Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Conversation de Va de bon coeur et de La Valeur, grenadiers français

De
8 pages
impr. de Nouzou ((Paris,)). 1814. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DE
E T D E
LA VALEUR, Grenadiers Français.
Que de geus se Terraient condamnés à se taire,
S'il allait pour parler tout l'esprit de Voltaire.
J'étais, mon cher ami, le 25 de ce mois , assis aux Champs-
Elysées près d'une de nos vieilles moustaches qui, d'un air
triste, achevait de fumer sa pipe, quand il fut abordé par
un grenadier à peu près de son âge; je m'apperçus bientôt
qu'ils étaient du même pays, leur conversation fixa mou
attention, et comme je connais l'intérêt que lu prends à tout
ce qui concerne nos braves compagnons d'armes, je vais te
faire part de ce que j'en ai retenu; le nouveau venu s'appelle
Va de bon coeur, et l'autre la Valeur. Au fait.
VA DE SON COEUR.
T
E voilà, mon cher la Valeur, embrassons-nous: depuis
longtems je t'ai cru mort ; sais-tu qu'il y a près de six ans que
nous ne nous sommes vus !
LA VALEUR.
Il s est passé bien des choses depuis ce tems là,, et j'aimerais
mieux avoir été emporté d'un boulet à la dernière bataille,
que de voir ce qui nous arrive.
(2)
VA DE BON C OE U R.
Peste , mon cher, tu es bien dégoûté ; et d'où te vient ce
désespoir, pour moi je pense tout différemment. Nous avons
fait nos preuves par toute l'Europe, je vois parmi nous
presqu'autant de bras et de jambes cassées que de lauriers :
la patrie n'a rien à nous reprocher, et il est tems de faire
halte.
LA V A L E U R.
Mille bombes, un grenadier peut-il tenir ce langage !
VA DE BON C OE U R.
Je crois, mon cher, que tu es fou; d'où diable peut te venir
ta mauvaise humeur; en ça raisonnons un peu, es-tu fran-
çais ou non ?
L A v A L E U R.
Oui, ventre bleu, et fier de l'être.
VA DE BON C OE U R.
Eh bien ! qu'a donc de si fâcheux notre état actuel ! Jouis-
sions-nous du bonheur d'être nés dans cette belle France !
Nous étions menés à la diable, tantôt dans des marais infects,
tantôt dans des déserts brûlans, le jour mourant de faim, la
nuit sur la paille à la belle étoile , et pourquoi tout ça, pour
voir diminuer nos membres d'un tiers ou de moitié.
LA VALEUR.
Tu m'avoueras au moins que notre gloire militaire re-
tentissait de tontes parts, et à présent nous allons être réduits
à végéter comme des bourgeois.
VA DE BON C OE U R.
Tu me la donnes belle avec ta gloire ; cer ainement personne
ne nous la disputera, mais combien de tems en jouissions-
nous ! Montre moi beaucoup de vieux soldats dans nos rangs;
il y a en France quinze ou seize maréchaux, trente ou qua-
rante mille officiers, et depuis vingt ans, à la connaissance

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin