Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Catalogue du musée de peinture et de sculpture donné par M. Achille Jubinal,... à la ville de Bagnères-de-Bigorre : 1852-1864

De
83 pages
et chez le gardien du musée (Bagnères-de-Bigorre). 1864. 1 vol. (VI-77 p.) ; in-12.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

CATALOGUE
DU
MUSÉE DE PEINTURE
ET DE
SCULPTURE
DONNÉ PAR
M. ACHILLE JUBINAL
À LA VILLE DE BAGN.ÈRES-DE-BIGORRE
|§59-1§64
BAGNÈRES-DE-BIGORRE
A LA LIBRAIRIE DE DOSSUN
ET CHEZ LE GARDIEN DU MUSÉE
CATALOGUE
DU
MUSÉE DE BAGNÈRES-DE-BIGORRE
CATALOGUE
DU
MUSEE DE PEINTURE
ET DE
SCULPTURE
DONNÉ PAR
M. "AOHILLE JUBINAL
DÉPUTÉ DES HAUTES-PYRÉNÉES
A LA VILLE DE BAGNERES-DE-BIGORRE.
1852-1864.
BAGNÈRES-DE-BIGORRE
A LA LIBRAIRIE DE DOSSUN, ET CHEZ LE GARDIEX DU MUSÉE.
PRÉFACE.
Il y a quelques années la ville de Bagnères
n'avait ni Musée ni Bibliothèque publique. Frappé
de cet état de choses qui, pour une localité où
les étrangers séjournent en grand nombre, consti-
tuait un état d'infériorité, l'honorable député
actuel de l'arrondissement de Bagnères, M. Achille
Jubinal, résolut de faire tous ses efforts pour doter
la ville qu'il représente de ces deux établissements.
Grâce à son zèle, à son dévouement, la Biblio-
thèque de Bagnères compte aujourd'hui plus de
VINGT MILLE volumes, et son Musée plus de DOUZE
CENTS objets, parmi lesquels il y a des tableaux, des
dessins, des curiosités de la plus haute valeur.
Mais M. Jubinal ne s'est pas borné là. Il a voulu
que sa fondation fût en même temps une œuvre
charitable. Aussi, en imposant une légère rétribu-
tion aux visiteurs du Musée, a-t-il décidé que le
— VI -
produit en serait annuellement partagé en plu-
sieurs portions destinées chacune à des œuvres
d'encouragement et de bienfaisance.
Nous avons tenu à mettre ces quelques mots en
ête de ce catalogue, afin que l'on comprît bien le
but et la pensée du fondateur de notre Musée.
PH. PLASSOT.
MUSÉE
DE
BAGNÈRES-DE-BIGORRE.
4882-4864
Peintures, Dessins, Aquarelles.
AIFFRE.
1. La Madeleine repentante, effet de nuit. — M. Aiffre
est- auieur d'un très-beau portrait de Mgr Affre, arche-
-vêque de Paris, et d'un grand nombre d'autres toiles.
ALBANE.
2. Jupiter enlevant Europe. — Albane, né à Bologne en
1578, mort en 1660, fut l'heureux rival de Guide et de
Dominiquin. Selon Mengs, pour l'étuie des femmes, il a -
surpassé tous les peintres, même Corrége. On l'a appelé
l'A-nacréon de la Peinture, parce qu'il a peint partout des
amours et des femmes. « Ce qu'on voit le plus souvent
chez Albane, a écrit M. Artaud de Monter dans la vie de
ce peintre, c'est Vénu.s endormie, Diane au bain, Danaé
couchée, Europe sur le Taureau, etc. » (Voir la Biogra-
phie universelle.)
— 2 —
3. Thétis fe/idant les ondes sur le dos d'un dauphin. — Ce
tableau et le précédent étaient depuis très-longtemps
dans la même famille. Ils ont été exposés pendant près
d'un sitcle dans la salle de l'Académie de Bologne.
ALIX (GUSTAVE), élève de M. Mayer, mort en 1851.
4. Le Moulin, paysage d'automne. Il faut remarquer dans
cette gracieuse toile la transparence des eaux et la jus-
tesse de la perspective.
5. Paysage d'un grand effet, quoiqu'un peu cru.
AMELIN, ancien élève de David, professeur de
dessin durant longues années à l'école du Génie
de Montpellier.
G. Ruines d'un vieux Château, dessin au crayon noir.
7. L'Aqueduc, vue prise aux environs de Marly. Jolie aqua-
relle d'ancienne facture.
ANONYME.
8. La Vierge et l'enfant Jésus, tableau provenant du Musée
Campana. XVIIe siècle. École de Pise.
9. Le Paradis terrestre, grand dessin du XVIe siècle, au
crayon rouge, provenant de l'école florentine.
10. Dame de la cour de Louis XV; peinture sur toile.
11. Vierge peinte sur albâtre; école italienne.
ANTIGNA, élève de M. Delaroche.
12. Le Coq du Village, délicieuse toile dans le genre fla-
mand. L'auteur de la Ronde d'enfants, qui a obtenu tant -
de succès au salon de 1853, y a déployé toute la finesse
de sa touche.
AZE (ADOLPHE), élève de M. Robert Fleury.
13. L'Arrestation discrète, toile du salon de 1833, donnée
par l'Empereur.
BACCUET (PROSPER), élève de Watelet, mort
en 1854.
14. Vue de Constantine prise de Sala-Bey, maison de
— 3 —
1.
campagne du Dey. Charmante esquisse exécutée d'après
nature.
BALLUE (HIPPOLYTE), élève de Diaz.
15. Jeunes filles au bain, peinture à l'huile.
BARRIAS (JOSEPH), élève de M. Léon Coignet,
premier grand prix de Rome en 1844.
16. Dante Alighieri. (Exposé au salon de 1853.)
Ejt les petits enfants qui le jour dans Ravenne
Le voyaient traverser quelque place lointaine,
Disaient, en contemplant son front livide et vert,
« Le voilà donc celui qui revient de l'enfer. »
(Auguste BARBIER.)
BERJON.
17. Un Bouquet de fleurs, carton authentique et signé,
exécuté pour la fabrique lyonnaise, dont Berjon fut un
des plus célèbres dessinateurs.
BÉROT, auteur de la belle copie de la descente
de Croix d'après Jouvenet qui orne l'église parois-
siale de Bagnères.
18. Le Pêcheur à la ligne, joli paysage vu par un temps
brumeux. Il y a beaucoup d'éclat et de vérité dans la
couleur du feuillage et des buissons.
19. La Chasse aux canards, grand dessin à la mine de
plomb, très-joliment exécuté.
20. Paysage représentant une clairière, effet de soleil, pein-.
ture à l'huile.
21. Dessin original à plusieurs teintes, représentant un
paysage; remarquable surt(,ut par la finesse du crayon.
M. Bérot a donné, en outre, à la bibliothèque de Bagnères,
un beau portrait en pied de M. Achille Jubinal.
BLAISOT (EUGÈNE), ancien élève de l'école des
Beaux-Arts, premier prix du Conservatoire, ar-
tiste de la Comédie-Française et de l'Odéon,
actuellement au Gymnase.
22. Un Paysage, dessin à la mine de plomb.
— h —
BLANCHARD.
93. Paysage. Cette œuvre magnifique et de grande dimen-
sion avait été achetée par le Gouvernement après la mort
de l'auteur, en 1850, pour être déposée dans la belle ga-
lerie de peinture du Luxembourg, à Paris; mais, -à la
demande de M. Jubinal, M. le comte de Persigny, sur
la proposition de M. Romieu, directeur des Beaux-Arts,
en fit don au Musée de Bagneres, par un arrêté du
6 novembre 1852. Ce fut notre premier tableau.
24. Le Puits, très-beau dessin au crayon noir, d'ufte cor-
rection parfaite.
25. Le Berger, étude à l'huile d'après .nature.
26. La Prairie, esquisse dessinée au crayon sur papier
blanc, ou, pour mieux dire, véritable tableau auquel il ne
manque que la couleur. La composition en est des plus
gracieuses et des mieux agencées.
27. Le Parc, grand dessin fort harmonieux sur papier
teinté.
BORDES (JOSEPH).
28. La Vielleuse.
BORGELLA (FRÉDÉRIC), élève de M. Glayre, né à
Bagnères.
29. La Mal'aria, grande et belle copie du tableau de M. Hé-
bert qui orne la galerie du Luxembourg.
BOISSIÈRE.
30. Le Château de Friedland en Bohême.
BORIONE (WILLIAMS), élève de M. Ingres.
31. Portrait de M. Gueymard, artiste de l'Opéra, dans son
costume de Robert le Diable, pastel de grandeur naturelle.
— M. Borione est un de nos meilleurs maîtres en ce genre.
On lui doit aussi un portrait en pied de l'Empereur
exposé au salon de 1852, et divers portraits de femmes
extrêmement remarquables.
32. Une jeune Grecque regrettant sa patrie, charmant des-
sin à plusieurs teintes; figure pleine d'expression.
— 5 —
BORRELL (MARIANO), professeur de dessin et de
peinture-à l'Institut artistico-industriel de Ma-
drid.
33. Le comte-due d'Olivarès, copie exécutée au Musée de
Madrid, d'après l'original de Vélasquez.
34. L'Infante Marie-Thérèse, d'après le portrait de Vé-
lasquez.
BOUCHER.
35. Femme étendue.
36.. Femme demi-assise.
BOURGEOIS (ISIDORE).
37. La Tour, grande aquarelle d'un fort beau ton et d'un
fini remarquable. L'auteur est un de nos meilleurs maîtres
en ce genre.
BOUTON.
38. La grande salle des Augustins, telle qu'elle était sous
M. Alexandre Lenoir. Cette toile est d'autant plus cu-
rieuse qu'on a conscrvé peu d'oeuvres de son auteur, qui
se livra presque entièrement, avec Daguerre et autres, à
la composiiiun des dioramas.
BRÉMOND (JEAN), auteur des peintures murales
de l'église de La Villette.
39. Sainte Elisabeth de Hongrie, tableau capital, l'un des
meilleurs de M. Brémond. La sainte y est représentée de
grandeur naturelle.
BREVORT (JULIUS), peintre anglais très-re-
nommé.
40. Tivoli of Brighton (Tivoli de Brighton), chien favori de -
S. M. la reine d'Angleterre, petit-fils de la célèbre Mos-
quita.
BUFFARDIN.
41. Portrait du Poussin, d'après lui-même, exécuté au
crayon lithographique.
— 6 —
42. Portrait de Rembrandt, d'après lui-même, exécuté au
crayon lithographique.
43. Portrait de Van Dyck, d'après lui-même, exécuté au
crayon lithographique.
44. La Châtelaine, étude de femme italienne au xve siècle,
d'après Titien, composition au crayon rouge.
45. Le Podestat, étude de l'école flamande, d'après Rem-
brandt. — M. Buffardin, artiste distingué et au crayon des
plus faciles, est l'auteur d'un bel ouvrage intitulé : Têtes
et croquis d'après les maîtres des diverses écoles, exécutes
au crayon lithographique. On lui doit aussi un grand
nombre de dessins originaux, et plusieurs copies de. ta-
bleaux religieux d'après les maîtres du Louvre. Sa der-
nière œuvre en ce genre est la reproduction d'une magni-
fique toile de Luini.
CALAIS.
46. Portrait de Louis XVI, fait d'après nature.
CARNEVALI.
47. Portrait du général Lafaille, donné par sa famille.
CARRACHE (ANNIBAL,)
48. L'Education de l'Amour, grand et splendide tableau
digne d'une galerie princière; acheté par M. Jubinal à la
vente de la galerie de M. Collot, ancien directeur de la
Monnaie à Paris.
49. La Madeleine.
CHAMPAGNE (PHILIPPE DE.)
50. Portrait de Charles Patu, curé de Saint-Martial, de
Paris. Philippe de Champagne, surnommé le peintre
des philosophes et des gens d'esprit, naquit à Bruxelles
en 166°2; mais il habita presque constamment Paris,
et y composa la plupart de ses tableaux, entre autres un
grand nombre de portraits des principaux dignitaires
ecclésiastiques de son temps. Notre portrait est du nombre.
CHANTRE, professeur à l'école industrielle de
Lyon.
51 Raisins. Sans rivaliser avec les tableaux de MM. Saint-
Jean et Reignier, compatriotes de l'auteur, cette toile biille
par de grandes qualités qui révèlent un maître distingué.
— 7 —
52 Magnifique aquarelle représentant un bouquet de roses
et d'autres fleurs.
CHARDIN (GABRIEL.)
53. Paysage à la nuit tombante; très-beau de ton.
CHARLET.
54. Nélida ou la fée des bluets, pochade à divers crayons.
CHASSÉRIAU (TH.)
55. Saint Xavier aux Indes, esquisse d'une des peintuies
murales de Saint-Phnlippe du Roule.
COSSMANN.
56. Portrait de Mme Malibran, dans Othello.
COTTEREAU (B.).
57. Très-jolie ébauche d'un tableau dans le genre de
David.
CHAZAL (ANTOINE).
58. La Branche de Licas, ravissaet pastel, digne du maître
dont il est signé. — Antoine Chazal, mort en août 1854,
était, sans contredit, le meilleur élève de Van Spaendonck,
et il en avait toute la finesse et le coloris. Placé, comme
professeur, à la tête de l'iconographie des animaux au
Jardin des Plantes de Paris, il en a laissé d'inimitables
reproductions. Antoine Chazal exposait presque tous les
ans. En 1852, on avait vu de lui au salon un Paysage
et une étude de Chienne braque; — en 1853, un Por-
trait de Femme, et un Tableau de Fruits qui lui fut
acheté 6,000 fr. par le Gouvernement. 11 a laissé un fils,
élève de Drolling (M. Camille Chazal), qui continue di-
gnement la tradition paternelle.
CISNEROS, l'un des meilleurs élèves de M. Gi-
goux.
59. Le Retour ou les Deux Fiancés, gracieuse toile pleine de
naïveté.
COOPER, membre de l'Académie des beaux-arts
— 8 —
de Londres., l'un des premiers artistes actuels de
l'Angleterre.
60. Cavaliers et Têtes rondes, toile des plus remarquables
par la perfection avec laquelle sont exécutés les chevaux.
M. Cooper est le Dedreux de l'Angleterre. Le tableau
que nous possédons de lui a obtenu les honneurs de
l'Exposition des Beaux-Arts, à Londres, dans la Natio-
nal Gallery, en 1852. Il y a été acheté 2,500 francs par
10Td Londesborough, et donné généreusement par lui
à M. Jubinal, qui en a fait l'hommage au Musée de -Ba-
gnères.
CORRÉGE.
61. Andromède et le Monstre, toile magnifique apportée
d'Italie par M. Artaud de Montur, chargé dlaffairei à FII>-
rence. Cette tuile a longtemps fait partie de la collection
de cet amateur, qui se distinguait surtout en œuvres des
peintres primitifs.
-COUTURIER.
62. Le Village, jolie toile, très-accidentée, groupée et dis-
tribuée avec talent. L'une des meilleures qu'ait laissées ce
maître, mort il y a déjà quelques années, et qu'il ne faut
pas confondre avec le peintre d'animaux.
63. La Campagne, paysage.
DANÉSI (DOMINIQUE), peintre romain.
64. La Maison des Champs, petit paysage plein de sature
et de vérité.
DAUZATS, élève de M. le baron Taylor, auteur
d'une foule d'oeuvres remarquables.
65. Les Falaises, peinture à l'huile.
DECOEUR,
66. Fleurs des bois, toile pleine de fraîcheur.
DESBÀROLLES, élève de M. Picot.
67. Une Rue de Rome, étude.
- 9 —
DONATO-CRETI, l'un des maîtres les plus re-
nommés de l'Ecole de Bologne et dont la ga-
lerie du Louvre possède plusieurs tableaux. Né
-en 1674; élève de Pasinelli.
68. L'Education d'Achille. Un autre tableau du même pein-
tre, représentant Achille traînant Hector autour des mu-
railles do Troie, est au Musée de TaTbes, auquel M. Jubinal
en a fait présent. On y remarque surtout deux chevaux
magnifiques et dignes d'Horace Vernet ou d'Eugène Dela-
croix. L'origine de ces tableaux est attestée par un cer-
tificat de l'Académie pontificale des beaux-arts de Bo-
logne.
DESBAROLLES.
69. Une Rue de Rome.
DUCORNET (JOSEPH).
70. La France, calme et belle composition allégorique ,
d'wie excellente couleur. M. Ducornet, né sans bras,
comme il le mentionne toujours après sa signature, était
un prodige de courage et d'énergie. Il y avait quelque
chose d'attendrissant à le voir peindre avec la bouche et
avec les pieds. — Le roi Charles X lui avait accordé, comme
récompense de son talent, une petite pension sur sa cas-
sette. La révolution de Juillet la lui enleva. — On doit à
ce laborieux artiste un grand nombre de portraits, plu-
sieurs grandes compositions religieuses commandées par
l'Empereur; enfin, un tableau historique exécuté en
l'honneur d'un eufant des Hautes-Pyrénées, le célèbre
chirurgien Lariey.
DUJARDIN (KAREL).
71. Paysage après le coucher du soleil; très-joli de tons.
-DUPAVILLON, gendre du célèbre chanteur Lays.
72. Portrait de Lays. M. Dupavillon a représcnlé son beau-
père (né à LabadJe) dans l'un de ses meilleurs rôles.
celui de l'opéra d'Anacréon, où il fit courir tout Paris;
72 bis. Portrait de Ramond, autour du Voyage au Mont-
Perdu et d'autres écrits scientifiques célèbres.
73. Portrait d'une jeune artiste, très-belle toile dont les tons
ressemblent à de la miniature.
-10 -
DURAND (ANDRÉ).
74. La Porte de Holstein à Lubeck. Dessin original exécuté
'sur les lieux, d'après nature, pour le magnifique album
de M. le prince Demidoff, représentant, les principaux, mo-
numents de la Belgique, de la Hollande et des bords du
Rhin.
DUVAL-LE-CAMUS FILS.
75. La Tentation de Saint-Antoine, grand, tableau d'un ellllllll
très-remarquable.
FLERS (DE).
76. Le Moulin à vent, petit tableau sur bois. j
FOULONGNE (ALFRED).
77. L'enterrement d'un Moine, donné par l'Empereur
Musée.
FRAGONARD (TH.), l'un des peintres les plus
distingués de la manufacture impériale de
Sèvres.
78. Angelo, tyran de Padoue, sujet tiré du drame deM. Vic- -
tor Hugo. -—
FRÈRE.
79. La Caravane, souvenir du désert.
GASTALDI (École italienne actuelle).
80. L'heure de la pensée.
GAUTHEROT, auteur du Napoléon blessé devant"
Ratisbonne.
81. Constantin exerçant son fils à la clémence, charmante-
étude d'un grand tableau dans le genre de David; très-
belle de composition.
52. Mlle Cazotte sauvant son père lors du massacre des
prisons, tableau commandé par le roi Louis XVIII et-
exécuté sur des portraits authentiques fournis par la £ i-
mille Cazotte. Gravé sous la Restauration.
53. Étude de nu dans le g^nre académique.
— 11 —
GÉLIBERT (père).
84. Une Tête de Loup, belle étude d'après nature, l'une des
meilleures de ce maitre distingué.
GÉLIBERT (JULES).
85. Possession et Envie, charmante toile d'animaux.
GÉNOD, professeur au palais Saint-Pierre, à Lyon
(surnommé le Greuze lyonnais).
86. La Sœur de Charité, ravissant tableau plein de- finesse
et de fiai. M. Génod a reçu la croix de la Légion d'Hon-
neur pour son grand tableau de l'Exposition universelle :
la Cinquantaine. Il y a au Musée de Tarbes deux toiles
du même peintre provenant aussi de M. Jubinal.
GIORDANO (LUCAS).
87. Thétis et Neptune. — Lucas Giordano, élève de Riber-a.
surnommé Fa Presto, parce qu'il composait vite, naquit
à Naples en 1632. Il a exécuté, en Espagne, la plupart des
peintures de l'Escurial. On l'a appelé avec raison le Protée
de la Peinture, car il possédait tous les genres et y ex-
cellait.'Les critiques remarquent surtout le feu de ses
compositions, le nerveux de sa touche, l'éneigie et l'effet
séduisant de son coloris. S'il n'a point atleint le génie de
Michel-Ange et de Titien, il a du moins marché parfois
sur les traces de ces grands hommes, et il s'est placé au
rang des meilleurs peintres de l'Ecole napolitaine. La
toile que nous possédons de lui a coulé 25,000 fr. en
Italie, il y a trente-cinq ans, et n'a pu sortir de Naples pour
venir en France qu'après beaucoup de difficultés et
avec une permission expresse du gouvernement napo-
litain.
GAUME (JANE).
88. Portrait de Gaye Mariolle, premier sapeur du premier
Empire, né à Campan. Copie exécutée d'après le grand
tableau de David, la Distribution des Ailles, pour le-
quel Mariolle avoit servi de modèle.
GLAIZE (AUGUSTE).
89. Etude de Femme, l'une des meilleures de ce maître qui
a si bien approfondi la peinture flamande. M. Glaize a jadis
exposé, à l'un des salons de Paris, son propre portrait
— 12 -
exécuté dans le style de Rembrandt, et c'était une des
œuvres les plus remarquables d'alors. Il est également
l'auteur de la grande page historique que le Gouvernement
a donnée au Musée d'Autun, Les Femmes Gauloises, dont
un critique a pu dire avec justice que c'était du Chateau-
briand, en peinture.
GOYET (JEAN-BAPTISTE).
90. Les Singes, tableau exposé au Louvre et qui a eu les
honneurs de la gravure.
90 bis. Pendant du même tableau, ayant aussi figuré à l'Ex-
position de Paris.
GOYET (EUGÈNE).
91. Allégorie de la République faite par cet artiste pour le
concours de 1848,
92. La Mère damnée, grand tableau religieux.
93. Portrait du Baron de Mortemart.
GOUBAUX.
94. Le Retour du Troupeau, magnifique toile de 'ce maître,
dans le genre de Robert, l'une des meilleures et des mieux
conservées que l'on connaisse de lui. Il faut surtout obser-
ver la perfection du paysage et celle des Antiques du pre-
mier plan.
GUDIN (TH.).
95. Les Dardanelles, très-jolie aquarelle pleine d'effet et
d'autant plus précieuse que notre célèbre peintre de ma-
rine ne fait que de grands tableaux. JI a exécuté cette
petite, mais ravissante composition, exprès pour le Musée
de Bagnères.
GUERCHIN.
96. Saint Paul, très-bonne peinture rapportée d'Italie par
M. Anatole de Laforge.
HAWKE.
97. Dessin à la plume; cathédrale du Mans.
-13 -
HENNEQUIN (THIL.-AUGUSTE).
98. Grand dessin à la plume, exécuté d'après nature et re-
présentant l'entrée triomphale de la Garde Impériale dans
Paris au retour de la campagne de Prusse, le 7 novembre
1807. La cérémonie se passa aux Champs-Elysées, où l'en
avnitfiguré en toile l'arc-de-triompbe. fort loin alors d'être
achevé. M. de Lacépède y.prononça uiî discours, et le soir
il y eut un grand banquet de toute la Garde aux frais de
l'Empereur. (Voir le Moniteur du temps.)
Ce dessin avait été commandé à Henneqnin par le Minis-
tère de l'Intérieur, comme esquisse d'un grand tableau, qui
ne fut jamais exécuté. Le Louvre possède de- cet artiste
plusieurs toiles, entre autres: Les fureurs d'Oreste; —
Une Bataille des Pyramides; — La distribution des
Aigles au Camp de Boulogne, etc. ; — et plusieurs dessins,
parmi lesquels il y en a un qui est une allégorie à la
gloire de Napoléon.
HERVIER.
99. Paysage de Normandie, grand tableau donné par
l'Empereur.
HUGARD (CLAUDE-SÉBASTIEN), élève de M. Diday.
100. Vue du Mont-Blanc, prise de la montagne du Gram-
mont. Réduction du grand tableau du même auieur, com-
mandé par le Ministre d'Etat pour l'Ecole impériale des
f Mines. Cette réduction, qui brille par une grande exacti-
tude et une remarquable fermeté de touche, a été exécutée
exprès pour le Musée de Bagnères.
BW/e Cirque de Gavarnie, très-belle étude de ce site cé-
Ièluv, faite sur nature. Le grand tableau est dans l'escalier
t de l'Ecole des Mines.
HUGARD (Mme).
pOâ. Le Lac de Thunn, petit tableau charmant.
INGANNI (ANGELO), peintre milanais, élève de
M. Hayez. , peintre milariais, élève de
[103. Un village italien durant l'hiver, grande toile exécutée
F d'après nature. — AL loganni a exposé à Londres, lors de
p la grande exhibition, et à Paris, au saion de 1853, une
f Vwe de l'extérieur du dôme et de la cathédrale de Milan,
i ainsi que d'une partie de la place. — Le Musée de Ba-
- 14 --
gnères doit d'autant plus de reconnaissance à M. Inganni
qu'il a envoyé son tableau à M. Jubinal, de Brescia qu'ifl
habite aujourd'hui, et que ce tableau était presque achtl^
par le Musée de Milan.
ISABEY (père).
104. Une Dame au temps du Directoire. —2|
JACQUAND (CLAUDIUS).
105. Grand. tableau religieux, intitulé: Consolatrix o~
torum, donné par le Gouvernement. -3
JONCKIND, né- à la Haye, élève de. Schelfout et
d'Isabey, pensionnaire du roi de Holla
Paris durant plusieurs années. Cet artiste ^*
exposé au salon de 1853 une Vue du Jlré N
le matin, et une Vue de Saint-Valery en C
le soir, qui ont toutes deux été achetées par ]H
direction des Beaux-Arts. — Au salon de 185
M. Jonckind avait une vue de Paris et un -
venir du Havre, qui furent récompensés par mgy
médaille. Il a exposé aussi en 1863 et 1864.. --=8
106. Vue des Tuileries et du pont Royal, prise du bord de-
l'eau, peinture à l'huile.
107. Le soir sur le canal, effet de nuit.
JORDAENS.
108. Il Bambino, toile d'une couleur splendide et d'une
grande énergie. j
JUBINAL (Mme ACHILLE), élève de Vigneron.
109. Le Christ au roseau, grand pastel d'après Sasso Fer- j
rato.. ,
LACROIX. ;
110. Paysage des Alpes ou du Dauphiné, très-beau
nuances eL de couleurs. j
LAGARRIGUE (directeur du Musée de Tarbes).
111 Portrait du général Maransin, d'après Chéri, élève de
David.
— 15 -
LAINNÉ.
112. Vue d'Afrique, prise aux environs de Cherchell.
113. Paysage des mêmes contrées,
LALAISSE (HIPPOLYTE), élève de Charlet, profes-
seur de dessin à l'Ecole polytechnique et graveur
distingué.
114. Une foire bretonne, énergique esquisse de chevaux
dans le genre d'Achille Giroux.
LAYS.
115. Giroflées et Pavots, splendide bouquet de fleurs. à la
gouache et à l'aquarelle, très-remarquable comme énergie
et comme couleur. M. Lays, élève de Saint-Jean, est l'un
des meilleurs dessinateurs de fabrique que possède la ville
de Lyon.
L 116. Superbe aquarelle, représentant une Impériale.
LAPITO (Louis-AuGUSTE), né à Saint-Maur (Seine),
élève de Watelët, l'un de nos meilleurs paysa-
gistes.
117. Vue de Castel-Gandolfo, aquarelle. 4
k
LATOUR, célèbre auteur de pastels, mort en
1788.
r 118. Portrait de Financier.
119. Portrait d'un avocat.
LAURENS aîné.
1.19bis. Très-belle aquarelle représentant Les Ruines d'un
Cloître situé près de Montpellier (Hérault). Véritable
œuvre de maître.
LAZERGES (HIPPOLYTE), né à Tarbes.
120. Une Matrone Romaine, superbe dessin au crayon. On
doit à M. Lazerges une des plus magnifiques chapelles de
Saint-Eustache de Paris.
121. Le démon de la Nuit, charmante tête de femme au
pastel. M. Lazerges est un des artistes les plus laborieux
— 16 -
de notre temps. On a de lui une Mort de la Sainte
Vierge, un Eice Homo, des Bergers Arabes, l'Eden, Na-
poléon HI secourant les inondés , etc., exposés à divers
salons, sans compter trois ou quatre cents dessins ou études
trèb-recherchés des amateurs.
LECONTE DE ROUJOU.
122. Vue d'un Village en Aragon.
LEFÉBURE (GABRIEL), élève de l'ÉcoJe des Beaux-
Arts de Paris, auteur du Néo-Christ et d'autres
œuvres distinguées.
123. Saint Joseph des voies intérieures, peinture à l'huila.
Il est impossible de rendre mieux l'extase et l'élévation de
l'âme.
LEOMENIL.
124. Une vue d'Auvergne, paysage du plus grand effet.
LÉONIE (D.).
125. Le vieux Soldat et sa famille.
LÉPAULLE (GABRIEL), élève de Regnault.
126. La Beauté flamande, grande toile à mi-corps dans le
genre de ltubens. Les mains y sont ti ailees avec une
grande finesse. M. Lépaulle est l'auteur d'un magnifique
porirait de l'Empereur exposé au salon de 1853. Il a, en
outre, evecute depuis \ingt ans environ 200 toiles, la plu-
part fort remarquables.
LOTTIN DE LAVAL, artiste ft peintre distingué,
auteur d'écrits archéologiques. ,
127. Vue d'Orient, exécutée d'après nature; peinture à
l'huile.
128. Vue du port de Nicomédie, faite sur les lieux d'après
nature. — Les dessins et peintures rapportés d'Orient par
M. Lottin de Laval sont des pius admirés. On y retrouve
Don-seulement les traits principaux, mais jusqu aux moin-
dres accidents des localités.
— 17 —
LÉCUYER.
128 bis. Animaux aux champs.
LEPRINCE DE BEAUFORT (Mme).
129. Les Dalhias, magnifique bouquet de fleurs à l'a-
quarelle, d'un grand effet et d'un éclat des plus remar-
quables. — Mme Leprince de Beau fort est l'une des élèves
les plus distinguées de Redouté et de Valldael.
130. Le Bouquet de RQses, aquarelle digne de Redouté lui-
même. II y a surtout un insecte posé sur une feuille
qui est inimitable.
LUCOT (JULES), ancien élève de Cicéri.
131. Les Laveuses, charmant paysage à effet, bien groupé
et distribué avec goût.
