La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Montaigne, "des boiteux"

De
2 pages

Note de lecture visant à introduire et éclairer le lecteur sur ce chapitre des "Essais" de Montaigne.

Publié par :
Ajouté le : 27 août 2013
Lecture(s) : 745
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Les livres de la Foi

de artege-editions79820

Les livres de la Foi

de artege-editions79820

Zigzags et encens

de editions-mediaspaul


© Scrib 21
Montaigne (1533-1592), Essais (1586), « Des boiteux »

Textetraitantdesmiraclesetdelasorcellerie,enraisondelachasseauxsorcièresqui
sévitenEurope.Montaignecritiqueicilesraisonsquiportentlessorcièresaubûcher,
participantdoncaudésenchantementdumondeafindelaisserlibrecoursàlaraison.En
effet,lesseuls«monstre»et«miracle»quelephilosopheconnaissenesontautresque
lui-même.Ainsi,ilaffirmequ’onnedoitjamaissacrifierlavied’unêtrehumain,quand
bienmêmeonseraitpersuadéd’êtredanslevrai.
Montaignes’enprenddoncàladoxa,autantchezlesautresqu’enlui-même.
Quantaux«boiteux»,ilssontlàpourmontreràquelpointl’ignorancepeutamenerà
croiredeschosestoutàfaitstupides.

Lesconventionssontétrangèresauvraietaufaux

Leshommesrecherchentenvainl’origineetl’essencedeschoses
«L’humaineraisonestuninstrumentlibreetvague.»
«Jevoisordinairementqueleshommes,auxfaitsqu’onleurpropose,s’amusentplus
volontiersàenchercherlaraisonqu’àenchercherlavérité.»Cependant,leshommes
n’admettentpasqu’ilsnepeuventlatrouver,cequipeutêtredangereuxcar«lefauxest
sivoisinduvraiquelesagenedoitpasserisquerdansunlieusiremplideprécipices»
(Cicéron).PourMontaigne,silaraisonhumainenepeutsaisirl’essencedescauses,il
n’estnéanmoinsriendeplushumainquelaprétentiondelesconnaître.

Lasourcedesrumeurs.
Celles-ciprennentvie«parlatendanceinnéechezleshommesdegrossiràdesseinde
fauxbruits»(Tite-Live).Ellesenflentparlasuiteenraisondubesoindelespartager,et
dufaitquel’onsemetteàinventer–parfoissansenêtretropconscient–pouressayer
deconvaincreetpersuadersoninterlocuteur.L’erreur«particulière»devientdoncvite
«publique».

Lenombredetémoinsn’estpasuncritèreprobant.
«Belleautoritépourlasagessequ’unemultitudedefous»(SaintAugustin).L’homme
finitparperdredevuelavéritéaumilieudesrumeursetmensonges,dontlenombreet
l’importancenecessedecroîtreàmesurequ’ilssetransmettent,alorsquelavéritéreste
elleimmuable.Ilyacertesplusdefousquedesages,«commes’iln’yavaitriendesi
commun que le manque de jugement» (Cicéron); mais si l’on n’en croit pas un,
pourquoi en croirait-on cent? Montaigne nous met également en garde car «nous
admirons,leschosesquitrompentenraisondeleuréloignement»(Sénèque),etnous
rappelleque«jamaislarenomméenetientàlavérité»(Quinte-Curce).
«Jen’aivumonstreetmiracleaumondeplusexprèsquemoi-même»

Ilfautsavoirdouteretcependantchercher
«Touslesabusdumondes’engendrentdecequ’onnousapprendàcraindredefaire
professiondenotreignorance,etquenoussommestenusd’acceptercequenousne
pouvonsréfuter.»Pourguérirdesonignorance,ilfautcommencerparlaconfesser.Elle
n’estnéanmoinspasnécessairementnéfaste,carellepeutdébouchersurunprocessus
derechercheàlabasedelascience.

© Scrib 21
Aucunecertitudenejustifiequ’ontueunhomme
«L’hommeestnaturellementavidedecroireaumystère»(Tacite).C’estpourquoila
croyance en l’existence des sorcières est si profonde. Néanmoins, ni de simples
témoignagesnilaconfessiondesaccusésn’apportentdepreuvesindiscutablespouvant
serviràjustifierleurexécution.

Préférertoujoursl’explicationlaplusnaturelle
OnnecroiraitausurnaturelsiDieun’avaitdonnésonapprobation.Ilnefautcependant
pastoutcroire.Ainsi,certainessorcièresétaienttoutsimplementfolles.

Nuln’esttenudepartagercesdoutes
«Jen’aipashonte,commecesgens-làd’avouerquej’ignorecequej’ignore»(Cicéron).

L’hommeestpluspromptàimaginerlescausesqu’àétablirlesfaits

Ledogmatismenourritlescepticisme


Unephraseàretenir:«Aprèstout,c’estmettresesconjecturesàbienhautprixqued’en
fairecuireunhommetoutvif.»

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin