Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

'(jiï^ULLE
DEVANT LE CONSEIL
DUS
CENSEURS.
Cette pièce n'est qu'une reproduction très-abrégée et réduite.
aux proportions et aux convenances d'une lecture publique, du
troisième chant de mon poëme de Catulle à Vérone, tome III de
ma traduction en vers français des poésies de Catulle, page 17
à 24.
B'.-Br.
A MONSIEUR DE MONG1S
CONSEILLEE A LA COUR IMPÉRIALE DE PARIS, PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ
PHILOTECIINIQUE ET LECTEUR OBLIGEANT DE MA PIÈCE A CETTE
SOCIÉTÉ.
A vous qui, non content de faire de beaux vers,
Vous plaisez à donner du charme aux vers des autres,
Qui, si vous lisez bien les vôtres,
Savez mieux lire encor les nôtres,
Redressant ceux qui marchent de travers,
Souffrez que je dédie aujourd'hui l'opuscule
Pour qui votre parole est un si beau décor,
Et que l'on croirait de Catulle
Passsant par votre bouche d'or.
BONNET-BEL AIR.
Paris, le 18 mars 1870.
EMPRUNTS DE MA PIÈCE AU POÈTE LATIX.
Je faisais le serment de ne plus te revoir
Vale Puella ! jam Catullus obdurat,
Née te requiret, nec rogabit invitam.
(CARMEN vm. )
Mes amis acceptant un mandat solennel,
De nos amours rompus te portaient le cartel.
Furi etAureli, comités Catulli,
Pauca nuntiate mese Puellee
Non bona dicta
(CARMEN XI,)
J'accumulais sur toi l'infamie et l'outrage.
Coeli, Lesbia mea, Lesbia illa....
Nunc in quadriviis et angiportis, etc.
(CARMEN LVIII.)
J'en étais arrivé cruelle à m'ébahir
De pouvoir à la fois l'aimer et te haïr. .
Odi et amo : quare id faciam fortasse requires ?
Nescio sed fieri sentio et excrucior.
(CARMEN LXXXV.)
Je demandais aux dieux ma guérison suprême, etc.
0 DI, si vostrum est misereri, etc.
(CARMEN LXXVI.)
Qu'il était beau ce jour
Où tu revins à moi; me rendant ton amour !
Restituas cupido, atque insperanti ipsa refers te
Nobis ô lucem candidiore nota !
(CARMEN cvi.)
Moi, j'aurais médit d'elle ! 6 Puissances du ciel!
Credis me potuisse meae maledicere vitae?
(CARMEN cm.)
Je cherche vainement une pierre assez blanche.
Un albâtre assez pur pour marquer ce beau jour.
(Image que Catulle emploie fréquemment dans ses vers à Losbie. )
B'.-B''.
CATULLE
DEVANT LE CONSEIL DES CENSEURS.
POÉSIE
LUE A LA SÉANCE PUBLIQUE DE LA SOCIÉTÉ PHILOTÉCHNtQUE
DU 15 MAI 1870.
Magistrats,, devant qui j'ai voulu me défendre,
Merci d'avoir daigné consentir à m'entendre,
Moi courbé par les ans, moi qui ne suis plus rien,
Rien qu'un pauvre poète ayant mangé son bien
En fêtes, en plaisir, en stériles voyages,
Et dont le nom sera dans le lointain des âges,
' Honni pour quelques vers «pensant la pudeur
Échappés de sa veine en un moment d'erreur.
J'ai produit, il est vrai, pour racheter mes crimes,
Bien des vers innocents de leurs frères victimes,
Et proscrits avec eux ; bien d'autres où l'ardeur
Des nobles sentiments ëlectrisait mon coeur;
Il faut se méfier des préjugés vulgaires,
A l'examen du sage ils ne résistent'guères ;
D'ortie et de laurier l'Équité sans écart
Seule fait à chacun sa légitime part.
A vous donc qui savez allier l'indulgence
A la sévérité j'apporte ma défense,
A vous pour tout peser en ce palais venus
Et commuer des torts hautement reconnus.
Des principes, des moeurs ennemis redoutables,
Venez, mes petits vers, vous les plus grands coupables;
Paraissez les premiers devant le tribunal
Assis pour vous juger; de votre art infernal
Abdiquez à ses pieds la puissance maudite
Qu'un père plus sensé vous aurait interdite.
Au véritable amour, à la sainte amitié,
Vous avez, je le sais, beaucoup sacrifié.
Dans ce loyal débat on vous en tiendra compte :
Mais que votre morale, à pécher toujours prompte,
Pour le sarcasme aigu, pour le culte des sens,
Pour l'Apollon grossier fut prodigue d'encens !
Vous défendriez mal vos ignobles délires,
Filles dont je rougis, épigrammes, satires,
Et toute votre suite. En semant sous vos pas
Le scandale et l'injure, en ne repoussant pas

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin