Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Chroniques des preux de France. Histoire de Pierre Terrail, seigneur de Bayart, dit le Bon chevalier sans peur et sans reproche...

De
8 pages
Ladvocat (Paris). 1828. In-8° , 6 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

MAISON LADVOCAT.
chroniques
DES
IJrcur bt J'rtltttt.
HISTOIRE
DE PIERRE TERRAIL
SEIGNEUR
SEIGNEUR ;\ "f[) -rr
DE BAYART
DIT LE BON CHEVALIER ANS PEU a
tT SANS REPROCHE,
.'WIVl" - :S ET I.ETTHES IVJ-DLTJ S TIREES DES MANUSCRfTS
- -[, r
/~,~-'' JV T A rirmhthkouk ROYATE.
DEPUIS quelques années, le roman a fait de
grandes conquêtes sur le domaine de l'histoire,
mais il faut convenir qu'en retour l'histoire a bien
quelques obligations au roman. Elle lui doit
2
d'abord l'indication de beaucoup de ses propres
richesses, oubliées ou négligées naguère par elle,
et qu'elle commence à ne plus dédaigner aujour-
d'hui. Il reste encore à décider jusqurà quel point
lé cadre de l'historien peut s'étendre et sa narra-
tion devenir plus naïve, plus variée, plus dra-
matique, pour parler à l'imagination autant qu'à
la mémoire. Mais quelque large qu'on puisse sup-
poser la poétique nouvelle, tout art a sa spécia-
lité et ses limites; il y aura toujours dans les anna-
les des nations une foule de faits épisodiques et
de détails de mœurs qui ne sauraient être qu'ac-
cessoires dans l'histoire générale, et relégués à
l'arrière-plan du tableau, ou même entièrement
rejetés. Cependant ces mêmes faits, ces mêmes
détails, heureusement fondus dans une composi-
tion moins vaste dont ils ne troubleront pas l'unité,
lui donneront ce caractère de vérité, cette cou-
leur du temps qui nous transportent dans la vie
réelle et comme dans l'intimité d'un autre âge.
Tel est le mérite, peu commun sans doute, de
certains romans appelés à tort historiques par
• un abus de mots qu'il ne faut pas reprocher à leur
illustre auteur qui certes, quel que soit son génie,
n'a jamais prétendu faire autre chose que des ro-
mans. En effet, il ne serait pas difficile de prouver