132. Les Sapins, effet de soleil levant, d'une bonne
couleur. -
133. Paysage de Montagnes.
134. Paysage.
LUNA (CHARLES DE), élève de Léon Coignet.
^35. Le d'à filé devant l'Empereur à Satory. Ce tableau,
ilans Ipguel on trouve une grande habileté de pinceau et
une véritable science du groupe est fort admiré des con-
naisseurs. La plupart des peisonnages qu'il représente
sont des portraits. Celui de l'Empereur surtout est frap-
pant. M le maréchal Saint-Arnaud, vu de dos, est on ne
peut vins reconnaissable. — M. le général Magnan, qui
parle avec son aide de camp; M. le général Canrobert,
M. le général Rochefort, M. Edgard Ney, etc., sont, pour
ainsi dire, vivants. C'est une des meilleures toiles de
M. de Luoa.
136. Grandes manœuvres de cavalerie. Cette toile forme le
pendant de la précédente. Les amateurs estiment surtout
l'attitude variée des personnages et celle des chevaux.
C'est un véritable drame en action.
MAGAUD (DOMINIQUE-ANTOINE), né à Marseille,
élève de M. Léon Coigniet..
137. Le petit Savoyard, aquarelle pleine d'effet.
— 18 —
MAGAUD, de Lyon.
138. Citrons. Il faut remarquer la transparence de ce3
fruits.
MALLEBRANCHE.
139. Effet d'hiver, pris sur nature.
MARANDON DE MONTHYEL.
140. Soirée d'automne dans les bois du Seigneur à Bovx=—
bonne-les-Bains, dernier paysage laissé par Jet artiste;
exposé au salon de 1853, acheté par le Gouvernement -et
donné par le Ministère d'État au Musée de Bagnères, sur
la demande de M. Jubinal. -
MARLET (J.).
141. Un cavalier du seizième siècle, petite toile très-fine-
ment faite. M. Marlet avait au salon de 1853 un
lèvement, dans le genre des peintures de M. Eugène
Delacroix.
142. Vue de Venise, le soir, par un temps d'orage.
MARQUET.
143. La belle Espagnole, tête de femme en mantille, grand
pastel d'une charmante exécution. M. Marquet est l'auteur
des beaux dessins publiés en 1857 d'après le tableau du
Pérugin, qui a été donné à la cathédrale de Lyon par le
cardinal Fesch et dont on voit au Musée de Tarbes plu-
sieurs lithographies.
- On lui doit aussi divers grands tableaux religieux com-
mandés par le Gouvernement.
144. Une Bacéhante, très-joli pastel.
MARQUIS (E.)
145. Les Baigneuses, petit paysage d'un ensemble très-re-
marquable.
MASOLINO DA PANICALE.
146. Histoire d'un saint de l'ordre de Saint-François (É"
florentine,) composée de trois panneaux sur bois datant
du xive au xve siècle, et provenant du Musée Campana.
Donné par le Gouvernement.
- 19 -
0
MATET.
147. Tête de jeune fille, d'après le tableau original de
Greuze qui est au Musée de Montpellier.
MATHILDE (S. A. I. Mme la Princesse).
148. Portrait exécuté d'après-nature; grande et magnifique
aquarelle qui a obtenu une médaille à l'exposition de
1863.
MAYER.
449. Le Lac, jolie petite toile, l'une des dernières, avec
la suivante, que cet artiste ait exécutées avant de mourir.
150. La Vallée. Il faut remarquer surtout dans ce tableau
la perspective. Elle y est supérieurement observée.
MEEHROUT.
481. Marine (Ecole hollandaise).
MELBYE (ANTON), peintre danois.
152. Les Pêcheurs de la Manche, effet de lune. M. Melbye,
qui est le premier peintre de son pays, avait, à l'expo-
sition de Paris, en 1853, une fort belle toile, qui fut
très-remarquée. Il est l'auteur du beau tableau donné par
S. M. l'Empereur à S. Exc. M. le Ministre de la Marine,
représentant le Napoléon, bâtiment à hélice, assailli par
un coup de vent dans les Dardanelles. Celte admirable
toile a valu à son auteur la croix de la Légion d'honneur.
153. Un coin du Bosphore, dessin aux divers crayons.
MIGNARD.
154. Portrait de Financier- Cette toile était depuis plus
de cent ans dans la même famille. La tradition, appuyée
de l'avis des meilleurs et plus habiles experts, l'attribue
- au grand peintre Mignard.
155. Portrait de madame de Graffigny.
MICHEUX.
156. Les joueurs de boule.
157. Petit tableau de fleurs*
— 20 -
MOREL-FATIO.
158. La Plage, tableau de marine plein de vérité.
159. Le Village, idem.
MORTEMART (ENGUERRAND DE).
160. Le Siège de Jaffa. Sur le devant de la scène o* voit
le preux Lahire élevant les bras au ciel, et s'écriaat, si
l'on s'en rapporte aux Grandes chroniques de Saint-
Denis : « Seigneur Dieu, je te prie de faire aujourd'hui
ce pour Lahire ce que Lahire ferait pour toi; s'il était Dieu,
« et que tu fusses Lahire. »
Il faut remarquer le cadre de cette belle toile, qui est
orné des armes des Mortemart et- des trois compagnans
de Lahire : Hector, Ogier, Lancelot.
MORTEMART (PALAMÈDE DE).
161. Un tournoi du xve siècle, grande toile d'un demi-
mètre avec 40 personnages environ. Savante étude du
moyen âge, pleine de charme et de distinction.
MURILLO.
162. La Fuite en Egypte, grande et belle peinture du
plus brillant effet, provenant de la collection des ducs de
l'Infantado.
O'CONNELL (Mme).
165. Portrait de mademoiselle Restout, artiste dramati-
que, petite-fille du célèbre, peintre Jean Restout, à qui
l'on doit le plafond de l'ancienne Bibliothèque Sainte-Ge-
neviève; la Flore et le Bacchus du Château de Fontaine-
bleau, etc. Elle débuta, il y a quelques années, à te
Comédie-Française et y obtint un brillant succès. —
Mime O'Connell est l'auteur du portrait de Catherine lu
Grande et de Pierre le Grand, exposés d'abord au salon
de Bruxelles, puis à celui de Paris, et acheté par M. Be-
midoff. Elle a exposé, en outre, à Paris, en 1853, le por-
trait de Mlle Rachel, celui de M, Romieu et le sien..Elle
avait une Erigone colossale à l'exposition de 1855. Son
genre de peinture est fort apprécié des amateurs.
OSTADE (VAN).
164. Le Fumeur, petit tableau d'une jolie expression.
— 21 -
OUVRIÉ (JUSTIN), né à Paris, élève de M. Abel de
Pujol et de M. le baron Taylor, très-connu par
ses charmants paysages des bords du Rhin et
par ses dessins du bois de Boulogne.
165. Vue d'Amsterdam, grand tableau exécuté sur nature.
PAILLARD.
166. Fleurs peintes sur un vase en terre cuile de forme
japonaise.
PANINI (École italienne).
167.' Ruines.
PELET.
168. Paysage de l'Orléanais, peinture à l'huile sur bois.
PERNOT (FRANÇOIS-ALEXANDRE), né à Vassy, élève
de MM. Victor Bertin et Hersent, auteur des
dessins du vieux Paris.
169. Abbotsford, résidence de sir Walter Scott, dessin à la
mine de plomb.
PÉRONARD, élève de Le Thière.
170. Mazeppa emporté sur un cheval sauvage. Beau
d'effet et d'étendue.
171. Les Girondins poursuivis, épisode de la Terreur,
peinture énergique et forte, qui a eu les honneurs du
salon et de la gravure.
PERRON, élève de M. Gigoux.
172. L'Attente, petite toile d'un sentiment naïf.
PÉRUGIN.
173. La Vierge et l'Enfant Jésus, très-jolie toile de la
meilleure manière de son auteur.
PINELLI (AUGUSTE DE), élève de MM. Paul De-
laroche et Claudius Jacquand.
174. Un Turc, peinture à l'huile sur bois.
— 22 —
PLEYSIER, peintre de marine à Rotterdam.
-J 75. La Plage, petite aquarelle d'une exécution très-fine.
M. Pleysier est un des artistes les plus renommés de son
- pays.
PONCE CAMUS.
176. Portrait de Cuvier, en costume du premier Empire.
POURRA (HÉLÈNE), élève de M. Génod.
177. Nature morte et paysage. Mlle Pourra "promet un ta-
lent de premier ordre. ,
REY (CHARLES).
178. La Cascade du Staubach à Lauterbrunn (Suisse), des-
sinée au crayon d'après nature; œuvre liès-finie.
RIBÉRA.
179.-Portrait du duc d'Albe. Se retrouve aussi dans la ga-
lerie royale de Madrid.
RICARD (GUSTAVE).
180. Portrait de femme,. étude faite d'après nature. Cette
œuvre est l'une des meilleures de M. Gustave Ricard,
dont le genre de peinture, plein de charme et de vérité,
fait littéralement école à Paris. Les portraits exposés par
cet artiste aux derniers salons étaient ravissants.
RHOEN (fils).
181. Allégorie de la République faite par cet artiste pour le
concours de 1848. Voir au Musée de Tarbes sa Mort de
Féraud.
RIECK (E.)
182. La Plage, délicieuse petite toile pleine de lumière.
M. Rieck, qui est de Berlin, occupera certainement avant
peu une des meilleures places dans la peinture alle-
mande. Deux de ses tableaux sont dans le cabinet du
roi de Prusse, deux autres dans celui de l'Empereur de
Russie. Un cinquième a été donné par M. Jubinal au
Musée de Tarbes.
— 23 —
RONDELLE.
183. La Chasse à courre, grand paysage d'excellente fac-
ture. Ancien élèye de l'Ecole des Beaux-krts, l'auteur de
ce tableau étudia les grands m dires à Rome durant plu-
sieurs années. Notre toile fut exposée par lui dans un
des concours de paysage de l'Ecole des Beaux-Arts. Elle
y obtint la première mention honorable après le prix. Elle
faillit même le partager.
ROSA (SALVATOR).
184. Mort de Penthésilée, reine des Amazones. Ce tableau,
qui à d'excellentes parties, et où les connaisseurs retrou-
veront toute l'énergie de l'ancienne Ecole italienne, a été
attribué par les experts les plus habiles à Falcone, à Fra-
canzano, à Pietro di Cortone et à divers autres maîtres.
Nous n'hésitons pas, nous, à en faire honneur à Sal-
vator Rosa, qui obtenait ses plus brillants succès vers le
milieu du XVIIe siècle, époque à laquelle remonte visible-
ment notre toile. Voici d'ailleurs comment M. Angélis dé-
finit dans la Biographie Universelle le talent de Salvator :
a Il dessinait avec plus de grandeur que de correction.
Ses figures surtout laissent à désirer un peu plus d'élé-
gance; mais sa touche est mâle, rapide, spirituelle: elle
porte partout la lumière, la couleur, l'expression et la vie.
Ses ouvrages paraissent créés en un instant; rien n'y
sent la contrainte. Un torrent se brisant sur des rochers,
une plaine aride, de vieux guerriers étendus sur le sable,
lui suffisent pour produire le plus grand effet. » Ne
dirait-on pas que ce jugement a été écrit en présence de
notre toile?.
185 Un Naufrage, petite toile.
ROSELLEN (le chevalier de).
186. Portrait de Marie-Antoinette, exécuté en Autriche
et apporté à Paris par l'auteur lui-même, premier pein-
tre de la Chambre impériale, pour que le roi pût juger del
beauté de sa fiancée. Ce portrait a fait partie de la collec-
tion de M. de Blacas.
ROUSSEAU (LÉON).
187. Grand tableau de fleurs dans le genre décoratif, avec
un médaillon au milieu.
- 24-
ROUSSEAU PH.)
188. Le Champ de Blé. M. Philippe Rousseau est l'un de
nos meilleurs peintres de nature morte et d'animaux. Il
avait au salon de 1852 Une basse cour et Le Rat retiré
du monde; à celui de 1853, une nature morte et La
Pygargue chassant au marais, dont le succès fut im-
mense.
RUYSDAEL.
489. Le Champ de blé, petit tableau sur bois, avec un bel
effet de soleil.
SACCHI (ANDRÉA).
190. Saint Bruno et ses compagnons, provenant du Musée
Campana (no 591 de son catalogue).
SAINT-ALBIN (Mme HORTENSIUS DE).
191. Tableau de fleurs, jolie composition.
SAINT-JEAN.
192. Tête de Christ, à la mine de plomb, esquissé comme
modèle, pour servir à l'un de ses tableaux du Musée de
Lyon.
193. Tête d'étude au crayon.
SANS.
194. Portrait de l'Empereur pendant sa présidence.
195. Portrait de M. Roques, ancien proviseur du collège
de Bagnères.
196. La Vierge et VEnfant Jésus.
SANSONNETTI, élève de M. Ingres, dessinateur de
M. Jubinal dans son beau livre des Anciennes
tapisseries historiques de France.
197. Un cavalier du temps de Louis XIII, imitation de
Callot, faite à l'encre de Chine et à la plume.
SCHNETZ.
198. Jeune fille d'Albano, étude de paysanne italienne.
SOLYMÈNE.
199. Esther et Assuérus, toile pleine d'effet et de naïveté.
— 25.-
SOULIÉ (II.), élève de M. Glayre et neveu de Fré-
déric Soulié.
200. La Rêverie dans la Campagne, l'un des meilleurs
tableaux du salon de 1853, remarquable surtout par
l'ensemble de fœuvre, ainsi que par la finesse des ajus-
tements.
201. L'Odalisque au repos, imitation des anciens maîtres.
Ce tableau a beaucoup de ressemblance avec le genre des
Mieris, des Van Eyck, etc.
SORIEOL.
202. Le drapeau du 91e à la courtine de Malakoff, donné
par l'Empereur.
SPAENDONCK (Van).
203. Fruits, petit tableau.
TÉNIERS.
204. Intérieur d'Auberge flamande. Quelques amateurs
attribuent cette toile, qui provient de la vente du cabinet
de M. Van Cluys, à Brawer, l'un des premiers élèves de
Téniers. D'autres y trouvent, et c'est aussi notre avis,
tous les caractères de la peinture du maître. Elle est re-
marquable par sa simplicité et son coloris.
THÉNOT, écrivain distingué, professeur de dessin
au pastel.
205. Le Soleil levant, effet de mer et de rochers, pastel d'a-
près une nouvelle méthode. M. Thénot était l'un de nos
plus habiles maîtres de ce genre; il l'avait beaucoup perfec-
tionné.
TITIEN.
206. Descente de Croix, magnifique esquisse d'un des plus
grands maîtres de la peinture italienne. Cette toile appar-
tenait à David, qui la donna à Gautherot, son meilleur
élève; celui-ci la légua en mourant à M. Vigneron, son
gendre, qui en a fait cadeau au fondateur du Musée de
Bagnères.
THUILLIER (PIERRE).
207. Étude de paysage.
-.: 26 --
VALÉRIO, paysagiste éminent et peintre de genre,
auteur d'un grand nombre de toiles.
208. Le Pâtre des Apennins, aquarelle.
209. Profil de femme, aquarelle datée de Rome, 1844.
WAPERS (GUSTAVE), ancien directeur de l'École
de peinture d'Anvers, l'un des meilleurs artistes
de la Belgique.
210. L'Officier blessé, aquarelle signée au dos par l'auteur.
-VANDERBURCH.
211. Le Ma!in en Italie, près de Naples, épisode de voyage;
tableau exposé au salon de 1835.
212. Le Buisson, copie d'après Ruysdael.
213. Étude de paysage; forêt de Fontainebleau.
VAN DER NEER.
214. Clair de lune, Ecole hollandaise. On sait combien cet
artiste excellait en ce genre.
VARENNES (DE).
215. Un Paysage aux environs de Coulommiers, charmante
toile d'une exquise simplicité dans le genre des tableaux
de MM. Corot et Daubigny.
VELASQUEZ.
216. Portrait d'une Dame espagnole, appartenant à la fa-
mille des Guzman, et l'une des ancêtres de l'Impératrice.
VERDIER (MARCEL ), élève de M. Ingres, auteur
de la Jacquerie moderne, exposée au salon de
1853, et commandée par le Ministère de l'Inté-
rieur; mort en 1854.
217. Tête de Saint au fusain, à deux couleurs.
218. Mlle de Sombreuil arrêtant les assassins de son père
lors du massacre des prisons, en buvant le verre de sang
qu'un sans-culotte lui présentait. Ce tableau est le pre-
mier que M. MarcerVerdier ait exposé. Il date de sa sor-
tie de l'Ecole des Beaux-Arts en 1839. Depuis il n'y a pas
— 27 -
3.
de salon où ce peintre n'ait eu quelques ouvrages : Les
Femmes et le Secret, en 1847; — Le Supplice des Noirs,
en 1848; — Le Découragement de l'Artiste, en 1852; —
La Jacquerie moderne, en 1853. M. Verdier était un ar-
tiste d'un grand avenir. Sa mort a été une véritable perte.
VERNET (JOSEPH).
219. Marine.
VIGNERON, auteur de l'Avis aux Mères, du Soldat
laboureur, de VExécution militaire, du Convoi
du Pauvre, etc.
220. Portrait de l'abbé Mussa, noir du Sénégal, filleul de
la reine Marie-Amélie. Belle étude originale faite pour le
tableau commandé par le roi Louis-Philippe, et qui fut
brûlé en 1848, au château de Neuilly.
221. Étude de vieillard, faite en 1814, dans l'atelier de
Gros, qui proclamait cette toile de son élève un chef-
d'œuvre. (Le modèle qui a servi pour ce tableau et qui
s'y trouve représenté était un vieux, septembriseur nommé
Chazot. Il se vantait d'avoir tué plus de quarante person-
nes lors du massacre des prisons.)
222. Allégorie de la République, faitepar cet artiste pour
le concours de 1848.
223. La Prise de Missolonghi, ébauche d'un grand tableau
commandé par M. le duc de Choiseul.
VIGNERON (Mlle Mira).
224. Nature morte.
225. Endymion endormi, d'après le tableau de Girodet, ma-
gnifique dessin au crayon noir.
226. Paysanne romaine, étude.
WATTIER (ÉMILE), élève de Gros.
227. Le Repos dans la Campagne, charmante aquarelle,
l'une des plus fines choses de l'auteur.
VRIES (DE).
228. Vue de Hollande, l'une des plus remarquables de ce
maître.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin