Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

COMMENT
EN QUINZE JOURS
LA FRANCE
PEUT DEVENIR INVINCIBLE
CHEZ ELLE
PAR
A. DESPLANQUES
14 AOUT 1870
PARIS
IMPRIMERIE ADOLPHE LAINE,
19, RUE DES SAINTS-PÈRES
1870
GOMMENT
EN QUINZE JOURS
LA FRANCE
PEUT DEVENIR INVINCIBLE CHEZ ELLE
Paris, 14 août 1870.
L'invasion, cette affreuse chose qui semblait
il y a un mois encore une plaie hideuse dont
nous étions guéris à tout jamais, l'invasion, il
faut bien y croire, elle est commencée, elle
est là !
Comment la repousser? Vous le voulez tous
avec une égale ardeur, je n'en doute pas un
instant, non pas pour des intérêts bas et mes-
quins que je rougis, pour mon compte, de voir
quelquefois étaler avec complaisance , non pas
— 4 —
parce que l'étranger à Paris, c'est le payement
d'indemnités insensées et de caprices plus ou
moins raffinés de Messieurs les Prussiens. Sur
ce terrain insalubre des intérêts matériels, où la
discussion est toujours possible (car l'égalité
absolue ne peut exister), il n'y a plus de frater-
nité, plus d'union, en un mot il n'y a plus de
France.
Quand on parle à une nation comme la nôtre
et même à toute nation, la pensée doit partir de
haut pour pouvoir arriver, semblable à la lu-
mière du soleil, pure et intacte dans la con-
science de chacun.—C'est au nom d'intérêts mo-
raux de premier ordre, qui malheureusement
depuis vingt ans ont été systématiquement fou-
lés aux pieds (et c'est de là que vient le péril), c'est
pour assurer à notre beau pays d'abord et à
l'humanité entière, en reprenant dans le monde
le rôle qui nous convient, un avenir de liberté,
de paix et de prospérité, que je viens vous dire
aujourd'hui, dans le moment de crise que nous
traversons : Français, vous pouvez sauver le
pays, vous le devez!
Il y a maintenant une lutte gigantesque, su-
— 5 —
prême, engagée entre la force brutale et le droit.
Le résultat de cette lutte décidera pendant plu-
sieurs siècles peut-être de la marche de la civi-
lisation. — Si la force brutale triomphe, si une
nation comme la nôtre, énervée, je le sais, par
des motifs que je ne peux énumérer ici, mais
enfin une nation qui a les apparences de
la prospérité, peut être du jour au lendemain
absorbée , accaparée par un voisin dont les
plans de conspiration auront été habilement
tramés dans l'ombre, si la conscience du droit
primordial du devoir qu'a tout citoyen de défen-
dre son pays n'allume pas au coeur de nous tous
cette flamme vivifiante qui centuple les forces,
c'est fini : l'humanité est destinée à tourner sans
cesse dans ce cercle stupide où le plus faible est
soumis à tout jamais au plus fort, et alors pourquoi
l'homme commande-t-il en maître aux autres
animaux quel que soit leur développement mus-
culaire ? Dans ce cas, l'état de guerre est la des-
tinée des peuples, et bêtement, jusqu'à la fin des
siècles, l'humanité s'entre-tuera sans savoir
pourquoi. La question ainsi posée, on voit quelles
proportions elle prend ; il est donné à notre gé-