé le temple des serprns,
qu'elle adore icus le nom de fétiches., ce qui veut
dir-dans Ij langue du pays, les amis, les hôtes.
L'arbre de îa vie, la boîte, de
l'œuf d'Orosmadè le phénix des
indienne, les dp
-et de tou ccki nVt le
de mourir et l'espoir de revivre. Les premiers
promirent
• surrection. Pour la 1 endre plus facile les Egyptiens
embaumoienî les c;; iavres. J'ai vu autrefois dans
le cabinet de M. une momie qui (la,-
toit du temps des Pharaons. Ainsi des ossemens
ont duré autant cet ma ce
avoit été moins cher et pins cc:i;nji;ii,
non pas
mais existante sous nos yeux; et si un
assez riche pouf rccheillir les morts cabres,
d;uv. un palais ? co priais le
Ciinctière
L'auteur de la' Genèse avoit à i;:i:e i.un
d'une v:iei:sc de polîmes. Eve
.'lîe-a et rc. ::it son immortel i:m;:iit.
que de toutes ces le m m es
louscsja plus intéressante, c'est la
ir- les contes anciens comme tous les contes
r;»i!crr:c5 rQiilont sur la foibk:sedcs
(7) la richesse despremierj, eteit comme
y-.v.ii est peut-être primitif,
et son fruit, la
fruit rare. L'orange par sa
couleur et par son goût, fut recherchée ensuite.
Le gardien des Hespérides étoit un dragon qui
veilloit autour d'un oranger et qui vomissoit Ia
flamme, ainsi de Raphaël. En un mot,
les premiers voleurs du monde ont été des voleurs
de fruits.
(S) Aucun de ces voleurs n'a été puni aussi ri-
goureusement qu'Adam et sa complice.sLe maître
jardinier Raphaël ctoit bien avare de son fruit,
ou bien pauvre en arbres fruitiers On'ne peut
comparer à la dureté de Raphaël que la cruauté
tle Mahomet second lorsqu'il
de sa cour, pour chcicher dans ses entrailles le
melon qu'il avoit mange. Cette dernivre histoire
n'a que cieux invraisemblances. Les melons étoient
communs à Constaniinople, et l'on n'y connois-
soit point les
(9) La définition des mots est la véritable pierre
de touche des idées. Voulez-vous évaluer au juste
l'idée du péché originel définissez le péché ori-
ginel. Que signifie en effet ce mot Un crime
commis avant la naissance., un fétu, un embryon,
un sperme coupable de leze-divinité quelle extra-
vagance! Le véritable péché originel des
c'est lu bttise,
( u )
entière pour la faute d'un seul homme, sont
idées qui, érigées en dogmes ont perverti', la
Os
et dTexcuse à tous les c des barbares établis /parmi
nous. A eux sont dues et la férocité des lois ju-
daïques, et l'atrocité des lois chrétiennes; à euv
est dite aussi, en grande partie, le disproportion
̃<le nos lois pénales, Les prêtres, les tyrans et les
bourreaux ont torture
hommes que Dieu damnoit si aisément. Ainsi la
fable d'Eve est b fable la plus et Ja
plus anti-religieuse que l'on ait pu imaginer. Ainsi,
nous ne pouvons réformer Pussort et notre juris-
prudence
petons ici l'utile observation de Montesquieu sur
les trois crimes que les lois modernes châtioient
le plus sévèrement, J'hérésie., la magie et la so-
domie. On peut dire, observe Montesquieu de
la première qu'elle est une liberté innocente de
la seconde qu'elle est une chimère absurde de
l'autre que c'est une infamie rare et presque im-
possible à prouver. Or tous ces déliis si peu
fondés étoiont punis par le feu. C'étoit une petite
avant-scène de l'enfer.
(i i) Saturne
les «siens,
wel avoir si»; ni; 1: sentence de mort de
Charles passa en riant, sa plume sur les livres
des autres juges. Mais le plus odieux des jeux de la
tyrannie, le c!o;'me de la damnation
le jugement porte une jeune
Romaine. La d'exécuter une vierge
pour obéir à loi tt il la rage, Tibère ia fit
violer par le ressemble un raffine-
c;iji :t conne le premier exemple
avoit tiré le:, juifs
les tirer en raûme temps de
l'iJoî.trie. M-ils ce prujjio étoit rnci-;issJ de toutes
employa rinstnimoiU du mervciiîei'x. Il supposa
des Dieu. Il plusieurs
jours Mir le r.ionc 'Anni pour y '-composer son
un jour d'orage. Il descendit «ilo.r. d-r mont Sinaïau
milieu de. <jJ lirs cf. des tonnerres, ta tabloïdes loi;
dans une et la ba-ueitc dans l'iiuîrc. Cette
des prêtres égyptiens, iiû
Comme
Juif de mettre -dans la masse
gent cache.
descendant du mont
peuple a voit tondu tout son or, pour en former W
demi -dieu Apis, un veau
a voient profite' de son
empire
H fît massacrer
de l'ancien testament. Le premier joui; de la lois,
juive lut donc un jour cy carnage. Le
demandera oii j'ui trouvé tous ces détails ? Derrière
(13) Comment s'opéra cette délivrance mi-aClw
U«e fois, par an, ils se rayiembloùnt près' des'
rivages de la mer Rouge, et t. il-, célébro=ent les
au delà de repolit
et' J'argent., Moise piofifa d\me de ces réunion^
rompre ses Ju
et

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin