Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ce que doivent faire les bons citoyens dans les circonstances actuelles ([Reprod.])

20 pages
[de l'impr. de Chaudri] (Paris). 1792. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

v
T r 'm
( i)
Ce que doivent faire les bons Citoyens
dans les tirconstantes aotuelles.
V^'est donc envain que le voile est déchiré!
c'est envain que les fauteurs des rebelles de
Château-Vieux les libérateurs des Mainvielle,
des Jourdan n'inspirent plus que de l'horreur
à tous ceux qui ne sont pas leurs complices,
la faiblesse et, l'insouciance qui ont succédé
dans l'ame des honnêtes-gens à l'égarement qui
a plongé la France dans un abîme de maux
laissent ces factieux marcher aves tranquillité
de succès en succès jusqu'à l'entier accomplis-
sement de leurs systèmes destructeurs.
Maîtres de to,utes les places de l'Administra-
tion, maîtres de celles du Gouvernement qu'ils
ont remplies de leurs conjurés maîtres de la
force publique, qui ne peut agir que d'après des
réquisitions qu'il est en leur pouvoir d'arrêter,
le trône seul peut encore leur faire obstacle ot
présenter aux bons Citoyens une ressource pour
sortir de l'oppression sous laquelle ils gémissent,
A
C* )
et c'est contre lui qu'ils dirigent en ce moment
leurs coups bientôt ils auront mis le comble
leurs forfaits.
Repoussés par l'opirtion publique de la Capî-
jtale, que non-seulem»at ils ne font plus mou-
voir à leur gré, mais qui, depuis long-temps, se
niap.ifeste'contr'eux dans toutes les classes de la
Société redoutant les dispositions de la Garde
Nationale dont le zèle, l'activité et la fidélité-
:ne peuvent leur laisser aucune espérance, il
n'es,t que trop vrai que le projet des factieux est
de se rendre maître de la personne du Roi et de
sa malheureuse famille de l'enlever de la Capi-
tale, et de l'entraîner dans les provinces méri-
dionales, au milieu de leur Parti, au milieu des
armées de Marseille et d'Avignon. Maîtres de la
destinée de notre infortuné Monarque, à quels
maux la France ne doit-elle pas se voir exposée?..
Peut-étre hélas!
O Citoyens de tous les états vous tous qui
aimez encore /Votre Patrie et, votre Roi qui
croyez que votre sûreté, celle de vos femmes
et de vos enfans, votre bonheur, et même votre
existence, 1 dépendent du bon ordré, de la tran-
quillité publique, et de la force protectrice d'un
bon gouvernement; ne sentirez-vous donc jamais
(3)
Aa
la nécessité de vous réunir contre. des taetieux;
qui disposant ainsi des destinées de la f'rauce!
Qui peut vous retenir ? Les complets du ces
rneLt prouvés? Voyez quelle. a éié depuis quelque
tem leur conduite.
Ce n'était pas assez d'avoir, par leurs dénon-
ciations continuelles et jamais prouvées leurs
intrigues, les décrets d'accusation qu'ils ont fait
rendre, exclu du conseil du Roi tout ce qui
n'était pas de leur Parti, jusqu'à ce que le gou-
vernernent entier ait été remis entre leurs mains.
De semblables dénonciations les mêmes in-
trignes, de pareils décrets d'accusation '-nt
éloigné, de la personne du Roi tous ceux qui
prouvaient lui ttre attachés. »
Sa Garde, à la formation de laquelle ils avaient
opposé la plus forte résistance contre laquelle
ils avaient tenté d'exciter le peuple et la Garde
Nationale par les calorn. nics qu'ils n'avaient
cessé, de répandre à leurs Tribunes et dans le
Public, cette Garde, l'objet continuel de leurs
déclamations, vient enfin d'être congédiée (t).
(i) Quand il serait aussi vrai qu'il peut être faux qui
quelques individus ayent été reçus Jius la Garde du Aci
(4 )
Au prenuer jour nous verrons les Gardes-
Suisses forcés de s'éloigner comme n'ayant point
été accordés au Roi par la Constitution.
En ce moment, pour exciter le Peuple contre
le Roi et sa malheureuse famille, pour le rendre
au moins indifférent sur leur sort, et lui faire
approuver tout ce qu'on machine contr'eux il
n'est sorte d'horreur qu'on ne répande on en-
tasse dénonciations sur dénonciations dont le
ridicule a, même été tel que, malgré tous le
crédit des factièux, il est retombé sur leurs au-
teurs. On a étourdi le Peuple de l'existence d'un
prétendu Comité autrichien dans lequel, sui-
vant les prétendus indices qu'on en a rapporté,
il faudrait comprendre tout ce qui n'est pas
Jacobins c'est à-dire, heureusement la grande
pluralité de la France.
On a créé une milice de piques contraire à
sans avôir toutes les qualités requises par la Constitution,
était-ce une raison pour congédier toute cette garde et
priver le Roi d'un droit que la Constitution lui assure,
'dans un moment sur-tout, ou l'on donnait lieu de craindre
pour sa personne/et où l'on était prêt de regarder la Garde-
Nationale comme insuffisante pour assurer la tranquillité
publique ?
(5)
A3
la. Constitution ( i ), qui doit son existence non
aux Chefs de la force armée mais aux Sociétés
prétendues patriotiques, et dont'le but ne peut
être que de s'opposer aux Gardes Nationales
qui n'avaient pas pour ces Sociétés tout le dé-
vouement qu'elles désiraient.
On a tenté d'indisposer le Peuple contre la
Gendarmerie Nationale dont la bonne conte-
nance, la discipline et l'intégrité étaient redou-
tés des factieux.
On a calomnié la Garde Nationale elle-m4me.
On a faiç tous les efforts possibles pour faire
rentrer,dans Paris, et réintégrer dans la Garde,
Nationale, les Gardes Françoises que leurs
Chefs, et même leurs camarades, avarient cru
devoir exclure. On s'est pourvu aux Sections,
on s'est pourvu à l'Assemblée Nationale, et peu-'
( i ) La Milice- de Piques est contraire à la Constituiion.
Io. En ctf que la Constitution ne permet les armet qu'aux
seuls Gardes-Nationales.
2°. En ce que les Citoyens actifs seuls peuvent être com-
pris dens les Gardes-Nationale* et que la plupart des
portes piques sont des gens sans aveu qui ne sont pohrt
Citoyens actifs.
30. En ce qu'il ne doit pas y avoir de turc. armée loài-
f«nflantf de» cfyef* reconnus par la loi,

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin