Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Commission pour la publication de la correspondance de Napoléon Ier. [Rapport à l'Empereur, par Achille Fould.]

De
12 pages
impr. de Panckoucke (Paris). 1854. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

COMMISSION
POUR LA PUBLICATION
DE LA
CORRESPONDANCE
DE
NAPOLÉON IER
RAPPORT A L'EMPEREUR.
SIRE,
Depuis le premier Empire jusqu'à l'avénement de
Votre Majesté, qui en a repris les traditions glorieuses,
chaque fois que la France a été appelée à jouer, par
sa diplomatie ou par ses armes, un rôle actif dans les
événements qui intéressent l'Europe, on a vu les es-
prits se reporter naturellement vers les souvenirs de
celle grande époque, y rechercher quelque pensée de
l'Empereur applicable à la difficulté présente et en de-
mander la solution aux prévisions de son génie.
Mais ce n'est pas seulement pour ces circonstances
exceptionnelles, pour les grands événements euro-
péens que Napoléon 1er a légué à l'avenir de précieux
renseignements, des vues d'une justesse et d'une por-
tée incomparables; chacun sait avec quelle sollicitude
et quelle sûreté de coup d'oeil le fondateur de nos
institutions modernes en suivait le développement, en
appréciait les résultats. En parcourant les différentes
parties de la France, Votre Majesté a plusieurs fois
rencontré des traces impérissables de la pensée de son
auguste prédécesseur, qui, non content d'embrasser
l'ensemble des intérêts de son Empire, trouvait encore
le temps de s'occuper des intérêts de localité que son
gouvernement avait à satisfaire.
Rien n'échappait à son génie, rien ne lui semblait
indigne de ses préoccupations. Les plus modestes ques-
1354
_ 4 _
tions d'administration, comme les plus hautes concep-
tions politiques et les plus vastes entreprises de travaux
publics, ont été, de la part de l'Empereur, non-seule-
ment l'objet de ses communications fréquentes avec
les grands corps de l'État, mais encore de ses corres-
pondances intimes et toutes personnelles, soit avec les
membres de sa famille, soit avec les dignitaires de
l'Empire, soit avec tous ces hommes d'élite, généraux,
administrateurs, savants, industriels, qu'il aimait tant
à entretenir et à encourager.
Votre Majesté a pensé, Sire, qu'il était d'un haut
intérêt national de recueillir et de coordonner cette
correspondance aujourd'hui éparse dans les dépôts
publics et dans quelques mains particulières. Les
hommes d'État, les administrateurs, les historiens y
trouveront les plus utiles enseignements, et ce seront
autant de matériaux précieux pour le monument que
la France élèvera plus tard à la gloire de Napoléon Ier
par la publication de ses oeuvres immortelles.
Pour répondre aux intentions de Votre Majesté, j'ai
l'honneur de lui proposer la nomination d'une com-
mission , qui sera chargée de réunir et de classer la
correspondance de l'Empereur, et d'en surveiller la
publication.
Je suis avec respect,
Sire,
De Votre Majesté
Le très-humble et très-obéissant
serviteur et très-fidèle sujet,
ACHILLE FOULD.
DECRET.
NAPOLÉON,
Par la grâce de Dieu et la volonté nationale, Empe-
reur des Français,
A tous présents et à venir, salut :
Avons décrété et décrétons ce qui suit :
Art. 1er. Une commission est instituée pour recueil-
lir, coordonner et publier la correspondance de notre
auguste prédécesseur Napoléon 1er, relative aux diffé-
rentes branches d'intérêt public.
Art; 2. Cette commission est ainsi composée :
MM. le maréchal comte VAILLANT , notre ministre de
la guerre, grand maréchal du palais, membre
de l'Institut, président;
Le baron DUPIN (Charles), sénateur, membre de
l'Institut, vice-président;
Le comte BOULAY DE LA MEURTHE, sénateur;
P. MÉRIMÉE, sénateur, membre dé l'Institut,
Le général de division AUPICK , sénateur ;
Armand LEFEBVRE , conseiller d'État ;
De CHABRIER, directeur général des Archives de
l'Empire ;
CHASSÉRIAU, maître des requêtes au conseil d'État;
PERRON, chef de section au ministère d'État.